vendredi 1 février 2008

Mai 68

Dans 4 mois, on va fêter les 40 ans de mai 68, et on n'a pas fini d'en (re-)parler.


Guaino va nous refaire le coup de sa politique de civilisation pour contrer "l'esprit détestable de 68". Il m'énerve déjà.


Mai 68 a été aussi une explosion, une rebellion contre le dévoiement de la notion d'autorité. La légitimité contre la simple légalité : les sociétés ne sont harmonieuses que quand elles coïncident.

Le professeur n'est bon que par sa prééminence scientifique, pas par son ancienneté. Le gendarme n'est utile que si son action est mise au service de l'intérêt général.


Le régime corrompu de De Gaulle vieillissant, les vieilles badernes qui le soutenaient, notamment M Peyrefitte qui avait fait pendant des années le journal TV dans son bureau de ministre, n'ont évidemment rien compris.


On peut avoir des avis divergents sur la façon dont ça a évolué ensuite. Pas sur le constat que fin 67-début 68, la société française était bloquée.


A lire pour vous rafrachir la mémoire, ce livre des excellentes Editions de l'Atelier. Extrait de la pub :


Un livre événement : « Mai juin 68 ». Sous la direction de Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, vingt-neuf chercheurs, historiens, politologues, sociologues révèlent l’ampleur du changement cristallisé par le conflit de 68 dont la question de l’héritage a été relancée entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2007. Télérama, Les Inrockuptibles et Politis s’accordent déjà sur l’importance et le sérieux de cette entreprise éditoriale inédite. Dans la myriade des parutions annoncées sur le sujet pour ce quarantième anniversaire, ce livre est déjà une référence ! Pour vous en convaincre, écoutez les auteurs invités de Sylvain Bourmeau dans « La Suite dans les idées » en cliquant ici.

Aucun commentaire: