jeudi 6 mai 2010

La poule au pot

Je vais vous donner la recette de la poule au pot.


C'est assez simple : vous prenez une poule, vous la mettez dans un faitout, plein d'eau, et vous faites cuire 2h30 après ébullition.

Tout ça parce que cette semaine, c'est le 4-centenaire de l'assassinat de Henri IV (prononcez Yves), en fait Henri III de Navarre, mais devenu roi de France à la suite de 3 ou 4 conversions au catholicisme, et une messe. On n'a pas fini d'en entendre parler.

Et des poules, il en mis au pot! Sarko peut aller se rhabiller! En fait, pour la recette, il vaut mieux tuer la poule avant de la faire cuire, la plumer, la vider, mais ce n'est pas indispensable. Le bon roi Henri faisait ça aussi bien dans le foin, qu'à cheval ou dans son lit.

Mais enfin, la poule au pot, c'est encore meilleur si vous ajoutez au bouillon des carottes, du persil, un céleri, un oignon, du panais, enfin, ce que vous avez sous la main.

Oui des poules, on lui en connait. Je ne vous parle pas de la Reine Margot (lisez plutôt Alexandre Dumas pour savoir comment elle a passé sa nuit de noces), c'était une légitime. Non plus que l'Italienne, ah je ne sais plus comment elle s'appelait, une Médicis : Marie, Catherine, Carla? Enfin vous trouverez ça dans votre Mallet et Isaac.

Le 13 mai 1610, il la fait couronner, sa Carla, et le lendemain, il se fait suriner. Depuis, ça craint, mais ça calme aussi. Et comme régente, elle n'a pas été très douée, elle s'est même fait virer.

Certains disent qu'il faut piquer un clou de girofle dans l'oignon. Mais enfin, à l'époque, le clou de girofle, on n'en trouvait pas chez Ducros. Ça coûtait la peau du dos.

Henri IV, on lui connait 12 enfants "naturels", et 6, comment dire, "artificiels", ou "légitimes"? Le premier fut évidemment Louis XIII, ça vous le savez, je suppose. Et puis Gaston, vous savez, Gaston... Ah, Gaston... Et puis Henriette, qui fut d'Angleterre, et obligée de payer son bois au Louvre après que son mari fut raccourci. C'est bien triste tout ça.

En revanche tout ce qu'on dit sur lui à propos de Lady de Nantes est faux.

On dit que la poule au pot est meilleure quand on la prépare en pot-au-feu : vous faites un bon bouillon, vous y faites cuire votre poule, ou une autre, avec du boeuf : de la queue, du jumeau, de la plate-côte, de la joue, tout ça bien ficelé, et un os à moelle. Vous déjeunez du pot-au-feu, et le soir, vous dégraissez votre bouillon, bien refroidi, en le passant au chinois. Vous le mettez en sauce avec un roux blanc, un oeuf, et vous servez la poule, en ayant soin de lui enlever la peau. Ainsi, vous ne gaspillez pas d'eau, c'est écolo.

Vous pouvez aller ensuite faire un tour rue de la Ferronnerie : je vous préviens, ça ne manquera pas de poulets de la maison Poulaga pour protéger les huiles, des fois que le souvenir de M Ravaillac, un bon et vrai catholique, donne des idées à certains. Il faut dire qu'il était aussi charentais, de la Région Charentes-Poitou. Il fut écartelé, comme nous entre nos convictions démocratiques, et le pouvoir aussi absolu qu'absurde que le Ciel nous a envoyé pour nos malheurs.

La poule au pot, c'est pour le dimanche. Les autres jours, tout ce qu'on vous demande c'est de labourer et de pâturer. Métro, boulot, poule-au-pot.



3 commentaires:

Isabelle Rambaud a dit…

bien ! J'adore Lady de Nantes.
Mais vous n'avez pas parlé de Lord Hur et de ses compagnons Lord O'Nance et Lord O'Ney qui ont joué un rôle important à ses côtés...

François a dit…

Lady de Nantes avait une petite-fille Edith (l'Edith de Nantes)que Louis XIV n'aimait pas, car il l'a supprimée, et tout ça nous a conduit au Serment du Jus de Pomme...

Lord Hur? Je ne connaissais que son fils Ben.

Allez-vous faire une bio de son chapelain, l'Abbé Carre?

Isabelle Rambaud a dit…

ça risque d'etre un fiasco ! je serai vous, je demanderai à l'abbé Résinat...très calé sur le sujet.