jeudi 19 novembre 2009

On a gagné, haut la main!

C'est parait-il ce que beaucoup de français ont vu hier. "On" ira en Coupe du Monde 2010, parce que l'arbitre n'a pas vu la faute, a donné le but sans demander au joueur s'il y avait eu faute : "parce que sinon, je lui aurais dit" a avoué le fautif.

Mme Bachelot, ministre de la Grippe et des Sports, a fait part de son "lâche soulagement". Je suis soulagé qu'elle ait avoué sa lâcheté, mais je reste néanmoins sur ma faim.

Quand même! La triche est publique, tout le monde le sait, et pourtant notre équipe tricolore, celle qui doit chanter et faire chanter la Marseillaise, celle qui gagne des fortunes pour faire rêver les banlieues, va aller porter nos couleurs en Afrique du Sud, très légalement mais de façon complètement illégitime.

Que pourront dire les pauvres profs qui sanctionneront un peu de copiage dans un devoir? Les pauvres flics qui verbalisent les gens qui ne traversent pas dans les clous?

Et tout ceci en plein milieu du débat sur l'identité nationale. Pas la peine de tourner autour : le français, c'est celui qui triche et ne se fait pas prendre. Notre modèle, c'est le voisin qui a réussi à ne pas déclarer tous ses impôts, et n'a pas eu de contrôle. C'est celui qui a eu son permis parce que le beau-frère de son oncle est inspecteur. C'est celui qui s'est fait élire grâce à de faux électeurs et des emplois fictifs, et qui joue de son immunité passée pour faire valoir la prescription. C'est celui qui passe à l'ennemi, avec tous les secrets de campagne de son ex-candidate.

Finalement, c'est très sarkozyste, cette façon de gagner. Il a été élu par 53% des français, il peut donc faire ce qu'il veut, comme les footballeurs ont gagné le match et sont donc sélectionnés. Haut la main, peut-on dire.

Tricher plus pour gagner plus, le slogan pour 2012?

Je ne suis pas chagriné par le malheur des Irlandais : ils nous ont assez ennuyés avec le référendum européen, et avec les milliards qu'ils reçoivent de l'Europe pour leur éviter la faillite, ça devrait les consoler.

Non, il faut donner notre place aux Egyptiens, ils l'ont bien méritée...

Et souvenez-vous de l'attitude indigne de nos dirigeants dans cette affaire...

2 commentaires:

Ne refaitespasle matchsvp a dit…

Ah François vous pointez du doigt (et même de la main...) un point important : le sport n'est pas fait que de victoires et de résultats mais aussi de qualité, je devrai écrire de qualités.Les plus évidentes mais aussi les plus nobles: le courage, le respect et au dessus de tout l'honneur !
Oui il y a faute, oui elle est intentionnelle de l'aveu même de celui qui croyait sans doute se faire congratuler en douce par ses coéquipiers et son staff pour avoir sauver ce qu'il estime être l'essentiel , notre présence en Afrique du Sud.
Double faute et erreur de jugement !
La faute fait partie du jeu et les dieux du stade n'en sont pas exempts bien sûr.
Le jugement quant à lui est totalement faussé par le star systeme et les enjeux financiers sur lesquels je ne reviens pas.
Le courage : il en faut pour reconnaître une double faute et notre star ne dois pas en manquer parfois mais là....il en aurait eu si on lu avait demandé.Les faits lui donnent raison.C'est le jeu !
Mais il y a une chose dont personne n'a fait preuve c'est de l'honneur et le drame c'est qu'avec le peu de chance de voir rejouer le match, joueurs comme staff aurait du manifester auprès des autorités du foot pour reconnaitre et s'excuser voire proposer de rejouer !
La classe quoi !! Mais tout le monde sait que le niveau lamentable des joueurs qui suivent les instructions de jouer à minima pour ne pas se blesser et donc pouvoir encaisser les bénéfices des contrats de pub et de tv et assurer ce qui n'est même plus aussi amusant que les matchs de catch ou dramatisé comme les rencontres achetées de boxe (disparues des écrans et pour cause) .
Le foot est plombé , on le sait et il n'est qu'a voir ce qui se passe au rugby en Top 14 pour comprendre ce qui n'est que la dérive logique provoquée par la financiarisation des derniers espaces de rêve et d'honneur.

François a dit…

De toute façon, le match était nul, à dire d'expert...