vendredi 29 août 2008

Souvenirs de lecture

Je n'ai pas lu des masses de livre, cet été, au hasard des bibliothèques municipales ou de plage.

Quelques souvenirs :
- La maison Pasqua, de Nicolas Beau. Pas de la grande littérature, mais une bonne piqûre de rappel : Ah, le pourri! Avec son ami le Préfet Marchiani. Et les Tarallo, Falcone et autres "sardines". Et des gens qui tombent des fenêtres qu'ils ferment à 3 h du matin...
Tiens, Jacques Attali conseillait ce joli monde. Fort de son immunité parlementaire, de député européen, puis de sénateur du 92, notre bon Charles est sûr de mourrir dans son lit. Mais quelle république, celle qui tolère tout ça... Sarkozy ne le lira sûrement pas.

- La Russie selon Poutine, d'Anna Politkovskaia. Il fallait quand même lire ce livre, publié en 2005, un an avant son assassinat. Le dernier, posthume si l'on peut dire, Douloureuse Russie, doit être encore plus dur. Mais les simples histoires qu'elle raconte, des gens ordinaires qui ont eu le malheur de croiser les "organes", font froid dans le dos. Ou les juges de Ekaterinbourg complètement mis au service de la mafia - ou morts. Elle a eu l'honneur d'avoir été empoisonnée dans l'avion qui la menait à Beslan, en 2004. De simples balles devant chez elle, en 2006, c'est plus simple et plus radical. Terrifiant, mais tellement logique...

- De la Démocratie en Amérique, d'Alexis de Tocqueville. Il fallait que je jette un oeil sur ce bouquin qui était au programme de ma prépa, il y a quelques 40 ans... J'avais planché sur "la nature dialectique de sa pensée". Hum... bon, il dit de grosses bêtises quand même - les rapports entre les climats et les institutions-, et quelques belles prédictions sur l'avenir de la jeune république, le rôle de l'argent et de la corruption, sur l'esclavage et la fin programmée des Indiens. Mais surtout, il m'explique ce que j'avais oublié et que je n'ai redécouvert qu'après, comment ces institutions, faites par des gens vertueux pour une bonne gestion de "villes" de 2000 habitants sous le contrôle des citoyens attentifs, sont capables de se transformer en formidable outil d'aliénation du peuple tout entier. Que surtout Sarko ne le lise pas!
Et quand on le lit avec ce que l'on sait de l'histoire des Etats-Unis, c'est vraiment passionnant.

- Et puis quelques polars : l'Afghan, de Frederic Forsyth. Sûrement un roman, avec en toile de fond la bonne histoire des taliban. On s'y croirait. Sarkozy n'a pas dû le lire.

6 commentaires:

polack a dit…

moi j'ai lu votre blog.C'est géant.Et puis des conneries, de Masson (la mort et les marins), ou vivre avec De Gaulle, de Tauriac, ou quai d'Orsay de Destremeau.
Mais peut être que ca n'interresse personne en fait?
je vais me coucher..triste..

François a dit…

Pourquoi triste?
Tauriac? Lisez plutôt les Mémoires de Guerre de De Gaulle, la plume est superbe, et c'est drôle de le voir parler de lui à la 3ème personne.
Destremeau? Ca vaut quoi?

Mathilde a dit…

J'avoue que j'ai dévoré les 3 tomes de Millénium, le polar suédois dont tout le monde parle. Pas très original comme choix ni comme style mais fichtrement bien fait....et puis relecture de la BD XIII. Détente !

polack a dit…

Destremeau: un regard sur la grandeur passée (?) du Quai d'Orsay, et un regret sur la politisation des diplomates. Un peu passéiste, mais détendant.Bon bouquin de plage.

Martel de la Madeleine, chevalier de la Porte Maillot a dit…

Moi j'ai lu des journaux gratuits dans le metro tout l'été...
Quelle idée saugrenue que celle d'aller pioncer sur la plage. On est aussi bien à bosser (à se faire exploiter) à Paris! Moreover, ya moins de monde dans le metro parisien en Aout que sur la plage des Dames!
Et si le vrai luxe, c'était de rester bosser quand tout le monde déserte lachement son poste?...
Petite question: est-on mieux sans maillot sur la plage des Dames, ou sans dame Porte maillot?

François a dit…

A Martel : vous ne devez pas bien connaitre l'endroit ; sans maillot plage des Dames, vous serez rapidement lynché, griffé, maudit, mordu, par toutes les familles versaillaises qui y vont prendre l'air...
Après ce traitement, plus aucune chance de rencontrer une dame nulle part!