dimanche 8 juin 2008

Elle a ri, au bas mot!

Donc, c'est fait, Ségolène Clinton jette l'éponge...

Je vous avais dit que je ne m'interessais pas trop aux élections américaines, qui sont des luttes entre clans, à coups de millions de $, pour le pouvoir, non pour des idées.

Cependant, je voudrais vous signaler la diatribe d'une groupie de Hillary, sur une chaîne américaine : "c'est un scandale que les Démocrates aient choisi un "sâle nègre" plutot qu'une femme. Je prèfère voter McCain qu'Obama". Ce qui vous prouve que ça vole haut dans le berceau de la démocratie.

Ceci dit, le Obama a pris des positions pro-sionistes, pour s'assurer le vote juif, qui sont indéfendables, et qui vont au delà de ce que les républicains et le gouvernement israëlien demandaient. Du n'importe quoi, pour se faire élire .

Le succès, jusque là brillant, de Mme Clinton vient de l'idée, qu'elle a pu susciter, comme quoi la réussite de son mari venait des conseils qu'elle lui donnait. En témoigne cette vieille histoire :

Hillary et Bill se promènent en voiture, vont prendre de l'essence, et reconnaissent, dans le pompiste, un vieux copain de fac, un ancien flirt de Hillary.
En repartant, Bill dit "Si tu l'avais épousé, tu serais femme de pompiste, maintenant!".
Hillary lui répond "Si je l'avais épousé, il serait maintenant président des US!"

Sur le fond, entre Barak et elle, je n'ai pas trop d'avis, sinon que le livre de souvenirs de Hillary est consternant de médiocrité (alors que celui de Bill est passionnant).

Ce n'est pas chez nous qu'on pourrait avoir l'idée qu'une femme puisse aider un homme à être élu. Qu'on puisse lui demander de revenir à la maison le temps d'une élection, puis en changer après.

On n'est pas prêt non plus à voir un noir, ou un beur, être candidat. Il y a peut-être quand même du bon à imiter chez les US. Mais promettre n'importe quoi et voir ensuite, ça, c'est une idée qu'ils ont prise chez nous.

4 commentaires:

A poil la strasse a dit…

Enfin, chez nous, on a Rachida. Saint Louis rendait la justice sous un chêne, elle la rend comme un gland.
Une place pour chaque chose, et chaque chose à sa place: si Hillary s'était occupé de son mari, il n'y aurait pas eu Monica!
Vive la France.

leon4 a dit…

ouf, les épouses ou veuves d'ex présidents français ne se présentent pas...
quoique Anne Aymone au pouvoir,..ca serait pas mal, ou moins pire que la passionaria de Fidel.Sans parler de Bernadette!
J'en viens presque, à la reflexion, à regretter mme Pompidou.

Mathilde a dit…

Et Tante Yvonne !

Anonyme a dit…

A poil la strasse, quel joli pseudo..