dimanche 5 avril 2009

Bonne semaine

Vendredi, vous écouterez "les Sept dernières Paroles de Notre Sauveur sur la Croix", de Joseph Haydn, composées en 1786 sur commande du Chapitre de Cadix. Je préfère la version pour quatuor à cordes, mais celle pour orchestre n'est pas désagréable. La version pour piano est à réserver aux amateurs pour leur usage personnel, ou pour apprécier tel ou tel pianiste.

Toute la semaine, vous pourrez méditer les deux passions (les seules conservées sur les 5 composées) de JS Bach, "la St-Matthieu" BWV 244, et "la St-Jean" BWV 245. Certains préfèrent l'une à l'autre, mais je ne saurais me décider. "La St-Luc", ex BWV 246, n'est plus attribuée à Bach (ça s'entend, elle n'est pas très intéressante).

Les deux choeurs d'entrée sont extraordinaires : il ne suffit que de quelques mesures pour être emporté dans un mouvement sublime, au rythme profond, qui nous projette au coeur du mystère sacré. Respectivement "Kommt, ihr Töchter, helft mir klagen", et "Herr, Herr unser Herrscher", magnifique fugue qui reprend Da Capo au moment où on pensait que la tension s'était un peu calmée.

Les choeurs finaux me laissent sans voix. "Mein Jesu, gute Nacht" et "Ruht wohl, ihr heiligen Gebeine" sont d'une douceur infinie, où perce l'espérance malgré la mort à laquelle on a assisté.

C'est mieux d'aller les écouter à Leipzig, église St-Thomas ou église St-Nicolas, mais je préviens que ce sont des ex-communistes, ce qui est en train de se régler, mais toujours Réformés, et pas près d'être réunifiés, eux.

Dimanche, enfin, l'Oratorio de Pâques BWV 249 vous rassurera sur l'issue du drame central de l'humanité.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Pour les partitions :
http://imslp.org/wiki/St._Matthew_Passion%2C_BWV_244_(Bach%2C_Johann_Sebastian)


http://imslp.org/wiki/St._John_Passion%2C_BWV_245_(Bach%2C_Johann_Sebastian)

John W. Bush a dit…

Amazing performance ! Makes me cry everytime. Theres no better way to express the suffering of Jesus.

leon a dit…

j'ai toujours préféré mes BMW aux BWV ...
ca vaut OTAN en emporte le vent, non?