jeudi 17 juin 2010

Sujets du bac philo : les bonnes réponses

Oui, vous trouverez ici les bonnes réponses, avec les astuces et soluces.


Série scientifique :
L'art peut-il se passer de règles ?
Réponse : non.
Parce que 1/ pour tirer un trait bien droit pour un dessin, il faut une règle, 2/ parce qu'il faut respecter la pudeur des classes supérieures, ce qu'ont oublié, à leurs dépens, MM Baudelaire et Flaubert. Et ça a été bien fait pour eux. Quand on voit maintenant l'usage que font certains agitateurs culturels de notre drapeau national, on ne peut qu'exiger le retour à un certain ordre moral (+5 points). Enfin, en musique, on sait bien qu'à jouer ensemble 4 notes prises au hasard, on est sûr d'obtenir une vilaine cacophonie.


Dépend-il de nous d'être heureux ?
Réponse : non. C'est tellement évident! Moi par exemple, je ne pourrais être heureux si je ne savais que M Sarkozy s'occupe du destin de mon pays. Inversement, qui pourrait être heureux dans un pays où la police vous met des PV à tous les coins de rue pour faire du chiffres, où les impôts pèsent sur les classes moyennes, etc?

Un commentaire d'un extrait du Léviathan de Thomas Hobbes.
Réponse : il fallait dire que c'est un tissu de c...ies. En effet, la somme des angles d'un triangle dépend de la géométrie  de l'espace considéré. Par ailleurs, on sait maintenant que la part entre le juste et l'injuste, le vrai ou le faux, ne s'apprécie plus en fonction des lois ou de la coutume, mais uniquement de la volonté du Prince qui nous gouverne.



Série économique et sociale :
Une vérité scientifique peut-elle être dangereuse ? 
Réponse : oui! Si Einstein n'avait pas découvert la relativité, l'Iran n'aurait pas la bombe atomique, et la morale ne serait pas devenue relative. L'éducation, notamment celle des femmes, représente un danger pour l'équilibre et la stabilité de nos sociétés. 
Qu'on se le dise!

Le rôle de l'historien est-il de juger ?
Réponse : non! Le rôle de l'historien est de faire ses cours en suivant les programmes définis par le Ministère compétent. Car sinon, où irions-nous? N'importe qui pourrait critiquer Alexandre, Napoléon et Sarkozy pour leurs conquêtes, alors que c'est du domaine de la vie privée. Ah le jugement de l'Histoire! Ah le rôle des historiens! Ah les repentances! Les hommes qui ont fait l'Histoire ont bien assez eu de problèmes de leur temps pour qu'on leur fiche la paix après eux. Dieu seul sonde les reins et les coeurs, et celui qui juge sera jugé! Ça apporte quoi de critiquer Napoléon III, je vous le demande! Et de quel droit?

Un commentaire d'un extrait de L'Education morale, d'Emile Durkheim
Réponse : ne vous laissez pas avoir par la rhétorique! On ne fait pas la morale, la morale est. C'est une hérésie de penser que, même sur de longues périodes, la morale puisse changer, et c'est une atteinte à l'autorité de l'Etat, qui ne recule jamais d'un centimètre, surtout en banlieue, que de penser qu'on a le droit à une pensée autonome, différente de celle diffusée par les éléments de langage officiels. Cogito, ergo non UMP sum.


Série littéraire :
La recherche de la vérité peut-elle être désintéressée ?
Réponse : non, bien sûr. Car si elle était désintéressée, comment ferait-elle pour susciter l'intérêt de celui qui la recherche? Et toc! Les gens qui cherchaient à montrer que Dreyfus était coupable, avaient bien une idée derrière la tête, non? En maths, le but est bien d'avoir un théorème à son nom? Ou alors, trouvez-moi un contre-exemple. En théologie, c'est l'idée de capitaliser pour après. Bref, si vous croyez qu'elle est désintéressée, c'est que vous n'avez pas assez compris les motivations du chercheur. Vanitas vanitatis, et omnia vanitas.

Faut-il oublier le passé pour se donner un avenir ?
Réponse : non, évidemment. Une première approche consisterait à dire que du passé, il faut faire table rase, ce qui va au delà du simple oubli. Une autre idée à développer est que vous pouvez vouloir oublier tout ce que vous voulez, le passé sera toujours là, dans vos gènes, dans vos rêves ou vos cauchemars, dans votre inconscient. Vous êtes réfugié hongrois, et vous voulez faire de la politique? Faites croire que vous êtes "de souche", installez-vous dans une banlieue chic, faites-vous élire : vous verrez vite que votre naturel revient au galop, votre avidité de parvenu saute aux yeux de tous, votre vulgarité ressort immanquablement. La solution est évidemment d'arriver à transcender son passé, avec ses bons et mauvais aspects, pour se construire un avenir meilleur : mais cela n'est donné qu'à quelques uns, aux âmes fortes!

Un commentaire d'un extrait de la Somme théologique, de Thomas d'Aquin
Réponse : enfin quelqu'un d'intelligent, qui dit des choses sensées! Un texte sans doute sorti par un syndicaliste de la magistrature, un gauchiste qui est opposé aux peines-plancher pour les récidivistes et à l'automaticité des peines, mais qui a de bonnes lectures. Oui, trop de lois tuent la loi! Oui, trop de lois créent l'injustice! Oui, promettre aux flics "toutes les lois et les décrets qui leur manquent pour assurer la sécurité" est une forfaiture. Il y a tout ce qu'il faut dans notre arsenal judiciaire, il ne manque qu'une application intelligente de l'existant, une stabilité qui permet à chacun de le connaître, enfin une marge de manœuvre pour les magistrats.  Thomas d'Aquin ne veut pas rendre son épée à un fou pendant une crise, quand Hortefeux veut donner des tasers à tous les policiers municipaux!
Saint Thomas d'Aquin Président!


Ouh la la, c'était dur cette année! Je l'aurais sans doute l'an prochain...

3 commentaires:

François a dit…

Une fidèle lectrice m'informe que je n'aurai sûrement pas le bac, pour avoir écrit "je l'aurais".
Pour moi, si c'est un futur, il est tellement improbable qu'il en devenait conditionnel.
Quand pensez-vous?
(elle est bonne celle-là; mais qui la comprend?)

leonS4 a dit…

moi j'ai compriS.Non maiS! mais je ne saiS pas la réponSe...il est vrai que, inStinctivement, je n'auraiS pas mis de S...
affaire à Suivre?

François a dit…

Merci....