vendredi 17 avril 2009

La Cagoule

Mme Alliot, enfant de Marie bien connue, vient de pondre en quelques jours un décret interdisant la cagoule.

Il y a bien des choses à en dire.

En effet, j'ai toujours cru que la Cagoule avait été démantelée en 1937 par Max Dormoy, un socialo-communiste du front Popu, ce qui lui valut d'être assassiné en 1941. Cette Cagoule, anticommuniste, antisémite et antirépublicaine, qui tuait facilement ses opposants, a fourni ses meilleurs cadres tout autant au régime de Vichy qu'à la Résistance.

Donc, il ne doit pas s'agir de cela: par les temps qui courent, on serait plutôt enclin à la célébrer qu'à l'interdire.

Ensuite, je note l'ordre des priorités fixées par la ministère de l'Intérieur : il a fallu 2 ans pour que sorte le décret permettant de démasquer les pédophiles sur Internet. Là, quelques jours après les incidents de Strasbourg, le texte est prêt.

Ce qui est extraordinaire avec la maison Poulaga, c'est qu'elle est persuadée qu'une nouvelle loi, un nouveau décret va immédiatement régler le problème, surtout s'il est médiatisé. Interdire le port de la cagoule à tout le monde, dans l'espoir de coincer les casseurs me parait d'un ridicule achevé. "Vous, là, Monsieur, qui venez de casser une vitrine, ou de jeter un cocktail Molotof, je vous dresse PV pour port illégal de cagoule!"

Ce qui se passera en réalité, c'est que les promeneurs, touristes et badauds, qui tomberont dans un "certain" périmètre autour d'une manif, seront menés au poste pour vérification d'identité au cas où ils porteraient une cagoule -ce qui est après tout légitime s'il fait froid. Comme il y a des manifs tous les jours à Paris (hier c'était les agents d'EDF, avec leur camions-nacelles), autant dire que la cagoule aura à Paris le même statut que les pétards du 14 juillet : on a le droit d'en acheter, mais pas le droit de s'en servir.
Quant aux casseurs, je ne m'inquiète pas pour eux : ils trouveront bien le moyen de casser sans être pris ni identifiés.

On n'a plus le droit à un foulard non plus. Mais, monsieur l'agent, c'est pas un foulard, c'est mon mouchoir, je suis enrhumé! Et j'attends avec impatience une manif (autorisée) de femmes musulmanes pour voir comment ils vont appliquer ça.

Monsieur l'agent, pourquoi je peux pas passer? J'ai un pansement sur la figure, je me suis cassé le nez! On n'a plus le droit d'avoir un pansement?

C'est en Corse que ça va rigoler, la cagoule étant le signe distinctif d'une catégorie de citoyens particulièrement actifs, que le Préfet, s'il tient à la vie, a intérêt à traiter avec doigté. Une fois, il y a quelques années, des "suspects armés" avaient été arrêtés, et puis rapidement libérés dès qu'on s'était aperçu qu'il s'agissait de nationalistes (ou autre groupuscule). Le Canard s'était gaussé : un dessin représentait le chef policier engueulant son petit personnel "Mais pourquoi tu les as arrêtés? - Mais, chef, je pouvais pas les reconnaître, ils n'avaient pas de cagoules!"

Cette paranoïa sécuritaire n'accroît pas la sécurité. Hier soir sur France Inter, M. Alex Türk, Président de la CNIL (encore un dangereux gauchiste...) dénonçait l'argument inepte, comme quoi ce n'est pas grave d'être espionné, du moment qu'on est "innocent". Et il disait que ce n'est pas parce que les nouvelles technologies permettent de vidéo-surveiller tout le monde tout le temps qu'il faut le faire.

Je ne sais plus qui a dit cette semaine (un UMP, mais Copé? Lefèvre?) qu'il y avait quelques "lacunes" au gouvernement. Quelqu'un qui sait ce qu'est un euphémisme, mérite de remplacer la lacune!

3 commentaires:

Anonyme a dit…

У меня нет никаких новостей

deloncle de tahiti a dit…

du grand François.Bravo!

duneveu de métropole a dit…

Depuis qu'elle est en charge de la Gendarmerie, MAM bénéficie du surnom de "Pandora".
Elle doit en être fière!