mardi 15 juin 2010

Commémorations nationales

Je ne sais pas ce que font certains, que je ne nommerai pas, mais quand même...

Sarkozy va aller à Londres pour célébrer l'appel du 18 juin (et la bataille de Waterloo). Bien, Cameron, ça le changera de Angela, et il fera connaissance avec Mrs (Cameron, of course, mais à sa place, je me méfierais).

Donc, et c'est l'objet de mon indignation, on célèbre l'an 40, dont je ne me fiche pas, et qui a vu tant d'événements qu'il n'y a que l'embarras du choix.

Donc, je trouve qu'on aurait dû célébrer le 14 mai la bataille de Montcornet (Aisne), qui fut à la 2ème guerre mondiale ce que la victoire de Sarkozy en 2007 sur les régimes spéciaux de la SNCF fut à l'histoire sociale du XX et XXIèmes siècles réunis. Certes, on va célébrer le 18 juin, qui fut pour la France armisticiée l'équivalent de la Victoire de Sarkozy le 6 mai.

Tant qu'à faire , allons-y! Brice Hortefeux pourra célébrer avec Besson l'entrevue de Montoire le 24 octobre, et pleurer le  renvoi de Laval le 13 décembre. Une bonne occasion de favoriser le commerce à Vichy. Et la terre, elle, qui ne ment pas! Mais je rappelle que le "don de sa personne" n'ouvre pas droit à réduction d'impôt... Ça va en refroidir quelques uns...

Je souhaite la victoire de l'Allemagne... au mundial, parce que ça sera un juste retour des choses. C'est drôle, on ne cite que la première partie de la phrase. En avant, jeunesse! Soit fière de tes aïeux!

7 commentaires:

leon4 a dit…

ras le bol de la repentance, non? et de la célébrations de fausses victoires comme Montcornet!pire des défaites, comme vous le dites si bien, du 18 juin, de Waterloo.
On a le chic, en France, de célébrer Camerone (avec un "e") sidi brahim,la maison des cartouches, le 4 septembre 1870...qui furent des boucheries "perdantes"
et on oublie Essling, Wagram, laubau,dixmude, le moulin de Lafaux,nos 100 000 morts héroiques de mai juin 40.
Ras le bol de la falsification de l'histoire!
bon, c'est un peu court mais il faut être bref sur un blog! n'est-ce pas, propectiviste?

François a dit…

J'ai sans doute eu tort de me moquer de l'absence de commémorations des 70 ans des malheurs de la France.
On ne commémorera sûrement pas non plus les 70 ans du sarkozysme.
Mais pour apprendre plein de choses sur cette période, lisez donc les Memoires de Churchill, c'est très intéressant.

Prospectiviste a dit…

Une victoire qu'on fait bien de ne plus célébrer est celle que De Gaulle aurait gagner en 40 à bord de son char et qui n'avait comme objectif que de justifier sa vision déçue que l'on pouvait faire du char et par la entretenir une légende que deux coups allemands ont réduit à rien !

Oui, le char était l'arme ad hoc mais la determination et la rage de vaincre bien plus.La desinformation et l'esprit pacifiste répendu par les politiques et leur rêve humaniste(franc-maçon à n'en pas douter!)avait fait son oeuvre de sape et il n'est de plus belle victoire que celle qu'on remporte sur un ennemi vaincu d'avance.Beau travail préparatoire des services allemands dont ma grand-mère m'a dit qu'il venaient en France des mois avant la guerre faire peur aux populations en racontant des histoires terribles sur la barbarie des troupes régulières (ils coupent les mains des petits enfants et tuent les civils qui résistent...!).Je n'ai jamais entendu que les gendarmes français aient contrecarré en Lorraine ces intrusions préparatoires et alerté les autorités centrales de ce travail de provocation.
Naïveté, assurance mal placée, certitude de gagner sans forcer, aveuglement, bétise, croyance que les allemands avaient assez payé pour ne plus recommencer les erreurs de la Grande Guerre,désir pervers de la Droite nationaliste de voir les allemands faire le ménage à la tête de la politique française, ce qui expliquerait la collaboration...autant d'explication possible de ce qui continue de traumatiser ceux qui ont connu cette époque et n'on rien compris pour leur plus grand desespoir.
Moi je ne trouve pas que 100 000 morts et 2.5 millions de prisonniers soit "drôle" mais dans 100 ans on comprendra mieux.
Désolé leon4 mais chez moi, ça ne passe pas !

Anonyme a dit…

En avant jeunesse, d'accord mais on part de très très loin.

Prospectiviste a dit…

Oh Oui Anonyme et le pire est le manque de projet féderateur autour de la grandeur de la France !

Ce pays n'a plus comme objectif que les vacances, la consommation débridée de biens, la spectacle d'une tv qui ce veut normative et comme referenciel le salaire de sportifs qui dosent leurs efforts en fonction du nombre de spectateurs estimés, un peu comme dans l'entreprise qui n'est plus vécue comme lieu de revendication ou de souffrance.

La jeunesse pas plus que l'âge ne sont des garanties d'un avenir meilleur puisque les esprits ne sont pas tournés vers quelqu'espoir que ce soit.

Comble de tout, la société du fric roi, la société gestionnaire est elle même en faillite !

Bravo et merci à tous !

Carbouche a dit…

Dans tout cela , on oublie les vrais responsables de nos malheurs en 40, les Blum, Sarraute, Briand et cie; qui ont laissé faire quand il était encore temps de contrer Hitler et qui ensuite sont devenus bellicistes après Munich quant il était trop tard.
Voyez-vous une similitude avec l'époque actuelle ?

François a dit…

Non, je ne vois pas la similitude.
Ce ne sont pas ceux que vous citez (Sarraut, je suppose?) que je prends pour les responsables de nos malheurs en 40 : c'est Clémenceau (avec Wilson dans une certaine mesure) et sa mauvaise paix fondée sur les nationalismes.