lundi 29 décembre 2008

Bonne année, Monsieur Sarkozy!

Je vous espère bien reposé, après 8 jours de farniente sur une plage ensoleillée et cocoifiée, en "famille".
Vous allez sûrement vous inviter chez moi pour me présenter vos voeux. Permettez-moi de vous en remercier par avance, et de vous dire ceux que j'attends de vous.

- Tout d'abord, je voudrais vous souhaiter beaucoup de temps libre, que vous puissiez consacrer à vos enfants, à vos affaires et au tourisme. Et le plus tôt sera le mieux.

- Mais bon, les choses étant ce qu'elles sont et ce qu'elles peuvent être, je pense que le mieux serait que vous tourniez votre langue 7 fois dans votre bouche avant de parler. Vous êtes trop impulsif, vous sautez sur tout et vous foncez avant de savoir de quoi il retourne. Je vous promets que ça vous nuit.
Par exemple, vous supprimez la pub à la TV, vous nommez la commission Copé pour étudier ça, vous décidez du principal avant d'en avoir reçu les conclusions, et Copé se déclare d'accord sur tout avec vous. La loi passe mal au Parlement, et on s'aperçoit alors qu'un coup de fil à Carolis aurait suffit..
Pitié, ne nous faites pas la même chose avec la réforme territoriale : M Balladur doit rendre ses conclusions pour la fin février, et M Frédéric Lefèvre annonce déjà la fusion des régions et départements (de gauche essentiellement)!

- Ne nous refaites pas le coup de "la réponse à la crise, c'est plus de réformes!", comme autrefois on me menaçait d'avoir un thème latin si on n'était pas sage. Des champs de réformes, il y en a, mais ce qu'on veut d'abord c'est de meilleures réformes : qui trop embrasse mal étreint, vous devez savoir cela à la longue.
Un bonne réforme est davantage affaire de culture que de structure, et nécessite plus de dialogues, d'effort continu et de mesures d'accompagnement, que d'oukases mal compris et d'effets de manche et de menton. Je souhaite vivement que vous compreniez enfin cela.

- Ne sautez plus sur chaque fait divers. Pendant votre absence bien compréhensible, il y a eu 2 morts dans les hôpitaux de Paris, et 2 évasions d'hôpitaux psychiatriques. On a eu Mme Bachelot matin, midi et soir sur toutes les radios et TV. Et bien, c'est son boulot de ministre, on peut critiquer si on veut sans attenter à votre haute fonction, ou être d'accord sans avoir l'air de vous faire allégeance. Voyez, quand vous n'êtes pas là, ça ne marche pas plus mal qu'avant. Compris ça aussi?

- Maintenant que vous n'êtes plus Président de l'Europe (que vous avez plus couvert de gloire que quiconque depuis Napoléon Empereur, à entendre TF1 et à lire Le Figaro), et que M. Obama risque de vous ravir l'attention générale, je vous souhaite d'enfin répondre concrètement aux problèmes de notre pays. La nouvelle civilisation, c'était il y a un an, la laïcité "positive" il y a 6 mois. Depuis, vos fondements idéologiques et votre fascination bling-bling se sont envolés avec la crise. Prenez-en donc acte, et travaillez dans le calme sur le fond, sans confondre précipitation et vitesse, comm et politique, esbrouffe et vision.
Arrêtez votre populisme sur le métissage, les banlieues, la délinquance et tout ce que vous faites, genre rideau de fumée, pour essayer de regagner des voix à l'extrême-droite : cela ne vous en rapportera plus, et crée le désordre que vous prétendez combattre.
Attaquez-vous plutôt de front aux problèmes concrets de conditions de vie, de misères réelles, d'éducation, d'inégalités sociales, qui créent les conditions de ces "fractures", pour parler comme l'autre.
On sait bien qu'il faudra payer un jour la facture de tout ça : à vous de faire qu'elle soit équitablement répartie, et qu'elle ne s'aggrave pas. Sur ces 2 points, vous avez de réelles marges de progrès.

Je sais que ça fait beaucoup pour un seul homme, mais c'est vous qui l'avez voulu, et pas qu'en vous rasant, non?

Allez, bonne année!

mercredi 24 décembre 2008

Joyeux Noël!

C'est au Solstice d'Hiver que l'Eglise a choisi de célébrer la naissance de son sauveur. Ce qui a calé sur des dates fixes la célébration de nombreux autres événements : les Rois Mages, la Purification, la Présentation au Temple, l'Annonciation. Alors que ceux liés à sa Mort et sa Résurrection sont des dates mobiles dépendant des phases de la lune, après l'équinoxe de printemps.



Noël est très commode pour le ministre de l'Inspiration nationale : les enfants peuvent travailler entre les récoltes et la fête de Noël. Pâques est un casse-tête annuel : il faudrait une décision du Pape, mais n'est pas Grégoire qui veut.



La fête de Noël est récupérée de 2 façons. Essentiellement par le commerce : le marketing s'y donne à coeur joie, mobilise le rouge et le vert, les sapins, le Père Noël, les lumières, les marchés de Noël qui fleurissent comme Halloween il y a peu. Comme le marketing est mondial, on fait des sapins en plastique pour les Brésiliens, des cocas "de Noël" avec des flocons de neige, etc. Et "bon réveillon" disent les commerçants aimables! Passons



L'autre récupération est celle "de la paix". Ca va bien pour tous les non-chrétiens du monde, qui ne peuvent savoir l'origine de cette fête. Ainsi tous ceux qui sont pour la paix peuvent consommer aussi. Qui est contre la Paix?



Il y avait des "trêves de Noël", il y a maintenant des "grâces de Noël", qui récompensent des prisonniers méritants. C'est beau. Les mêmes brésiliens vont recevoir des hélicos et des sous-marins. Quels beaux exemples!



Moi, je ne veux, sans y arriver, ne penser qu'à l'Enfant né pour changer le monde, qui en a tant besoin. Ca me passera vite : bientôt la Saint-Sylvestre!


Voir aussi mon message de l'an dernier... Je me répète un peu.

dimanche 21 décembre 2008

Lettre circulaire

J'ai reçu par la poste une lettre ronéotée. Je vous en donne lecture :


Quel bonheur d'être au chaud, près de ma fenêtre où brillent les mille lumières de Noël dans le fin brouillard qui les enveloppe. J'en profite pour vous faire part des nouvelles familiales de cette année de Joie.

Le point culminant fut bien sûr la visite de notre très cher Très Saint Père, que nous avons vu passer sous nos fenêtres! Nous n'avons eu que quelques mètres à faire pour assister à la Célébration. Nous conservons ce beau souvenir dans notre coeur.

Une autre joie fut l'arrivée à New-York de notre 12ème petite-fille Cerise chez Anaïs et Bertrand. Ce prénom est très à la mode, et nous nous habituerons très vite. Elle est blonde et potelée, et j'en suis folle.
Notre ménage liechtensteinien se plaît toujours là-bas, ils adorent le ski, et pour Timothée, c'est toujours un plaisir de travailler dans la finance, et tout va bien pour eux : ils projettent d'acheter bientôt un appartement avenue Mandel, bien que je n'aime pas le XVIème, et ensuite de mettre en route un héritier! Quelles grâces nous recevons!

Seule Liesse est parisienne, et s'occupe de ses enfants, fait le catéchisme, coud tous les vêtements, n'achète jamais de surgelés, une vaillante mère de famille chrétienne.
Et nous avons eu le plaisir d'aller voir les autres : Anaïs à New-York, Gaëtan à Kuala-Lumpur, Gérald à Luxembourg et Bérangère à Sydney. C'est décidément de famille : fils et gendres sont tous traders! Quels bonheurs!

Tout notre petit monde a pu venir cet été dans notre propiété du Gers, et profiter de la nouvelle piscine de 20m que Jacques avait fait construire en secret cet hiver! Quelle surprise pour eux, et quelles joies pour nous!

Mais la vie n'est pas faite que de bonheur, et le Seigneur sait nous éprouver. L'affaire de la Société Générale a beaucoup perturbé Jacques en début d'année. Son inquiétude n'a fait que croître au cours de l'année, surtout pour Bertrand, qui était chez Lehman Brothers. Notre portefeuille a beaucoup perdu, parait-il, mais tant qu'on n'a pas vendu, on n'a pas perdu, n'est-ce pas?
Jacques fait face vaillamment, dans tous ses conseils d'administration. Il a même eu le bonheur de voir M. Sarkozy et Mme Lagarde à l'Elysée à ce sujet. Quelle chance il a eu! Je n'ai pu l'accompagner, j'aurais été si heureuse de le remercier de tout ce qu'il a fait pour nous et pour la France... Bien qu'il fasse encore, à mon avis, trop de concessions à l'assistanat, aux fainéants et aux professeurs. Pardon pour les pléonasmes.

Jacques continue aussi son "bénévolat" comme il dit, en gérant la trésorerie de l'Assemblée des Évêques, de l'Evêché de Paris et des mouvements scouts sérieux.

Quant à moi, je vais bien! Je suis toujours très occupée. Avec mon yoga hebdomadaire, mon bridge l'après-midi, les expositions au Sénat, je n'ai pas le temps de m'ennuyer. Ma tapisserie n'avance pas : les enfants m'appellent Pénélope! Comme Mme Fillon, que c'est drôle!

Voila, je vous envoie tous mes voeux de saison, dans la Joie du Dieu fait Bébé.

samedi 20 décembre 2008

Ephémérides

Demain 21 décembre 2008, c'est l'hiver! A 12h 4 mn, Heure Universelle, la longitude apparente du soleil sera de 270°.
A 90° donc, dans 3 mois, du fameux point Gamma, ligne des noeuds qui sert d'origine à la mesure de cette longitude. Ce sera alors le printemps.
Mais on n'y est pas encore, car c'est l'automne. Un automne hivernal, mais que voulez-vous! Comme disait ma grand-mère, c'est le temps du Bon Dieu, mais ce n'est pas son meilleur.

Les jours vont commencer à augmenter, mais ne comptez pas trop dessus : quelques secondes en ce moment par jour. Mais il y aura plus de soir que de matin : le coucher est retardé -environ à 16h56 à Paris- , mais le lever ne bouge pas sensiblement : 8h41. Soit 8h 15 de soleil. Autant dire rien.

Le périhélie n'aura lieu que le 4 janvier à 15h UTC. La terre sera alors au plus près du soleil, comme vous ne manquerez pas de le constater.

Pour mes lecteurs qui sont proches des tropiques, ces considérations sont oiseuses. Mais ils ont le bonheur de voir, le soir, Jupiter et surtout Vénus briller à l'ouest. Elles brillent aussi chez nous, mais derrière les nuages.

mercredi 17 décembre 2008

À la nue accablante tu

3 jours sans ordinateur, et sevrage de TV (Bouyghes, Sarko Inc), je me sens mieux! Je n'ai rien perdu, au moins directement, de la part de M. Mad Ox, et j'ai toujours mes chaussures au pied.
J'ai pensé qu'un peu de clarté mallarméenne (comme un jus de chique) vous ferait du bien. Ce n'est pas vraiment de saison, quoiqu'un naufrage...?

À la nue accablante tu
Basse de basaltes et de laves
À même les échos esclaves
Par une trompe sans vertu


Quel sépulcral naufrage (tu
Le sais, écume, mais y baves)
Suprême une entre les épaves
Abolit le mât dévêtu


Ou cela que furibond faute
De quelque perdition haute
Tout l’abîme vain éployé


Dans le si blanc cheveu qui traîne
Avarement aura noyé
Le flanc enfant d’une sirène.

"A la nue ... tu" ? Si je vous dis : "Tu vient de taire", ne cherchez pas une faute d'orthographe, il n'y en a pas. En revanche on dira : " tu vas te taire!"

La suite du jeu consiste à trouver le sujet, un verbe, éventuellement un complément ou une apposition. Pour faire plus simple, Mallarmé n'a pas mis de ponctuation.

En pratique, on peut y comprendre ce qu'on veut bien y apporter. On peut même le lire en commençant par la fin, ce qui ne change pas grand chose, sauf à vous interroger plus longuement sur le "flanc enfant d'une sirène".

Et demandez à Loïc Peyron ce qui se passe quand on n'arrive pas à couper rapidement les haubans d'un mât qui s'est cassé!

Allez, bonne chance!

samedi 13 décembre 2008

La fin de l'hypocrisie

Puisque la physique vous intéresse modérément, et l'hagiographie pas du tout, je vais vous faire un cours de morale.
La fin de l'hypocrisie est annoncée, et on peut le regretter car elle était l'hommage du vice à la vertu (La Rochefoucauld). C'est-à-dire qu'au moins, on avait conscience de l'existence de la vertu, et le vice était parfois condamné. Sans jamais pouvoir atteindre l'idéal cependant, ce qui est immoral tendait à devenir illégal.
Maintenant, il n'y a plus d'hypocrisie : on dit ce qu'on pense, et on légalise le vice. Il n'y a plus de problème.
C'est bien sûr notre Président, le nouveau Génie des Carpettes, qui a lancé le mot d'ordre : il n'y aura plus d'hypocrisie, puisqu'il nommera directement le président de la TV publique.
Message reçu 100%! Merci Président!

Le premier à avoir anticipé est son Eminence André, cardinal XXIII. "Il ne suffit pas d'avoir une jupe, il faut aussi avoir une cervelle! Ha, ha, hi, hi". Il a bien le droit de dire ce qu'il pense, non? Bon, il a dû s'excuser, mais il n'en pense pas moins. Du reste, lui aussi porte une espèce de jupe. Il doit méditer une encyclique à proposer à son chef bien-aimé "Ont-elles une âme?" Ne pas vouloir se poser la question, n'est-ce pas déjà abdiquer devant la pensée unique? Foin d'hypocrisie!

Celle qui cherchait une solution à son problème, c'est MAM. 70% des français sont déjà dans les fichiers illégaux de la Police, 1 million d'empreintes ADN sont déjà collectées. Tout ceci n'est pas suffisant, il faut atteindre les 100%. On a essayé Edwige, et ça a raté à cause de tas de gens qui, comme par hasard, étaient déjà fichés, donc anarchistes, contestataires, terroristes en puissance.
Il n'est donc pas possible de mettre de l'ordre là-dedans. Mais finalement le désordre en l'occurence, ce n'est pas si mal non plus.
On ne veut pas qu'on indique "la race"? On mettra un indice de colorimétrie de la peau! Les préférences sexuelles? Il faut bien lutter contre les pédophiles! Les opinions politiques? Il faut bien savoir si ceux qui demandent des Légions d'Honneur en sont dignes (sic le directeur de cabinet de MAM)! Foin d'hypocrisie!

On sait bien que la raison d'Etat a des relents parfois glauques. Par habitude, on n'en parle pas trop. Mais, foin d'hypocrisie!, c'est le bon French Doctor, Bernard Kouchner -l'idôle des sondages- qui lâche le morceau : les droits de l'Homme, et son secrétariat d'Etat, le gène plus qu'autre chose, et c'est une mauvaise chose que de les afficher. Ben voila, c'est dit : inspiré par son maître, Kouchner fait en creux l'éloge du cynisme et de l'amoralisme. Du même coup, il réhabilite moralement Staline, Amin Dada, Khadafi, Pol Pot et autres joyeux lurons, mais qu'importe, si ça peut aider à virer Rama Yade qui n'est plus en cour...

Shame on you, bande de faux non-hypocrites!

vendredi 12 décembre 2008

Sainte Bérénice

Sainte Bérénice était d'une noble famille d'Antioche.

Pendant la persécution de Dioclétien contre les chrétiens, en 303, elle s'enfuit avec sa mère et sa soeur à Edesse. Dénoncées par leur père elles sont arrêtées et emmenées par des soldats vers Hiéraple. Pendant le trajet, pour échapper aux violences des soldats, elles se jettent dans un fleuve et se noient. L'Eglise les fête le 14 avril ou le 4 février, (ou le 4 octobre pour les orthodoxes), selon les sources.


Le nom Bérénice vient du grec Berenikê "celle qui porte la victoire". Il est curieux que le prénom Véronique ait la même étymologie : latinisé, il a fini par signifier "vraie image", par référence à sainte Véronique. Ainsi, contrairement aux apparences, Véronique descend de Bérénice, et pas l'inverse.

Pour un garçon, "celui qui porte la victoire" est Nicéphore. On l'a échappé belle....


La plus célèbre des Bérénice, pour l'instant, est cette descendante d'Hérode le Grand que Titus renvoya chez elle "invitus invitam", c'est-à-dire "malgré lui, malgré elle". On connait d'autres cas où des politiques changèrent de femmes pour mieux gagner le pouvoir.

La chevelure de Bérénice est une constellation à côté de la Grande Ourse. Elle est dans la direction du pôle galactique, on y voit donc beaucoup de galaxies.


mercredi 10 décembre 2008

Maxwell de 7 à 77 ans

Elles ne sont pas simples les équations de Maxwell ?
Prenez une charge unique q immobile dans le repère, et placez vous au point M, à la distance r. Bien sûr B=0 partout.



On a trouvé d’un coup la loi de Gauss et la loi de Coulomb !
Bien la peine d’en faire tant d’histoires....

mardi 9 décembre 2008

Grèce à pile ou face

Pile :
Malgré son sang-froid, la Police a eu le plus grand mal à repousser les attaques des anarchistes venus de banlieue pour tout casser dans le centre des villes. Prétextant la mort d'un des leurs -à l'heure où il aurait dû être chez lui et faire ses devoirs- , la horde de casseurs semble prête à tout pour faire échouer les réformes du Gouvernement, élu par la majorité du peuple hellène. Le directeur de la Police, M Xannis Kalakecomunos, nous a affirmé tenir la situation, et que force resterait à la loi. L'armée de son côté, fière de ses nouveaux équipements, pourrait lui porter main forte.

Face :
Après l'assassinat par balle et par un policier d'un jeune étudiant, le peuple s'est révolté contre le gouvernement grec corrompu. A la violence policière répond l'ardeur des manifestants chaque jour plus nombreux. "Sarcopoulos, démission!" hurle la foule déterminée. Il n'y a pas d'issue pour l'instant à cette crise, née de la misère de beaucoup et de l'opulence de quelques uns. Que va faire l'armée? C'est la grande question : après avoir vu ses crédits laminer, elle pourrait être tentée de sacrifier ce gouvernement incapable.

Au choix.

dimanche 7 décembre 2008

J'ai toujours peur...

Oui, j'ai peur que Hortefeux -dit Boutefeux- devienne secrétaire général de l'UMP, puis ministre de l'Intérieur. Je ne sais pourquoi, ça me fait penser à Heydrich et à Goebbels. On va me dire que j'exagère, mais c'est toujours comme ça que ça commence.

J'ai peur de la police. J'ai bien compris qu'en respectant les procédures, ils pouvaient arriver à 6h45 chez moi, m'embarquer, me fouiller à corps, c'est-à-dire me regarder le trou de b..., me garder 24, 48 h, et même 96 s'ils me trouvent une tête de terroriste. On est sûrement tapé, et j'ai mal au dos.

J'ai aussi peur d'être pris dans une rafle. Ils sont toujours par cars entiers au coin de ma rue. Que font-ils? Je suis toujours contrôlé, et comme ils font ça à la tête des gens, ça tombe toujours sur moi : ben oui, ils ont des instructions d'embêter les petits vieux "caucasiens"pour pas qu'on leur reproche une approche raciale -pardon, ethnique.

J'ai peur de la justice. Les juges sont tellement affolés par les instructions qu'ils reçoivent qu'ils préfèrent vous héberger à titre préventif que de risquer leur carrière. Le temps de faire appel, et vous avez déjà fait 3 mois à l'ombre. S'ils sont bornés, ça peut durer 5 ans. "S'il est en prison, c'est bien qu'il est coupable de quelque chose". Ben voyons. L'affaire d'Outreau, ça peut arriver à n'importe qui, n'importe quand. Alors, si vous élevez des chèvres dans le Cantal, c'est aggravant.

J'ai peur de l'Hôpital. Les urgentistes sont en grève, et de toutes façons il n'y a pas de place. Comme je vous l'ai déjà expliqué, ils ont des primes si vous ne mourrez pas à l'hôpital.

J'ai peur du fisc. Non, je n'ai pas fraudé, mais il faut bien utiliser leurs sur-effectifs depuis l'informatisation. Alors, ils font des contrôles : des papiers, encore des papiers à fournir. Je ne suis ni assez pauvre, ni assez riche pour être à l'abri.

J'ai peur que les programmes de la TV publique deviennent tellement emm...dants, en plus de l'hagiographie permanente de St Kozy, que l'on finisse par préférer regarder la pub de TF1 plutôt que de mourir d'ennui.

J'ai peur de cette évolution tout sécuritaire, qui sert à divertir le bon peuple pendant que les vrais problèmes sont économiques et sociaux. J'ai peur -euphémisme- que nos dirigeants ne soient pas à la hauteur des enjeux. J'ai peur qu'un jour ils ne faillent rembourser les milliards qui volent de tous côtés. Ah, Sainte Crise, qui permet de ne pas avoir à tenir ses promesses, et de se convaincre que quand les bornes sont franchies, il n'y a plus de limites!

J'ai peur.... que vous m'ayez cru! Mais non, tout va bien! C'était juste un cauchemar!
"Quel bon temps que ce siècle de fric", comme aurait pu dire Voltaire! La police me protège, et j'ai confiance dans la justice de mon pays, et dans la sagesse de nos élites.

Nous vivons dans le meilleur des mondes possibles, et on ne le sait pas assez. La nouvelle Miss France est vierge, la preuve. Les enfants méchants sont détectés dès la Maternelle, de quoi aurais-je peur?

Tout va bien..... Je suis zen.....Cependant, j'ai peur qu'ils mettent maintenant du bromure dans l'eau du robinet.... J'ai peur de l'hôpital psychiatrique!

vendredi 5 décembre 2008

MDR !

Mort de rire, je suis! LOL, comme on dit aussi.

On fait une relance, on lance des projets tous azimuts, on puise dans la caisse, et on nomme Devedjian pour suivre ça!

Un problème, un ministre! Déjà c'est drôle. C'est même bête, d'autant qu'on paie aussi un premier ministre qui assure la coordination de l'action des ministres. Alors qu'il faudrait faire du transverse, on verticalise, soi-disant pour contrôler Bercy.

Et puis Devedjian! Le Roi des écuries d'Augias du 92, le champion du libéralisme et du moins d'Etat. Il n'aurait pas bien réussi à l'UMP, et se serait fâché avec les bons amis du Président, vous savez, la famille Balkany. Je n'en peux plus de me tenir les cotes...

Qui va remplacer Devedjian au 92? Soit il cumule, soit c'est Jean S. Normal.

Qui va remplacer Devedjian à l'UMP? Je vous le donne en 10, je vous le donne en 100... Hortefeux! Le champion de la traque aux basanés et aux yeux bridés dans les cours d'école, ou par dessus les balcons! Faut tenir les objectifs! "Le meilleur d'entre nous", comme aurait dit Chirac.

La, c'est clair : il faut retrouver l'électorat "naturel" de Sarkozy, au moment où le Front National a des problèmes familiaux! Sarkozy fait l'ouverture à gauche, Hortefeux à droite.

Je ne ris plus. J'ai peur.

jeudi 4 décembre 2008

Relances

Je suis persuadé qu'il faut toujours aller à la source des informations, et ne pas se fier aux commentaires des journalistes, surtout ceux de TF1 et du Figaro. J'ai donc écouté le discours du Président ce matin à Douai.

C'est sûr qu'il faut agir en ce moment, je ne saurais donc en l'occurrence lui reprocher son activisme. Mais quelle confusion sur les notions les plus simples de l'économie !

Il commence par expliquer qu'on sortira de la crise par l'investissement. Très bien! Et il continue en annonçant des mesures de trésorerie pour les entreprises : pour faire simple, l'Etat va payer ce qu'il doit, et arrêter enfin de faire sa trésorerie sur le dos des entreprises. C'est bien, mais ce n'est pas exactement ce qu'on appelle de l'investissement, et ça fait déjà 11G€ sur les 26 annoncés, qui ne coûteront que 15,5 en 2009. Cherchez pas à comprendre.

Et puis, on va faire des "grands travaux", EDF, TGV et RATP. Quel génie! Et aussi La Poste : on voulait la privatiser parce qu'on n'avait pas 3 milliards à investir, et maintenant, c'est de la relance... Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.

Ah, les hôpitaux psychiatriques et la pénitentiaire aussi. Visiblement, pour lui, c'est la même chose : il poursuit l'idée géniale de M Léonid Brejnev comme quoi si l'on n'est pas communiste (resp : sarkozyste), c'est que l'on est fou.

Des sous pour le bâtiment, pour les autos : normal et comme d'hab. Des équipements pour la police et la gendarmerie? Bien sûr, on ne les oublie pas.

Pour noyer tout ça, on additionne les AP, les CP et le BFR. On confond le solde de trésorerie avec le résultat d'exploitation, on comprend que les dettes ne sont pas provisionnées, et que les factures ne sont enregistées que quand il y a de l'argent en caisse. Le fonctionnement, c'est ce qu'on paie, et l'investissement, c'est ce qu'on emprunte... Bravo! Vive la LOFT, la LME et les petits cochons. Vive la Cour des Comptes qui a presque certifié les comptes!

J'en arrive à ce qui m'a le plus choqué, et qui montre que derrière le prétendu chef d'Etat, il y a toujours un politicard qui sommeille. Sûr de son effet (il a été très applaudi par son public d'élus locaux), il a annoncé le relèvement massif des seuils des marchés publics, ce qui va entraîner effectivement un afflux de commandes sans appels d'offres, sans publicité... Nos élus vont adorer! Et comme il le dit : ça va rien coûter!

Et la cerise sur le gâteau : suspension pendant un an des règles d'urbanisme, et relèvement, par volontariat, de 20% des COS! Je parie que Neuilly va être volontaire! Miam, miam, les promoteurs. Merci à qui? Belle façon de préparer l'avenir.

On va tous être solidaire! Mais attention, ce n'est pas de l'assistanat! Il ne l'a pas dit, mais cela va sans dire : on ne touche pas au bouclier fiscal.

Une méchanceté à Angela au passage, un coup de griffe à Chirac : ça soulage.

Foutriquet II a bien mérité de la patrie.

lundi 1 décembre 2008

D'après le Nouvel Obs :
Le maire (UMP) sortant de Colmar Gilbert Meyer a été réélu dimanche dès le premier tour avec 50,44% des suffrages. Il s'agit de son troisième mandat.
Son élection aux dernières municipales avait été invalidée à la suite de recours, dont l'un déposé par son principal rival, le divers droite Roland Wagner, qu'il avait battu de seulement 149 voix sur 41.000 votants.
Le commissaire du gouvernement avait retenu deux arguments pour cette invalidation: la construction d'un terrain de football pour le quartier ouest avant le deuxième tour et, peu avant le premier tour, la promesse de donner 162.000 euros à un imam pour la construction d'une seconde mosquée.
La réélection de Gilbert Meyer s'est faite malgré la présence de trois autres listes. AP


Gloire à Colmar, que la corruption et les manoeuves n'inquiètent pas. Et qui est sans rancune :ils ont eu chacun un vélo...

samedi 29 novembre 2008

Moutons

Vous comptez les moutons pour vous endormir? Vous n'êtes plus seuls!

En effet, les directeurs de prison vont en faire autant. La Présidence a en effet annoncé son intention de gracier des prisonniers "méritants". Quelques exemples de mérite nous sont donné : "avoir porté secours à un codétenu, protégé un surveillant agressé, empêché un suicide".

Je trouve ça très bien. Autrefois, la tradition était de faire des grâces collectives, généralement au 14 juillet, pour alléger les prisons pour la période chaude en et prévision des vacances des matons. Ce n'était plus admissible, et cela n'est plus admis. Le changement, je vous dis.

Avec cette mesure, quel formidable outil aux mains tant du président que de la pénitentiaire!

Pour la pénitentiaire, c'est évident : Staline y avait déjà recours, comme c'est très bien expliqué dans "le premier cercle" de Soljénitsyne, (sous forme de réduction de peine -10 ans au lieu de 25, par exemple- plus que de libération immédiate).

Nos matons sauront très bien utiliser le truc : si un monsieur hébergé veut bien donner un bon renseignement, alors, on peut faire un "dossier favorable" pour le directeur. L'espoir fait vivre. La carotte est le complément indispensable au bâton. Bravo!

Les petits malins vont aussi vite comprendre le truc : tambouriner à 3 heures du matin pour appeler : son voisin veut se suicider, la preuve : tous ces draps découpés en lanière! Libérez-moi, ou la prochaine fois, je ne dirai rien!

Mais pour Sarkozy, c'est excellent aussi. Imaginez par exemple que M Tapie, ou un banquier, soit en prison. Difficile de gérer un tel cas. Mais si un rapport arrive ainsi rédigé :

"J'ai l'honneur de porter à votre connaissance les faits suivants : alors qu'il accompagnait un groupe de détenus vers la promenade, le surveillant de 1ère Classe Marcel C. a trébuché dans l'escalier et a pu éviter une chute grave grâce à l'intervention du détenu Bernard T., qui lui tendu un bras secourable, au risque de tomber aussi. En application de la circulaire XX du jj/mm/aaaa, j'ai l'honneur de demander pour ce détenu modèle une grâce présidentielle. Signé : Duchemolle, directeur de la prison". 2 jours après, Sarko signe. Et hop!

On nous dit que ce n'est pas cela qui résoudra le problème de la surpopulation, surtout quand on y mettra aussi tous les gamins de 12 ans. Qu'importe, ce n'est pas le problème, ils sont bien là, et ils n'avaient qu'à ne pas être là. Non, le problème, ce sont quelques cas de copains difficiles à traiter en douce : il est réglé.

Ah les braves gens! Je voudrais bien savoir ce qu'en pense Mme Boutin, qui m'avait assuré en 2007 que son soutien à M Sarkozy n'arrêterait pas son beau combat pour la dignité pénitentiaire...

mercredi 26 novembre 2008

Atos Origin : suite

Pour ceux qui ne lisent pas "le Canard enchaîné", une information vous aura manqué.

M Thierry Breton aurait "exigé", pour prendre la PDGture de ce machin, un salaire de 2,2 millions d'euros (annuel), et 700 000 stock options.

Soit 2 fois plus, environ, que ce qu'il "gagnait" comme PDG de France Télécom, et 20 fois plus que comme ministre des Finances.

Grâce au bouclier fiscal, qu'il a inventé et que Sarkozy a perfectionné, en voila toujours un qui est à l'abri du besoin.

Si un démenti me parvient, je ne manquerais pas de vous en faire part.

Enfin Maxwell vint...


C’est très simple, et ça peut s’exprimer en disant U=0 . A condition de définir U….

Ce qu’on peut mesurer, c’est la force qui s’applique à un objet, une particule.
La force est proportionnelle à la charge q, au champ électrique (dans le sens de ), et au champ électromagnétique , perpendiculairement à lui, et à la vitesse v de la charge. Quant à l’accélération, je vous l’ai mise sous la forme relativiste.

Conséquence : un électron lancé dans un champ électrique partira selon une parabole, et dans un champ électromagnétique, il fera des ronds !

Mais comment calculer ces champs, électriques et électromagnétiques ?

Prenez une surface fermée S. Alors :
- , q représentant les charges qui sont à l’intérieur de cette surface.
- le flux de B à travers cette surface est égale à 0 : il n’y a pas de « masses magnétiques », alors qu’il y a des « charges électriques ».

Prenez une courbe fermée C portant une surface S. Alors :
- la circulation de E le long de C = d/dt(Flux de B a travers C)

-

Voila nos 4 lois de Maxwell…

Voyez, on voit apparaître une constante c qui se révélera être la vitesse de la lumière !
Et vous comprenez aussi que les variations de E fabrique du B, et réciproquement !

Et ce qui est complètement magique, c’est que ces formules, découvertes au XIXème siècle, sont compatibles avec la relativité, à la différence de celles de la mécanique, que Einstein a dû bidouiller.

Mathématiquement, ça s’écrit :




Ca suffit pour aujourd’hui ? Je vous expliquerai un jour comment les résoudre, ce qui n’est pas très facile. Mais c’est avec ça qu’on fabrique le grand collisionneur du CERN…

Je suis sûr que vous êtes sensible à la beauté intrinsèque et à l’élégance de ces lois.

mardi 25 novembre 2008

Femmes, femmes, femmes!

Pour ceux qui ne savent pas ça, je vous signale que le titre est une citation de Beaumarchais, dans le Mariage de Figaro (cf Lagarde et Michard).

En faisant une allusion un peu mysogine dans mon blog d'hier, j'étais sûr d'avoir des réactions. Il faut que je précise ma pensée.

Je n'ai rien contre les femmes, surtout quand elles sont soumises à leur mari, ce qui est loin d'être acquis, et assez rare en pratique. C'est comme ça... On a beau les sermonner, le naturel reprend vite le dessus.

Mais en politique, je refuse absolument les analyses, comme quoi c'est beau que de toutes façons, le secrétaire général du PS soit sûrement une secrétaire générale. Car ce ne sont pas des femmes.

Ce sont des individus, certes de chromosomes XX, qui ont des volontés de pouvoir, culottées comme des vieilles pipes, agressives et butées, qui n'ont rien de féminin au meilleur sens du terme. Il y a des individus de même typologie, qui sont XY, et qui sont tout aussi déplaisants. L'ambition les ronge, ils ou elles sont prêtes à tuer pour battre les autres.

Dans la variante XY, la liste des dictateurs à la père Ubu ne manque pas. M Chirac s'est fait même une spécialité de dézinguer tous ses concurrents potentiels, de Chaban à Villepin, en passant par Giscard, sans crainte de faire élire Mitterrand au passage. Il n'a loupé que Sarkozy, pour notre malheur. Il avait perdu la main, sans doute.

Mais côté XX, ce n'est pas mal non plus : Elisabeth Ière d'Angleterre et Catherine II de Russie n'ont pas été des modèles de féminité, sans remonter à Agrippine. (Mais Cléopâtre, ah Cléopâtre...!)

C'est peut-être à cause d'elles qu'on se méfie tant d'elles en politique : quand elles se mettent à déraper, ça peut être pire qu'un homme... Mais voyez nos femmes politiques : elles ont certes du mal à avancer, mais gare si vous êtes sur leur route!

A quand des femmes normales et des hommes honnêtes en politique?

PS : oui, vous avez vu la photo de ce charmant village? Où est-il? Je vous donne une indication : dans cette région, il y a toujours un bistrot en face de l'église...

lundi 24 novembre 2008

Match Point

Vous avez vu le film de Woody Allen? C'est le hasard qui décide, la balle de tennis flotte au dessus du filet, la bague au dessus de la rambarde, et on ne sait de quel côté ça va tomber..

Quand on étudie le jeu du pile ou face, on calcule la probabilité (si ce n'est pas 0,5 : la pièce est truquée), mais aussi l'écart-type. Jamais on ne parle de la pièce qui tombe sur la tranche.

C'est pourtant ce qu'ont réussi à faire nos "Tatas flingueuses" (merci Léon). A force de tripoter à droite ou à gauche (si je puis dire), 20 voix par ci, 12 par là, nos défenseurs de la laïcité ont réussi ce joli coup : égalité à 42 voix près.

Je ne connais qu'un précédent : le vote de la Floride en 2000, où on a compté les trous pendant 3 semaines, et où finalement la Cour Suprême (à majorité républicaine) a tranché pour Bush -ce dont elle doit se mordre les doigts.

On ne sait comment ça va finir : comme en Tchétchénie, quand Poutine s'en occupe? Comme chez Feydeau, en pantalonnade, quand le mari revient? Suspens... Voila ce que c'est que de laisser les femmes faire de la politique!

M Devedjian en profite pour souligner l'Ordre qui règne dans son parti, bien que M Dupont-Aignan ait créé sa propre formation. De même au FN, où M Carl Lang s'est fait remettre à sa place.

Un seul tire les marrons du feu : le petit Sarkozy, qui peut en prendre à son aise en maître du monde par intérim. A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire, et la chute sera plus dure.

mercredi 19 novembre 2008

Save Private Dati!

J'en ai assez de cette campagne anti-Dati!

Elle se défend en disant qu'elle n'a fait que ce que le peuple français lui avait demandé. Certes, si l'on demande aux gens s'ils préfèrent la sécurité à l'insécurité, le calme ou les violences, la punition des méchants ou des récidivistes qui courent les rues, on est sûr de la réponse.

La vraie question, ce n'est pas "pourquoi", mais "comment". Et c'est là qu'elle a tout faux, comme je l'avais dit il y a un an au moment de sa réforme à la hussarde de la carte judiciaire.

J'avais arrêté de la charogner, parce que ça ne servait à rien, et que quand Jupiter a décidé de rendre fous ceux qu'il veut perdre, on n'y peut rien.

Tout ce qui se passe était prévisible. Les prisons, bondées de voleurs de vélos, sont le théâtre de viols, de suicides, d'assassinats, sans compter les cas psychiatriques qu'elles hébergent sans soigner. L'institution judiciaire est paumée devant les lois successives instaurée après chaque fait divers, et les magistrats, assis, debout ou couchés, ne savent plus comment ils s'appellent.

Pour autant, les vrais crimes, assassinats de jeunes filles par des cinglés récidivistes, grand banditisme, trafic de drogue (sans compter la délinquance financière absoute par avance), n'ont pas cessé. Aux filets à prendre les crevettes, les requins s'échappent. L'ombre, pour la proie, est la cible.

Cela, tout le monde commence -enfin- à le comprendre. Il était temps. Mais je l'avais dit aussi : elle va morfler plus qu'elle ne mérite, parce qu'elle n'est plus "en cour". Et je ne suis pas d'accord avec cet effet bouc émissaire, c'est trop facile. Les vrais responsables sont ceux qui ont nommé cette jeune femme inexpérimentée à un poste dépassant largement ses compétences, et avec une feuille de route irresponsable : j'ai nommé MM Fillon et Sarkozy (surtout celui-ci du reste).

Elle est à l'âge de faire des enfants, qu'on la laisse tricoter en paix. Cet acharnement est mauvais pour sa santé, et celle de son enfant.

Qu'elle démissionne rapidement, et qu'on n'en parle plus! Et qu'on change de politique!

Tu fais quoi, toi, là?..................

Tu votes pour qui demain, hein? Pour le jeune Benoît, dans l'espoir d'échapper aux Furies? Mais ça fait macho.

Pour Ségolène la Télévangéliste, qui t'aime pour 2, pour 3 et même pour 4, et sa cohorte de gendres idéals?
Pour Martine, la Mère Emptoire, l'oeil de la tigresse à qui on pique les petits, défenseure des Éléphants en perdition et gardienne du cimetière??

La Guerre des 2 Roses : rose tendre et rose fuschia. Quand je pense que leurs pères à elles étaient si bien, dignes et justes, et tout et tout! Mais comment ont-ils élevés leurs filles?

Tout ça pour savoir si il faudra, en 2012, s'allier avec le Modem ou pas. La dernière fois que Ségolène a voulu monter son escalier, Bayrou "comme un amoureux en panne" ne lui a pas donné le code. Bien la peine... A part ça, tout le monde est à gauche toute, faut bien ça pour les militants. Un combat de boue pour les départager?

Comment vous ne votez pas? C'était pourtant facile, 20€!

Quand je pense que Sarkozy avait subtilement mis le G20 mondial le même 15 novembre pour occulter le congrès du PS, et bien ça a été raté. Non seulement le G20 a produit à peu près autant de résultats que le congrès du PS, mais on en a pratiquement pas entendu parler. Si ce n'est que le lendemain, les Bourses se sont encore effondrées. C'était plus facile au Conseil Général du 92, c'est moi qui vous le dis!

Bref, ça baigne pour lui. Il fonce, laisse les autres sur place, et considère que c'est une victoire. Ne le détrompez pas, il pourrait lui aussi tomber dans la réalité et se faire du mal.

mardi 18 novembre 2008

Stock-options et parachutes dorés

Je voulais faire l'éloge de ces mécanismes.

Quoi de plus vertueux en effet que de donner une prime sous forme de stock options à des dirigeants d'entreprise, lorsque celles-ci ont fait de bonnes affaires, et que donc le cours de bourse a augmenté? D'autant plus que ce n'est pas l'entreprise qui paie les stock-options, c'est l'actionnaire, par dilution. Mais si lever ses stock options est rentable pour le détenteur, cela veut dire que l'actionnaire s'en est mis plein les poches.

Oui, mais voila, il y a eu un os : l'économie virtuelle a remplacé l'économie réelle. Et donc les cours de bourse n'ont plus reflété la valeur économique de l'entreprise, mais sa valeur instantanée dans le casino des spéculations. Le dirigeant ne dirige plus sa boite, il s'en sert pour spéculer aussi. Il est passé du monde des entrepreneurs à celui des financiers, du côté des salariés à celui des spéculateurs. Il a tout intérêt à faire du "windows dressing", de la comptabilité créative, des délocalisations (il prend le bénef, et les ASSEDIC prennent la perte).

Comment faire que cela redevienne vertueux? Sarkozy a trouvé la mauvaise solution : s'il doit y avoir des stock option, alors tout le personnel doit en bénéficier. Par exemple, une entreprise veut distribuer 20 millions d'€. Répartis sur 10 personnes dirigeantes, c'est valable. Éparpilles sur 100 000 personnes, c'est nul : 200€ par personne en moyenne, une misère, une aumône, qui ne produiront pas les effets attendus. Même Mme Lagarde (qui rit) peut comprendre cela.

Les stock options, c'est très bien pour faire monter la bulle. Quand elle a crevé, autant les supprimer. Mais rassurez-vous, ils trouveront bien autre chose. Et puis, comme on va alléger le droit des affaires....

Le problème des parachutes dorés est un peu semblable : il est bon que les dirigeants ne puissent être soumis au chantage par les actionnaires. S'ils le virent, ils paient, et cher! Ça donne aux PDG une indépendance et une liberté d'esprit qui peut être précieuse. Un peu comme, mutatis mutandis, le statut des fonctionnaires : si un préfet est viré -ce qui est son droit-, il devient hors cadre, et il ne va pas pointer à l'ANPE.( Mais il perd ses primes, et ce n'est pas rien)

Sauf que ces messieurs ont abusé. Un belge qui a passé 5 semaines à la tête d'une banque en perdition a touché 3 M€ de parachutes. Ce n'est plus de l'or, c'est du platine! Alors Sarko veut réglementer ça : un problème, une loi!

Sauf qu'en même temps, il en crée pour ses amis : les ministres virés vont retrouver automatiquement leurs sièges de députés (il n'y a plus d'intérêt à être suppléant : vous voyez Frédéric Lefebvre rendre sa place à Santini! Donc Santini va rester ministre, car tel est son bon plaisir). Et il ne supprime pas son parachute à lui : le Conseil Constitutionnel, qui sert de belles rentes viagères.

Les profiteurs du système ont tué la poule aux oeufs d'or, c'est ça la crise. M Greenspan ne pensait pas qu'ils seraient bêtes à ce point, et donc qu'il n'y aurait pas de crise. M Greenspan s'est trompé, car ceux qui ont tué la poule étaient déjà gavés, et après eux le Déluge.

Le salaire du président devrait être indexé sur le niveau de la dette : plus elle augmente, moins il reçoit. Ça le calmerait.

lundi 17 novembre 2008

Thierry Breton à la tête de Atos Origin

Ça, c'est la nouvelle du jour! Ouf, il aurait pu aller ailleurs.

Les journaux le présentent comme le sauveur de Bull, de Thomson, de France Télécom. Il n'y a qu'à voir l'état de ces fleurons après son passage pour s'en convaincre. Quant à son passage au ministère des Finances, on se rappellera la calamiteuse privatisation (bien nommée en l'occurrence) des autoroutes.

Le problème d'ATOS est que l'ancien PDG, viré hier, n'était pas d'accord avec les proprios, 2 fonds d'investissements, Centaurus et Pardus, et PAI Partners. Alors, ils ont fait appel à Breton (Thierry). Les bonnes gens!

A quel prix? Avec un parachute doré? Avec des stock-options? Sûrement, car il se paie sur la bête, même moribonde, avant de l'abandonner à son sort.

Quant aux salariés, qu'il méprise par avance, je les plains!

samedi 15 novembre 2008

panneau publicitaire



On dit "merci" à qui? mais à M Jouyet! M Jouyet? Qui connait M Jouyet?
Mais enfin, M Jouyet! Il fut au cabinet de Jospin, appela à voter Ségolène, fit partie des "Gracques", rallié à sarko, ministre d'ouverture aux affaires européennes, et bientôt président de l'AMF.
Mais pourquoi M Jouyet? parce qu'il a gagné ses galons de sarkozyste engagé en faisant un rapport sur les biens immatériels de l'Etat : tout ce qui est à tout le monde appartient à l'Etat, qui doit en tirer du fric. C'était déjà fait pour les fréquences, louées au prix de l'or aux opérateurs télécom (mais presque gratuites pour les militaires), mais évidemment, il restait des marges de progrès.
L'Etat répare le Grand Palais pour en faire un très beau lieu d'exposition : illico, le voila transformé en panneau publicitaire pour Air France! Par ici la monnaie! Un des plus beaux sites de Paris, ça aurait été dommage de s'en priver .
On est sur le pont Alexandre III à contempler ce désastre. On se retourne, et voila : la Tour Montparnasse est elle aussi transformée en oriflamme, pour le Vendée Globe! Ben voyons! Le vicomte, ravi des retombées commerciales de son idée à lui de faire du fric, en faisant partir des panneaux publicitaires triangulaires des Sables d'Olonne, n'a pas loupé cette occasion.

Il faut s'y habituer : tout est à louer, tout est à vendre. La Tour Eiffel et le Mont-Blanc, le Mont Saint-Michel, tout y passera. Un jour, ce sera l'air qu'on respire (l'eau qu'on boit, Suez et Véolia ont dejà préempté le business), ou les fesses de Carla!

mercredi 12 novembre 2008

12 novembre 2008

90 ans et un jour après l'Armistice qui mit fin à la première mi-temps des guerres mondiales du XXème siècle, notre président, sa femme et le prince Charles sont allés à Douaumont.

Voila une bonne idée : à Douaumont, on ressent le poids des Morts, leur nombre, et la folie de tout ça. Alors qu'aux Champs-Elysées, ça fait convenu, même si on est toujours content de passer devant le Fouquet's.

Les élus du coin étaient aux anges. Gérard Longuet ravi malgré sa tête de croque-morts, mais surtout Nadine Morano, qu'on aurait pu confondre avec Camilla si elle avait aussi mis un chapeau. Visiblement, ils comptent sur le développement du tourisme pour remédier à la désertification militaire de ce beau pays de Lorraine....

Ça avait de la gueule. Il y en a qui savent encore organiser de belles cérémonies, la RGPP n'est pas encore passée par là. Les lettres lues, d'un Poilu et de Georges Duhamel, étaient bien choisies. De beaux uniformes, des têtes couronnées, la Gouverneure d'Australie, Carla, Camilla, un peu de soleil froid, tout était beau. Et les milliers de croix autour de l'Ossuaire (un glaive planté dans le sol, parait-il), dominant les bois qui ne furent qu'enfer, sont saisissantes.

Et M Guaino avait préparé un beau discours, associant tous les morts dans cette commémoration, y compris les victimes des "erreurs de commandement", rappelant leurs souffrances et leurs sacrifices. Et, même, ce qui a dû lui faire mal au coeur, il a ajouté une phrase sur la construction de l'Europe, pour éviter que ça recommence.

Tout ceci était bien, et il n'y aurait semble-t-il rien à ajouter. Quoique...
- on attendait l'annonce du transfert des cendres du général Pétain à Douaumont. Après tout, c'est lui qui sauva la victoire en arrêtant les "erreurs de commandement", c'est-à-dire en disant que les hommes, ce n'est pas que du consommable. Mutatis mutandis, c'est un message que on peut encore faire passer au moment des restructurations sauvages et de la mondialisation. Bon, ce n'est pas grave, on y reviendra à Douaumont.

- Quand on cite Jaurès dans sa campagne électorale, on aurait pu parler de lui en cet endroit, lui qui voulait de toutes ses forces éviter cette guerre, et qu'on a assassiné. S'il y a eu des "erreurs de commandement", ce n'est pas que Nivelle et compagnie, ce sont aussi les dirigeants de tous les pays qui n'ont pas su empêcher cette guerre, ni la suivante, et pas su sortir des impérialismes, totalitarismes, nationalismes qui ont pourri ce XXème siècle et fait tant de victimes.

Alors, ceux qui font tout pour freiner la construction européenne sont collectivement responsables du même péché. La crise financière -elles sont toujours potentiellement dangereuses, parce qu'il y a toujours des gens pour dire qu'une bonne guerre nous en fera sortir- montre bien que nous sommes faibles sur ce point : pas de direction économique de l'euro, pas de vision politique partagée, désaccords politiques pour des raisons électoralistes nationales, valse des présidents de l'UE, etc.

Cette faiblesse, qui va permettre aux US de curiacer l'Europe, vaut bien celle de nos Alliances de juillet 1914.

mardi 11 novembre 2008

11 novembre 1918

Voila le récit, sobre et digne, du 11 novembre 1918, tel que l'a vécu un poilu de 22 ans, blessé aux yeux devant Verdun en 1917 :

Ce matin-là, j’ai quitté d’un bond le fauteuil dans lequel je m’étais installé. Depuis le matin courait le bruit que l’armistice serait signé dans la journée. Or je venais d’entendre les cloches et c’était cela qui me mit d’un saut sur le seuil du 5 de la rue F. de Neufchâteau, au contact de la rue. Il était onze heures, exactement. Toutes les cloches de la capitale battaient et, en prêtant l’oreille, on pouvait surprendre les notes puissantes et graves de la Savoyarde. Mon cœur battait comme devait battre, en ces instants-là, tout le cœur immense et innombrable de la France.
Des camions montés par des Américains quittaient le gymnase Japy en donnant éperdument du klaxon. Des cris et des chants me parvenaient de toutes parts. Des gens dévalaient les escaliers précipitamment, se réunissaient devant les portes et s’en allaient grossir des cortèges qui parcouraient déjà le boulevard Voltaire, en marche vers le centre de la capitale. Le canon, sans doute celui du Mont Valérien, tonnait.
La Madelon répondait à la Marseillaise et la Marseillaise répondait à la Madelon. La Victoire libérait les âmes de l’angoisse et les corps des servitudes quotidiennes. La Victoire devait planer très haut dans le ciel, soulevée par d’immenses ailes d’or.
Et c’était fini, enfin fini, la guerre. On ne pouvait pas encore tout à fait croire la réalité bouleversante. On avait envie de pleurer et de rire à la fois, mais on ne savait pas très bien si l’on souffrait de trop de bonheur ou si l’on frémissait de joie en souffrant. Je ne sais plus de quoi se composait un tel moment, qui ne pouvait se traduire que par un besoin de sortir dehors, de marcher avec n’importe qui, d’aller n’importe où, pourvu qu’il y ait beaucoup de monde et beaucoup de bruit.
Je me suis avancé jusqu’au boulevard Voltaire, où quelqu’un prit le temps de dire qu’une boulangère de la rue de Belfort ne cessait de sangloter à cause d’un mari qu’elle avait perdu depuis peu à la guerre.
Ma vue avait baissé sérieusement depuis quelques semaines et je m’aperçus plus particulièrement, en ce jour inoubliable, qu’elle ne me permettrait plus désormais de me diriger seul dans la rue.
Je rentrai donc non sans peine dans la loge d’où je venais de sortir et cela non sans me heurter à des personnes qui couraient sans prendre garde à ma démarche hésitante.
La Victoire était là tout de même et elle m’exaltait comme une récompense suprême et tellement attendue.
J’avais regagné mon fauteuil et j’écoutais tinter des cloches encore. L’une d’elles, me semblait-il, sonnait comme un glas.


Etienne Dufau

dimanche 9 novembre 2008

Marseillaise à l'usage des footeux

En ces jours de commémoration nationale d'une guerre qui n'a plus de survivant, où on chante la Marseillaise, et en période de matchs de foot amicaux où on la siffle, M Hortefeux, ministre de l'Intégration Nationale et des Expulsions, veut expliquer les paroles de la Marseillaise à l'usage des publics de Stade.
C'est bien naturel, car ses paroles sont très "connotées" levée en masse de 1792, dont plus personne n'a entendu parler, et sa musique est une marche entraînante que les marseillais avaient piqué alors à l'Armée du Rhin pour se donner du courage en marchant vers Paris faire la peau des ci-devants.
Maintenant les marseillais montent au Grand Stade en bus ou en TGV, boivent de la bière et chantent des paillardes.
Il y a donc un décalage culturel que M Boutefeux veut réduire.

1er couplet :
Allons enfants de la Patrie,
Le jour de gloire est arrivé !
--Ca veut dire : les Français, on va gagner, et on va faire la fête. Les Français, ce sont ceux qui sont de la Patrie, ils ont donc des papiers. Ceux qui n'ont pas de papiers ne sont pas de la Patrie, et doivent être explusés (du stade dans un premier temps). Ne pas confondre Patrie et partie de foot. Siffler la Marseillaise veut dire qu'on veut que les autres gagnent, et qu'il n'y aura pas de fête, c'est donc interdit.

Contre nous de la tyrannie,
L'étendard sanglant est levé, (bis)
-- bien comprendre : l'étendard sanglant de la tyrannie est levé contre nous. On le bisse pour justement bien comprendre. Les maillots des français sont en bleu, les autres d'une autre couleur, parfois rouge. Mais avec quelques tatanes aux crampons, ils seront bientôt rouges aussi. C'est pour cela qu'on dit que leur étendard est sanglant. La tyrannie renvoit à celle des sponsors du camp opposé, qui ont mis leurs étendards partout (on dirait maintenant leurs logos, leurs bannières publicitaires, etc)

Entendez-vous dans les campagnes
Mugir ces féroces soldats ?
--dans les campagnes : en effet avant chaque match, il y a des campagnes de publicité faites pour nous démoraliser, lancées justement par les sponsors des visiteurs. On ne se laisse pas prendre à ces intimidations. Vous remarquerez qu'on les traite de soldats, comme si on faisait une petite guerre, alors que ce n'est qu'un match amical, où seul le meilleur gagnera. Et ils mugissent, ce qui veut dire qu'ils émettent le cri du taureau ou des boeufs. Ah les vaches!

Ils viennent jusque dans vos bras
Égorger vos fils, vos compagnes !
--Non seulement, ils viennnent pour marquer des buts, mais en plus ils veulent égorger vos gamins et vos femmes, mais on ne dit pas "femmes", mais "compagnes", parce qu'en République, on a le droit de se pacser, de divorcer ou de concubiner comme on veut. C'est un grand progrès, c'est pourquoi il ne faut pas siffler.

Refrain
Aux armes, citoyens!
--Pour autant, vous n'avez pas le droit de venir avec des carabines, ni même des bouteilles de bière (seulement des canettes). Il s'agit donc de banderoles, de criquets, de sifflets propres à énerver les adversaires pendant leurs attaques. Les citoyens sont tous ceux qui regardent le match, les soldats ceux qui le jouent : ce sont les mots du temps.
Formez vos bataillons
-- Mettez vous bien ensemble, pour faire plus de bruit. Les vrais supporters choisissent bien leur endroit. Faites des holas, et surtout plus de bruit que les autres.
Marchons, marchons !
-- Cest symbolique : il faut rester sur place, comme les réformes de M Fillon.
Qu'un sang impur
Abreuve nos sillons !
-- le sang de nos adversaires est forcément impur, et est destiné à abreuver nos sillons. On se perd en conjectures sur le sens de cette phrase, mais il ne faut pas siffler pour autant.

On ne chante plus hélas ce dernier couplet, dit couplet des enfants, et c'est bien dommage pour instruire nos jeunes cerveaux.

Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n'y seront plus,
--ce n'est qu'à moitié vrai, car seule la moitié des départs en retraite sera remplacée. La variante est donc de pousser dehors tous les gens de plus de 45 ans, ce qui fait de la place pour des jeunes moins bien payés et précaires. C'est une importante avancée pour la productivité, que nous devons soutenir, et le gouvernement s'y engage.

Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus (bis)
-- Oui, de la poussière, il y en a, car on réduit les frais de fonctionnement, donc de nettoyage. Il n'y a là rien que de très normal. La trace de leurs vertus doit se comprendre par les avantages acquis qu'ils nous lèguent, la dette, et les hors bilans qu'il faudra bien que les jeunes paient.

Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil
--à l'époque, on enterrait les gens 2 par 2 pour économiser le sapin

Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre
--fine allusion à Domenech qui promet toujours que la prochaine fois il va gagner. Il est permis de siffler Domenech, qui finira bien par se marier.

Troll

Je ne savais pas ce qu'était un troll, et n'ai donc pas pu éviter une infestation. Allez voir sur le lien du titre pour tout savoir sur cette bestiole.


Pour l'éradiquer, il ne faut pas le nourrir "Don't feed the troll". Il y a un logo pour indiquer ça.
Enfin, il faut couper les commentaires pendant un moment. Ça le calme : il va troller ailleurs.
Un point amusant est la loi de Godwin : « Plus une discussion sur un blog dure longtemps, plus la probabilité d'y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Hitler s'approche de 1». (On peut y associer Haider aussi). Une façon rapide d'y arriver est de faire une remarque sur le conflit israëlo-palestinien.
Sacré Zozo!

jeudi 6 novembre 2008

Quelle Histoire!

Tout ce foin pour l'élection d'Obama!

D'abord, il n'a été élu que par 51% des voix. Et il avait massivement poussé les banlieues à aller voter : c'est dire que les gros Joe SixPacks ont dû se remuer aussi pour avoir 47%...

Mon Mimi, lui, a été élu par 53%, et il a fallu se mobiliser aussi à Neuilly. Face à Ségolène, me direz-vous! Certes, mais Mrs Sarah Palin, ça lui a profité aussi, non? (Sarah, elle va pouvoir rentrer en Alaska, regarder la Russie, et terminer ses études en passant le brevet des écoles).

Bon, il est noir, et son père était kenyan. Et alors? Le père de mon Mimi était bien hongrois. Barack n'a pas été élu parce que noir, mais bien que.... De là à croire que ça va être la fraternitude inter-raciale, c'est comme imaginer (comme Valeurs Actuelles!) que Sarko est devenu gauchiste uniquement parce que les banquiers lui ont fait perdre de l'argent.

Surtout, il a été élu, parce que les américains, à une faible majorité, se sont enfin rendus compte que la doctrine Reagan, améliorée "néocons", avait conduit au désastre. Désastres financier, militaire, diplomatique, et surtout moral. Ce qui est triste, c'est que cette même politique était le fonds de commerce de la "pensée" sarkozienne.

Obama n'a pas tant gagné contre McCain que contre Hillary. Il avait fait le bon diagnostic, alors qu'elle ne voulait que la place. Et il a trouvé les mots pour le dire, gentiment. Hillary contre McCain, il aurait gagné sans doute (Ça lui apprendra à Hillary, à mettre des tailleurs-pantalon avec des tatanes à talon, ce qui lui mettait les fesses en arrière comme à une poule).

Maintenant qu'il est président, il n'a plus qu'à gérer... Quel défi! Son charisme certain n'évitera pas les désillusions. Je ne sais pourquoi, je lui vois un destin tragique. Mais alors, quels rêves il portera, comme JFK, qui doit tout à son assassinat.

Pour Sarkozy, c'est épouvantable! Il s'était reconcilié avec Bush, et ils étaient presque du même niveau intellectuel. Avec Obama, ça va être plus dur de faire croire qu'on est le Président du Monde, et que même les nuages vous obéissent.

Ces américains sont capables de sortir de la crise plus vite que nous, et de recommencer. Ouf!

mercredi 5 novembre 2008

Black is definitively Black

De l’esclavage des Nègres

Si j’avais à soutenir le droit que nous avons eu de rendre les nègres esclaves, voici ce que je dirais :
Les peuples d’Europe ayant exterminé ceux de l’Amérique, ils ont dû mettre en esclavage ceux de l’Afrique, pour s’en servir à défricher tant de terres.
Le sucre serait trop cher, si l’on ne faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves.
Ceux dont il s’agit sont noirs depuis les pieds jusqu’à la tête ; et ils ont le nez si écrasé qu’il est presque impossible de les plaindre.
On ne peut se mettre dans l’idée que Dieu, qui est un être très sage ait mis une âme, surtout une âme bonne, dans un corps tout noir,
Il est si naturel de penser que c’est la couleur qui constitue l’essence de l’humanité, que les peuples d’Asie, qui font des eunuques, privent toujours les noirs du rapport qu’ils ont avec nous d’une façon plus marquée.
On peut juger de la couleur de la peau par celle des cheveux, qui, chez les Égyptiens, les meilleurs philosophes du monde, étaient d’une si grande conséquence, qu’ils faisaient mourir tous les hommes roux qui leur tombaient entre les mains.
Une preuve que les nègres n’ont pas le sens commun, c’est qu’ils font plus de cas d’un collier de verre que de l’or, qui, chez des nations policées, est d’une si grande conséquence.
Il est impossible que nous supposions que ces gens-là soient des hommes ; parce que, si nous les supposions des hommes, on commencerait à croire que nous ne sommes pas nous-mêmes chrétiens.
De petits esprits exagèrent trop l’injustice que l’on fait aux Africains. Car, si elle était telle qu’ils le disent, ne serait-il pas venu dans la tête des princes d’Europe, qui font entre eux tant de conventions inutiles, d’en faire une générale en faveur de la miséricorde et de la pitié ?

Ah ça fait toujours du bien de relire Montesquieu! Ce texte, comme l'avait montré au prof de français un classmate de 1ère, montre bien qu'il était pour l'esclavage...

lundi 3 novembre 2008

Enfin!

On n'en peut plus : on va savoir qui est élu à la Maison Blanche, et quelle motion du PS ne va pas avoir la majorité.

Dans les 2 cas, on aurait joué au casino, on aurait eu à peu près les mêmes résultats. Mais quel bonheur d'avoir appris que Mme Palin existait.

C'est trop dur! toutes les TV sont à New-York, avant d'aller à Reims.

D'abord, M Sarkozy va apprendre qu'il n'est plus Président du Monde. Rendez-vous le 15 novembre avec son G20 à Washing-Town.

Ensuite M Sarkozy va devoir s'occuper lui-même du PS, c'est trop le bin's. Saura-t-il faire?

M Sarkozy a débauché des "gens" de gauche pour leur faire faire sa politique. Il a reçu M de Villiers, peut-être veut-il le débaucher pour faire sa politique de gauche?

Grand bien lui fasse, leur fasse!

PS : il est interdit d'interdire

vendredi 31 octobre 2008

MAM radicale socialiste

Plus rien ne doit nous étonner, ni Sarko en gauchiste anti-capitalistes, ni MAM en radicale socialiste où le QI et la quantité sont si faibles que le produit est infinitésimal.

Pourquoi? A cause des plaques minéralogiques des voitures.

Il fallait que ce soit de la forme TQ-123-BC pour faire plaisir à l'administration -je n'ai jamais compris pourquoi-, mais il fallait aussi répondre aux élus de tout bord qui voulait défendre leur minable territoire.

Alors, on a
- le logo de l'Europe (obligatoire)
- Le F de France (idem)
- le logo de la Région (au choix, mais obligatoire)
- le n° du département (idem, mais un département de la région choisie ou pas?)

On ne sait pas pourquoi on ne peut pas indiquer aussi son canton, quel dommage! Mais aussi pourquoi pas, ses orientations religieuses, sexuelles ou politiques.

Bref, au moment où Sarko veut diminuer le nombre des collectivités territoriales (dont les budgets augmentent de 3 à 5% en volume par an depuis plusieurs années), on leur fait de la pub. C'est bien la cohérence des politiques! Que fait Guéant?

Comme on a le choix du département : je pense qu'on peut faire passer des messages subliminaux :

- mettre "Corrèze" sur un 4x4 parisien, pour ne pas se faire crever les pneus.
- mettre 2B pour ne pas avoir de contredanse.
- mettre 68 pour signifier qu'on veut un monde meilleur
- mettre "Côtes d'Armor" pour dire qu'au contraire on est pour l'Ordre
- mettre 62 pour dire qu'on a bien aimé le documentaire sur les Ch'tis
- mettre 92 pour dire qu'on soutient le Président quoiqu'il arrive.
- mettre "Rhône" pour draguer
- mettre 35 pour dire qu'on veut bien gagner plus sans travailler plus
- mettre 33 pour un médecin
- mettre 78 si on a plus de 5 enfants
- mettre 51 pour embêter Pasqua (l'avez-vous compris?)
- mettre 90 pour dire qu'on boycotte les autoroutes
- mettre 72 pour dire qu'on a les pieds par terre dans la glaise
- mettre 44 pour signifier qu'on ne sait pas conduire (c'est déjà le cas)
- mettre 16 pour dire qu'on n'est pas pressé, ou qu'on est ultramontain
- mettre 13 pour faire savoir qu'on est superstitieux
- mettre 11, parce que "11 fait ch..."
- mettre 25, si on est doux, et 02 dans le cas contraire
- mettre 57 ou 59 pour dire qu'on est au chômage
- mettre 56 ou 34 pour dire qu'on aime le vin
- mettre 97 pour que les gens ne comprennent pas

Ceci dit, évitez le 9-3, le 9-4, le 9-5 (vous êtes arrêtés tous les 100m) et le 75, parce que le lendemain, en province, votre voiture sera sur 4 briques.

Bravo MAM, celle qui fait plaisir à tous les élus!
Sous les pavés, la plage!

-

mercredi 29 octobre 2008

Marshall, nous voila!

En 1947, les américains donnèrent 13 milliards de dollars pour permettre à l'Europe occidentale (Staline n'en voulut pas pour lui et ses satellites, heureusement!) de reconstruire son économie détruite par la guerre.
Bien sûr, il fallait qu'on redevienne des consommateurs, notamment en films et Coca-Cola, mais ceci est une remarque un peu mesquine.
On peut dire aussi qu'un joueur de billes à la récré, quand il a gagné toutes les billes, est bien obligé de faire des distributions gratuites s'il veut continuer à jouer.

60 ans plus tard, ce sont ces pauvres américains qui sont dans la panade. Oh, c'est un peu de leur faute, à force d'idéologies ultra-libérales, néo-cons et évangélistes. (Mais enfin, les guerres mondiales étaient aussi de notre faute, avec nos petits nationalismes européens qui dégénéraient grave.) On ne saurait donc leur en vouloir, d'autant plus qu'on trouvait ça très bien. Il faut donc les aider.

Tel est le rôle historique majeur que le président de l'Europe à titre temporaire semble s'être assigné. Le Messie pouvait-il refuser son destin? La crise l'a révélé, son extraordinaire énergie fait le reste.

D'abord, il a rencontré la Vérité sur la route de Toulon, comme Paul de Tarse sur le chemin de Damas : le capitalisme a besoin de règles, le libéralisme ne peut être livré à lui-même, l'Etat a un rôle à jouer, la croissance doit être le moteur de l'économie et de la finance, non le profit. Tout le contraire de ses convictions précédentes, mais il a changé d'idée là-dessus aussi : à bas les idéologies, vive le pragmatisme! Ergo, il faut refaire Bretton Woods (qui avait consacré la suprématie du dollar après la guerre), utiliser l'Union Européenne (justement, il la préside), mettre les banquiers malhonnêtes en prison, supprimer les paradis fiscaux, que sais-je encore? (punir l'adultère? Voyez ce qui est arrivé à DSK, que ça vous serve de leçon!)

Et Greenspan Alan, lui aussi regrette ses erreurs! Il croyait que le financier ne serait pas assez bête pour tuer la poule aux oeufs d'or! Et bien, si!!! Terrible! mais Sarko est jeune, et il a l'habitude (de changer d'avis, demandez à Petrella et aux petits juifs morts pendant la Shoah).

Dans l'incendie, on jette des seaux d'eau. Ici, des milliards par centaines. Quand il n'y en a plus, il y en a encore! La multiplication des 2 pains et 3 poissons, ça me fait rigoler à côté!

Et on se remue. Alors, on fait des G. Le G2, c'est avec Carla! le G7, avec Nadine Morano sans Rachida Dati. Le G6 c'est l'Eurogroupe. Le G8, c'est avec Bush! Après j'ai perdu le fil : le G14, le G20, etc...

Un jour au Québec, le lendemain à Camp David, à Annecy, Strasbourg, Pékin, Rethel, Versailles. Chacun se fait engueuler : les québecquois pour nous emm... avec leur indépendance (on ne peut rien dire sans que qu'ils critiquent), Bush (il n'a pas compris pourquoi, mais il s'en fiche), les chinois pour mettre les enfants de 10 ans à l'usine plutôt qu'à l'école (où a-t-il trouvé ça?), les PDG de l'Ecureuil pour perdre de l'argent (on n'en est plus à ça près), Rachida pour laisser un peu trop facilement sortir les violeurs pédophiles (un comble). Et je ne suis pas sûr d'avoir tout suivi.

Un ou 2 pays par jour, un plan et des décisions par discours, il en finit par bégayer, confondre les dates, répéter les mêmes phrases 3 fois de suite. Vite, de la vitamine C! Une cure de sommeil?

Fillon n'en peut plus (ce ne sont plus des couleuvres, mais des anacondas), Lagarde sourit bêtement et dit que tout va bien quand Sarko dit qu'on est au bord du gouffre. Bertrand apprend qu'il va faire du "traitement social du chômage" (hi, hi!). Copé dit que la promesse sur le pouvoir d'achat et la croissance n'est pas perdue de vue, et Devedjian -le roi du libéralisme après Madelin- est étrangement silencieux.

Vive Brown, à bas Merkel! Vive l'Europe, à bas Monaco, Malte et le Luxembourg. Sarko Président à vie de l'Eurogroupe, de l'Europe, du Monde! A bas le bling bling, vive les Brigades Rouges! Keynes avait raison! Bush avait tort!

J'en suis baba! Pas vous?

lundi 27 octobre 2008

L'Univers chiffonné

Intéressant petit livre de vulgarisation de M Jean-Pierre Luminet, publié en 2007 chez Folio essais.

Vulgarisation en l'occurrence ne veut pas dire facilité, car les notions de courbure et de topologie en dimension 4 ne sont pas évidentes à appréhender.


Le Père Newton avait fait l'hypothèse implicite que l'univers était euclidien, c'est-à-dire plat, désespérément plat. Et donc, homogène, isotrope, stationnaire, infini. Un univers que Dieu avait créé, et abandonné à ses intégrales premières après avoir remonté la pendule.

Einstein mit la panique dans tout ça, en posant l'équation énergie-matière, la constance de la vitesse de la lumière, bref, la relativité (la morale serait-elle devenu relative? craignaient les cardinaux théologiens enfermés dans le Vatican). Les masses courberaient l'espace, et les rayons lumineux, si l'on peut dire, iraient droit dans un univers courbe, donc seraient courbés par les masses. Et si, en regardant devant soi, on voyait son dos, le rayon lunineux ayant fait un grand tour autour de nous?

Plus grave, en résolvant ses équations, Einstein trouve un univers qui serait ouvert, ou fermé, mais sans doute pas stationnaire. Comme il ne pouvait s'y résoudre, il ajouta une constante, dite constante cosmologique, pour arranger les choses. La pire erreur de ma vie, dira-t-il ensuite, quand l'abbé Lemaire et l'allemand Friedmann nous démontrèrent dans les années 20 que les bonnes solutions étaient celles qui prévoyaient un début (big bang), et peut-être un écrasement final (le big crunch). Ca commençait à sentir le bûcher du côté de Rome.

Et voila maintenant M Luminet et son équipe, qui nous explique qu'on a beaucoup parlé de la courbure, mais pas assez de la topologie, qui est la science des formes. Vous savez bien qu'une sphère et un tore n'ont pas la même topologie, car on ne peut les déformer continûment pour les coller l'un à l'autre : fichu trou!

Quelle est la forme de l'univers? S'il est de type sphérique, il peut ressemble à ce qu'on voit, et c'est plus simple à comprendre. N'empêche que si on parcourt notre hypersphère, on peut revenir au point de départ sans faire demi-tour!

Et s'il est hyperbolique? Alors là, ça peut être encore plus génial : l'univers pourrait être constitué d'hyper-tores, associés à des hyper-polyèdres qui paveraient l'univers.

Un peu comme dans une pièce entièrement recouverte de miroirs, où une bougie se refléterait à l'infini, notre univers est peut-être plus petit que ce que l'on en voit, et parait loin à cause des multiples réflexions qui nous donnent des images de nos galaxies d'autant plus jeunes qu'elles sont éloignées.

Comment le savoir?. En observant le fameux rayonnement primitif, maintenant à 3°K : ses irrégularités (de l'ordre du 100 millième) devraient garder la trace de la topologie au moment du big bang. Un futur satellite va aller chercher les informations avec la précision nécessaire.

"Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie", disait Pascal. L'espace n'est pas silencieux, et il n'est ni éternel ni infini. Il n'y a donc plus de raison d'avoir peur de lui. L'agitation, les rodomontades, et les bluffs de Sarkozy sont autrement plus dangereux.

mercredi 22 octobre 2008

Causons comme il faut

Parmi les nombreux fonctionnaires qui mangent le sang du peuple qui travaille plus, il y en a qui essaient de trouver des façons de parler français quand tout le monde emploie l'anglais.
Ils ont un site. Je me demande ce que ça devenir après la RGPP.

liste de à ne pas dire/à dire non exhaustive :

- URL/ adresse universelle
- Teasing/aguiche
- Raider/attaquant (dans la Finances) : exemple Monsieur K est un attaquant fou
- Firewall/barrière de sécurité
- Caddie/chariot
- Hub/concentrateur
- @/arrobe
- Flash-ball/arme de défense à balles souples
- Taser/besancenotte
- discount/discompte
- Workflow/flux de travaux
- Hacker/fouineur
- Porpoising/marsouinage
- Spamming/arrosage
- Stock option/option sur titres
- IRM/ remnographie
- Airbag/sac gonflable

lundi 20 octobre 2008

Soeur Emmanuelle

Voila, elle est partie dans la Gloire!

Quelle énergie et quelle simplicité dans ce petit bout de femme!

On a l'impression qu'elle a commencé à vivre à 60 ans, mais quelle vie!

Homo habilis?

Ce n'est pas tout de visiter le bâtiment de l'IPH (Institut de Paléontologie Humaine), encore faut-il profiter de la conférence donnée en cette journée du patrimoine, "premiers outils, premiers hommes".

C'est M David Pleurdeau qui nous fit cet honneur, un jeune chercheur surnommé Indiana Jones par ses collègues. C'est vous dire s'il est jeune, passionnant et d'un look d'aventurier terrible! A force de traîner aux fins fonds de l'Ethiopie pour ramasser des cailloux...

Mais qu'est-ce qu'un outil? Un produit de la nature transformé en vue d'un usage ultérieur?

Mais évidemment on ne trouve que les outils qui se sont conservés : pierres, os. Mais pas de bois, de lianes, de nerfs, bien sûr.

Pour les pierres, on commence par de simples éclats, puis des bifaces (acheuléens), etc, tout un apprentissage dont on ne sait s'il est linéaire, ou si une population donnée peut découvrir rapidement un état évolué.

Les premiers outils, datés comme étant les plus anciens, remontent à 2,6 à 2,3 millions d'années.
Mais bien sûr on trouve ces mêmes outils primitifs plus récemment. par exemple dans un habitat de chimpanzés, daté de 4300 av JC! On a aussi des sites où coexistent des outils différents datés de la même époque. Si bien que les certitudes sont rares.

NB : comment dater les outils? On ne peut dater un outil seul : la pierre ne donne pas d'indication (sauf exception, pierre volcanique par exemple). On analyse l'environnement : stratigraphie bien sûr, mais aussi paléozoologie, si l'on retrouve avec les outils des fossiles d'animaux dont on sait par ailleurs à quelles époques ils vivaient.

Quels étaient les premiers hommes(?) inventeurs de ces premiers outils? A l'époque, il y avait 5 groupes différents de préhumains, candidats potentiels : homo habilis, rudolfensis, australopithèques divers. On n'a malheureusement pas (encore?) de sites où une association d'outils et de fossiles permettrait de clarifier les hypothèses.

Indiana Jones a particulièrement étudié les sites de Fejej en Ethiopie (1,9 millions d'années), et d'Olduvaï (1,8 millions d'années). Il en a rapporté suffisamment de photos pour une grande soirée diapo. Etonnant! Et puis une thèse, des publications, etc, nettement plus arides.

Finalement, il semble bien que ce ne soit pas l'outil qui puisse définir le genre Homo. Habilis en particulier ne serait pas Homo! Nous voila bien...

Bien sûr, ce que j'écris ici n'engage pas M Pleurdeau. Je ne dis pas que c'est ce qu'il a dit, ou voulu dire, mais ce que j'ai compris de cette conférence "grand public".

En tout cas, j'en ai retenu qu'au moment où les bases de notre civilisation occidentale tremblent, il est bon de revenir aux fondamentaux : je m'entraîne, et ai déjà réussi à faire quelques éclats. Je n'en suis pas encore aux bifaces, il me faudra bien encore 30 000 ans.

vendredi 17 octobre 2008

Rigolos!

Je n'ai pas d'informations privilégiées, mais je suppose que ça a dû être champagne à tous les étages, aujourd'hui, au sein du Groupe des Banques Populaires.

A la veille de bouffer les Banques Pop, l'Ecureuil est tombé sur un os : 600 millions de perte d'un coup, une affaire kerviélesque à ce qu'on en sait pour l'instant.

Du coup, ça va dézinguer du côté des Caisses d'Epargne, et c'est l'Ecureuil qui va se faire manger! Bien fait! Même Sarko s'est mis dans la curée : ça va barder.

Pourtant, qu'est-ce que 600 millions, par les temps qui courent? Tenez, la fière Société Générale, elle a perdu 10 fois plus, et son PDG est encore là (enfin, comme P, car on lui a trouvé un DG de chez Béquilles-tous-modèles). A chaque fois, je vous le rappelle, c'est le contribuable qui perd entre le tiers et la moitié de la somme...

On nous a promis que les banquiers iraient en prison expier leurs erreurs. Et si on les faisait simplement payer?

Sainte Crise

La crise est là. Elle inspire de nombreux commentaires. Je vous fais part de quelques remarques de ma part.

- Crise capitaliste? Oui, mais le capitalisme a naturellement des crises. C'est comme pour les tremblements de terre : quand il n'y en a pas eu depuis longtemps, cela veut dire que le prochain risque d'être plus violent. La question n'est donc pas de se demander s'il y en aura une, mais quand. Nos politiques devraient savoir ça.

-Crise financière? Oui, car la bulle à l'origine de la crise est d'origine financière. Elle vient de loin. Depuis 1974, on assiste à une évolution constante de la répartition des richesses créées : plus pour le capital, moins pour les salariés. Reagan et Thatcher ont brisé les contre-pouvoirs salariés et fait le pari que si les riches payaient moins d'impôt, ils seraient plus actifs. En réalité les riches ont placé leurs surplus dans la spéculation financière qui leur promettait des rendements bien supérieurs (de l'ordre de 15%) à celui des investissements industriels.
On estime à 200 milliards d'€, en France et par an, l'argent transféré ainsi des salaires vers le capital (M Jean-Marie Albertini, économiste). Ce n'est pas rien.

L'appauvrissement général (mais pas pour certains) a suscité de nouvelles formes de crédit, qui sont venues amplifier encore la bulle. De même les états, Les Etats-Unis bien sûr, mais l'Europe aussi, ayant renoncé aux capacités contributives des plus riches, ont emprunté massivement, non pas aux banques centrales qui ne pouvaient plus le faire à ces niveaux, mais sur le marché, notamment auprès des "fonds souverains", arabes et chinois surtout.

Il fallait bien que ça s'arrête...

- Crise morale? Oui, essentiellement. Car des fortunes colossales on été créées sur la base de ce que l'on a appelé "la spéculation sur la misère". Ou par des procédés de forbans, comme ceux des Hedge Funds, pour obtenir des rendements supérieurs à ceux que produit un travail " honnête" dans la production. On nous dit que la réponse est dans une meilleure régulation par les Etats, et par des "règles d'éthique". Je dis que la première réponse est donnée par ceux qui étaient partisans du "moins d'Etat", donc je doute, et que deuxièmement l'"éthique" n'a jamais fait de la morale, de même que le strict respect du code de la route n'empêche pas les accidents d'une part, et ne constitue pas ce qu'on appelle une "conduite citoyenne".

- Que va-t-il se passer? Et bien on ne sait pas, bien sûr. Mais, si vous souvenez du Schéma de Mme Kubler-Ross, on peut penser que l'opinion publique est dans sa phase de "sidération". Tous ces milliers de milliards de dollars ou d'euros qui volent en ce moment sont incompréhensibles pour ceux dont l'espoir de pouvoir d'achat supplémentaire se monte à quelques centaines d'euros. La phase suivante est celle de la révolte : il faut s'attendre à de violentes revendications quand la crise évoluera comme les autres : finalement c'est toujours le bas peuple qui paie les folies de nos financiers spéculateurs, et là, ça risque de ne pas passer du tout.

- La fin du Sarkozysme. C'est impressionnant de voir que tous les thèmes de campagnes de notre héros, et de son parti, ont volé en éclat, dézingués en plein vol. L'avantage de la crise, c'est que plus rien ne sera comme avant, et que donc toutes les promesses pourront ne pas être tenues. Elle aura bon dos au moment des bilans...
L'inconvénient est évidemment que le changement de pied va être rude. Le discours de Toulon avait fustigé l'esprit bling-bling, les paillettes et la morgue des riches sur leurs yatchs. Fallait le faire! Et bien ce n'est qu'un début... Les réformes, déjà mal engagées malgré les certitudes béates de M Fillon, seront encore plus difficiles à réaliser.
Il est patent que la promesse de pouvoir d'achat est ruinée, que le bouclier fiscal a été particulièrement improductif et scandaleux, que le developpement de "l'emprunt hypothécaire" était une folie, que la dépénalisation des délits sociaux ne passera plus...
Mais surtout, toutes ses bases idéologiques sont à l'eau : le modèle américain (et pas que sur les finances, mais aussi sur la politique pénitentiaire, la politique de santé, etc) ; l'idée que plus de travail permet de gagner plus : il faudra gagner plus pour payer plus de dégats ; l'idée que réduire les impots des plus riches crée de la croissance.
Pour repartir, il faudrait qu'il se reconstruise entièrement. Je n'y crois pas : le mieux serait qu'il parte.

- Dans toute crise, il y a la promesse d'un monde meilleur (quand on aura fini d'en payer la facture). Ou du moins, un monde moins pire. Si l'argent va plus aux salariés qu'au capital, plus au développement (notamment du tiers-monde) qu'aux retraites des "veuves du Tennessee", si nous consommons mieux plutôt que plus, enfin si ce mauvais exemple permet de mieux installer des valeurs plus "humaines" que financières", alors la crise n'aura pas eu lieu pour rien. Déjà l'Europe a gagné en respectabilité (heureusement qu'on avait l'euro ; il nous manque encore un "gouvernement" pour gérer l'économie de cet euro).

Mais l'Occident a perdu en leadership, les Etats-Unis en premier, mais nous tous européens aussi. Les pays émergents émergent de plus en plus, et les intégristes musulmans y voient la justification de leurs folies. Elle est donc aussi lourde de menaces.

Divers

- J'ai supprimé la bannière d'entrée sur le blog. C'est mieux, non?

- J'ai également supprimé le lien vers le blog Secret Défense. Ce M Merchet, spécialiste de tout ce qui est kaki, bleu marine ou bleu ciel, a supprimé la possibilité de commentaires sur son site. Sans doute une contamination de l'esprit militaire le plus borné sur un journaliste spécialisé dans la Défense. Le résultat est que ce blog n'a plus d'intérêt, aucun. Pourtant, ces commentaires, malgré des écarts, donnaient une très bonne représentation de l'état d'esprit de nos militaires. Ça n'a pas plu chez nos badernes supérieures, tant pis pour elles.

- J'ai découvert un site extraordinaire Dimensions . Je vous laisse découvrir ces 9 petits films passionnants et tout public. Quelles merveilles que ces animations!

- J'ai lu un livre remarquable : "les rêves de mon père", par Barak Obama. Il s'agit du récit autobiographique de ses premières années, de la découverte de sa "négritude" à Hawaï au voyage étonnant qu'il a fait au Kenya à la recherche de ses autres racines, en passant par son travail d'animateur social dans la banlieue sud, pauvre, noire de Chicago. S'il est président des US, (et si un fou de Républicain ne le tue pas), ce sera encore plus intéressant.

jeudi 16 octobre 2008

Diversions

Je ne vous parle pas encore de la crise, mais de ses effets collatéraux.

Alors que les Bourses s'effondrent encore, malgré les 1300 milliards d'€ injectés, il faut que, toute affaire cessante, on occupe les braves gens avec cette histoire de Marseillaise sifflée. Quand il n'y a plus de Panem, il faut redoubler de Circenses.

Menton en avant, on a décidé d'arrêter les matches si on siffle la Marseillaise. Combien de sifflet? Un suffira? Et on remboursera les billets? Et combien de CRS faudra-t-il mettre autour pour éviter les débordements de 75 000 supporters furieux? Nuit d'émeute garantie! La police tirera (ou tasera) dans le tas, il y aura des morts, et on n'aura pas fini d'en parler.

Non, tout cette agitation n'a pour but que de faire remonter la côte de popularité du Président auprès de son électorat de droite et d'extrême droite, au moment où il est déconcerté par son virage anti-libéral, pro-européen, etc (il apprend!).

Pour moi, je propose une solution plus simple : au lieu de faire évacuer le stade, il suffit de sortir les officiels et les joueurs, puis de fermer les portes, d'éteindre les lumières, et de les laisser dedans. 3 jours après, on fait sortir les survivants par petits paquets. Ingénieux, non?

Une autre solution, plus simple, serait à mon avis de cesser de mêler l'hymne national à des événements sportifs. Jouer La Marseillaise, ou le Gold save the Gouine, ou le Deutscland über alles, ou la Grotte Maya, ou le Drapeau rayé-étoilé-troué, avant un match qui est avant tout une juteuse affaire financière pour les joueurs, les sponsors et les organisateurs, est une incongruité qui déclenche des réactions nauséabondes de nationalisme dépassé.

Dans un match, il y a a priori un gagnant et un perdant : en y mettant les hymnes nationaux, on le transforme en "petite" guerre entre pays -ce qui vaut mieux qu'une "vraie"-, mais c'est un subsitut dangereux, la preuve. A l'heure de la mondialisation, faisons plutôt chanter les jingle des sponsors.

Et gardons la Marseillaise pour des occasions plus dignes.

PS Grotte Maya : écoutez ça http://www.youtube.com/watch?v=WM5H1KthhUU

mercredi 15 octobre 2008

Décisions

Vous avez pu le voir, le sondage est décevant : 9 réponses, 3 me demandant d'arrêter, 6 de continuer, sur une trentaine de visites journalières.

Je m'étonne que certains se forcent à y venir pour demander d'arrêter, alors que tant d'autres blogs devraient retenir toute leur attention.

Des commentaires indignes s'y glissent. Toutes les opinions politiques et religieuses sont acceptables et bienvenues, mais pas les railleries sur ma personne.

J'ai donc décidé de continuer malgré tout ce blog, mais d'en limiter l'accès. Vous serez invité dans quelques temps à vous identifier pour y accèder.

Dans un premier temps, j'ai mis une bannière "adultes" (ce qui me vaudra de nouveaux visiteurs), et je modère les commentaires.

Quelques données :
257 messages en un an.
781 visites et 304 internautes au mois de septembre, 1169 pages vues.
Publicité : vous n'avez pas encore assez cliqué pour que Google me rembourse la contravention injustifiée que j'ai reçue pour ma voiture en remorquage. Certes le dollar monte, mais quand même.

jeudi 2 octobre 2008

A bientôt

Finalement, je pars. Pas très loin, mais enfin, ce sera toujours du bon air pur...

M Sarkozy a l'air de très bien gérer la crise. Il eut été dommage qu'elle n'éclatât point. Il n'y a pas encore de banquiers en prison, mais ils peuvent préparer leurs oranges, car Mme Dati fait de la place.

La sottise de Mme Lagarde devient manifeste. Elle a encore dit aujourd'hui "si Microsoft installe son centre de recherche à Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine, c'est parce que les américains savent bien que, là, on y travaille plus que 35h". Sic! A part ça, tout va très bien, Marquise!

Mais M Fillon me dérange. Il en appelle à l'Unité Nationale pour gérer la crise. Bon, c'est un peu cocasse de demander aux cocos leurs recettes pour sauver le capitalisme. Il n'en est pas encore au gouvernement de Salut Public, ça viendra peut-être.

Ma première réaction fut de penser "fume!" : il est capitaliste, il est libéral, qu'il se débrouille avec ses petits copains! Mais ce n'est pas suffisant comme réponse, car s'il faut payer -et il faudra-, je suis sûr qu'à ce moment il se souviendra de ma modeste existence.

Alors j'ai approfondi ma réponse :
- Vous allez nous demander des efforts, d'acheter des voitures sans crédits, des appartements avec 100% d'apports, et puis de payer vos taxes, sur le poisson, sur le téléphone, et celles que vous allez encore inventer pour acheter des banques en faillite et boucher le trou que vous avez creusé! Et bien moi, je vous demande de veiller à ce que tout ceci soit fait avec justice!
Donc, pour montrer vos bonnes intentions, annoncez la suppression de la loi TEPA, et notamment le bouclier fiscal.
Supprimez les avantages fiscaux des députés et sénateurs (et notamment, leur faire déclarer en avantages en nature leurs appartements et cantines gratuites, leurs frais de timbres, etc).
Après ça, je verrai.

En attendant, répondez à mon sondage!