lundi 1 septembre 2008

Docteur Knack, bobologue

J'arrive vers 14h30, pour la consultation de 15h. La salle d'attente est déjà pleine. Il n'y a que "Elle" à lire, sauf un "Ça m'intéresse" qui finalement ne m'intéresse pas trop.

Le docteur arrive vers 16h, et je suis introduit à 17h30.

"Deshabillez-vous, j'ai un coup de fil à passer. "Allô, Daniel, tu es rentré de vacances? Moi, j'ai repris le boulot, parce que, tu sais ce qui m'est arrivé, etc". J'attends, torse poil, un bon quart d'heure...

"Ah Excusez-moi, il fallait que j'appelle l'hôpital. Parce que quand les secrétaires sont parties, hein, vous savez ce que c'est." Mais pas de problème, bien sûr, je sais.
Téléphone, 10 mn "Tu sais ce m'est arrivé?..."

"Alors, qu'est-ce qui vous amène?" ... "Mal à la tête? Ah vous avez raison, il faut faire attention. Moi, j'ai fait une chute de vélo, 20 minutes de coma dans le bas-côté. Ils ne m'ont pas fait de scanner à l'hôpital, hein, on peut pas en faire pour tout le monde. Un mois après, j'avais vraiment mal à la tête, on m'a trépané, bouché l'hémorragie, et maintenant ça va bien!".
Téléphone, 10 mn. " Oui, j'ai repris le travail, je n'ai pas perdu mes capacités, je suis content ..."

"De la fièvre? Ah, ça ne prouve rien! J'ai des patients qui croient que parce qu'ils ont de la fièvre, ils sont malades. Diphtérie, fièvre jaune, peste, et puis quoi encore? La fièvre, c'est l'organisme qui change la température pour perturber le métabolisme des microbes, c'est naturel".
Téléphone 5 mn "Oui, venez demain, consultation à 15 h...."

"Oui, 22 euros. Vous allez dire qu'on exagère, qu'on est encore augmenté! On ne représente que 3,5% des dépenses de santé. L'administration de la Sécu, c'est 4,5%. Le médecin contrôleur de la Sécu, il est toujours sur mon dos. L'hôpital, il me renvoie les personnes âgées et les cancers en phase terminale. Il n'y a pas de service de soins palliatifs. Je suis devenu champion en pompe à morphine, en hospitalisation à domicile, je cherche une infirmière, et je forme la famille. Et le type, tu vois ce que je veux dire, il me dit que je consomme trop de morphine, que ça doit être fait à l'hôpital! Je lui ai dit : qu'à cela ne tienne, je vous les renvoie tous pour ce soir."

"Et maintenant, c'est vous les malades qu'on fait raquer, je sais. Le prélèvement sur les boites! Qu'on fasse des boites de 30,au lieu de boites de 14 ou de 7!"
"Ah la la! Revenez quand vous voulez, ça me fait du bien de parler"

18h 20. Je ressors, honteux devant les 10 personnes qui attendent encore, et qui m'ont vu entrer il y a 50 minutes...

4 commentaires:

Mathilde a dit…

J'y étais aussi cet après midi pour les certificats dont mes charmants enfants ont besoin pour pratiquer leur sport favori... Mon excellent médecin "traitant" a expédié tout ceci en 15 mn en me disant " quel forme ces enfants ! La salle d'attente était pleine à craquer et le médécein pressé.. Je suis quand même contente car j'ai pu lire tous les potins dans Paris match.

Doc gyneco a dit…

le médecin ne joue pas un rôle. Il est là avec son coeur et ses tripes dans un colloque singulier.
ça plait ou ça ne plait pas... Dans cette anecdocte, le téléphone apparait nettement comme un élément perturbateur. Il ne devrait pas y avoir plus d'un coup de fil par consultation sinon c'est foutu.
Au fait , ça va mieux ?

François a dit…

le but de ce post n'était pas de trahir des secrets, ni de porter à dérision.
J'ai de l'amitié pour ce toubib qui finit par me tutoyer dans l'entretien (vous l'aviez remarqué?), qui avait besoin de parler, de dire lui aussi sa souffrance, et qui l'a fait sur un patient de passage, bien différent de son public habituel.
Enfin, le téléphone : oui, élément un peu perturbateur, mais obligatoire compte tenu de la longueur de la discussion. (j'ai coupé la tirade sur les "psys")

Palock a dit…

Docteur KnAck, bobologue, ou Dr KnOck , babalogue?