dimanche 9 décembre 2007

Tempêtes

Aujourd'hui une tempête est passée sur la Bretagne. Pas LA tempête du siècle, mais une tout-à-fait ordinaire, comme celle du 4 septembre 1768, qui vit à Saint-Malo la naissance du "vicomte" François-René de Chateaubriand :

J'étais presque mort quand je vis le jour. Le mugissement des vagues, soulevées par une bourrasque annonçant l'équinoxe d'automne, empêchait d'entendre mes cris : on m'a souvent conté ces détails; leur tristesse ne s'est jamais effacée de ma mémoire. Il n'y a pas de jour où, rêvant à ce que j'ai été, je ne revoie en pensée le rocher sur lequel je suis né, la chambre où ma mère m'infligea la vie, la tempête dont le bruit berça mon premier sommeil... Le Ciel sembla réunir ces diverses circonstances pour placer dans mon berceau une image de mes destinées.

Sacré Vicomte, il écrivait bien et savait reconstruire le passé à sa gloire!

Plus proche de nous, la tempête du 9-10 décembre 1979 à Rennes reste dans ma mémoire : les branches d'arbres en travers des rues, la pluie à l'horizontale, la maternité encombrée...

Jolie date :
-en 536, Bélisaire prend Rome
-en 1822, naissance de César Franck
-en 1848, Louis-Napoléon Bonaparte est élu président de la république (on ne se méfie jamais assez)
-en 1908, naissance d'Olivier Messiaen

2 commentaires:

Albert a dit…

Chateau était un peu gaullien .. n'est il pas ?
Effectivement , n'y a t-il pas plus transcendant qu'une tempête en Bretagne ?

François a dit…

Gaullien? Je ne dirais pas ça.Certes, il s'était réfugié à Londres pendant la Terreur, mais ce n'est pas suffisant..
Il était légitimiste (pour Charles X) sous Louis-Philippe, et plus royaliste que lui.
Son action politique fut ridicule (guerre en Espagne), mais sa confiance en sa propre valeur très élevée.
Très opportuniste et grenouilleur, il a quand même su s'opposer à Napoléon au moment de la mort du duc D'Enghien, non sans panache.
Il écrivait bien, mais à part ça...qui connait M de Villèle?