mercredi 12 novembre 2008

12 novembre 2008

90 ans et un jour après l'Armistice qui mit fin à la première mi-temps des guerres mondiales du XXème siècle, notre président, sa femme et le prince Charles sont allés à Douaumont.

Voila une bonne idée : à Douaumont, on ressent le poids des Morts, leur nombre, et la folie de tout ça. Alors qu'aux Champs-Elysées, ça fait convenu, même si on est toujours content de passer devant le Fouquet's.

Les élus du coin étaient aux anges. Gérard Longuet ravi malgré sa tête de croque-morts, mais surtout Nadine Morano, qu'on aurait pu confondre avec Camilla si elle avait aussi mis un chapeau. Visiblement, ils comptent sur le développement du tourisme pour remédier à la désertification militaire de ce beau pays de Lorraine....

Ça avait de la gueule. Il y en a qui savent encore organiser de belles cérémonies, la RGPP n'est pas encore passée par là. Les lettres lues, d'un Poilu et de Georges Duhamel, étaient bien choisies. De beaux uniformes, des têtes couronnées, la Gouverneure d'Australie, Carla, Camilla, un peu de soleil froid, tout était beau. Et les milliers de croix autour de l'Ossuaire (un glaive planté dans le sol, parait-il), dominant les bois qui ne furent qu'enfer, sont saisissantes.

Et M Guaino avait préparé un beau discours, associant tous les morts dans cette commémoration, y compris les victimes des "erreurs de commandement", rappelant leurs souffrances et leurs sacrifices. Et, même, ce qui a dû lui faire mal au coeur, il a ajouté une phrase sur la construction de l'Europe, pour éviter que ça recommence.

Tout ceci était bien, et il n'y aurait semble-t-il rien à ajouter. Quoique...
- on attendait l'annonce du transfert des cendres du général Pétain à Douaumont. Après tout, c'est lui qui sauva la victoire en arrêtant les "erreurs de commandement", c'est-à-dire en disant que les hommes, ce n'est pas que du consommable. Mutatis mutandis, c'est un message que on peut encore faire passer au moment des restructurations sauvages et de la mondialisation. Bon, ce n'est pas grave, on y reviendra à Douaumont.

- Quand on cite Jaurès dans sa campagne électorale, on aurait pu parler de lui en cet endroit, lui qui voulait de toutes ses forces éviter cette guerre, et qu'on a assassiné. S'il y a eu des "erreurs de commandement", ce n'est pas que Nivelle et compagnie, ce sont aussi les dirigeants de tous les pays qui n'ont pas su empêcher cette guerre, ni la suivante, et pas su sortir des impérialismes, totalitarismes, nationalismes qui ont pourri ce XXème siècle et fait tant de victimes.

Alors, ceux qui font tout pour freiner la construction européenne sont collectivement responsables du même péché. La crise financière -elles sont toujours potentiellement dangereuses, parce qu'il y a toujours des gens pour dire qu'une bonne guerre nous en fera sortir- montre bien que nous sommes faibles sur ce point : pas de direction économique de l'euro, pas de vision politique partagée, désaccords politiques pour des raisons électoralistes nationales, valse des présidents de l'UE, etc.

Cette faiblesse, qui va permettre aux US de curiacer l'Europe, vaut bien celle de nos Alliances de juillet 1914.

4 commentaires:

zita a dit…

La guerre de 14-18 c'est une entente entre crapules! D'un côté les prussiens et de l'autre les franc-Maçons et notre cher Clémenceau!

Et ne me traitez pas de troll!

slobodan l'européen a dit…

Il est vrai que le Maréchal aurait aimé être enterré au milieu de ses hommes. J'apprendrai à mes fils à honorer sa mémoire.
Mais quand vous écrivez: "Alors, ceux qui font tout pour freiner la construction européenne sont collectivement responsables du même péché.", je me reconais dans le "ceux". En effet, la construction européenne que l'on nous propose, c'est de la merde. Et l'argument fallacieux qui consiste à dire que voter "non" aux différents réferendum, ou s'opposer à l'Europe qu'on nous propose, c'est péché, c'est vouloir la guerre, c'est Munich, etc... prouve bien que nos hommes politiques n'ont pas grand chose à nous vendre: un euro à 6,55 Francs, des technocrates à 2 euros, bientôt la Turquie, le mariage homo, la disparitions des frontières, des cultures, la pseudo-libre circulation des biens (à part le chichon qui circule bien peut-être), des Con-Bandit député, des normes à la con, une pseudo-armée, la Bulgarie contre qui je n'ai rien, mais qui n'a rien à faire dans l'UE.
Alors, soyez assuré que je serai toujours contre. Mais que grâce à la démocratie, tout cela me sera imposé!

leon4 a dit…

le maréchal n'ira donc pas à douaumont et les mutins de 17 sont des "victimes des erreurs de commandement". Cette petite cinquantaine d'hommes, fusillés par leurs frères d'arme, mérite bien sûr la compassion.Après tout, jacques Fesch est en cours de canonisation après un crime odieux.Mais l'Eglise au moins ne nie pas le crime.Sarko, en traitant les mutins de "victimes d'erreur de commandement", refuse l'idée même de faute grave chez ces soldats perdus.Honte à lui,car il salie l'honneur de ceux qui ont servi avec fidélité.

Osnim a dit…

Slobodan, vous m'avez coupé l'herbe sous le pied, encore une fois... François, merci d'avoir parlé si bien du maréchal qui lui aussi a bien vu venir la seconde guerre . D'accord avec zita également, la 1° guerre mondiale a été voulu par les banquiers (cf Albert Pike)qui ont par ailleurs financé la révolution bolchevique et fait élire Wilson aux USA. .
Rien de ce qui touche à la politique ne relève du hasard ! Soyons sûrs que tout ce qui se passe en politique à été bel et bien programmé !" F.D. Roosevelt