dimanche 27 avril 2008

La Vérité, moi, je parle (Lacan)

Je sais que vous êtes impatient de savoir ce que j'en pense. J'ai fait des erreurs, et je continue donc comme avant : je regarde les sondages d'opinion avant de savoir quoi penser.

Le JJD publie son reportage hebdomadaire : 28% de satisfaits, contre 36% la semaine précédente. Allez voir sur le site si l'échantillon est représentatif : en tout cas, je ne fais pas partie des 8% qui ont changé d'avis.

J'ai beaucoup aimé le décor. Je ne connaissais pas la salle des fêtes (pas sale défaite!), mais je ne suis pas surpris qu'on l'ait choisie. Les dorures, les brocards rouges, ce mauvais goût Napoléon III, si ce n'est 3ème République, semblaient particulièrement vulgaires. Très "Bicot-Chic", selon la formule à la mode. Peut-être intimes, sous un faible éclairage, mais à gerber sous les sun-lights.

Ils avaient heureusement caché la moquette (que j'imagine à grosses fleurs, tâchée de petits-fours au caviar écrasés par les chaussures à clous des invités habituels) pour y mettre un pupitre spatio-temporel pour jeux télévisés.

Ce n'était ni un lieu de travail, ni un espace loisir, rien qui ressemble à ce que les français connaissent, un lieu étrange, un peu comme la chambre finale du cosmonaute de "2001 l'Odyssée de l'Espace", où l'on peut parler impunément de n'importe quoi, sans parler de ce qui nous intéresse...

La conjoncture est mauvaise, mais elle n'excuse pas tout. Rien sur la dette, les Armées, l'Otan... Mais une confession sans conversion, une façon d'assumer qui renvoie tout sur les autres, du bla-bla de candidat cherchant les voix de l'extrême droite, sans justifier ses débauches à gauche. Une auto justification sur les "réformes lancées et à venir", dont on ne sait rien, mais dont on ne présage rien de bon...

Dommage qu'en 4 mois, aucun conseiller ne lui ait dit comment on révise un loyer. Il croit toujours que c'est sur l'indice de la construction... Il n'apprend pas...

Il a justement dit que les français avaient raison de penser qu'il faisait une politique pour les riches, que le diable était dans les détails, qu'il s'était trompé, qu'il avait fait des erreurs, qu'il n'était pas du genre à se coucher. Certes.

Mais il continue. Sans apprentissage, sans réflexion. Dans du doré et du velours pourpre...

PS: bonne idée d'inviter en France l'athlète handicapée Bli Ngb Ling!

3 commentaires:

Marcel a dit…

L'important, c'est de sauver les otages; tous les otages et surtout Ingrid !

Mathilde a dit…

Je me languissais de votre billet mon cher François et je ne suis pas déçue...Toujours l'âme batailleuse.
Je n'ai vu que la fin pour comprendre que nos petits gars devaient aller en découdre en Afghanistan mais je n'ai pas compris pourquoi..Hervé Morin non plus sans doute

François a dit…

Ouais, c'est sûr : si Ingrid est libérée, ça fera au moins 10 points de popularité pendant 15 jours. Ca vaut donc le coup...

Morin : il mange des couleuvres tous les jours pour payer son plat de lentilles... (ouf!). Après, on le jettera.

Enfin, quand je fais une vanne, vous pourriez faire semblant de l'avoir vue....