mercredi 25 mars 2009

Citations

Mon père, ce héros au regard si doux, prenait des notes en lisant des livres.

Il avait pris la peine de nous conserver quelques citations, qui à mon avis doivent passer à la postérité.

- Je sais trop que nous vivons dans un siècle où l'on ne prend au sérieux que les imbéciles, et je vis dans la terreur de ne pas être incompris. - Oscar Wilde.

- Somme toute, nous copions aujourd'hui les fauteuils et les canapés du temps de Louis XIV ou de Louis XV. C'est très bien. Si nous imitions quelques uns des hommes qui s'asseyaient dessus, ce serait mieux. - Emile Deschamps

- En fait d'injures, de sottises, de bêtises... je trouve qu'il ne faut se fâcher que lorsqu'on vous le dit en face. Faites-moi des grimaces dans le dos tant que vous voudrez, mon cul vous contemple. -Gustave Flaubert.

- Le privilège des grands hommes est de donner des secousses à leur siècle. La secousse donnée, sauve qui peut. Louis XVIII.

- L'homme serait probablement un animal assez supportable s'il consentait un peu moins à se laisser emmerder par ceux qui veulent faire son bonheur. - Louis Scutenaire.

- Ce qui n'est pas honteux commence à le devenir quand cela est loué par la multitude. - Cicéron.

- L'avis de la majorité ne peut être que l'expression de l'incompétence. - René Guénon.

- Préfet? : un uniforme qui a trop tendance à se changer en livrée. - Pierre Véron.

- La province dépasse le roman. Jamais le roman n'inventera la femme d'un commandant de gendarmerie mettant en vers le sermon du vicaire. - E. J. de Goncourt.

- Il faut avoir une religion et ne pas croire aux prêtres, comme il faut avoir un régime et ne pas croire aux médecins. - Voltaire.

- Il y a des gens qui sont nés pour servir leur pays, et d'autres qui sont nés pour servir à table. - Victor Hugo.

- Tout individu est d'autant plus "sociable" qu'il est pauvre d'esprit et en général plus vulgaire. - Schopenhauer.

- Le soldat de métier acquiert un pouvoir de plus en plus grand que le courage d'une collectivité décline. - Chesterton.

- Le plus mauvais tour que la fortune puisse jouer à un homme d'esprit, c'est de le mettre dans la dépendance d'un sot. - de Seingalt.

- Les sots ont cette supériorité qu'ils n'ont pas peur d'être bêtes. - A Houssaye.

- La solution de bon sens est la dernière à laquelle songent les spécialistes. - B Grasset.

- Tout homme qui est un peu spécialiste est dans le sens strict du mot, un idiot. - GB Shaw.

- Certaines actrices tiennent le haut du pavé : elles n'ont eu qu'à descendre du trottoir. -Anonyme.

Sur l'Etat Major :

- Là, le travail est si bien divisé que l'un travaille, et l'autre récolte. - del Vasto.

- Les grasses bedaines accompagnent les maigres cerveaux. - Shakespeare.

- Chaque souverain regarde son armée tristement ; ce colosse assis à ses pieds, immobile et muet, le gêne et l'épouvante. Il n'en sait que faire et craint qu'il ne se tourne contre lui. - A. de Vigny.

6 commentaires:

leon4 a dit…

votre père était militaire? on pourrait le croire.

François a dit…

Oui, c'est curieux, je me suis fait la même remarque. Puis, je me suis dit qu'il n'était pas besoin de l'être pour avoir un avis sur eux.

C'est mon cas, je ne suis pas militaire, du moins depuis très très longtemps, mais je pourrais vous en raconter!

Notre Président aussi : il a des avis sur tout, et pourtant, il n'a fait que balayer des bureaux à Balard.

En tout cas, il était très intelligent! Ce n'est pas contradictoire, mais la carrière en est ralentie en temps de paix. Car c'est à la guerre qu'on voit les vrais.

Je vais poursuivre mes recherches...

admirateur a dit…

j'aimais particulirement ce que M votre père disait aussi avec délectation:
"on ne discute pas avec une brouette, on la pousse!"

François a dit…

Je m'en souviendrai....
Vous êtes sûr de vos sources?

Mathilde a dit…

A admirateur : bravo
A François je confirme....

Mathilde a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.