samedi 18 juin 2011

Mon Appel du 18 juin

Les individus qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête de l'UMP, ont formé un gouvernement.

Ce gouvernement, alléGuéant la défaite face à l'insécurité, puis la crise financière, s'est mis au service des plus riches pour cesser de servir le peuple. L'abaissement de la Justice, la destruction de l'Education Nationale et de notre Armée, l'abandon à leur sort des hôpitaux, en sont de tristes exemples.

Certes nous avons été, nous sommes, submergés par la pression mécanique des dépenses sociales. Infiniment plus que leur montant, ce sont le nombre des allocataires, chômeurs, RSAistes, nouveaux pauvres, qui nous font reculer. Et ce sont les dépenses de bouclier fiscal, la subvention aux heures supplémentaires, la niche fiscale des emprunts immobiliers, la gratuité des lycées français à l'étranger, la réduction de la TVA aux bistrotiers, qui ont coulé nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.

Mais le dernier mot est-il dit? L'espérance doit-elle disparaître? La défaite est-elle définitive ? Non!

Car la France n'est pas seule! Elle n'est pas seule! Elle est soutenue par les peuples de Tunisie, d'Egypte, de Lybie, du Yémen, de Bahrain, de Syrie, qui ont secoué les chaînes de l’oppression. Elle peut, comme eux, dire "Sarkozy, dégage!".

Cette guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les manoeuvres de l'UMP, l'arrogance du FN, les tactiques des Radicaux, n'empêchent pas qu'il y a dans notre pays tous les moyens nécessaires pour écraser un jour cette ploutocratie inculte. Foudroyés aujourd'hui par la force de la Police et l'Union des amis du Fouquet's, qui vient de remporter une nouvelle victoire, celle de M Proglio contre Mme Lauvergeon, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force démocratique supérieure. Le destin du monde est là.

Moi, François, actuellement à Paris, j'invite les élus UMP, leurs fédérations, leur bureau national, à ne pas céder au chantage à la réélection que leur fait le pouvoir, et à présenter à l'élection présidentielle de 2012 un autre candidat que M Sarkozy ou son clone M Copé. J'invite tous les citoyens qui viendraient à être sondés à dire qu'ils préféreront n'importe quel candidat à celui qui a précipité notre déclin depuis 4 ans.

J'invite tous les citoyens, une fois libérés du joug que fait peser sur eux la camarilla au pouvoir, à choisir pour présider à notre destin, l'homme ou la femme le plus apte, par ses vertus, son abnégation et son sens du devoir, à remettre le pays d'aplomb, dans l'unité et la solidarité.

Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.

Demain, tous les jours où cela me conviendra, je parlerai sur mon blog.

Aucun commentaire: