vendredi 26 septembre 2008

La b... et le couteau

C'est qu'il faisait beau à voir, hier à Toulon, notre Coryphée de la Finance...

Il y avait les ministres, dont le maire de Toulon (un vrai intellectuel), et les militants, toujours prêts à tout applaudir. Ils étaient contents : on leur a enfin expliqué les choses.

J'y ai retrouvé des accents, comment dire?, mittérrandiens -osons le mot- pour dénoncer le capitalisme, le libéralisme et ses excès. Vous vous souvenez de ceux "qui gagnent de l'argent en dormant"? Et bien, c'était un peu pareil, en plus méchant.

Mais surtout, il y avait un accent de vérité, qui me prouve qu'il venait vraiment de découvrir des choses. Comme un gamin déçu de s'être fait avoir avec le coup du Père Noël.

Les normes comptables qui, sous prétexte de protéger, ont permis de camoufler des choses! Sarbanes-Oxley, il ne connaissait pas! Les agences de notations, au rôle plus qu'ambigu! L'argent des banques, qui va à la spéculation plutôt qu'à l'investissement! Les hedge funds et les ventes par appartement des meilleures entreprises! Les délocalisations! Les déréglementations! Les démantèlements! Les subprimes! Les Golden parachutes! Kerviel!

On m'en dira tant! Je ne lui en veux pas de ne pas lire mon blog assez souvent, mais enfin il a été ministre des Finances! Et il parait qu'Attali allait partout, depuis un an, dire que ça allait péter.

Et même Mme Lagarde, qui a travaillé à Nouillorque dans une banque, et qui cause anglais, avait l'air heureuse de découvrir tout ça en même temps que lui.

J'ai l'impression que, jusqu'à la semaine dernière, ils ne savaient pas. Ils trouvaient même un peu que c'était pas mal, cette "création de valeurs".

Comme Henri Guaino a lu aussi René Girard, il a heureusement trouvé un bouc émissaire propre à canaliser la juste colère du peuple : les méchants, les responsable de ce gâchis ("this mess" a dit Obama) seront punis! Bigre...

Pour ma part, j'aurais trouvé astucieux de dire un mot des vraies victimes de cette danse fatale autour du Veau d'Or : tous les salariés que, depuis 20 ans, on pressure, on stresse, on licencie, on met en pré-retraite, en un mot, qu'on jette après usage, et qui se font culpabiliser -injurier-, comme inutiles à la société, poids lourds des autres, obstacles au bonheur matériel des autres.
(Sans compter tous ces américains pauvres qui auront été expulsés de chez eux, afin de garantir la retraite dorée des américains riches.)

Juste un mot de compassion, ça aurait été tellement mieux...

Bon, à part ça, qu'est-ce qu'on fait maintenant? Et bien, tout le monde s'accorde à dire que les réponses sont un peu faibles. Garantir le crédit ? Je ris... Virer des fonctionnaires? Si ça soulage... Supprimer les régions ou les départements? On en reparlera. De toutes façons, pour réussir un changement, il faut investir, et on n'a plus un rond.

Devant tout le monde, à Toulon, le Roi s'est montré nu. Et il n'avait que sa b... et son couteau!

PS : J'explique pour ceux qui ne comprendraient pas : quand on est face à un gros problème , et qu'on n'a pas de quoi le résoudre, on est comme un monsieur qui n'aurait qu'un couteau. A part se la couper, ce qui serait sans doute encore pire, il n'y a pas de solutions. Il vaut mieux éviter de se trouver dans cette situation, et surtout de le montrer.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

En quoi, se couper la barbe vous pose un problème François?

slobodan a dit…

Il faut ite que le colonel de la Rocque revienne...

leon4 a dit…

"la b...et le couteau", ca me fait penser à un ancien post de vous , françois, sur les titres à la con de bouquins abscons."la paille et le grain"," le chene et le veau"...
vous écrivez, françois?

François a dit…

A Slobodan : si votre Colonel a 100 milliards de disponible, il peut se présenter aux élections...

A Léon : j'y pensais justement! Non, je n'écris pas...

Ar men a dit…

Ah, Léon..on vous reconnait: tout ce qui vous importe, c'est le style . Il est vrai que le style, c'est l'homme (plus que la b...)

zozonyme a dit…

les quadra surendetes de l'immobilier nous emmerdent a chialer dans les jupes des institutions judeomaconiques pour reclamer de l'aide.
Qu'ils encaissent leurs pertes et qu'ils nous fassent pas chier!