mardi 31 mars 2009

Mais que faire?

Mais que faire, quand on ne sait où aller et que nos élites ne savent plus quoi penser?

Cultiver son jardin? Allez à Mayotte toucher le RSA? Ne lire que des mots fléchés et caler sa TV sur TF1, que TF1?

Non, il faut lutter, de manière non-violente, contre tous les moulins à vent (et arrière). Je vous propose quelques pistes.

1 Les élections européennes . Il y a plusieurs façons de voir la chose, selon qu'on prend le point de vue français, ou le point de vue européen.
Du point de vue français, il est importun qu'on se souvienne longtemps du résultat : une gigantesque claque pour le gouvernement actuel, et pour tous ceux qui ne veulent pas construire l'Europe. Elle n'est certes pas idéale, mais ce n'est pas en disant "Non" et en bloquant toute évolution qu'elle s'améliorera.
On ne connaît pas encore les listes en présence, mais on peut déjà savoir pour qui il ne faut surtout pas voter : l'extrême droite (y compris l'UMP), le Nouveau Centre, les socialos, reconstruits ou pas, et toutes les nébuleuses d'extrême gauche.
D'un point de vue européen, c'est plus complexe, mais on a le temps d'y réfléchir : il faut comprendre quels sont les groupes les plus utiles et les plus inventifs au Parlement de Strasbourg, les moins influencés par les lobbies, notamment agricoles, et choisir en conséquence les candidats français de ces groupes (car les clivages ne sont pas les mêmes que les nôtres).

2 La religion. Puisque les choses sont comme elles sont, je propose d'écrire aux évêques, au moins au sien. Peu importe le message : que chacun le formule. L'important est qu'ils reçoivent des milliers de lettres, soient obligés de les lire, éventuellement d'y répondre, et prennent conscience qu'ils ne s'adressent plus comme autrefois à des enfants ou des vieilles paysannes illettrées, mais à des adultes qui veulent comprendre.

3 Les libertés. La, il faut entrer en résistance contre des dérives évidentes. Ne comptez pas sur la justice pour vous défendre. Et de toute façon, les lois sécuritaires et de "prévention du terrorisme" leur donnent le droit de tout faire. Vous pouvez faire 48h de garde-à-vue pour rien, avec toutes les humiliations et les violences habituelles, mais bien plus s'ils trouvent des ciseaux à ongle chez vous.

Essayez d'être toujours à plus de 1000 m à vol d'oiseau de Sarkozy.

Essayez d'éliminer tout ce qui peut permettre de vous ficher ou de vous pister. Faites appel de toute décision administrative : ça ne sert à rien, mais ça les occupe. Vous risquez encore un contrôle fiscal, mais qu'importe : vous n'avez rien à cacher.
Pas d'insolence, pas d'impertinence, c'est aggravant.

Evitez aussi de faire des blogs comme ça : dès cet après-midi, je m'attends à ce qu'une équipe spéciale s'occupe de moi. Vous m'enverrez des oranges!

PS : pour aider ce cher Obama à remettre de l'ordre en Afghanistan, il serait question qu'on y envoie des forces de police : exigez que tous les CRS y partent.

4

1 commentaire:

Herrade a dit…

Dura lex, sed latex!