lundi 17 novembre 2008

Thierry Breton à la tête de Atos Origin

Ça, c'est la nouvelle du jour! Ouf, il aurait pu aller ailleurs.

Les journaux le présentent comme le sauveur de Bull, de Thomson, de France Télécom. Il n'y a qu'à voir l'état de ces fleurons après son passage pour s'en convaincre. Quant à son passage au ministère des Finances, on se rappellera la calamiteuse privatisation (bien nommée en l'occurrence) des autoroutes.

Le problème d'ATOS est que l'ancien PDG, viré hier, n'était pas d'accord avec les proprios, 2 fonds d'investissements, Centaurus et Pardus, et PAI Partners. Alors, ils ont fait appel à Breton (Thierry). Les bonnes gens!

A quel prix? Avec un parachute doré? Avec des stock-options? Sûrement, car il se paie sur la bête, même moribonde, avant de l'abandonner à son sort.

Quant aux salariés, qu'il méprise par avance, je les plains!

3 commentaires:

slobodan a dit…

Turbo souze!

Moins a dit…

Turbo-super-souze mondialiste. Ce monsieur est membre du groupe Bilderberg et de l'Institut Aspen et a été senior advisor chez Rothschild. Ceci explique en partie son parcours fulgurant. Atos travaille main dans la main avec la banque Rothschild et Goildman Sachs. Tout cela pour dire que Breton joue dans la cour des grands de ce monde. En revanche on ne sait pas s'il est francmac, mais le mériterait.

Anonyme a dit…

pas toujours trés net, le petit Breton !
http://www.leblogfinance.com/2008/11/affaire-rhodia.html