lundi 31 décembre 2007

V-OEUFS

On ne dit pas "je veux", mais "je voudrais"... Car si l'homme propose, Dieu dispose, selon des moyens qui nous paraissent étranges -on comprendra un jour, non?-, au point que certains y voient du simple hasard. La finalité ultime peut se concevoir, intellectuellement, théologiquement, sentimentalement, mais pas rationnellement. Tout est possible, tout est ouvert.

Si je vous dis : "Bonne année, bonne santé", ce n'est pas suffisant, et c'est banal. Autant s'en remettre à l'astrologie, et risquer de se mettre à dos tous les médecins, soignants, kiné, infirmiers de France et de Navarre qui vivent de nos misères. Et puis, c'est très subjectif : je peux trouver drôle ce qui vous paraîtrait pénible, et réciproquement.

Donc mes souhaits seront d'un autre ordre :

- Quand cessera-t-on de créer dans ce monde des injustices qui sont sources de guerre, d'attentats, de violences? L'Orient bien sûr, avec son pétrôle et son abcès qui pourrit tout autour. Les Amériques, entre arrogances et inégalités. L'Europe, avec ses faiblesses congénitales que l'on entretient soigneusement. La Chine, qui met son impérialisme "démocratique et populaire" à la disposition du plus cynique des capitalismes. Et tous ces fanatismes religieux qui profitent de toute cette boue pour développer leurs intégrismes mortifères.

-Quand sera-t-on débarrassé de notre pitoyable "accompagnateur" de Carla Bruni, qui s'ingénie à pervertir nos valeurs les plus sacrées, adorant le Veau d'Or et les caméras de TV, pour qui l'agitation vaut l'action, qui lance des idées de réformes sans les penser, sans prendre le temps et les moyens de les faire bien, dont la politique étrangère aventureuse nous ridiculise, qui divise -et débauche- au lieu de rassembler, qui nous a fait un gouvernement de bras-cassés? Le plus tôt sera le mieux....

C'est quand on se résignera qu"'ils" auront gagné...

Tout aussi sérieusement :

- Saura-t-on enfin la solution de l'équation de Riemann? On cherche depuis plus de 100 ans où sont ses zéros non triviaux, s'ils sont tous sur la droite 1/2+ i . y , comme on le devine. De la réponse dépendent des tas de conséquences, comme la répartition des nombres premiers, les structures de Mandelbrot, etc.

- Arrivera-t-on à unifier la physique, entre ses approches quantiques et relativistes? Je vous en ai déjà parlé : la réponse doit être simple, et sûrement belle. Mais peut-être nos cervaux ne sont-ils encore assez avancés pour la comprendre.

- Trouvera-t-on une nouvelle tombe inviolée dans la Vallée des Rois? Des manuscrits inédits de Mozart, Schubert, Bach? Un Vermeer inconnu?

Tels sont les v-oeufs que j'ai pondus! Allez, bonne année!

samedi 29 décembre 2007

saint Hugues de Grenoble

Latin : Hugo Gratianopolitanus. Italie : Hugone. Espagne : Hugo, ou Ugon, obispo de Grenoble. Angleterre : Hugh the Cathusian of Grenoble. Allemagne : Hugo. Indes (occidentales) : Hugh (selon Marc)


Fêté le 1 avril, sans rire.


Contemporain de Hugues de Cluny, fêté le 29 avril, il est né en 1053, mort en 1132, canonisé par le pape Innocent II en 1134.

Il manifesta dès son plus jeune âge une piété extraordinaire et une grande facilité pour la théologie. Alors qu'il était encore laïc, il fut fait chanoine de Valence. Sa piété était telle que, selon la légende, il n'aurait aperçu qu'une seule femme dans sa vie, sa mère. Il n'avait sans doute pas de soeur.

Il fut consacré évêque en 1080 par le pape Grégoire VII. Il se consacra à la tâche de réformer les abus dans son nouveau diocèse. Après deux ans de luttes inutiles contre la simonie et le mauvais comportement de son clergé, il se retira à l’abbaye de la Chaise-Dieu d’où Grégoire VII lui ordonna de sortir pour retourner dans son diocèse.

En 1084, il céda à saint Bruno un vaste territoire faisant partie de son diocèse pour y installer le monastère de la Grande-Chartreuse : il vit en rêve sept étoiles annonçant l'arrivée de saint Bruno avec 6 compagnons. Un jour de fête, il arrive à l'improviste à la Chartreuse, et trouve 7 moines à table tout contrits parce que, faute d'autres nourritures, on leur avait servi au réfectoire des oiseaux rôtis bien que la viande fût sévèrement interdite par la Règle. Saint Hugues bénit les plats et les oiseaux furent métamorphosés en tortues. (Rappelons que la tortue est un poisson, selon le saint Canon).

Il a pour attributs les 7 étoiles de sa vision prémonitrice, et bien sûr la tenue d'évêque (sur une cuculle blanche) ou de chartreux. Il est souvent associé à saint Bruno (6 octobre) comme ayant collaboré à la fondation de l'ordre des Chartreux.

Pendant les Guerres de Religion, son corps fut brûlé par les Huguenots.

Iconographie :
XVI siècle : Macrino d'Alaba, triptyque, Pavie




XVII siècle :
- Lesueur : cycle peint pour la Chartreuse de Paris
- J Callot : Images de tous les saints : la vision des 7 étoiles
- Zurbaran : saint Hugues bénit au réfectoire du couvent les plats servis aux 7 premiers Chartreux et transforme les oiseaux prohibés par la Règle en tortues.
(Der hl Hugo in Refektorium des Kartäusersklosters), 1633, Musée de Séville.



Saint Hugues debout, de profil, coiffé de la mitre et joignant les mains, musée de Cadix.

A ne pas confondre avec saint Hugues de Lincoln (17 novembre), d'Avalon en Dauphiné (1135-1200), représenté avec un cygne, ni avec saint Hugues de Cluny (29 avril), qui lança la construction de l'abbatiale de Saint-Jacques-de-Compostelle.

jeudi 27 décembre 2007

Cadeaux de Noël

Merci de répondre à mon sondage express....


Pour moi, c'est NON, car j'ai eu ça :
Un joli tapis, avec une boussole, qui me permet de savoir d'ou vient le Père Noël! Commode, hein? Bluffé, jaloux : me faire offre.
Il me fait penser à cette pauvre Bénazir Bhutto : son autobiographie est passionnante.

mercredi 26 décembre 2007

Chronique de Manéthon, Livre IV



Traduction de M. Samuel Levy-Glockstein, Docteur en épigraphie hiéroglyphique, Université de Louvain :

" .... En ce temps, l'an I de son Jubilé, le jour 25 du premier mois des semailles, le grand Roi, fils de Ré, Sêr-Kho-zê, élu soit son divin Nom, Roi de Haute et Basse Banlieues, celui qui donne la Vie, arriva en sa ville très sainte de Ouaset, avec sa glorieuse 3ème concubine Kerlê-Brény et sa mère Dêdê, fille de Rê, précédé de ses soldats, transporté par le Dieu Bol-Hé-Rê dans son char volant.

Il fit parvenir un message à la Divine, fille de Rê, Kêky-L'ia, 2ème Concubine, afin qu'elle voit tous les trésors qu'elle avait perdus en quittant la cour de Sêr-Kho-zê, élu soit son divin Nom.

Il fit ambassade au puissant Seigneur Mou-Ba-Rak, élu soit son nom, et lui offrit des ateliers de feu du Dieu A-Tom', et des chars volants d'assaut, accompagné par le Vizir Kush-Nêr et sa concubine O-Krenth.

Il choisit un emplacement sacré dans la "vallée des Prê-Zi-Dhan" pour vivre éternellement auprès du Dieu Osiris, sous la protection du Dieu Fri-K', louée soit sa puissance...."

mardi 25 décembre 2007

Noël!

La date historique de la naissance du Christ n'est pas connue. Sans doute en -6 de notre ère. je vous laisse calculer combien de temps cela fait, en tenant compte du fait qu'il n'y a pas eu d'année "0"...



Le jour même est totalement inconnu. Ce ne devait pas être en plein hiver, car les bergers n'auraient pas dormi dehors avec leurs troupeaux. Mais c'est une bonne idée qu'ont eu les Pères de l'Eglise en fixant ce jour à peu près au moment du solstice d'hiver, lorsque les jours commencent à rallonger. Ils ont sans doute christiannisé une fête païenne.



Noël est maintenant la fête de la Nativité, Dieu fait Homme, Espoir du monde et Sauveur des hommes.



Je me plais à penser que Dieu est venu au "milieu" des hommes, au "milieu" de l'Histoire : 4,5 milliards d'année après la création du système solaire, 4,5 milliards d'années avant son engloutissement dans une géante rouge appelée Soleil. 30 à 50 000 ans après l'émergence de la conscience chez l'homme (le mot "conscience" n'est sûrement pas le bon), 3 000 ans après les débuts de la civilisation "historique". Mais continuer la symétrie serait tomber dans un millénarisme illusoire.



Et, comme il y a des millions d'autres planètes habitables, donc habitées, je me suis toujours demandé comment la Révélation s'était opérée, ou s'opère maintenant, la-bas, la-haut, si loin.

On n'a pas fini de comprendre les mystères de Noël.






lundi 24 décembre 2007

Méditations

Quelques citations, avec dédicace.

Pour Rama Yade, Christine Boutin, Bernard Kouchner :
Quand on a commencé à avaler quelques couleuvres, fut-ce par politique, on finit par les avaler toutes. Montherlant, La Reine Morte, Acte II, tableau I, scène I (Alvar Gonçalvès)

Pour Sarkozy, Guéant et Guaino :
Apprenez ceci, frère, que nous ne sommes pas ici pour nous laisser gêner par des subalternes!
Shakespeare, Henri VIII

Pour François Fillon, Hervé Morin, et bien d'autres :
L'ambition dont on n'a pas les talents est un crime...François René de Chateaubriand

Pour moi :
En ces temps difficiles, il convient d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux. François René de Chateaubriand

samedi 22 décembre 2007

Probabilité



Et oui, c'est comme ça que ça se passe chez nous...

Désolé, je n'ai pas la doc pour vous faire la bio de saint Hugues : ce sera pour plus tard.

Pour répondre à une question qui m'est souvent posée, voici un tableau des probabilités d'occurence d'un même événement qui a 1 chance sur 2 de se produire :

1 0,5 soit 50,00%
2 0,25 soit 25,00%
3 0,1251 soit 12,50%
4 0,0625 soit 6,25%
5 0,03125 soit 3,13%
6 0,015625 soit 1,56%
7 0,0078125 soit 0,78%
8 0,00390625 soit 0,39%
9 0,001953125 soit 0,20%
10 0,000976563 soit 0,10%
11 0,000488281 soit 0,05%

0, 05 %, 5 pour 10 000, pour qu'il y ait par exemple 11 garçons de suite dans une famille donnée, ce n'est pas un événement hors norme! Sauf pour l'(arrière) grand-mère!

vendredi 21 décembre 2007

Bredala

Oui, il est encore temps de faire vos gâteaux de Noël. Voici une des nombreuses recettes de bredala. Personnellement, je double les proportions données ici, c'est plus facile pour l'oeuf!
Attention : bien mettre du sucre, pas du sel...

Ingrédients :
- 125 g de beurre ramolli
- 1/2 oeuf (l'autre 1/2 servira à dorer les gâteaux)
- 125 g sucre semoule
- 125 g d'amandes en poudre
- 250g de farine
- 1 cuiller à café rase de cannelle en poudre
- 4 clous de girofle finement écrasés (pas obligé...)
- le jus d'un 1/2 citron et son zeste râpé


Préparation :

Mélanger le 1/2 oeuf et le sucre jusqu'à ce que l'ensemble soit mousseux.
Ajouter la poudre d'amandes et le beurre mou, ainsi que la cannelle, les clous de girofle écrasés et le zeste.
Ajouter la farine cuiller par cuiller. Laisser reposer au frais une nuit.
Etaler la pâte au rouleau à patisserie, pour atteindre 1/2 cm d'épaisseur. Découper les gâteaux à l'aide d'emporte-pièces aux motifs de Noël.
Les placer sur la tôle à pâtisserie beurrée, les dorer avec le 1/2 oeuf restant. Enfourner à chaleur moyenne pendant 15 à 20 mn.

Vous pouvez en accrocher au sapin : faites un petit trou en haut du gâteau pour pouvoir passer un ruban. J'en connais qui rajoutent du poivre pour que les enfants ne les mangent pas! Bourreaux d'enfants...

jeudi 20 décembre 2007

Dénonciation et délation

Ca fait un moment que je pense faire un post sur le sujet. Il circule sur Internet des copies de lettres de dénonciation de Juifs, envoyées pendant la guerre. Bientôt, toutes ces archives vont être ouvertes, on va en apprendre de belles...

Vous pouvez dénoncer un crime ou un délit, en vous adressant au Procureur de la République. Vous y êtes légalement obligé dans certains cas (Commissaires aux Comptes, Médecin, etc...).

Il y a site officiel de dénonciation, vous pouvez y balancer toutes les arnaques et turpitudes dont vous êtes témoin.

Il y a aussi au ministère du Civisme, un site de délation. J'ai été délaté par mon fils, et je me suis vengé. Voyez par exemple les ref : 2393-ZZX-83-E ou 2014-CJZ-91-E

Plus sérieusement, un mail de dénonciation a été créé récemment par la Gendarmerie du Var. C'est bien la preuve qu'il s'agit d'un moyen moderne, qu'il convient de réhabiliter.

Aujourd'hui, l'ex-Dir Cab de Mme Boutin propose aux organismes disposant de logement "sociaux" de publier la liste des 200 000 occupants de logement auxquels ils n'auraient plus droit. Ce n'est pas une dénonciation, car ce n'est apparemment pas illégal de ne pas déménager le jour où on ne remplit plus les conditions de ressources pour en obtenir un. Serait-ce alors de la délation? Non : de la transparence. La meilleure défense, c'est sans doute l'attaque.

Mais la liste serait sûrement intéressante à consulter... et va contribuer à libérer 200 000 logements. Et on n'aura plus besoin d'acheter le Canard, ce qui fera faire des économies.

Il faut généraliser tout ça. Le Chanoine de Latran peut l'exiger : travail au noir, excès de vitesse quand il n'y a pas de radar, faux nom donné pour l'achat d'un magnétoscope quand il y avait une taxe, faux frais professionnels, faux certificats de maladie, voyages d'affaires bidon, argent en Suisse, mauvais esprit, tout doit être dénoncé. Et j'oubliais ceux qui crachent par terre et qui traversent en dehors des clous. Ceux qui pieusement, ceux qui copieusement...

Nous allons fêter l'an prochain les 250 ans de Maximilien de Robespierre, l'Incorruptible.
Bonne dénonciation!

mercredi 19 décembre 2007

Logement de fonction

Pas question de hurler avec les loups, pour une fois. La question des "logements de fonction" est encore posée par l'actualité, mais elle ne démontre encore une fois que l'incapacité de l'Etat à gérer ses fonctionnaires. Tout repose sur l'hypocrisie.

Les salaires (officiels) des fonctionnaires ne permettent pas à ceux-ci de se loger décemment. C'est vrai pour les facteurs, comme pour les énarques. Il n'y a pas -plus- d'"indemnité géographique", ce qui fait qu'à Paris comme à La Roche/Yon, au hasard, ou à Angoulème, les salaires indiciaires sont les mêmes.

Les primes? Personne ne sait ce qu'elles rapportent ou ce qu'elles coûtent. Un rapport sur le sujet, il y a quelques années, a été promptement enterré : il disait au fond que le rapporteur n'avait pas réussi à savoir la vérité. Elles sont fixées, dans une grande opacité, par chaque ministère. Elles sont en gros supérieures de 30% au Ministère des Finances et ses dépendances, ce qui lui permet de bloquer toutes les demandes des autres ministères. On peut rire sur les "primes d'égouts" et autres vieilleries : elles ont été inventées à un moment donné par les politiques pour contourner les Finances qui, vexées, se les attribuaient aussi, en compensation.

Mais les problèmes demeurent, le salaire global n'existant pas. Alors, il y a les "avantages en nature", certains imposables, d'autres pas. Encore une fois, c'est la bouteille à l'encre. Que n'avait-on pas dit sur Malraux qui avait réquisitionné à son usage personnel l'appartement de fonction d'un directeur de Musée, 300 m² au Palais de Chaillot, vue sur Seine et Tour Eiffel.

A une certaine époque, la Mairie de Paris a servi d'exutoire. Quand c'était le préfet qui s'en occupait, il réglait les affaires que les ministres (ou leur dir cab) lui soumettaient, ou il était viré. Giscard a voulu rendre le pouvoir au peuple, et c'est Chirac qui l'a pris. Les logements de la Ville de Paris, il les a donnés à ses amis, et aux membres de son cabinet. C'était soit gratuit, soit payant, avec un tarif "normal". Ca peut être au prix du marché, mis pas pour des fonctionnaires

Que la gauche ne hurle pas : face au problème des rémunérations des fonctionnaires, faute de pouvoir les résoudre par le haut, elle a fait pareil. Seul cas connu : une bigamie notoire a conduit à 2 logements de fonction, 2 secrétariats, 2 équipes de garde du corps...

Juppé, Gaymar, se sont fait prendre : l'opinion publique ne comprend pas. Il n'y a rien à comprendre, quand vous avez 6 enfants (ou plus), il n'y a pas de solution légale.

La solution, je l'avais indiquée, est celle que le président a commencé à nous montrer : augmenter les salaires (indices + primes+ AN) au prix du marché, et faire payer tout ce qui est monétisable. Je suis sûr que Sarko paie maintenant un loyer pour son appartement de fonction, et rembourse de sa poche les bougies pour ses dîners, comme De Gaulle payait les déjeuners de ses petits-enfants.
Quand Sarko annonce qu'il augmente les gendarmes (en indice) pour les aligner sur les policiers, sans politique globale, il fait perdurer des pratiques de la IV République. On pouvait s'attendre à mieux.

Inconvénient : évaluer les personnes pour payer selon leurs mérites et non selon leur ancienneté. Un projet sans doute inaccessible.

Alors, c'est de bonne guerre : haro sur le baudet! Et Boutin l'a bien cherché.
Il serait temps de reposer le problème sur des bases saines. Le ministre en charge est Santini, le premier ministre est Fillon, le Président est Sarkozy : ce n'est pas la peine d'espérer.

mardi 18 décembre 2007

Commentaires

Je constate que :
- Mme Boutin et M Legrand ont dit que "l'incident était clos". Il est gentil, Augustin, parce que M Fillon a reconnu que les statistiques officielles étaient fausses, ce que démentait Mme Boutin. Du coup, la pression retombe jusqu'au 15 janvier... Elle a gagné, comme Pyrrhus..
- De plus en plus de commentateurs disent que le coup "Bruni" était destiné à assourdir le vacarme "Khadafi", de même que le divorce "Ciganer/Sarkozy" avait occulté la grève des cheminots. C'est bien mon avis. Mais est-ce qu'on peut faire ça tout le temps?
-Ca cafouille entre RTT et Heures Sup. Bricoler sur du bricolage conduit à la catastrophe. Mais est-ce important?
-Valéry n'a pas l'air de vous passionner. Dommage. Tant pis : je reviendrai bientôt avec Newton.

En attendant, ce blog va subir quelques interruptions dues à la prise de RTT en HS...

Le cimetière marin

L'hypocrisie de Christine Boute-en-Train et le dévergondage opportun de Nicarla Sarbruny
M'énervent.
Il faut tenter de vivre...
Le mieux est de partir, en été, au soleil, avec Paul Valéry. Vous en trouverez le texte complet dans votre bibliothèque ou sur Internet.

Le cimetière marin

Ce toit tranquille, où marchent des colombes,
Entre les pins palpite, entre les tombes;
Midi le juste y compose de feux
La mer, la mer, toujours recommencée
O récompense après une pensée
Qu'un long regard sur le calme des dieux!
...

Zénon! Cruel Zénon! Zénon d'Elée!
M'as-tu percé de cette flèche ailée
Qui vibre, vole, et qui ne vole pas!
Le son m'enfante et la flèche me tue!
Ah! le soleil . . . Quelle ombre de tortue
Pour l'âme, Achille immobile à grands pas!
...


Le vent se lève! . . . il faut tenter de vivre!
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs!
Envolez-vous, pages tout éblouies!
Rompez, vagues! Rompez d'eaux réjouies
Ce toit tranquille où picoraient des focs!


Paul Valery Charmes

lundi 17 décembre 2007

Mme Christine Boutin



Je lui avais écrit, quand elle s'était ralliée, très tôt, dans les premières, à N. Sarkozy. Je lui faisais part de mes craintes : elle serait phagocytée, ne pourrait rien faire, surtout dans son domaine de prédilection, les prisons, où son héros ne ferait que les remplir.

Elle me répondit gentiment, sans doute un chargé de mission, que mais non, mais non, elle pèserait et qu'il fallait leur faire confiance, à elle et lui.


Elle fut récompensée par un maroquin, le Logement, et gagna en prime une secrétaire d'Etat peu soumise.


Elle se composa un Cabinet éminent, "Vaticano-compatible" comme on pourrait dire. J'attendais de voir avant de commencer à critiquer. On y est!


D'abord, sa politique de la Ville, on l'attend toujours, mais c'est Fadela qui s'y colle, parait-il, pour lutter contre "la glandouille". En fait, ça a plutôt été la Ministre de l'Intérieur, vu qu'il n'y a pas de problème social dans les banlieues. Réglé! Suivant...


Ca faisait un moment que ça s'agitait sur le logement d'urgence. La rue de la Banque transformée en squat, ça faisait désordre, et ça trainait. Alors elle a promis de les reloger, mais c'est la dernière fois, juré!


En septembre, elle a essayé de recruter un fils Legrand, pour mettre en oeuvre les promesses faites. Il a refusé, pas fou, et il a bien fait : on a assez d'Administrateurs pour Administrer.

Comme elle a une marge de manoeuvre égale à zéro,zéro, elle ne peut qu'envoyer les flics dès qu'il y a une tentative de tentes sauvages. Heureusement que, grâce à Chirac, la Seine est propre car dimanche un "Don Quichotte" a pris la baille. Force est restée à la Loi.

Résultats : elle s'est mis à dos à peu près toutes les associations humanitaires, parmi les plus gauchistes : ATD-Quart Monde, Secours Catholique, Abbé Pierre, etc.

Fillon décide alors de rencontrer les associations mardi. Du coup Christine les voit aujourd'hui, pour leur dire que les offres de logement d'urgence sont "statistiquement en augmentation"!

On voit comment ça va finir : si ça continue à râler, si Fillon n'arrive pas à trouver des solutions, alors Sarko va s'en mêler et débloquer les crédits refusés jusqu'à maintenant. Si ça se tasse, si le temps se réchauffe, on continuera à ne rien faire. En attendant, Sarko occupe la galerie et la Presse avec ses amours passagères, technique rodée en cas de difficultés.

Madame Boutin, quittez ce gouvernement avant qu'il soit évident pour tous que vous êtes en train de perdre votre âme. Vos espoirs de faire bouger les choses de l'intérieur ont disparu. Vous n'avez plus d'excuses, vous êtes complice.





dimanche 16 décembre 2007

Pour ceux qui aiment les cigognes....


Ach, L'Alsace! sa choucroute, son sens de l'Ordre...

samedi 15 décembre 2007

Saint-Jean de Latran

Ainsi, notre Président, co-Prince d'Andorre, va aller "prendre" sa stalle de Chanoine de Saint-Jean-de-Latran.

Il en est membre de droit, selon une tradition qui doit remonter au moins aux Carolingiens, mais ses prédecesseurs républicains n'avaient pas jugé utile de s'y faire installer.

Il aura eu la chance de rencontrer auparavant SS le Pape Benoît XVI, et le Cardinal Camerlingue. Il n'a pas été précisé lequel aura la charge de le confesser, et s'il aura reçu l'absolution : elle est à mon sens requise pour recevoir les Ordres Mineurs qui, sans l'empêcher de se marier, lui permettront un jour de prétendre au Trône de Pierre.

Je m'égare sans doute, mais je ne suis pas le seul!

Ouverture des services administratifs

résultats du sondage :

66,66% : 24/24, 7/7
33,33% : jusqu'à 22h
00,01%: jusqu'à 16h (arrondi statistique)

M Santini connait maintenant son cahier des charges

vendredi 14 décembre 2007

Dur métier

Hier, je regardais un reportage sur les candidats à l'élection présidentielle américaine.
Ils sont encore un troupeau, dans chaque camp, à viser l'investiture du Parti.

Du côté Démocrate, il y en a une qui me parait bien partie pour faire comme Ségolène : ses "Mémoires de Première Dame", dont je ne vous recommande pas la lecture, le montrent bien. Giulani me plaisait bien, mais il est déjà passé à la trappe. Une Françoise Laborde locale a choisi un espèce de grand maigre, genre basketteur. Il parait que ça lui a fait gagner plein de dollars pour sa campagne, et que là-bas, plus on a de dollars, plus on gagne d'élections.

Du côté Républicain, c'est encore plus amusant. Un télévangéliste se présente, avec un programme ambitieux : il est contre l'avortement et les impots, et pour le reste, il est ultra-libéral. Ils ont tous plein de dollars, pour eux ce n'est pas le problème. Alors ils se font des vacheries : ils sont sommés de répondre à des questions difficiles comme :

"Croyez-vous que chaque mot de la Bible est vrai?"

C'est un piège. Le télévangéliste est sûr que oui, c'est un créationniste convaincu. Les autres ne peuvent dire oui, sous peine de passer pour des débiles mentaux, ni dire non, sans perdre des électeurs! Il y en a un qui a répondu qu'il se présentait aux élections, pas à un examen de théologie.

Ségolène avait dit dans un meeting : "Aimez-vous les uns les autres"! Elle montrait ainsi qu'elle se souvenait de son catéchisme. Et c'est si vrai au PS...
Sarko, lui, se souvient mieux de l'Ancien Testament, et les 10 commandements (il a dû voir le film) : Tu te feras Elire à tout prix, Tu ne te feras pas prendre, Tu pairas sa Pension à Cécilia, Tu parleras au Diable en tête-à-tête, Tu gagneras ta Vie à la sueur du front des Autres, Tu adoreras Vendre des Rafale, etc.

jeudi 13 décembre 2007

Retraite du corps de ballet de l'Opéra

résultats du sondage :
66,66% : à 60 ans, elles peuvent faire Dame Pipi
33,33% : il faut les licencier à 35 ans

Bravo! Je ne vous félicite pas!

Réforme de l'Etat

La liste des décisions de la Réforme vaut le coup d'être lue. Cependant elle est difficile à décoder, car c'est un catalogue à la Prévert.
Rachida refile le boulot à ses copains (divorce aux notaires, pré-contentieux administratif aux administrations...). Fillon supprime des commisions inutiles (j'espère que ce n'est qu'un début..).
On réforme le renseignement administratif par téléphone (à voir le cahier des charge, c'était sûr que ça ne marcherait pas). On va élargir les horaires d'ouvertures des guichets : bon courage!

On va automatiser la liquidation des pensions : chic, dans 5 ans, on ne restera plus 3 mois sans rien recevoir, comme moi. On va faire un service de paie unique pour tous les fonctionnaires : enfin! Ca permettra de savoir quelles primes sont payées à qui.... Prévoir 2 ans d'interruption du service au moment du basculage...

Suppression de la moitié des directions centrales des ministères : panique certaine chez les Enarques! Fusion des DDA, DDE, DRIRE, etc : panique aux Ponts-et-Chaussées, aux IGREF, et même aux Mines (qui vont tout prendre...). Les préfets de Région patrons des préfets de département : je suis presque sûr que le maintien de l'Ordre sera exclu...

Mais le plus beau, le plus génial : autorité du CEMA sur les CEMA des Armes! Le copain de Chichi va pouvoir convoquer des matelots sans demander à la Marine!

C'est à celà qu'on voit la rupture. On est gouvernés!

mercredi 12 décembre 2007

Brèves

L'actualité étant ce qu'elle est, on a plus envie de se recoucher que de la commenter.
Cependant :
- Que penser du "paillasson" et du "baiser de mort" évoqué par Rama Yade? Rien : elle s'est fait remonter les bretelles de son soutif, et elle ferme sa gueule (charmante d'ailleurs). C'était ça ou sa carrière. Ca aurait été dommage de finir comme Schwartzenberg ou JJSS.

- Que penser du lancement et de l'arrêt de la grève CGT dans les transports? Quelles tractations de coulisse? Qu'a-t-on laché? TF1 ne s'est même pas posé la question.

- Vous n'êtes pas content de la visite de Khadafi : vous auriez préféré que les infirmières bulgares continuent d'être torturées? c'est le sens de la réponse de Sarkozy aux critiques : sa dialectique ne sidérera toujours.

- Grande réforme de l'Etat à venir : je suis impatient de voir ça!

mardi 11 décembre 2007

Processus (2)

L’article du Docteur Sedel, chirurgien à Lariboisière, est vraiment intéressant. Comme souvent, il nous donne plus à apprendre sur lui qu’il ne l’aurait voulu. Il nous donne les faits, et leur interprétation. Mais on peut ne pas être d’accord sur lui.

L’argumentation est en 3 points :
1 Je suis très bon, je le prouve
2 les autres sont assez nuls, et je le prouve aussi. Pour faire bonne mesure, je flingue tous azimuts.
3 Le travail de chirurgie est un travail d’équipe, il faut donc redonner du pouvoir au chirurgien, donc à moi.

Si j’ai placé cette analyse sur le plan des processus, c’est parce que c’est bien de cela dont il s’agit. Toutes les personnes sont compétentes, mais ça ne marche pas. Mais c’est évident que ça ne peut pas marcher. Et ce qui est sûr est que sa méthode l’éloigne de la solution, à se demander s’il y en aura une un jour.

Il n’y a pas d’objectif partagé. Il veut soigner des patients, quitte à ce que ça coûte cher. C’est peut-être aussi l’avis du malade ou du blessé, mais ce n’est sûrement pas l’avis de l’administration. Elle n’ose pas écrire qu’il vaut mieux amputer que d’essayer de sauver le membre, mais elle y pense très fort. Elle n’ose pas écrire que la « méthode vietnamienne » est la meilleure, mais on y va.

Il n’y a pas mise en commun des compétences, mais gestion verticale des métiers, chacun optimisant son pré carré et défendant ses s propres contraintes et, sans le dire, ses « avantages acquis ».

Il n’y a pas de solidarité : chacun son parapluie, le plus solide étant celui des « administratifs ». Mais les chirurgiens se défendent bien. Ca doit être sympa l’ambiance, heureusement le « patient » dort…

Reconstruire tout ça parait impossible. Faire en sorte qu’ils travaillent ensemble, dans l’intérêt contradictoire du "patient" et de la société, est hors de portée de ces corporatismes. La Sécu et leur ministre ont une mission désespérée. On paira, c'est tout.

La suite est mon analyse du texte. A noter que les anesthésistes ont déjà répondu que c'était eux les meilleurs. Ce qui la confirme.


1 Il est bon, et il le prouve.
Il est vraiment un très grand chirurgien : le nerf sciatique et le honteux, l’artère fessière n’ont pas de secret pour lui. Il a eu un apprentissage long. Il a un avis sur tout : « Il faut faire appel du jugement, il faut contester la version de ce patient qui a été mal reçu aux urgences».
La suite va vous prouver que c’est vrai, car :

2 Les autres sont nuls, et ils sont nombreux.
- Ses assistants sont nuls : ils tombent dans les pommes, il les rassure.
- L’interne vietnamien « dans mon pays, les tumeurs ne sont pas opérées, c’est trop difficile ». Le lecteur comprend : « c’est trop difficile pour nous, mais pas pour vous », mais non, il fallait comprendre « cela coûte trop cher, et les cancéreux meurent ».
- L'équipe de ce CHU du sud de la France a préféré lui confier l’opération. Le lecteur comprend « ils ne savent pas faire ». Moi, je comprends qu’ils ont compris que c’était une opération qui n’était pas « rentable », ils ont donc trouvé de moyen de refiler le cas à quelqu’un d’autre. Ils ne sont donc pas si bêtes que ça !
- Il est salarié, mais d’autres se sucrent bien : les footballeurs, les acteurs, les dentistes, les radiologues, les cancérologues, les radiothérapeutes, les anesthésistes, les avocats (avec des affaires réelles ou supposées), le lobby des assurances, les cliniques privées…
- Enfin, il y a les nuls mal payés : les brancardiers, les infirmières (qui cumulent des jobs !), les maires qui veulent garder leur petit hôpital, les syndicats.
-Hors compétition : l’administration qui, non contente de nous empêcher de travailler en triplant le nombre de ses fonctionnaires, applique de façon bête et méchante le principe de précaution, fixe sa T2A (tarification à l’activité T2A) aberrante, choisit les « moins-disants », bloque les heures sup.
Je serais d’accord avec ce point de vue, sauf à poser la question suivante : il faut bien qu’elle se rende utile ! Faute de pouvoir faire quelque chose pour diminuer les coûts, sa seule marge de manœuvre est d’embêter les autres. Elle s’y emploie, et selon le principe de Peter, moins elle réussit, plus elle augmente ses effectifs…
PS : Ah le sacro-saint principe de précaution : il a entraîné la disparition du pouvoir médical (ça c’est grave !), perte de la notion d’équipe, main mise de l’administration. « Découvert par les administratifs après l'affaire du sang contaminé : il faut qu’elle se couvre pour qu'un scandale ne soit plus de son fait ». Question non posée : qui est à l’origine de l’ »affaire » ?
- Quant au patient, parlons-en : des fois il est culturellement ou linguistiquement délicat, mais en plus « avec le public éduqué, les explications sont souvent aussi difficiles... ». Désespérant ! Il aurait dû faire véto…

3 Il faut redonner le pouvoir au chirurgien !
Conclusion logique d’un plaidoyer pro domo ! Ben voyons!
Il nous prévient : le grand perdant, c’est le patient. Ca, c’est vrai. En tout cas, il n’est pas au « cœur » d’une réforme impossible à faire.
On ne résoud pas un problème de processus en donnant le pouvoir à un maillon d'une chaîne, incapable de comprendre la nature et les enjeux d'une gestion transverse des compétences, et dont la seule réponse est dans l'ordre de la "prise de pouvoir".

lundi 10 décembre 2007

10 décembre

Nous fêtons avec éclat la "Journée des Droits de l'Homme d'Affaires".

Bon appétit, Messieurs!

dimanche 9 décembre 2007

Tempêtes

Aujourd'hui une tempête est passée sur la Bretagne. Pas LA tempête du siècle, mais une tout-à-fait ordinaire, comme celle du 4 septembre 1768, qui vit à Saint-Malo la naissance du "vicomte" François-René de Chateaubriand :

J'étais presque mort quand je vis le jour. Le mugissement des vagues, soulevées par une bourrasque annonçant l'équinoxe d'automne, empêchait d'entendre mes cris : on m'a souvent conté ces détails; leur tristesse ne s'est jamais effacée de ma mémoire. Il n'y a pas de jour où, rêvant à ce que j'ai été, je ne revoie en pensée le rocher sur lequel je suis né, la chambre où ma mère m'infligea la vie, la tempête dont le bruit berça mon premier sommeil... Le Ciel sembla réunir ces diverses circonstances pour placer dans mon berceau une image de mes destinées.

Sacré Vicomte, il écrivait bien et savait reconstruire le passé à sa gloire!

Plus proche de nous, la tempête du 9-10 décembre 1979 à Rennes reste dans ma mémoire : les branches d'arbres en travers des rues, la pluie à l'horizontale, la maternité encombrée...

Jolie date :
-en 536, Bélisaire prend Rome
-en 1822, naissance de César Franck
-en 1848, Louis-Napoléon Bonaparte est élu président de la république (on ne se méfie jamais assez)
-en 1908, naissance d'Olivier Messiaen

samedi 8 décembre 2007

Molé, Pasquier, Maret

Il faut toujours se méfier des jugements de l'Histoire, surtout quand l'historien ne mâche pas ses mots.

A ce titre, l'"Histoire et Dictionnaire du Consulat et de l'Empire", de A. Fierro, A. Palluel-Guillard et J. Tulard, Coll. Bouquins, est croustillant.

Sur Mathieu Molé, auditeur au Conseil d'Etat et préfet, entre autres, de Napoléon :
Nommé pair, le 2 juin 1815, il aura l'opportune idée de ne pas siéger, étant parti faire une "cure diplomatique" à Plombières. Cela lui permettra de servir avec la même servilité Louis XVIII et Louis-Philippe, et de faire une carrière de larbin politique, plat comme une limande devant ses maîtres et gonflé d'une venimeuse vanité pour ses subordonnés. A sa décharge, il faut dire que ses ancêtres avaient, dans l'ensemble, fait preuve d'un caractère comparable sous l'Ancien Régime.

Etienne Pasquier, Préfet de Police, révèle l'étendue de son incapacité en se laissant berner et arrêter par le général Malet. Napoléon lui pardonne, sans doute impressionné par sa généalogie et sa servilité... Pasquier fut jusqu'à sa mort (1862) arrogant envers les faibles et veule devant les puissants. Ses intéressants Mémoires mettent bien en évidence le caractère d'un homme qui passa à travers tous les régimes, de Louis XVI à Napoléon III, en étant toujours du côté des vainqueurs.

Sur Maret, secrétaire de Napoléon, fait duc de Bassano en 1809, puis ministre des Affaires étrangères : Il était méprisé par beaucoup, et Talleyrand disait de lui : "Il n'y a qu'un homme plus bête que M. Maret, c'est le duc de Bassano."

Heureusement, tout ceci n'est plus possible aujourd'hui...

Saints et Diables

Nous allons avoir la chance de recevoir un dictateur assassin, tortionnaire, terroriste, mais avec un carnet de chèque. Je n'irai pas le voir dans sa tente qu'il plante chez nous, comme Abdallah dans le chateau de Moulinsart.

Mais cette actualité me rappelle que nous rencontrons, dans nos vies, de vrais saints, et de vrais diables.

Il y a des personnes dont la bonté rayonne, qui ont un charisme étonnant, évident, chaleureux. On met parfois du temps à comprendre, puis on se rend compte qu'on a eu la chance de rencontrer un(e) véritable saint(e). Quand ils ont disparu, leur souvenir est chaud et consolant.

Mais il y en a qui sont de véritables démons. Malheur à vous si vous croisez leur route. Ils ont du génie pour vous destabiliser, vous énerver. Leur cynisme vous écoeure, le mépris qu'ils affichent pour tout vous détruit. Ils savent faire mal, et ne s'en privent pas. Quand vous vous trouvez sur leur route dans le milieu professionnel, vous ne pouvez pas forcément les éviter, vous devez subir.
Malgré vous, ils vous mettent la haine dans le coeur, et vous en souffrez. Vous avez des pulsions de meurtres, mais vous vous mettrez dans votre tort. Ils gagnent à tous les coups.

En vieillissant, leur méchanceté se concentre, se raffine et les confit. Elle vous réveille la nuit, et vous avez du mal à chasser les souvenirs de leurs mauvaises actions, comme un furoncle qui ressort dès que le précédent commence à sécher.

Ce sont des gens qui prennent du pouvoir, car leur malfaisance peut mieux se développer, un pouvoir moral sur des personnes faibles (exemple d'une "dame de compagnie" entrée dans une relation sado-maso avec sa patronne), ou hiérarchique, car l'aveuglement des chefs sur les causes de l'efficacité apparente de ces monstres est confondant.

Comme un de mes anciens adjudants, je précise que "j'ai des noms"!

vendredi 7 décembre 2007

Fidélité conjugale

Vous avez peut-être déjà lu les passionnantes "Mémoires de Guerre" de Winston Spencer-Churchill (Sans rapport, je crois, avec Lady Di).
Peut-être ferais-je un post avec ce qui m' a le plus frappé.

Pour l'instant, juste une anecdote concernant sa mère, qui ne figure pas dans ces "Mémoires".
Dans cette société victorienne de la fin du XIXème, au moins dans la "haute", l'adultère était la règle... pourvu que cela ne se sache pas. Une duchesse, maîtresse notoire du prince de Galles et de beaucoup d'autres, déclara un jour :

"Mon mari m'a tellement trompée, que je ne sais pas qui est le père de mon fils"!

Silence



C'est un article du Monde qui m'a transporté sur ce site : http://galaxyzoo.org/

Las de méditer sur les informations désespérantes de l'actualité (sauf dans Coins de Rue-Images Immondes lu chez ma Maman), je me suis évadé sur ce site : il y a tellement de galaxies qui ont été photographiées, des millions et des millions, que les astronomes ne peuvent pas, faute de temps, les classer!

Alors ils font appel aux internautes : il y a d'abord une formation : savoir distinguer les spirales et les elliptiques, ce qui est facile quand elles sont vues de face, pas vues de côté. Pour les spirales, celles qui tournent dans le sens des horloges , et les autres. Ou si elles sont en train de se télescoper ("merging"), ce qui leur donne parfois un aspect en "ailes de papillons".

On peut dire si on a des doutes, et on doit signaler si il y a un phénomène bizarre sur la photo : par exemple, le passage d'un satellite artificiel, ou une abérration, ou autre chose.

Quand on a fait la formation, on passe un examen, un test. Si on réussit, alors, on peut s'y coller, et trier ces fameux machins.

Cette idée est géniale, mais je trouve qu'on devrait donner le nom de l'internaute à la galaxie, ce qui pimenterait le jeu, et le ferait rêver toute sa vie...

Chaque galaxie a la taille de notre Voie lactée, comprenant plusieurs milliards de soleils. Chaque soleil a une probabilité non nulle d'avoir des planètes, et donc de porter de la vie.

Elles sont à une distance d'environ 10 et 15 milliards d'années-lumière, on les voit donc du temps où elles étaient jeunes. Autant dire qu'on a peu de chances, dans cette vie, d'aller les visiter. Mais je me réjouis d'avance du voyage que le bon Dieu m'offrira sûrement dans l'autre.

"Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie", disait Pascal. Il n'avait pas Internet, ni Hubble. Ces espaces infinis commencent à parler, et cela me réjouit.


PS : On connait le nom de certaines étoiles ou galaxies : Andromède, Magellan, Aldebaran, etc. Je me demande comment on a fait pour le savoir!

jeudi 6 décembre 2007

Picards

Vous savez combien j'aime la Picardie!
Les gens sont charmants, les monuments historiques passionnants.

Mais, mais, elle a aussi ses défauts :
- son climat, un peu belge, si vous voyez ce que je veux dire
- son lobby agricole, notamment betteravier, qui se croit tout permis
- son personnel politique, en dessous du médiocre : Minime Gremetz (QI<0), Mancel (condamné pour avoir pique dans la caisse... et dans la cave du CG60!). Seul le Gillou mérite considération.

Bon, ces élites veulent développer leur image de marque. Ils se font de la pub.
Voila la dernière que j'ai entendue, pour la promotion de l'industrie pharmaceutique locale :

"La Picardie, la région qui transforme les légumes en molécules"...

Ils sont désespérants....

mercredi 5 décembre 2007

Repentances...

On en parle beaucoup, parce qu'on ne va pas cracher sur 5 milliards de commande. Ah le fric, il n'y a que ça.
Moi, je suis pour la repentance. C'est mon droit, et je voudrais qu'elle soit complète.

- Moi qui suis de souche, j'ai été occupé et colonisé en 55 av JC, par Jules (César). Quand les italiens se repentiront-ils de ce qu'ils nous ont fait?

- Les Allamands et les Francs se sont jetés sur nous en 275. Vive la France, disaient-ils.

- En 376 les Wisigoths poussés par les Huns, en 406 les Vandales, les Suèves et les Alains, puis les Burgondes, enfin à la fin du V ème siècle les Ostrogoths et les Angles, se promènent chez nous comme s'ils étaient chez eux. Clovis, un Franc, même pas chrétien, du moins au début, prend le pouvoir.

- Au IXème et Xème siècles, ce sont les Vikings, autrement dit les Normands. Ce n'est pas la Queen qui s'excusera, elle descend d'eux...

-La Bretagne commense à être colonisée en 1365 (traité de Guérande), ce qu'Anne de Bretagne officialisera plus tard.
-La Guyenne subit le même sort pendant la Guerre de 100 ans.

Ensuite, ça a été encore un vrai désordre. mais les raisons de repentance continuent :
- brimades contre les Protestants, et la Saint-Barthélémy
- Prise de La Rochelle par Richelieu
- Occupation de l'Alsace, du Roussillon, de l'Artois, de Dunkerque, de la Franche-Comté et des Trois-Evêchés. Merci Louis XIV!
- Achat de la Corse : Merci Louis XVI!
- Vol, au Pape, d'Avignon , merci les Sans-Culottes...
- Mise au pas de la Vendée (de la Convention à la Restauration au moins)

- Charles X croit se refaire une santé intérieure en envahissant l'Algérie en 1830. Mal lui en a pris...
- Napoléon III, dit "le Petit" magouille en 1860 et prend Nice et la Savoie.
- Jules Ferry rend l'école obligatoire

Je ne prétends pas avoir été exhaustif. Je n'ai pas parlé des Néanderthaliens, qui auraient beaucoup à reprocher aux Cros-Magnons.

Et, si on ne sait pas quand ça doit commencer, autant ne pas savoir où ça doit s'arrêter!

Madame Dati (3)

Bon, d'accord, j'ai mis du temps, mais je pense avoir compris la politique de Mme Dati.

J'avais suivi, avec grand intérêt, les travaux de la Commission Outreau. Pas les extraits médiatiques donnés par les "grandes" chaînes, mais la retransmission intégrale sur LCP : un travail fin, méticuleux, avec toutes les parties prenantes. Une commission où un président du PS et un rapporteur de l'UMP avaient très républicainement établi un diagnostic et proposé en commun un plan sur 5 ans de réforme de la Justice.

Pascal Clément n'en avait extrait qu'une point anecdotique pour en faire une micro-réforme. On avait tous compris qu'il appartiendrait au futur président de la République de la mettre en oeuvre. Cela demanderait du temps, de l'argent, mais enfin, c'était le prix à payer pour avoir une Justice digne de ce nom. Et sans parler des prisons qui sont la honte de notre pays.

Certes, Sarko n'avait rien promis, mais tout le monde, comme moi, avait cru qu'il l'avait dit ailleurs, que ça nous avait échappé.

En fait pas du tout. Il n'avait pas promis de faire de construire une Justice moderne, mais il s'est promis de la casser... Cette justice qui relaxe, qui ne condamne pas assez, sur ses ergots en matière de Droits de l'Homme, qui n'est pas assez soumise, ce Ruymbecke qui fouine, ce Chirac qui s'en sort, etc.

Alors, il faut la casser. Pour ça on nomme Dati. Une femme : quand ça râlera, on les accusera de machisme. Une "d'origine ethnique" : quand ça râlera, on les traitera de raciste. Une inexpérimentée incompétente : tant mieux, elle ne comprendra pas les arguments qu'on lui opposera.

Au lieu de s'attaquer au grand chantier "Outreau", elle commence par le point le plus marginal, le plus bête : la carte judiciaire. Fermer le Tribunal de commerce des Sables d'Olonne et le TGI de Tulle et de Moulins, ça, ça va les occuper! On dit que ça va faire des économies. Ca tombe bien, on n'a pas d'argent pour moderniser. Mais quelle panique mise dans toutes les professions! Pendant qu'ils font des grèves, qu'ils en discutent, s'en scandalisent, et bien, autant de temps gagné à pas nous embêter sur autres choses.

2ème temps : mettre les procureurs au pas. Pour cela, contre les règles, nommer procureurs généraux une dizaine de femmes! Excellent ça, Coco. De même les mecs ne pourront pas râler sur leurs espoirs de carrière évanouis. Et elles, flattées 5 minutes de leur nouvelle gloire, vont vite comprendre ce qu'elles ont à faire : elles sont prises au piège. Plus de rebellion à ce niveau. Terminé, réglé!

Pour faire ce plan, et s'y tenir, il faut une femme de caractère, et un solide soutien. Elle a ça. Il a fallu avoir un cabinet pour le réaliser : quand ils ont compris le film, ils sont tous partis, mais on a fini par en trouver des dociles, qu'on décorera.

Au début, j'avais pitié d'elle, et je ne comprenais pas pourquoi elle faisait tant de bêtises. Maintenant j'ai compris qu'elle le faisait exprès, pour détruire de l'intérieur cette institution.
Et quand il n'y aura plus de Justice digne de ce nom, alors Sarko pourra donner toute sa mesure!

Ca c'est de la politique. Chapeau l'artiste!

mardi 4 décembre 2007

Cette idée, qu'elle est bonne!

C'est Urribe qui l'a eue! Vous savez, le Bush de l'Amérique du Sud, que dis-je, le Sarkozy des Andes.
Ingrid Betancourt, c'est un vrai drame. Et Sarkozy veut tout faire pour la libérer. Il a raison, je le soutiens.
Donc l'idée, c'est un échange humanitaire entre Ingrid et ... Nicolas! Un négociateur colombien est en route pour Paris.
Ingrid B. serait libérée, on s'en réjouirait, et Nicolas prendrait sa place : je ne donne pas 2 ans aux farc pour être réduits, annihilés, pulvérisés, détruits de l'intérieur!
Nicolas, un peu d'exercice ne peut lui faire de mal. Une petite formation militaire, pour apprendre à se tenir au "garde-à-vous", ça peut servir. Il est un peu stressé en ce moment : du bon air de la montagne, chez des amis, ça ne peut lui faire que du bien.
Et, promis, on lui fera faire une statue...

Erable (2)

Encore des recettes qui me sont spamées...

Pavé de saumon aux 2 Poivres

Portions : 4

- 4 pavés de saumon
- 10 cl de sirop d’érable
- 10 cl de sauce soja
- 2 C à soupe de poivre blanc
- 1/2 C à café de baies de séchuan
- Huile de votre choix.

Mélanger la sauce de soja et le sirop d’érable puis y faire mariner 6 heures environ les pavés de saumon en les retournant régulièrement.
Préchauffer le four à 220°
Huiler un plat allant au four.
Après avoir concassé et mélangé le poivre blanc et les baies de séchuan, appliquer chaque pavé de saumon dans le mélange des poivres sur une face seulement.
Poser les pavés dans le plat sur la face non poivrée et faire cuire 7 minutes environ.
Faire réduire la marinade pour arroser les pavés de saumon dès la sortie du four.
Servir accompagné de riz basmati, riz noir vénéré ou autres garnitures de votre choix.

Dessert

Tarte mousseuse chocolat poire érable

Portions : 6 Préparation : 20 min Cuisson : 25 min Attente : 2 h

- 100 g de chocolat
- 3 poires
- 3 œufs
- 1 cuillère à soupe de sirop d’érable
- 1 pincée de sel
- 1 pâte sablée

Préparer la tarte
Faire cuire la pâte. Couper les poires en dés. Les faires dorer avec le sirop d’érable pendant 5 minutes dans une poêle à feu moyen. Laissez refroidir, puis répartir dans le fond de la tarte.

Pour la mousse au chocolatFaire fondre le chocolat.Battre les blancs en neige avec le sel.Incorporer les jaunes dans le chocolat, puis doucement les blancs.

Dressage : Verser la mousse sur la tarte.Placer au réfrigérateur pendant 2 heures.
Bien laissez refroidir les poires à l’érable avant de mettre la mousse.Laissez la tarte bien refroidir pendant 2 heures, voire même plus, pour que la mousse soit bien ferme

Avec le café

Petits gâteaux au chocolat blanc & canneberges avec un chapeau blanc

Portions : 6 Préparation : 15 min Cuisson : 20 min Attente : 40 min

- 60g de beurre mou
- 90g de sucre
- 1 oeuf légèrement battu
- 1/2 c. à café d'extrait de vanille
- 125g de farine à levure incorporée
- 60g de lait
- 80g de pépites de chocolat blanc
- 30g de canneberges séchées
- 50g de chocolat blanc
- 30 ml de crème
- 100g de mascarpone
- 20 g de sucre glace

Préchauffez votre four à 170°C.
Travaillez le beurre et le sucre au batteur électrique jusqu'à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez l'oeuf. Versez l'extrait de vanille et mélangez bien. Incorporez la farine et le lait, puis les pépites de chocolat blanc et les canneberges.
Remplissez des moules à muffins au trois quart et enfournez environ 20 minutes. Laissez reposer 5 minutes avant de démouler et laissez refroidir sur une grille.
Laissez complètement refroidir avant de garnir de glaçage.
Pour le glaçage
Faites fondre le chocolat blanc avec la crème à feu doux. Laissez tiédir puis ajoutez le mascarpone et le sucre glace. Battez pour obtenir un mélange onctueux. Réservez au réfrigérateur avant de garnir généreusement les gâteaux. Dégustez aussitôt.

Anton Bruckner

Je voudrais faire connaître ce cher Anton, injustement délaissé.
Sans doute parce que ses oeuvres sont longues, et qu'on n'a plus de temps.


Né en 1824, mort à Vienne en 1896, il aura été un pauvre professeur, puis organiste besogneux. Ses compositions n'eurent pas grand succès de son temps, où l'on devait préférer les opérettes des Strauss.

Ses symphonies sont de grands univers, comme la 9ème de Beethoven, ou la Grande de Schubert : on y entre comme dans une église, on s'y laisse porter, on voyage sur de hautes pensées. "Les ineffables longueurs exhalent un parfum d'éternité"... Des thèmes profonds vous transpercent et vous transportent au paradis.

Je recommande, pour une première écoute, la 4ème, dite "Romantique" (pourquoi pas?), et la 7ème.

On le confond parfois avec Mahler, qui a commis aussi de longues et grandes symphonies. Mais n'oubliez pas cette clé de lecture : tous les deux nous entraînent dans de profondes interrogations métaphysiques. Mahler nous conduit à la certitude du Néant, Bruckner à l'Espérance de la Résurrection. On l'a surnommé le "ménestrel de Dieu".
Ses Messes sont grandioses, son Te Deum est plus célèbre.
Voyez le début de la 4ème symphonie, et son thème aux cors, très puissant



lundi 3 décembre 2007

Des garçons, oui! Mais des filles? (2)

Un ami, heureux père d'une fille, me pose cette question :

Certes, on ne sait comment sera sa descendance.
Mais, dans son ascendance, y-a-il plus d'hommes que de femmes?

Merci de vos lumières.

Provocation, Répression, Révolution!

C'était un des slogans de mai 68, le vademecum du gauchiste.
Maintenant, ça ressert, mais les provocations ont changé de nature.

L'autre jour, au musée de l'Architecture et du Patrimoine, j'ai été houspillé par les gardiens, des jeunes types méprisants. On se serait cru revenu à l'époque des Surgé en récré. Chaque semaine, dans le métro, je suis contrôlé au moins une fois -surtout à La Motte-Piquet, en plein ghetto-, et parfois, 3 fois de suite -entre Paris et Versailles, banlieue difficile- (il est vrai que, depuis la grève, on les voit moins, ils doivent reprendre des forces).

Quant à la Police, depuis qu'on lui a dit que le produit des contraventions servirait à l'achat de leurs équipements et à leurs primes, elle fait du stakhanovisme primaire.

"Alors, vous êtes pour les fraudeurs?" qu'il me dit à la RATP. "Vous êtes en panne? Je ne veux pas le savoir" qu'elle me dit la Police du stationnement. De toutes façons, on ne peut pas "réclamer" : il faut payer d'abord, écrire, attendre, engager des frais, etc.

Comme les radars sur les routes, pour traquer les chauffeurs. Ca ne prend que les gens qui ne sont pas du coin, et mesurent surtout l'absence de signalisation visible. Et on se glorifie de la "diminution des chauffards" par l'augmentation des revenus de ce rackett.

On met des vidéos partout : seuls ceux qui ont à cacher quelque chose sont contre, n'est-ce-pas? Donc des voyous. CQFD.

C'est le même schéma manichéen. Il y a les voyous et les honnêtes gens : l'un ou l'autre. Il n'y a pas de problème social dans les banlieues, comme il n'y a pas d'homosexuels en Iran. Ca a force de loi. Point.

Aussitôt après la provocation, la répression. En forme de provocations réitérées.
Bien motivés, tous ces gens en uniforme, surtout qu'ils ont été remontés comme des pendules par les discours martiaux de la semaine derrière.

Bientôt, ce sera une Milice. La Justice s'occupe, grâce à Mme Dati, de sauver ses emplois et ses bureaux, elle ne l'ennuiera pas avec des détails. (Quand elle s'occupe des détails, elle relaxe : la Police s'était trompé de coupables, pourtant ils avaient la tête de l'emploi). Déjà la Presse est muselée. Prochainement, il faudra faire venir en France Reporters sans Frontière et l'ACAT, mais on expulsera ces gauchistes, sûrement d'origine étrangère. A quand un Guantanamo bien français?

Enfin, viendra sans doute la Révolution qu'on nous prépare, une Révolution Nationale, bien sûr.
Il vous faudra choisir votre camp : honnêtes gens ou voyous, et vous serez voyou pour avoir traversé en dehors des clous. Vous resterez "bien-pensant" tant que vous ne serez pas tombé dans le traquenard. Un jour, vous vous révolterez contre cette "milicisation" de la Société", et vous serez devenu un voyou sans savoir comment. Un jour tout le monde sera en prison, mais la vraie liberté sera pour ceux qui seront dedans. Comme dans les hôpitaux psychiatriques où, à l'intérieur, les malades croient que les fous sont de l'autre côté du mur.

Pendant ce temps, on ne fait apparemment rien d'efficace contre les dealers, le travail au noir, la délinquance en col blanc. On laisse assassiner des jeunes filles dans le RER... On ne lutte pas contre l'insécurité, on combat le sentiment d'insécurité des honnêtes gens en asticotant et en humiliant d'autres honnêtes gens, de préférence petits retraités aux rares cheveux blancs, et on nous sort les statistiques de contredanses "a craché sur le trottoir" comme des victoires. Des Victoires sur des Récidivistes!

Au secours!

Gros titres du jour

- Poutine a gagné avec 64% des voix. Bof... notre Chirac a fait 82%, et sans bourrer les urnes!
- Chavez a perdu son referendum. Chirac aussi, et alors?
- Sarko est un grand ami de l'Algérie! Il y va : très bien, qu'il y reste...

dimanche 2 décembre 2007

Cité de l'Architecture et du Patrimoine. Expo Vauban

Le Musée des Monuments Français a brûlé en 1995, dans l'aile Est du Palais de Chaillot. Il a été rouvert sous le nom de Cité de l'Architecture et du Patrimoine, inauguré en septembre par Sarkozy et Mme Albanel.
Il s'y tient une exposition sur Vauban, que l'on se réjouissait de visiter.

De belles pièces, notamment des plans-reliefs (besançon, Fort de-Joux, Lille, Neuf-Brisach), des livres, des statues, des plans.

Voila le Fort de-Joux, par exemple :
"Une Casemate au fond des neiges
D'où l'on ne revient pas..." (P Claudel)


Les étiquettes explicatives des documents sont minuscules, blanc sur argent. Autant dire illisibles. Quand on s'approche, on manque de tomber de l'estrade en bois : pour faire moderne, on l'a arrêtée à 30 cm du mur. Quand on la lit, on s'aperçoit qu'elle concerne le buste qui est à 3 mètres en l'air, et non la lettre de Louvois posée à côté.

Et on a vite un sentiment de malaise. Il y a de grands placarts chichiteux, à la typographie dansante, qui nous explique que tout cela participait de la politique belliciste de Louis XIV, et de la centralisation des Louvois et Colbert. Une grande et belle ligne Maginot qui n'aura jamais servi. Une citation bizarre de Choderlos de Laclos pour appuyer cela : "la moitié de la dette de l'Etat...."

Et puis, on commence à comprendre vers la fin : la moitié de l'expo est à la gloire de toutes les municipalités qui militent pour faire classer les restes Vauban au patrimoine mondial par l'Unesco. Gravelines, Dunkerque, Valenciennes, Lille. Beaucoup dans le Nord de la France. Il y a quand même St-Martin-de Ré.


L'expo a été financée par le Conseil régional du Nord-Pas de Calais, aidée par un "généreux mécène". les planches ont été créées par un conseil en comm : les "Pistoleros". Voyez leur oeuvre! :





Avec un excellent matériau, cette expo est un foutage de gueule, vendues aux sponsors, sans autre but que d'en faire une et de faire courir Paris. Evidemment, pas de "livre d'or" pour leur dire ce qu'on en pense.



Maréchaussées

Jeudi 29 octobre, après les émeutes de Villiers-le-Bel, Sarkozy a réuni la Police et la Gendarmerie à la Défense (pour un meeting), et au ministère de l'Intérieur (pour toujours).

Il a précisé que les gendarmes resteraient militaires (mais il n'a pas dit si MAM devrait remettre ses tailleurs-pantalon, ou si elle pouvait rester en jupe), et que les échelles indiciaires des gendarmes seraient alignées sur celles de la Police.
Ce n'est que justice.

Mais on se demande si il y a équité, en entendant sur France-Info, les commentaires du syndicat FO des Gardiens de la Paix :
"Oui, c'est bien pour eux, on n'est pas contre. Mais, et on va le dire à la Ministre, y'a pas le compte. Eux, ils ont un regime de retraite plus avantageux, et la réduction sur les billets SNCF. On va demander pareil, ce qui serait normal."

Tiens, tiens! Ca s'appelle de l'échelle de perroquet, et Coco, à mon avis, n'a pas fini de grimper!
Justice et équité! Ah le beau sujet de philo! Si au moins il y a l'Ordre!

Allez les jeunes, encore un effort!
Dur, la rupture....

A la hauteur?

A ce que j'ai compris :
-Ségolène aurait proposé à Bayrou d'être son premier ministre. Il aurait refusé au dernier moment.
-Bayrou aurait proposé à Cavada d'être son premier ministre. Il aurait refusé, disant qu'il ne se sentait pas à la hauteur, n'ayant jamais exercé de poste gouvernemental. Du coup, il (Cavada)a voté pour Sarkozy (Canal +, le grand Journal). Bayrou, on ne sait pas.

De là j'en conclus que le duc de Bordeaux..., pardon, Bayrou ne se sentait pas au niveau pour être premier ministre.

Il avait bien tort, puisque ça a été Fillon! C'est bien la preuve que n'importe qui peut tenir le poste...

A propos de Fillon, je tombe sur un vieux Match, début août 2007 : la couverture est sur Mgr Lustiger, et il y a la photo de Sarko à Wolfeboro, celle sans les bourrelets.
Un entrefilet sur Fillon : il est présenté comme le "Vice-Président"! Je comprends enfin pourquoi Sarko l'a taclé en le traitant de "collaborateur du Président".

Ils sont tous à la hauteur...

samedi 1 décembre 2007

Tremblement de terre

La terre a tremblé en Martinique, jeudi dernier. Comme dans l'Antiquité, les dieux réagissent aux folies des hommes. Il y avait effectivement de quoi se poser des questions, au même moment, en regardant la TV.
- on se s'invite pas chez moi, vautré dans un fauteuil, fut-il du Mobilier National, assis comme s'il avait mal aux c..., la cheville posée sur le genou, la semelle au premier plan.
- on ne se fait pas interviewer par Arlette Chabot, au risque de faire peur aux enfants. Il aurait pu choisir quelqu'un d'autre, Laurence Ferrari par exemple.
- j'espère qu'il y avait un SAMU à proximité. L'attaque le guettait. Il va un jour nous péter une durite. Pronostic : il finira comme Félix Faure. Ou comme ce pauvre Deschanel.

Sur le fond, quelques points qui n'ont pas été relevés par la presse, à ma connaissance :

- l'Etat doit à ses fonctionnaires, notamment dans les hôpitaux, des millions d'heures supplémentaires. Un chef d'entreprise eut été immédiatement mis en demeure de payer, par un référé. Pourquoi les ordonnateurs secondaires, qui ont engagé ces dépenses sans en avoir les AE, ne sont-ils pas trainés devant la cour de discipline budgétaire? Et les ordonnateurs primaires devant la Haute Cour? Ces sommes ont-elles été provisionnées? Inscrites au bilan? Quand réforme-t-on la Cour des Comptes?

- L'Etat va vendre 3% de EDF -5G€- pour reconstruire les universités. Enfin un retour aux bons principes de l'économie : du capital pour payer un investissement, non pour boucler un budget de fonctionnement. Mais.... ce serait crédible si le budget 2008 était présenté en équilibre, non pas en déficit de 41 G€. Cet investissement nécessitera aussi du fonctionnement, car il suffit de voir le "centre Mendès-France" de Paris I, rue Tolbiac, pour se rendre compte de l'effet d'un bâtiment ultra-moderne tagué, affiché, dégradé, dégueulasse en un mot. En tous cas, le joli Bruno Julliard annonce le lendemain qu'il appelle à lever les blocages... et sa démission! Bien joué, Mme Pécresse.

-La justice, a-t-il été regretté, a été bien longue à traiter le cas Chirac. J'ai dû me pincer pour être sûr d'avoir entendu ce que je croyais avoir compris, d'avoir compris ce que je croyais avoir entendu. Problème facile à régler : supprimer d'urgence le fameux "statut pénal du chef de l'Etat", voté dans la confusion il y a un an. Et lancer une enquête préliminaire pour "recel d'abus de biens sociaux" pour vérifier que le prêt d'un appartement prestigieux de 160m² n'est pas la récompense de bienfaits prodigués à un chef d'Etat étranger, immensément riche, notoirement corrompu et corrupteur.

-Vive la négo sociale! Il nous faut des interlocuteurs! Chapeau, le virage à 180°! Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. Voila mon interprétation : pendant la période "silencieuse" de la grève des transports, Thibaut et Chérèque ont dû dire à Sarko : tu t'es mis dans la mouise avec cette affaire de régimes spéciaux mal engagée. Si tu veux qu'on t'aide à t'en sortir, voila les conditions :
1 tu dis à la SNCF et à la RATP de payer : compenser la baisse des retraites par des augmentations de salaires
2 tu recommences pas : tes prochaines réformes, tu les discutes avec nous avant.
3 tu annonces que tu aimes bien les syndicats, tous les syndicats, SUD compris (merci Arlette d'avoir posé la question).
4 sinon, ça va être la Java à Noël dans les transports.

Ca explique le coup de gueule de Fillon et de Devedjian le samedi : pas de ça, mon Coco. Mais Sarko, en bon politique qui sait ce qu'est un rapport de force, a accepté le deal. Il aura fallu 3 jours pour cela, 3 jours de galère de plus pour les parisiens et banlieusards. Sarko a donc fait son topo sur les mérites de la concertation, à la CGT de faire le sien maintenant. Et si ça ne se passe pas bien, il garde un fer au feu : remettre en cause la représentativité! C'est bien de se sentir gouvernés...

Dur, la rupture...

vendredi 30 novembre 2007

L'abeille

Aujourd'hui est un jour "sans".

Je vous invite donc à goûter ce poème de Paul Valéry, dans Charmes : "l'intelligence engourdie a besoin d'être réveillée par la piqûre d'une pensée lucide" (sic).

L'abeille

Quelle, et si fine, et si mortelle,
Que soit ta pointe, blonde abeille,
Je n'ai, sur ma tendre corbeille,
Jeté qu'un songe de dentelle.

Pique du sein la gourde belle,
Sur qui l'Amour meurt ou sommeille,
Qu'un peu de moi-même vermeille
Vienne à la chair ronde et rebelle!

J'ai grand besoin d'un prompt tourment :
Un mal vif et bien terminé
Vaut mieux qu'un supplice dormant!

Soit donc mon sens illuminé
Par cette infime alerte d'or
Sans qui l'Amour meurt ou s'endort!

jeudi 29 novembre 2007

Efficacités

J'aime bien l'efficacité. Question de tempérament.
Par exemple, mon modèle c'est Poutine. Quand il fait la guerre, il va jusque dans les chiottes, ce qui prouve sa connaissance du métier, et aussi celle de la psychologie du militaire.
Kasparov l'embête avant ses législatives : 5 jours de prison, car "il avait besoin d'une punition". D'ici là, la campagne électorale sera passée. EFFICACITE!

De même, l'ourse, même pas française. Nathalie Koshiusco-Morizet, notre sous-ministre revenait des Pyrénées sans avoir rien réglé. Deux jours après, plus de problème d'ourse. EFFICACITE!

On part 3 jours en Chine. Evidemment, ça devient vite le foutoir, ça tire dans tous les coins. Aussitôt descendu de l'avion, il va voir les blessés avec les TV, envoie les assassins aux assises, rameute son petit monde, même Boutin qu'il avait oubliée. 3 baffes à Fillon, MAM, Fadela, qui n'avaient pas fait ce qu'il fallait (en fait ils attendaient qu'il décide comme d'habitude, de toute façons ils auraient tout fait mal). La politique sécuritaire est relancée. Plus de problème de banlieues, c'est fini, réglé. EFFICACITE!

Ce soir, il va traiter notre pouvoir d'achat, notre problème le plus important -après les banlieues. (Sûr qu'il va oublier les retraités). Autrefois, pour augmenter le pouvoir d'achat, on augmentait les salaires. C'est d'un bête! Lagarde ne se rendra pas! Maintenant, on diminue les dépenses des gens. Enfin, pas toutes : pas les impôts sur l'essence, pas la TVA , pas le lait et la farine, non, ni la taxe sur le poisson. Mais les marges des commerçants et des entreprises. Pas le gaz et l'électricité, non, mais le téléphone mobile par exemple. Vous ne pouvez pas aller chez Fauchon, allez chez Lidl! Vous n'avez pas de pain? Mangez de la ... Quand on n'a pas les moyens, on pique-nique.
EFFICACITE!

mercredi 28 novembre 2007

Des garçons, oui! Mais des filles?

Peut-être un problème de saison...
Supposons que toutes les familles veulent une fille, et rien qu'une fille.
Supposons que toutes les familles puissent avoir autant d'enfants qu'elles veulent, et que la probabilité d'avoir une fille est 50% à chaque naissance.
Donc, s'ils ont en premier une fille, probabilité 1/2, ils arrêtent.
S'ils ont un garçon en premier, ils font un autre enfant. Si c'est une fille, probabilité 1/2, ils arrêtent. Si c'est encore un garçon, ils continuent.

La question est : dans ce schéma, quel est le pourcentage fille/garçon dans la population?

Réponse : autant de filles que de garçons! Comme dans l'hypothèse où les familles ont un nombre aléatoire d'enfants.

Démonstration. Considérons toutes les familles ayant n enfants ou moins. Sur 2^n familles, il y en a : 2^(n-1) du type F, 2^(n-2) du type GF, 2^(n-3) du type GGF, etc , jusqu'à 1 du type GG...GGGGF (n-1 garçons, 1 fille) et une du type GG...GGG (n garçons)
Le nombre de filles est donc de 2^n - 1
Le nombre de garçons est de 2^n -1-n

Faisons tendre n vers l'infini. Le rapport garçon/fille tend vers 1.

C'était évident : à chaque naissance, la probabilité d'avoir une fille est de 50%. Il y a donc en moyenne autant de garçons que de filles, et réciproquement.

Que ceci ne vous décourage pas!

saint Côme

Associé à son jumeau Damien, il est le patron des médecins et apothicaires, par extension patron des Hôpitaux, et leur fête est fixée au 27 septembre (sauf réforme récente de la Curie).
Kosmas et Damianos en grec, Cosmas et Damianus en latin, Cosimo e Damiano en italien, Cosme y Damian en espagnol, Cosmas and Damian en anglais, Kosmas und Damian en allemand, Cosmus en Damianus en hollandais, Martyri Medici, étaient des médecins d'origine arabe dans une ville de Cilicie au IIIème siècle.

Ils étaient surnommés Anargyres (par opposition aux philargyres), ce qui leur vaut un culte récent de la part des Autorités de la Sécurité Sociale Française.
Dénoncés comme chrétiens, les jumeaux refusent de sacrifier aux idoles. Le proconsul Lysias veut les mettre à mort, mais des anges les sauvent à chaque fois : les nerfs de boeuf les laissent intacts, le feu du bûcher se retourne contre les bourreaux, les pierres reviennent frapper les lapideurs, et les flèches les archers. Ils sont jetés, enchaînés, dans la mer, mais ils reviennent sains et saufs sur le rivage.
Ils sont finalement décapités, en 287, sous Dioclétien.

Ils ont réalisé un célèbre miracle posthume : le sacristain de l'église des Saints-Côme-et-Damien à Rome avait une jambe rongée par la gangrène. Les deux saints coupèrent la jambe saine d'un nègre qui venait d'être enterré et la substituèrent à la jambe pourrie du malade, lequel, après cette greffe, retrouva la santé sans autre ennui que d'avoir une jambe noire et l'autre blanche. Un miracle semblable est attribué à saint Eloi (qui n'était pourtant pas son cousin).

Leur culte, né en Orient et patronné par l'empereur Justinien, passa au VIème siècle en Occident. Ils furent adoptés comme patrons par la famille des Medici de Florence qui avant de faire fortune dans la banque, furent médecins, comme leur nom l'indique (mais les Medici furent sûrement philargyres... ). Le prénom Côme est héréditaire dans cette famille.

En France, une collégiale et une église Saint-Côme furent fondées à Luzarches à la fin du XIIème. Une église Saints-Côme-et-Damien existait à Paris, rue de l'Ecole-de-Médecine. De même à Montpellier, Ambert, Vézelise, Loctudy, Brageac (où sont leurs chefs reliquaires, dans le Cantal). A Issoudun, Côme patronnait l'Hotel-Dieu.

Mais toute l'Europe a voulu leur rendre un culte : Léon, Oviedo, Burgos, Valence, en Espagne ; Brême, Bamberg, Munich, Cologne, Essen, Liesborn, Kaufbeuren en Allemagne ; Cracovie en Pologne...

Comme "saints mires", on les invoque contre la peste, la gourme, la teigne, la gravelle et... l'incontinence nocturne des enfants! Ils sont représentés en robe fourrée, coiffés d'un chaperon ou d'un bonnet cylindrique de docteur. Ils tiennent à la main une trousse de chirurgien, un mortier de pharmacie, une boite d'onguents, ou une lancette.

Ah oui! Anargyre? Côme et Damien, pour gagner leurs clients à la foi chrétienne, exerçaient leur art gratuitement. Anargyre : qui n'accepte pas d'argent. Ces patrons des médecins étaient appelés au Moyen-Age "les deux gratuits secoureurs".

mardi 27 novembre 2007

Fontainebleau

La Tribune de l'Art, disponible sur Internet, réserve toujours d'heureuses surprises.

On y apprend aujourd'hui que le "Quartier Henri IV", enfin restauré, a été repeint en jaune. Pourquoi pas, puisqu'on avait des traces de cette couleur sur le crépis. mais ils ont aussi badigeonné les briques et les parements de grès! L'article s'appelle : "Fontainebleau n'est pas Schoenbrünn". Une bonne occasion de tirer sur les ACMH : Architectes en Chef des Monuments Historiques, organisés comme sous l'Ancien régime...

A Fontainebleau toujours, on est heureux d'apprendre que notre Nouvelle Politique Culturelle est à l'oeuvre : vive le mécénat! C'est ainsi que le théâtre s'appellera, après restauration, salle Sheikh Mohammad Ahmed ben Barrdidi (ou quelque chose comme ça) : vivent les rois du pétrole, vive nos généreux mécènes!

De toutes façons, on pourra bientôt vendre tout ça pour payer nos retraites. Sarko l'a demandé dans sa lettre de mission à Mme Albanel. Une mission de crânes d'oeuf énarques est installée. M Mancel, député pourri de l'Oise (condamné pour abus de biens sociaux en tant que président du Conseil général), a déposé une proposition de loi : pour faire "respirer" nos collections, les musées vont pouvoir acheter et vendre. Ça râle!

lundi 26 novembre 2007

Brèves

L'autre soir, je dinais avec un bon ami.
Je lui demande son avis sur différents sujets :
- Dati? Oh, elle a eu son maroquin!
-Fillon? A la Lanterne! (si vous ne comprenez pas celle-ci, je vous l'expliquerai!)
- Sarko? Je revendique l'honneur de diriger le peloton d'exécution! le plus tôt sera le mieux!
-Ah! vous êtes pour la peine de mort? Oui, uniquement par humanité, je ne veux pas qu'il souffre trop longtemps!

On ne s'est pas ennuyé. Ce soir non plus avec la rétrospective Marchais : Coupez-moi pas la parole, hein!

A part ça, rien que du banal : Sarko a trahi Taïwan, Cavada a trahi Bayrou. A qui le tour?

Grèves et grèves. Kübler-Ross.

Mon habituel sens de l'humour est mis à l'épreuve quand je lis les sottises que profèrent, à l'occasion du conflit sur les régimes spéciaux, de petits napoléons de sous-préfectures et autres poujadistes primaires.

Si j'en parle, c'est un peu parce que j'ai eu la chance d'en vivre, en direct, en première ligne. J'ai eu droit à l'arrêt des services, mais aussi au blocage des non-grévistes par les grévistes, à l'envahissement violent de mon bureau, aux appels du Préfet demandant pourquoi les voitures du service, banderolées avec mon nom, bloquaient le centre ville. J'ai géré les avant-crises, les pendant-crises, et les sorties de crise. Rien d'exceptionnel, surtout à l'époque (78-83), mais très éclairant pour apprécier les postures et les gesticulations de conflits ultérieurs.

Quand vous voulez, ou surtout devez, introduire un changement qui est susceptible de ne pas plaire, et donc de déboucher sur un conflit avec possibilité de grève, il faut commencer par définir sa stratégie, et ses tactiques.
Définir ses buts de guerre, et les moyens de les gagner. Puisqu'on va à l'épreuve de force, identifier et fortifier ses alliés, constituer des réserves stratégiques (Ah! Mme Thatcher et votre stock secret de charbon pour un an!), établir finement son plan de communication.

Tactiquement, utiliser tous les moyens pour convaincre le personnel, en passant par la hiérarchie naturelle -ne comptez pas sur les syndicats pour vous y aider-, divisez les adversaires -ils vous opposeront "l'Union"-, isolez les "gauchistes" en négociant intelligemment avec les réformistes et pour cela utilisez vos biscuits mis en réserve. Si votre encadrement est plutôt favorable aux grévistes, vous êtes TRES mal...

Enfin sachez utiliser le temps, pour faire mûrir un process d'évolution que Madame Elisabeth Kübler-Ross a décrit par ailleurs, mais qui est très utilisable dans ce domaine.
Face à une situation considérée comme "impossible, inacceptable", bien qu'inéluctable, nous réagissons ainsi :

- 1 nous subissons un choc, et nous nions la réalité (sidération)
- 2 nous nous mettons en colère
- 3 nous essayons de marchander, pour éviter l'inévitable
- 4 nous faisons une dépression
- 5 nous pouvons alors seulement entrer dans une phase d'acceptation.

Si vous accompagnez vos grévistes jusqu'à l'acceptation, vous avez gagné, le travail peut reprendre. Si vous ne comprenez pas ça, attendez-vous à de gros ennuis. Par exemple, pendant la phase "colère", laissez brûler le bois : ce n'est pas le moment d'envoyer les CRS. Au moment de marchander, usez de votre salive, de la carotte et du bâton. Au moment de la dépression, dites des mots gentils de compassion. Faites tout ceci à contre-temps, et vous finirez roulé dans le goudron et les plumes.

Il peut arriver que la grève "pète" toute seule. Vous ne l'avez pas vu venir. Faites très vite le process précédent dans votre tête :
1 "Ah, c'est pas vrai! ils vont pas recommencer!"
2 "Alors, bande de nuls, vous n'avez rien vu venir!!? Ils vont encore nous faire ch... Qu'est-ce qu'ils veulent encore? Des sous? J'en ai pas! De la dignité? Mais pour qui ils se prennent! "
3 "Appelez Thibault et Chérèque. Dites-leur d'arrêter ça. Chef? tu gères, ou je gère? Si oui, avec quoi?..."
4 "Je suis foutu. Ca va être le foutoir, encore. Mon patron va encore me lâcher en rase campagne, après m'avoir dit de rien céder. Et je n'ai pas que ça à faire, etc"
5 "Bon, faut y aller... Voyez si on peut recevoir une délégation..."

Alors seulement, vous aurez suffisamment repris vos esprits pour sortir à moindre frais de la crise.

La crise des Régimes spéciaux me parait contraire à toutes les règles du bon sens. Faire des économies? on est parti pour que ça nous coûte cher (avis de JM Apathie sur son blog). Assurer l'équité? C'est bien sélectif, comme approche. Bousiller la CGT? On sait ce qu'on a, on ne saura pas qui on aura après, et puis ce n'était pas la peine de faire l'unité de tous contre soi. Rassembler les français pour réussir les réformes? Je ne vois que divisions, petites ruses infâmes, volonté d'humilier, mesquineries (surtout Fillon, un spécialiste, droit dans ses bottines). Rien qui ressemble à une réforme réussie. Alors on lance les beaufs, à grand renfort de propagande TV, à réclamer "la fin des grèves dans les entreprises en monopole"," la suppression des subventions aux syndicats", "envoyez les CRS les remettre au boulot", etc. Seules victimes de ce foutoir : les usagers qui galèrent, et l'intelligence politique.

Maintenant, on crie à la "Victoire de Sarkozy contre des privilégiés". Une jolie victoire à la Pyrrhus pour l'instant, car on a eu tout ce foutoir uniquement pour commencer à parler. Et je ne vois pas comment en 4 semaines, le gouvernement va les conduire à accepter sa réforme. Bonne idée d'avoir dit 4 semaines : ce sera juste avant Noël, une bonne épée de Damoclès. Pourquoi ne pas avoir dit 6 semaines, ça nous amenait après les fêtes... et la loi sur le service minimum.

"Si on ne fait pas cette réforme, on n'en fera pas d'autres", disent-ils. En s'y prenant comme ça, il vaut mieux effectivement ne pas continuer.

dimanche 25 novembre 2007

Tintin et Delon

Déja le blog du Chi nous avait montré Sarkozy en Tintin. J'y ai pris les 2 images jointes.

Hier, les Echos, pourtant journal de luxe, file la métaphore : Tintin à l'Elysée par Jean-Marc Vittori

- on a eu Tintin en Amérique, Tintin au pays des Soviets (avec empoisonnement à la vodka?), Tintin au Congo, maintenant Le Lotus bleu, et la semaine prochaine Tintin et le pays de l'Or Noir. Hugo Chavez a l'Oreille cassée chez les Picaros.

Et de proposer :

- Capitaine Haddock : Guaino ou Borloo
-Tournesol : Attali
-Nestor : Guéant
-la Castafiore : R Bachelot, ou J Lang!
-Dupont-Dupond : Hortefeux et Estrosi
-Séraphin Lampion : Fillon
-Rastapopoulos : quelqu'un qui aurait un yacht, quelqu'un qui dinerait au Fouquet's, vous voyez?

Mais Tintin, lui, est malin, et se sort de toutes les situations. Et il n'a pas de femmes dans sa vie. Fin de la comparaison, sauf si vous avez d'autres idées


Mais Sarkozy en Chine, parti avec Rachida mais sans Rama, avec plein de PDG pour vendre aux Chinois la corde qui leur servira à nous pendre, ce n'est pas si simple.
"L'imbécile, ...l'enfant" va se faire encore engueuler :
(extrait du Kiosque de Ivan Levaï sur France-Inter)

LE PARISIEN révèle ce matin, que quelqu’un a oublié notre star internationale. Et la colère de Delon, en page 5 du PARISIEN ce matin, est terrible.
«ça fait des semaines,
proteste Alain Delon, que l’on dit que je suis l’invité d’honneur du président Sarkozy en Chine. Sachez que je n’ai besoin de personne pour aller à Pékin. J’ai accepté pour l’image de la France… J’ai attendu, un signe du protocole, du service des voyages de l’Elysée, jusqu’à jeudi… Rien. Hier, c’est LE PARISIEN qui m’informe que je ne suis pas sur la liste. Quid de la courtoisie, de la politesse, de la décence… Il y a des goujats, des grossiers à l’Elysée. J’attendais au moins un mot. Personne n’a osé m’appeler… Il y a, au niveau de la communication autour du président, une bande de charlots. Lui n’est au courant de rien. Mais je le connais, les oreilles de certains vont chauffer.»
Bigre! La rupture, c'est dur.

samedi 24 novembre 2007

Processus

J'ai passé hier une très intéressante journée autour de la gestion des processus.

Cette gestion n'est délicate que dans les grandes entreprises, complexes, et les pionniers dans ce domaine sont les secteurs de la Banque-Assurances et des Telcos. Elle est délicate, parce que elle ne peut se faire ni sans, ni avec la haute hiérarchie! Il faut qu'elle soit impliquée, et crée les conditions pour que les processus puissent être pilotés, organisés, éventuellement réingéniérés, sachant que les plates-bandes des baronnies vont être piétinées, les habitudes remises en cause par des gens qui ne sont pas dans la ligne hiérarchique...

Autant dire qu'il faut qu'une entreprise soit au bord du gouffre pour s'y lancer. Comme disait un participant : "nous n'avons pas eu de problème de mise en oeuvre, parce que nous n'avions pas d'autre choix possible". C'est une raison effectivement suffisante.

IBM s'y est mis il y a environ 10 ans, lors de leur dernière grande crise. "Nous avons des pilotes de processus au niveau mondial, tous aux US. Tout est documenté, nous appliquons", dit sa représentante. Je me faisais la réflexion que, quand il y aura des ordinateurs sur Mars, ils devront les mettre sur la Lune. Responsable de la « voix du client », elle a le droit –et le devoir- d’escalader chaque fois que quelque chose ne pas : c’est un processus qui permet de by-passer un autre processus qui dysfonctionne. Elle avouera plus loin que, nécessité faisant loi, il y a dans chaque "région" (dans le langage IBM, "région" veut dire "pays", comme "éducation" veut dire "formation"), des verrues telles qu'il serait nécessaire de revoir tout cela. Sans doute à la prochaine crise.

J'ai tort de plaisanter car c'est effectivement difficile. C'est peut-être l'art de savoir créer des coopérations transverses entre divisions dont les objectifs opérationnels peuvent être contradictoires au premier ordre. Un imbécile changera l'organisation, et déplacera ailleurs, sans les supprimer, les problèmes d'interface. Un grand chef saura faire partager une vision commune, et générer des comportements coopératifs.
Quant à celui qui ne sait que diviser pour régner, c’est sans espoir.

J'y songeais, en observant comme "usager", deux secteurs où ces préoccupations semblent désespéramment absentes : l'administration, et l'hôpital.

J'ai déjà raconté comment l'ordinateur en folie de ma future caisse de retraite envoie des lettres de rappel aux "usagers", alors que c'est la capacité de traitement des dossiers qui est en cause : le processus accroît le dysfonctionnement au lieu de le résoudre.

Mais prenez l'oeil processus pour lire l'article, fort intéressant du professeur Sedel dans le Monde du 13/11/2007, et ceux qui l'ont suivi, en réaction. Illustration magnifique de dysfonctionnements entre métiers de logiques différentes! C'est "hallucinant", dirait un djeune.

Rappelez-moi de vous en reparler !

mercredi 21 novembre 2007

Chrysanthèmes

Belle lumière d'automne aux jardins du Luxembourg.
On le traverse, faute de bus ou de métro autour ou dessous. De belles fleurs, et on se fait la réflexion que nos Pères Conscrits, malgré leur âge et leur sagesse, ont encore bien des moyens.


Le mystère de la loi de la Gravitation (2)

Reprenons où nous en étions : le centre de Gravité du système se déplace dans une direction fixe, à vitesse constante.


Construisons la vitesse angulaire instantanée du système par rapport au point G :



Sa dérivée est nulle :

(vérifiez vous-même!)


est donc constante! Le plan perpendiculaire à ce vecteur passant par G est donc fixe. C'est un grand résultat , car si l'on transporte le repère au point de gravité G, alors le mouvement des 2 corps "apparait" plan.

Mais si on reste dans le repère initial, les trajectoires des 2 masses semblent bizarres :








Il faut donc se méfier des apparences!
PS : joli, non?

mardi 20 novembre 2007

Brèves sur la Beauté et la Vérité



Lu dans le Monde, sous la plume de Dominique Dhombres qui l'a entendu sur France 5 :


"On va finir par faire un enfant avec Guaino. Je l'adore. Quand on est tous les deux face à face, parfois on a la larme à l'oeil", dit de lui Nicolas Sarkozy. "On a fait des enfants ensemble. On a fait des discours pendant la campagne", confirme Henri Guaino.

C'est lui qui a fait citer Léon Blum, Jean Jaurès, Guy Môquet par le candidat Sarkozy. De mon temps, on faisait autrement. Nous voila bien...

Toujours dans le Monde (désolé), une interview d'Anthony Garrett Lisi, qui vient de publier une nouvelle théorie de "la grande Unification" (des 4 forces de la nature, ou encore de la mécanique quantique et de la relativité) : "Si la nature vous dit que vos idées sont fausses, il est inutile de discuter. La "théorie E8" est mathématiquement et esthétiquement superbe et jusqu'à présent, elle semble correspondre avec la physique que nous connaissons. "


Je suis allé voir l'article publié par ArXiv.org . C'est peu dire qu'il est techniquement difficile. Mais l'intérêt est dans sa conviction que "A successful description of nature should be a concise, elegant, united mathematical structure consistent with experience."
Toutes qualités qu'il reconnait au Groupe de Lie, dit E8, une des plus belles constructions mathématiques qui existent. Et si c'est beau, c'est que c'est vrai. CQFD.



lundi 19 novembre 2007

Modernités

J'ai la chance d'avoir de jeunes enfants, et aussi celle d'être au milieu d'un réseau de dames, dont les années, comment dire celà?, n'ont fait que développer leur charme et leur amabilité.

"Allô, cher François? Voila, impossible d'avoir KTO sur ma TV. J'ai tout éteint, tout rallumé, comme vous m'aviez dit, et je tombe toujours sur Star Ac'. Que faut-il que je fasse?"

"François, le nouvel appareil photo que mes enfants m'ont donné, je n'arrive pas à enlever la pellicule. C'est un jetable? Il faut que je le donne au photographe?"

"Oui, François? J'ai envoyé un message par mail, j'ai cliqué sur "Envoyer", et depuis, il a disparu : ni dans la corbeille, ni dans "envoyés"? Que faut-il que je fasse?" (il était en fait dans "brouillon")

Ça a commencé dans les années 70, en particulier dans les locaux du CCETT, à Rennes, où l'on étudiait les nouvelles techniques de TV, et où j'ai vu le premier décodeur de ma vie : un m3 de fils et de cartes électroniques.

On a eu ensuite les magnétoscopes, les décodeurs Canal+, maintenant les box (bien nommées) en tout genre, et c'est devenu ingérable. Il faut en général 3 télécommandes dans les mains à la fois, et il se passe toujours ce qu'on n'attend pas. Et comme vous n'êtes jamais sûr d'avoir branché comme il faut les Péritel, les RVB, les FireChose, les trucs jaunes, rouge, blanc... Et la carte SIM est à l'envers (il n'y a pas de détrompeur, ça aurait été trop simple).

La palme revient à Orange TV, qui se bloque systématiquement sur la VOD. C'est un exploit d'arriver à retrouver son canal normal (menu, attendre, PgDn, PgDn, PgDn, OK, attendre, etc). En plus, chaque fois qu'on zappe d'une chaîne à l'autre, les bécanes se téléphonent pour savoir si on a les droits, et si on ne les a pas, on est bloqué...). Quand je dis que Orange a la palme, il faut dire que je ne connais pas les autres, mais ça se saurait si ça marchait. Chaque appareil a sa prise électrique, il faut mettre des prises multiples sur des prises multiples pour regarder TF1.

Mon four? Mon four aussi : il est électronique. L'heure se règle en appuyant en même temps sur 2 boutons. Il y en a 8. Alors, chaque fois qu'on change d'heure, j'attends 6 mois. Quand le courant a été coupé, tant pis, j'ai une montre...

Alors les appareils photos (des fois on peut téléphoner avec), les téléphones (des fois on peut faire des vidéos), les MP3(on peut regarder aussi les photos), les Palm (ils font tout, si on sait les Sync), tous avec des cordons et des chargeurs différents (merci Nokia pour le petit bout de fil qui permet d'utiliser vos anciens chargeurs avec le nouveau trou, mais où l'ai-je mis?), des avec des piles rechargeables, d'autre pas, avec une ergonomie différente, des cartes mémoire compatibles ou pas, RAS-LE BOL.

Et l'appareil radio qui se met tout seul en marche à 2 heures du matin dans la cuisine. Impossible d'arrêter cette machine infernale qu'une manip aléatoire a déclenchée.

Ras-le-bol de ces technocrates qui ont "inventé" tout ça, ras-le-bol de ces enfants que ça fait rigoler, parce que ils ne savent écrire que des SMS avec leurs pouces en orthographe phonétique et que ça leur suffit, qui s'amusent avec tout ça, et parce que ce n'est pas eux qu'on appelle pour dépanner ces charmantes dames dont je parlais.

Pas étonnant que dans les hôpitaux, on se gourre de bonne foi dans la dose de rayons que les machines envoient. Pas étonnant qu'on jette les vieux à 55 ans, ils ne seraient pas capables d'inventer ça. Pas étonnant qu'il faille un DESS pour peut-être gagner un SMIC.

Gneu-gneu Arghhhh!