samedi 29 décembre 2007

saint Hugues de Grenoble

Latin : Hugo Gratianopolitanus. Italie : Hugone. Espagne : Hugo, ou Ugon, obispo de Grenoble. Angleterre : Hugh the Cathusian of Grenoble. Allemagne : Hugo. Indes (occidentales) : Hugh (selon Marc)


Fêté le 1 avril, sans rire.


Contemporain de Hugues de Cluny, fêté le 29 avril, il est né en 1053, mort en 1132, canonisé par le pape Innocent II en 1134.

Il manifesta dès son plus jeune âge une piété extraordinaire et une grande facilité pour la théologie. Alors qu'il était encore laïc, il fut fait chanoine de Valence. Sa piété était telle que, selon la légende, il n'aurait aperçu qu'une seule femme dans sa vie, sa mère. Il n'avait sans doute pas de soeur.

Il fut consacré évêque en 1080 par le pape Grégoire VII. Il se consacra à la tâche de réformer les abus dans son nouveau diocèse. Après deux ans de luttes inutiles contre la simonie et le mauvais comportement de son clergé, il se retira à l’abbaye de la Chaise-Dieu d’où Grégoire VII lui ordonna de sortir pour retourner dans son diocèse.

En 1084, il céda à saint Bruno un vaste territoire faisant partie de son diocèse pour y installer le monastère de la Grande-Chartreuse : il vit en rêve sept étoiles annonçant l'arrivée de saint Bruno avec 6 compagnons. Un jour de fête, il arrive à l'improviste à la Chartreuse, et trouve 7 moines à table tout contrits parce que, faute d'autres nourritures, on leur avait servi au réfectoire des oiseaux rôtis bien que la viande fût sévèrement interdite par la Règle. Saint Hugues bénit les plats et les oiseaux furent métamorphosés en tortues. (Rappelons que la tortue est un poisson, selon le saint Canon).

Il a pour attributs les 7 étoiles de sa vision prémonitrice, et bien sûr la tenue d'évêque (sur une cuculle blanche) ou de chartreux. Il est souvent associé à saint Bruno (6 octobre) comme ayant collaboré à la fondation de l'ordre des Chartreux.

Pendant les Guerres de Religion, son corps fut brûlé par les Huguenots.

Iconographie :
XVI siècle : Macrino d'Alaba, triptyque, Pavie




XVII siècle :
- Lesueur : cycle peint pour la Chartreuse de Paris
- J Callot : Images de tous les saints : la vision des 7 étoiles
- Zurbaran : saint Hugues bénit au réfectoire du couvent les plats servis aux 7 premiers Chartreux et transforme les oiseaux prohibés par la Règle en tortues.
(Der hl Hugo in Refektorium des Kartäusersklosters), 1633, Musée de Séville.



Saint Hugues debout, de profil, coiffé de la mitre et joignant les mains, musée de Cadix.

A ne pas confondre avec saint Hugues de Lincoln (17 novembre), d'Avalon en Dauphiné (1135-1200), représenté avec un cygne, ni avec saint Hugues de Cluny (29 avril), qui lança la construction de l'abbatiale de Saint-Jacques-de-Compostelle.

2 commentaires:

fils préféré a dit…

au lieu de faire des commentaires sur hughes, par allusion à un nouveau né qui ne m'a pas été présenté, tu aurais pu nous re-raconter la belle vie de geneviève, que nous fêtonsau jour ou je fais ce papier!
fils indigne!

François a dit…

Faites, mon cher, faites...Pour moi, je considère que sainte Geneviève, qui s'illustra en protégeant Paris des barbares venues des banlieues, doit être célébrée en même temps que saint Nicolas (qui châtia des débiteurs de mauvaise foi), soit de saint Sever, patron des policiers.