vendredi 14 mars 2008

Mort d'un Poilu



Ca y est, ils sont tous morts, les poilus de 14... Beaucoup, vraiment beaucoup, sont morts bien plus vite, avant 18, ou blessés, quelques années après.


Il aura fallu du temps pour que l'on commence à percevoir de cette "guerre civile européenne". Les historiens ont dû attendre pour avoir communication des pièces d'archives concernant par exemple ce que l'on a appelé "les mutineries de 17".

Les poilus eux-même ne racontaient pas grand chose à leurs proches, sinon quelques souvenirs joyeux de camaraderie.

Quelques films ont fait forte impression "les sentiers de la gloire" par exemple. Mais c'était de la fiction : était-ce la vérité?

Finalement, elle est sortie par une autre voie : la parole des poilus eux-même. Beaucoup de gens avaient conservé des "lettres de poilus", et certaines furent publiées. On comprenait alors qu'avec des mots simples, ils tentaient de nous communiquer l'indicible.

Certains ont écrit, plus tard, exorcisant leurs cauchemars sur le papier. Ces documents sont parfois transmis au service des archives des armées, où ils constituent une base documentaire essentielle.

Il faut bien sûr aller sur le site de la mémoire des hommes, lire Paroles de Poilus, visiter le site du CRID1418.

Honneur à ces Poilus..
..

4 commentaires:

Albert a dit…

Désolé, mais vous êtes pris en flagrant délit de premier degré !

François a dit…

Certes, mais c'est dur de faire des vannes sur un sujet pareil.

Les Serbes au hasard, le haut-état-major prussien par son militarisme, et le français par sa médiocrité, peuvent être fiers d'eux. Idem Clémenceau et Wilson qui n'ont pas pu -ou voulu- empêcher que ça recommence.

leon4 a dit…

je suis, comme tout le monde, sous le coup de l'émotion.
mais ce brave italo français, paradoxalement, aura eu de la chance:il a survécu, eu le temps d'avoir une famille et son nom passera à la postérité.
mais qui se souvient (à par nous, l'élite..) du caporal Peugeot, premier mort de la guerre? pas une stèle, pas de déco, pas de cérémonie nationale..rien.
Gloire et honneur au caporal Peugeot!

Anonyme a dit…

ah au fait, "l'oubli est une seconde mort".
lamartine