vendredi 15 février 2008

Hier, la Saint-Valentin

Encore une date chère à mon coeur, mais pas pour les raisons que vous imaginez.

Depuis que le maréchal Pétain a lancé l'idée de la fête des Mères, le ver était dans le fruit, le marketing s'en est emparé, et l'on a maintenant des fêtes pour tout et n'importe qui.

On n'a plus la fête des moissons, mais même les chômeurs profitent de la fête du Travail.

Seule contrainte : un étalement astucieux toute l'année, géré par le syndicat des fleuristes : pères (enfin...), grands-parents, secrétaires, etc, et maintenant donc, les amoureux...

C'était risqué, car il devait y avoir, c'est normal, encore de la pipolisation sur nos Amoureux Nationaux, just married. Mais Guaino a trouvé la parade : la veille, il nous lance sur la Shoah, demande à nos enfants d'adopter un petit Juif mort. On n'allait évidemment parler que de ça.

Et bien, c'est raté : ça a été sa fête hier soir chez Arlette Chabot! Elle n'a même pas essayé de faire croire qu'elle était l'arbitre du débat, elle en a fait des tonnes pour destabiliser Bayrou, Moscovici et Valls, et soutenir Rachida et le "gros" Bertrand. A ce point là, elle mérite d'être promue.

Mais le jeune Manuel Valls, remonté comme une pendule, a quand même réussi une assez belle tirade qui les a laissés sans voix! J'espère revoir ça sur YouTube...

"- mais, Bolloré..."
La Chabot lui coupe la parole net, la refile à Rachida :
-"Il a bien le droit de prendre des vacances, elles ne coûtent rien au contribuable! Et puis Mitterrand, etc"
Bayrou, par dessus : "Le Président ne doit être l'obligé de personne"

Bref du brouhaha, de la confusion. Les 2 fidèles ont bien donné de leurs personnes, Arlette aussi. Dieu le leur rendra au centuple.

1 commentaire:

léon a dit…

on vous a dit qu'il n' y aurait plus de publicité commerciale sur les chaines publiques. On n'a pas interdit la pub politique..