mercredi 4 février 2009

5 février

Le 5 février est une grande date pour moi.

C'est d'abord l'anniversaire d'un frère bien aimé, le petit dernier, le préféré de sa maman. C'est un 5 février que j'ai vu, pour la première fois un bébé de moins de 24 heures. Ensuite on s'y habitue, mais la première fois, on se demande comment ça fonctionne et on n'ose pas y toucher. Tant de potentialités dans un machin de 3 kg!

C'est ensuite la fête d'une belle-sœur adorée. La sainte-Agathe! Très utile, sainte Agathe : elle protège des incendies, et il faut toujours avoir un ex-voto à son intention punaisée dans les greniers. Vous pouvez économiser l'assurance.

Enfin, c'est l'anniversaire d'une belle visite à Abou-Simbel, qui commença tôt et finit à l'hôpital d'Assouan, vertèbre brisée. On m'aperçoit dans le bus, au dessus de la roue arrière du bus, attendant les secours, dont je ne serai pas déçu. Rien d'étonnant là-bas : ça arrive tout le temps.

Oserais-je dire que ce fut une des meilleures périodes de ma vie? L'expérience des hôpitaux -surtout quand on n'en voit que les plafonds, et que ça finit bien-, est irremplaçable. Si les médecins savaient...

3 commentaires:

Mathilde a dit…

Vous avez oublié un neveu né aussi un 5 février mais vous en avez tellement qu'il vous pardonnera sûrement....
Pour moi, la découverte merveilleuse du monde des bébés (dont je me lasse pas) c'était un 8 novembre et j'avais 11 ans...Cette petite fille est vite devenue la préférée de mes poupées et a toujours une place à part dans mon coeur. j'adore votre post François !

leon4 a dit…

certains arrivent à l'age ou les bougies sont plus onéreuses que le gateau...

Anonyme a dit…

et où le souffle manque pour les souffler?