vendredi 22 août 2008

Fin des Jeux Olympiques

Ces Jeux sont interminables. Quand finiront-ils enfin? Quand sera-t-on débarrassé de ces discours cocardiers ineptes, de ces spéculations de médailles, de ce vocabulaire débile qui semble consubstantiel aux journalistes sportifs? Même en Chine, le fric roi fait la loi, sous l'impulsion de la mafia organisatrice, dite CIO.


Surtout, l'idée de Jeux Olympiques allait avec celle de trêve. Erreur : des méchants ont compris que c'était le bon moment pour les mauvais coups, les medias étant attirés ailleurs.


Le maître est évidemment le camarade Poutine. Il met la main sur la moitié de la Géorgie, de façon à faire tomber l'autre, fait courir Kouchner et Sarkozy pendant que l'Oncle Sam roupille, amuse la galerie, et montre, pour qui en douterait, le vrai visage de l'impérialisme.


Les Chinois veulent montrer que l'Ordre règne aussi dans leur empire. A Lhassa. Lama a eu Carla, pas Nicolas, accompagnée de Rama. Glorieuse politique!

Pas mal non plus les taliban. Les Français devaient être attaqués, car ils apparaissent comme le point faible de la coalition et de l'Otan. Leur Président avait fait savoir récemment que c'était des "amateurs", et qu'ils étaient "sous-équipés" (livre blanc). Ca valait donc le coup de monter une bonne embusquade. Je vous dirai plus tard ce que je pense de la réaction de notre soi-disant président à cet événement dramatique.

Dans 4 ans, ce sera à Londres, bien près de chez nous : il est temps maintenant de réclamer la fin de ces "Jeux", pour que nous ne mettions pas otage de tous les fondamentalistes, terroristes et impérialistes qui n'attendent que ça.

11 commentaires:

Marcel a dit…

Vous ne parlez pas du bébé de Rachida ?

leon4 a dit…

vite, votre commentaire sur les pleurs de Sarko aprés les 10 morts français. Pour ma part, j'ai adoré dans son discours aux Invalides sa référence aux "collègues" qui restent sur le terrain. "Collègue", ca fait copain du commissariat de police, mais pas "camarade de" combat, ou "frère d'armes". Ca fait beauf, minable, en tout cas fort éloigné de la sémantique "tradi-mili".

François a dit…

Le bébé de Rachida, ça c'est de la news! Carla a du mal au démarrage, du coup Rachida s'est dévouée pour entretenir le bruit pipeule.
A Léon : je n'ai pu écouter jusqu'au bout ce discours de Gaino revu Guéant, mal dit par le Trouduc.
Le discours de Kaboul avait suffit à me saturer...

Anonyme a dit…

Oui, François, on dit bien "un taleb, des taliban", et non pas, comme le disent tous les journaux : des talibans...

leon4 a dit…

anonyme, je ne suis pas d'accord avec vous; on ne va pas conjuguer le farsi maintenant!si vous voulez être puriste, dites à la rigueur "un taleb, des talebs".Et puis la langue française s'enrichit peu à peu;il y quelques années encore on ne parlait pas de "talebs"....,ni de talibans..

Greenspan a dit…

Non, Léon. on a le droit de conjuguer. Un targui, des touareg, vous n'avez pas appris ça à l'école?
ET puis, effectivement, les taliban, c'est récent : quand Oncle Sam les a financés pour em...der les russes. Les russes sont partis, les taliban sont restés, hé hé!

Greenspan a dit…

Non, Léon. on a le droit de conjuguer. Un targui, des touareg, vous n'avez pas appris ça à l'école?
ET puis, effectivement, les taliban, c'est récent : quand Oncle Sam les a financés pour em...der les russes. Les russes sont partis, les taliban sont restés, hé hé!

Anonyme a dit…

greenspan: arrêtez de radoter!

greenspan a dit…

C'est pas moi : c'est l'ordi qui bégaie.
Comme celui de ma banque : il a doublé un virement que j'avais fait...

Anonyme a dit…

LOL anonyme vous m'avez doublé

balasgrosse a dit…

bien à ce stade de l'observation, examinons methodiquement qui d'autre peut bien radoter dans les parages gnak gnak