dimanche 13 décembre 2015

La planète est en danger, vraiment?

On se réjouit du succès de l'accord de Paris, et seuls les demeurés tendance crasse trouvent à y redire, les uns parce que c'est Hollande qui l'a réussi, les autres parce qu'ils estiment qu'il faut dès maintenant revenir au mode de vie des néandertaliens.

Pour vous donner un petit aperçu de l'ambiance, je vous mets ces 2 tweets :




Mais je voudrais vous alerter sur une grave faute intellectuelle : on ne parle que de "sauver la planète". Je vous parie mon paradis contre votre enfer que dans 60 millions d'années la Terre continuera à tourner autour du soleil.

Elle aura certes beaucoup changé : il y aura un nouveau continent vers le pole Nord, résultat de la collision de l'Europe, poussée par l'Afrique, et de l'Amérique du Nord. Il y aura eu des collisions d'énormes astéroïdes. Il y aura eu des périodes de glaciation, et il y aura des plantes et des animaux, mais ils auront tellement évolué qu'on ne peut savoir ce qu'ils seront. Il y a 60 millions d'années, on ne pouvait deviner que des petits mammifères allaient remplacer les dinosaures.,

En moins de 60 millions d'années, il y a de fortes probabilités pour que l'équilibre du système solaire soit maintenu : au delà, un "effet papillon" est toujours possible, et nous éjecter de notre orbite.

Le vrai problème n'est donc pas de sauver la planète, mais d'essayer de faire en sorte qu'elle demeure habitable pour nos arrière-petits-enfants. Si elle ne le reste pas, alors oui, il y aura des catastrophes pour nous. Et il ne faudra que quelques dizaines de milliers d'années à la nature pour effacer toute trace de notre passage, à l'exception des éléments radioactifs que nous avons fabriqués. Inversement, ces radiations favoriserons les mutations des chromosomes, et des bestioles en profiteront pour mieux s'adapter. Mais sans nous.


lundi 7 décembre 2015

La Patrie est en danger

Mes chers amis,

La défaite que la France a connue mérite un courage exceptionnel. La France, notre chère France, a été blessée par la coalition des francs-maçons, des juifs, des arabes, des roux, des "gender", des professeurs, des syndicalistes, et de tout ceux qui nous ont fait tant de mal. 

Sûr de l'affection de notre admirable armée, qui lutte avec un héroïsme digne de ses longues traditions militaires contre un ennemi supérieur en nombre et en armes, sûr de la confiance du peuple tout entier, je fais à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur.

C'est le cœur serré que je vous dis aujourd'hui qu'il faut cesser le combat. Résignez-vous et rejoignez le mouvement pour la création d'un Etat français, pour la Patrie, la Famille, le Travail sous ma conduite, moi votre Guide Fondateur.

Le gouvernement s'éloignera des miasmes parisiens et se tiendra à Saint-Cloud. Il prendra dès demain les décisions essentielles que vous attendez. Dès aujourd'hui, signalez à la Milice vos voisins perturbateurs que nous allons renvoyer chez eux,  Les frontières seront fermées dans le sens aller, et ouvertes dans le sens retour pour les personnes, et l'inverse pour les marchandises. Le divorce est interdit, la religion catholique est la seule autorisée.

J'appelle Nicolas Sarkozy à diriger ce nouveau gouvernement : je sais que vous pouvez lui faire confiance, et il a la mienne. Il prêtera serment dès ce soir devant moi et mon successeur désigné, ma fille. Ensemble, tout devient possible. 

Vive la France, Vice l'Etat Français!

signé : le grand-père de M Maréchal.








vendredi 4 décembre 2015

Le Crépuscule des Déesses

Voila une vieille légende venant des profondeurs des forêts rhénanes, imprégnée de mythes fondateurs qu'il faut aborder frontalement.

Le grand-père c'est Wotan. Il se prenait pour Dieu, mais il ne croyait pas en Lui. Il croyait en la valeur de sa race, supérieure, destinée à dominer toutes les autres. Dans sa jeunesse, il s'était bien amusé en terres infidèles avec son frère Loge, dieu du feu et de l'électricité, et y avait même perdu lors d'une ratonnade un couteau marqué à son nom.

Par hasard, il avait gagné un siège de député, et perdu un oeil dans un bagarre. Par calcul, il avait réussi à trouver le Trésor magique, l'Or des Ciments. Il acheta alors son Château du Walhalla (celui qui montre tout, au sens littéral), et plaça le reste en Suisse.

De sa femme Fricka, la mal nommée, il eut des filles, les Walkyries, surnommées les "vache-qui-rit". Mais il répudia Fricka qui pour se venger posa nue dans un magazine de charme.

De ses filles, seule Brunnhilde (trompe marine, en français) revendiqua son héritage, puis l'ayant obtenu, poignarda son père dans le dos. Entourée de mâles dominants à la sexualité incertaine, elle progressait dans les sondages, profitant du pourrissement général des affaires comme les rats dans une cave abandonnée.,.

Jusqu'où ne montera-t-elle pas! Mais dans la famille, la petite fille de Wotan apparaît, toute jeunette, mais avec toutes ses dents. Elle se dit catholique, la petite Marion, qui porte le nom de son grand-père au lieu de celui de son père qui ne l'est pas. Brunnhilde avait repeint la façade sur rue de la Famille en la"dédiabolisant", selon la formule consacrée. Marion lui donne un air de vertu, au point d'attirer l'attention de l'évêque du lieu, depuis longtemps connu pour ses positions réactionnaires, et de manière si subtile que dans les paroisses, on crut qu'elle était bénie par l'Eglise, surtout pour avoir, contrairement à son illustre Tante, dénoncé le "mariage pour tous". Cette alliance du bigot et du fagot allait la faire triompher dans toute la région du soleil du midi, quand sa Tante n'aurait que celle des brumes du Nord.

La fin de cette famille fait l'objet de plusieurs versions, selon les sources. Dans l'une, le grand-père meurt, et avec lui disparaît le clan des vétérans, celui des néo-collabos anciens combattants de l'OAS. La colonne vertébrale atteinte, le front s'effrite. Dans une autre, les turpitudes financières sont enfin traitées par la Justice, et le front s'effondre. Dans tous les cas, cela finit par des catastrophes terribles, et de grands malheurs pour le peuple un moment abusé.

mercredi 2 décembre 2015

La crèche et le cochon

Ma petite-fille m'apporte une lettre, où je lis, ou plutôt déchiffre :
"chere meussieu  barouin, on ma dis de t'écrir pour avoir une creche dans ma mairie..."

Je vous passe la suite. Je lui demande pourquoi elle écrit cette lettre.
-"Mais Papie, c'est au caté! la dame elle a dit qu'il fallait écrire à un vilain monsieur de l'AMF, je sais pas ce que c'est, qui veut interdire les crèches dans les mairies."
- M Baroin, est le président de l'association des maires de France, c'est un Républicain (LR ex-UMP) tendance chiraquienne. La crèche est un symbole chrétien qui a sa place dans les églises..
- Ben justement, la dame a dit qu'il fallait affirmer notre héritage judeo-chrétien et mettre des crèches partout dans les mairies!
-Et la dame, elle est d'accord pour qu'on en mette dans les supermarchés?
-Non, elle a dit que dans les magasins, c'était pour nous faire dépenser de l'argent. C'est pas bien. Les crèches dans les mairies, c'est pour embêter les arabes, pour pas qu'ils viennent réclamer des allocs qu'on veut plus leur payer!
-Tu es sûre qu'elle a dit "arabe", et pas plutôt musulman?
-Ben Papie, elle a dit que c'était pareil. Ils ont plein de femmes, encore plein d'enfants, et vivent des allocs sans rien faire à part préparer des attentats.
Elle a dit aussi que la crèche de la mairie serait inaugurée par une soupe au cochon, saucisson-vin-rouge. C'est une bonne idée! Comme ça, ils ne pourront pas venir.
- Voila bien notre héritage judéo-chrétien!
- Elle a dit aussi qu'on était en dictature, que le gouvernement avait fait une loi pour empêcher les manifs pour tous. Mais elle a dit qu'elle s'en fichait parce qu'elle invite les candidats aux régionales et qu'ils viennent tous la soutenir.
- C'est classique en période électorale : on promet pour attirer le chaland.
- Oui, mais elle sait déjà pour qui elle va voter! Elle nous a dit de ne pas le dire, mais on peut dire que dimanche, elle mettra son manteau bleu marine, et demande aux parents d'en faire autant, pour la défense de la civilisation blanche, de Charles Martel à Louis XIV en passant par Napoléon...
- Et à l'école, on vous dit quoi?
- La maîtresse, elle veut mettre un sapin de Noël, c'est même pas écolo. De toutes façons, je ne l'écoute jamais, elle est communiste comme tous les profs!


mardi 24 novembre 2015

Hollande n'est plus mou, il est Mollet

Ce qui n'était pas possible avant la tragique soirée des 8 fous furieux est devenue réalité. Hélas...

Dans l'heure qui a suivi, le président a réuni le conseil des Ministres pour décréter l'état d'urgence. Dans la foulée, on refait une loi liberticide , et on va changer la constitution. Heureusement que la droite était là pour freiner les propositions de Valls. Hollande n'est plus mou, il est Mollet. Sarkozy en rêvait, Hollande l'a fait.

Après Charlie, il y avait des gens pour dire #JeNeSuisPasCharlie, pour bien faire comprendre que ceux qui avaient été tués l'avaient bien cherché. Après le Bataclan, il est de bon ton de dire que la musique de Eagles of Death Metal était visiblement satanique, et que le #PrayForParis ne pouvait s'appliquer à eux... Le con ose tout, et le con absolu ose absolument tout.

Un curé genre cul-bénit a demandé que l'on prie pour Hollande et les terroristes. Horreur! Pas parce que ce brave curé trouve normal de mettre Hollande et les fous dans le même panier, non : parce qu'il n'y a pas de raison pour prier pour les terroristes. Ni d'arrêter de demander la démission de Taubira -un classique du genre-.

On peut multiplier les exemples : dans ces situations, le peuple devient fou, célèbre ses flics, applaudit à la restriction de ses libertés fondamentales, préfère l'injustice au désordre. Dont acte. Grâce à Ben Laden, voila 15 ans qu'on ne peut plus prendre l'avion tranquillement. Maintenant, ce sera pareil pour les trains, les magasins, les salles de concert. Oui, je vous le dis, ils ont déjà gagné. 8 morts de leur coté, plus de 300 victimes du notre, et 60 millions de français, 250 millions d'Européens emmerdés à vie.

Les politiques sont pressés de toucher leurs dividendes aux prochaines élections. Si le FN gagne des régions, il pourra remercier Daech et leurs amis Bachar et Vladimir. Bravo à eux, on aura alors vraiment tout perdu.

Pour vous distraire je vous ai mis quelques tweets de la charogneuse :




lundi 23 novembre 2015

La métrique de Schwarzschild

Il y a longtemps que je voulais vous en parler. Ça parait compliqué, mais pas tant que ça. Gloire à Schwarzschild!



Voyez c'est assez simple.










mardi 17 novembre 2015

L'ascenseur de M Einstein

On fête le centenaire de la publication de la relativité générale par Albert Einstein.

La relativité restreinte, exposée en 1905, est facile mathématiquement parlant, mais elle est complexe sur le plan conceptuel : c'est l'espace qui crée le temps, les vitesses relatives ne s'additionnent plus comme le disait M Galileo Galilei, la vitesse limite est celle de la lumière, et E = m c².

On n'a pas eu trop de difficultés à adapter les équations de Maxwell, qui sont stables par les transformations de Lorentz, et on peut même dire que la relativité restreinte en est une des conséquences, et faite pour. Mais pour la gravitation de Sir Isaac Newton, ça ne marchait pas du tout. That was the problem.

Tout ce qui était bien établi, c'est que la "distance" entre 2 événements est la même dans tous les référentiels si on la mesure avec la formule Ds² = c² Dt² - D x²- D y² - D z², c'est ce qu'on appelle la métrique de l'espace-temps.

Mais qu'en faire? Alors Einstein a inventé l'ascenseur qui tombe sans fin. Soit un ascenseur qui tombe et Einstein dedans, qui tient une pomme en réfléchissant. S'il lâche la pomme, elle reste devant lui sans bouger. Donc, quand on tombe avec/dans un ascenseur, on ne ressent aucune gravité.

Si un rayon de lumière, émis de l'extérieur, traverse la cabine de l'ascenseur par un trou, Einstein le verra décrire une sorte de parabole tournée vers le haut. Conclusion : la gravité n'est pas une force, puisque on ne peut la ressentir quand on tombe. Mais la gravité "déforme" l'espace-temps.

Donc le problème revient à se dire que si on veut étudier la gravitation dans un labo, on doit imaginer qu'elle est nulle dans un référentiel qui tombe, et qu'il suffit de transposer les équations dans le référentiel du labo, qui est accéléré vers le haut par rapport à l'autre. Coup de génie!

Après, ça se corse, car si on connait déjà la "métrique", on manque d'outils. Coup de chance les matheux, comme Riemann, Poincaré, et surtout Levi-Civita ont appris à traiter les espaces courbes et les tenseurs.
On pose donc ds2 = gmn dxmdxn et gmn  est notre tenseur métrique : on appelle ça la "g-munutisation", et sa courbure doit être reliée à la structure de l'espace, le tenseur énergie-impulsion Tmn :


R_{\mu \nu} \ - \ \frac{1}{2} \, g_{\mu \nu} \, R  \ + \ \Lambda \ g_{\mu \nu} \ =  \kappa T_{\mu \nu} avec \kappa=\frac{8{\pi}G}{c^4}

La constante \kappa=\frac{8{\pi}G}{c^4} est facile à calculer : il suffit de considérer un univers plat, et on retrouve la bonne loi de Newton. C'est fait pour.

Avec Newton, les planètes tournaient autour du soleil, parce qu'il les "tirait". Avec Einstein, les planètes vont tout droit dans un univers courbe, comme une bille roule dans un bol.

La constante cosmologique L a toute une histoire : Einstein ne l'a mise que pour faire joli, ou plus exactement parce que sans elle, l'univers semblait avoir un commencement, ce qui le heurtait (en 1915). Et puis, on s'est aperçu que l'univers avait eu un commencement (en 1930), ou bien qu'il y avait création continue de matière. Einstein s'est excusé de "la plus grande erreur de sa vie". Et maintenant, on trouve qu'elle est bien, car elle expliquerait l’accélération de l'expansion de l'univers, la matière et l'énergie "noires". La suite au prochain épisode, que mes petits enfants découvriront peut-être.

En tout cas, ces calculs bizarroïdes ont été vite confirmés par l'expérience : ils expliquent l'avance du périhélie de Mercure, la déviation de la lumière autour des corps massifs, les lentilles gravitationnelles, et servent au calcul des GPS. Avec Newton, on calculait au millième, avec Einstein au milliardième....






samedi 14 novembre 2015

Paris, 13 novembre 2015

L'émotion, l'impossibilité de s'endormir en attendant les nouvelles qui viennent de pires en pires, vous avez connu ça, et cette émotion est bien légitime. Qui pourrait être insensible à de tels drames?

Il convient néanmoins de prendre un peu de recul, en adoptant la birds' view non pas la frogs' view, comme disent les ricains. En particulier, recherchons plutôt les causes des causes.

1 - la France est une fois encore attaquée, et l'on ne peut que regretter une fois de plus l'incapacité de nos services de renseignements à prévenir de tels attentats. Je ne dis pas qu'ils ne le font pas parce qu'ils ne veulent pas, mais parce qu'ils ne le peuvent pas. Le flic de base n'est pas en cause, mais je mets en cause frontalement les hauts responsables de la Police, de la DGSI et autres barbouzeries. Ils ont toujours lutté contre "l'ennemi intérieur", le soixante-huitard, le babacool, que finalement, les sujets liés au terrorisme ne les intéressent pas. Ils ont toujours préféré les garnis et les indics.
Voyez ce bel exemple qu'est M Guéant , énarque, ancien préfet de région, ancien DGPN, ancien directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur, ancien secrétaire général de la Présidence de la République, ancien ministre de l'Intérieur, un pur produit de ce système. Et bien ce M Guéant donnait des primes aux flics indexées sur le nombre de PV, et se servait lui-même dans la caisse. Il a dirigé lui-même, à la place du procureur dont c'est la responsabilité, les opérations d'élimination de Mohammed Mérah, en mars 2012, avec un amateurisme "désarmant", pour s'apercevoir ensuite que ce monsieur était déjà défavorablement connu de ses services.
Ces mêmes gens qui nous expliquaient qu'on pouvait tailler dans les effectifs grâce à la vidéosurveillance qui réglerait tout, qui ont commencé de façon illégale à lire dans nos ordinateurs pour savoir pour qui on voterait, s'essuient les pieds sans vergogne. Dehors, pourris pétainistes qui avez souillé la France!

2 - Hier soir, les charognards se sont déchaînés : j'ai noté Lionnel Luca, Philippe de Villiers, Sarko_Junior, sans doute d'autres du même niveau. (Je me dois de remercier d'autant plus Benoist Apparu et Christine Boutin qui ont été à la hauteur de l'événement, et je m'en souviendrai). Mais parler de "mosquéitisation" voulue de la France, pour la dénoncer, est le début de l'amalgame fous=> musulmans => arabes => immigrés => communautarisme => pas de souche qui plait tant aux thuriféraires lepéniens.
La clé de l'analyse est ailleurs, et elle est double :
- une méconnaissance grave des réalités historiques en ce qui concerne l'islam, notamment la séparation entre chiisme et sunnisme. On nous a habitués à l'équation chiisme = méchant qu'on ne sait plus que Daech est sunnite, soutenu par l'Arabie saoudite et les émirats, à qui on vend des Rafales. On confond aussi musulman et arabe, c'est oublier que les Iraniens sont perses, et que les syriens, libanais, etc, sont d'abord des palestiniens. Documentez-vous, je ne peux tout expliquer ici. Je pense qu'il est dangereux de parler de l'Orient compliqué avec des idées simples.
-le sionisme en oeuvre en Palestine depuis près de 70 ans, soit près de 3 générations, produits ses poisons. 3 générations sans espérance, sans terre, ne pouvaient que susciter des réactions violentes qui nous atteignent maintenant. Evidemment, cela nourrit un antisémitisme dégradant, mais les réalités géopolitiques sont là. Le processus de paix a disparu avec Rabin, il n'y a même pas l'espoir d'un début de commencement d'une réflexion sur ce sujet. Et pourtant, c'est la seule réponse à l'éradication du terrorisme "fou". Ce n'est pas à dire en public, ça fait anti-pensée unique.

3 - Sans remonter si loin ni si profondément, nos jeux dangereux avec la Libye et avec la Syrie, (Bachar al-Assad invité le 14 juillet 2008 à Paris...), et les printemps arabes qu'on a bien ratés, et la réintégration dans l'OTAN, funeste erreur, trouvent peut-être là leurs aboutissements. Les voyous de la république feraient mieux de se cacher.






mardi 10 novembre 2015

La pendule

Les pendules arrêtées ont raison 2 fois par jour, tandis qu'une pendule en retard n' a jamais raison.

Aymeric Chauprade, le stratège internationalement reconnu par lui-même, vient de s'exprimer  sur iTélé qui avec BFM porte en permanence la parole du FN :



Oui, le Front national ne correspond pas à un projet crédible. Il y a longtemps qu'on le sait, mais pour qu'il le reconnaisse enfin, c'est un progrès. Et de plus il avoue qu'on va à la catastrophe.

Chauprade pourrait démissionner de son poste de député européen, et pourrait ainsi répondre à la justice de son pays sur ses activités dominicaines.

Pépé n'est pas en reste :
Hétérophobe, c'est bien une attaque ad hominem, si je peux m'exprimer ainsi, non? Notez bien les majuscules à "Pensée Unique". J'aime bien la référence  aux "valeurs morales" dont il est l'incarnation sur terre. Et mafia, il a dit mafia?

Bref il y a de l'eau dans le gaz (ha, ha) dans cette belle famille. 

Il suffit de lire un peu d'histoire : ça s'appelle la Nuit des longs couteaux. Röhm n'était pas d'accord avec son Führer et organisait avec son armée personnelle les SA un petit complot pour le remplacer. Hitler prend les devants, débarque à 6h du matin dans l’hôtel où ils se réunissaient, et zou, fusillés!

Pour l'instant on a affaire à des petits couteaux, mais il ne faut pas désespérer.

dimanche 8 novembre 2015

L'Hôpital de demain

Il faut être malade pour aller à l'hôpital. Je veux dire malade au sens psychiatrique, car si vous êtes simplement malade, on vous y conduit. Mais si vous y allez volontairement, faites vous soigner d'abord.

Il faut d'abord un rendez-vous. Les numéros indiqués sur les nombreux sites de l'APHP ne répondent pas, ou sont toujours occupés. Pas la peine de faire un mail : gérer une messagerie ne fait pas partie des fiches de poste du personnel.

Finalement on vous rappelle : pourquoi voulez-vous venir? Il est clair qu'il y a 2 cas de figures possibles : soit vous êtes un "cas" qui intéresse un professeur pour ses recherches, soit vous correspondez  à un objectif pédagogique pour la formation pratique des étudiants.

Admettons que vous obtenez enfin un RV : c'est pour dans 3 mois, genre 13 juillet à 9h du matin.

Vous êtes prévenu de vous présenter 1/2 avant. il est plus prudent de prendre un large pied de pilote, plutôt 3/4 d'heure. Une machine vous donne un numéro, selon votre cas : urgence, 1ère visite, service 1, service 2, etc. Vous attendez que votre code s'affiche, mais l'ordre est bizarre, et ne correspond à aucune logique apparente.

Il vous faut :

  • une pièce d'identité (Art L 162-21 du code de la Sécurité Sociale)
  • un justificatif de domicile récent,
  • la carte vitale ou l'attestation du centre de sécurité sociale à jour
  • la carte de mutuelle ou attestation de CMU ou d'AME
  • un moyen de paiement
"La carte de mutuelle, on la prend pas!" me dit la dame en me la renvoyant à la figure. Je comprends pourquoi ensuite : une affiche annonce qu'il y a un nouveau système d'informatique, et que la transmission vers les mutuelles X, Y et Z ne fonctionne pas.

On vous donne un dossier, dont une feuille imprimée de codes barre sur du papier à étiquette auto-collantes, dont on en utilisera 2, en jetant le reste. Mais les numéros de dossier sont imprimés juste à la frontière de 2 étiquettes... Pas de chance.

On vous envoie dans un grand couloir en vous disant "salle grenat". Il n'y a aucun panneau indiquant "salle grenat", il y a des panneaux indiquant : "salles 1 à 9", "salles 10 à 19". Là vous attendez de nouveau, mais on s'aperçoit vite que c'est l'étudiant qui vous cherche partout. Ils ont l'habitude, ils sont gentils, ils vous installent, et on attend.

On attend le prof. Le prof doit voir avant pour valider le plan de soin, après pour valider le travail. Le boulot de l'étudiant est de réussir à faire venir le prof dans son box, et ça peut prendre 1 heure. Il nous tient au courant : encore 3 devant nous, il va bientôt venir... De fait, pour un travail effectif d'environ 20 minutes, vous y passez 2h30. C'est comme ça. Si vous ne voulez pas venir, personne ne vous y force.

Parfois, c'est pire, par exemple quand la machine est en panne : faire la queue, c'est être condamné à rester debout pendant la demi-heure d'attente. Quand, arrivé enfin à son tour, on signale que la station debout prolongée est pénible, la dame vous répond que c'est encore plus pénalisant pour elle.



Mais le mieux est que ces gros malins ont trouvé le moyen de scotcher devant l'ascenseur "patientèle" le dernier trac syndical

On y apprend donc que le bel accord signé par M Hirsch, ex président d'Emmaüs et ex-commissaire du gouvernement de M Sarkozy et actuellement DG de l'APHP, réduit les RTT de 18 à 15 jours, en les payant en heures supp, uniquement pour les volontaires, et confirme le repas de 1/2 heure pendant le temps de travail, y compris pour le personnel administratif. On est bien content pour eux.

Finalement, on peut observer 2 logiques d'organisation :
  • d'une part, on optimise le temps de profs, ce qui n'est pas illégitime en soi. Les étudiants et leurs patients attendent.
  • d'autre part, et c'est le plus important, on optimise le travail des administratifs en organisant une queue permanente aux admissions, qu'ils ont le culot d'appeler "accueil", de façon à ce que jamais il n'y ait le risque qu'une position de travail soit inactive. Mêmes les profs se plaignent du temps qu'ils leur font perdre quand un patient est en retard, parce qu'il est dans la queue des admissions. Ces dames n'ont donc jamais le temps de ranger leur bureau, d'enlever les affiches H1N1 recouvertes à moitié par l'affiche Ebola, de régler les imprimantes, encore moins le temps de souffler pour être aimables avec le "patient" suivant.
Crozier disait que ce qui caractérise les bureaucraties, c'est leur incapacité à se réformer par elles-mêmes. Le système de l'APHP est globalement inefficace, mais il n'est pas réformable. 





 

samedi 7 novembre 2015

Lettre de dénonciation

Une histoire sans intérêt, mais il fallait quand même qu'il y en ait une trace quelque part...


En 1980, je suis nommé directeur régional dans une petite capitale régionale de province. Comme c'est la règle, puisque je deviens ordonnateur secondaire, donc responsable des dépenses et des recettes qui se comptaient en centaines de millions de francs, je suis nommé par un arrêté ministériel.

En 1981, François Mitterrand est élu président de la République, Jacques Dondoux devient directeur général à l'été 1981.

Sur place, je deviens l'homme à abattre, car "nommé par Giscard", du reste ma femme est cousine d'Anne-Aymone, c'est bien connu.

Je garde un bon souvenir des occupations de bureaux que j'ai dû subir, parce que je ne leur donnais pas les 38 h, alors qu'on avait des instructions fermes pour s'en tenir aux 39 h (du reste, on est passé immédiatement aux 38 h dès qu'ils ont envahi le bureau de Dondoux). Et même après, ils sont venus demander 1 journée de congés supplémentaire, sous le prétexte que les congés avaient été acquis sur la base d'une semaine de 40 h, et que je ne les leur donnerais que sur une base à 38 h. Authentique.

Toujours est-il que, bizarrement, j'étais encore là un an après. Un coup de fil au cabinet du ministre Mexandeau, et j'ai droit à un contrôle de l'Inspection Générale. Un brave type, spécialiste des faisceaux hertziens, nommé à L'inspection Générale, est venu pour compiler et examiner toutes les factures payées depuis depuis 3 ans, Et alors, ils m'ont dénoncé!


Le brave gars est resté 2 mois et demi, il n'a rien trouvé. Je lui ai demandé un certificat comme quoi il n'avait rien trouvé. Impossible : ils ne font de rapport que si ils trouvent quelque chose, pas si ils n'ont rien à dire. Et puis, il est parti en urgence, pour une histoire de frigo qu'un chef quelconque avait acheté pour son usage personnel avec les sous de l'Administration. Enfin, une affaire importante.

Voilà comment les choses se passaient en 1982.

Le hasard a voulu que je rencontre 25 ans après, dans un aéroport, le gars du cabinet qui avait gentiment écouté les camarades syndicalistes et envoyé l'Inspection Générale, et je lui raconte ma version : comment on disait que j'avais été nommé par Giscard, parce que ma femme était soi-disant cousine de Madame VGE, que la CFDT avait dénoncé "des anomalies dans l'exécution du budget", mais que l'IG n'avait rien trouvé, et que ce n'était pas faute d'avoir cherché. Il ne savait pas! S'il avait su! 

Ah les innocents et les pauvres d'esprit, ils en ont de la chance...


jeudi 29 octobre 2015

De quoi sont les Pieds (nickelés)?

Je ne sais pas comment vous le voyez, mais cette affaire d'Air Cocaïne me semble puer à plein nez.

Des pilotes, confrontés sûrement à une justice qui vaut bien la notre, condamnés à 20 ans de prison, mais en liberté surveillés dans un hôtel sur une plage, se sont fait la malle depuis la République dominicaine. Ils ont pris le bateau, puis l'avion de Corsair entre nos Antilles et Orly. Ils avaient donc des papiers, avec leurs empreintes "génétiques".

Et puis apparaît, tout content de lui, le célèbre Aymeric Chauprade, le négationniste de l'attentat du 9/11, la tête pensante géopolitique de Marinette Le Pen, (c'est facile à comprendre : nous allons vers une guerre de civilisations entre chrétiens et islamistes, il faut donc s'allier avec nos amis Poutine et Bachar, sortir de l'Europe et remettre des frontières partout, et exterminer tous les bicots), aussi député européen du FN.

Et la logistique dans tout ça? Des anciens "copains" militaires, agissant façon commando, tout est réglé au millimètre, bateau, hélico, billet d'avions, affirmatif! Chauprade est notre nouveau Skorzeny (c'est un compliment).

C'est un bonheur de voir enfin réunies 2 familles aimantes injustement séparées, grâce à l'amitié perpétuelle d'anciens militaires.

Il est difficile de croire que certains fonctionnaires n'étaient pas au courant, il y a eu sûrement des complicités. Mais sûrement pas le niveau politique.

Car évidemment, la première victime de tout ça, est le gouvernement qui a à gérer le bordel diplomatique, sans compter les 2 autres français restés sur place.

Ce qui est clair pour ce Chauprade, c’est qu'il n'en a rien à faire : on ne va pas faciliter la vie à ce mou normal de président. Qu'il se débrouille.

Je suis sûr qu'on en reparlera.


-

jeudi 15 octobre 2015

Pensée unique

J'ai hésité à mettre le titre au pluriel, parce qu'il y a beaucoup de "pensée unique".

Mais qu'est-ce qu'une pensée unique? C'est celle qui, lorsque vous en déviez un peu, vous fait remettre vertement à votre place. Les représailles sont immédiates, du genre "Avez-vous une preuve de ce que vous dites?", ou bien avec un sourire méprisant "avec Hollande, il fallait s'attendre à tout..."

J'ai donc fait une petite liste de ce qu'il faut savoir pour ne pas se faire pourrir dans les dîners en ville.

  • La terre est plate, et le soleil tourne autour, sinon Josué n'aurait pas pu l'arrêter. N'objectez pas que si le soleil est assez loin, il irait plus vite que la lumière : la théorie de la relativité, et son corollaire "tout est relatif", est condamnée par Rome et va à l'encontre du caractère absolu du Dogme.
  • On a autant d'enfants que le Seigneur veut bien nous en donner, et toute autre considération est oiseuse, nulle et non avenue. Par toute autre considération, j'entends bien sûr la GPA, le lobby LGBT, et la pire de toutes, le mariage pour tous. Un papa et une maman. Avec les progrès de la médecine, on arrive même maintenant à avoir un bébé même sans être mariés : mais où va-t-on?
  • A ce sujet, je précise qu'il convient de charger Taubira à fond. Il ne faut pas dire, comme le Larousse d'après la guerre de 14, que le nègre est un homme noir de race inférieure, car ce n'est pas politiquement correct (Bien sûr on en a assez du "politiquement correct", car on est "décomplexé"). Mais faites-le comprendre de façon détournée : louez Joséphine Baker qui, elle, mettait ses bananes autour de la taille sans les manger, ajoutez un clin d'oeil, tout le monde comprendra, et vous serez pris pour l'un des leurs. 
  • Variante : Nadine Morano a bien fait de dire tout haut ce que tout le monde pense, le général De Gaulle en premier. Il faut quand même faire attention, car Mongénéral a quand même abandonné notre belle province d'Algérie, et ça, on n'est pas prêt à lui pardonner. La référence est à manier avec précaution.
  • Jean XXIII était franc-maçon, c'est bien connu, c'est pour cela qu'il a lancé un concile destiné à détruire l'Eglise dans ses profondeurs. Heureusement, il reste quelques esprits éclairés sur cette question.
  • Il faut garder l'Espérance : ceux qui ont connu mai 68 sont de plus en plus hors jeu, et grâce à notre belle jeunesse, le monde redeviendra comme avant. Car c'était mieux avant : avant mai 68, avant le Concile, avant Giscard et surtout avant Mitterrand. Pour détourner la conversation, pariez que Zélie sera le futur prénom à la mode, et vous pourrez poursuivre votre repas tranquillement.
  • Du reste, gardez-vous de confondre nos malheureux Chrétiens d'Orient (ça c'est vrai), avec les salauds de réfugiés qui viennent pour toucher nos allocs et pour fomenter des attentats. L'idée que ces Chrétiens d'Orient martyrisés soient aussi de possibles migrants est à rejeter de toutes ses forces, parce que sinon, hein, hein, ce serait trop facile...
  • Sarkozy? Ha, c'est un sujet délicat. Il avait bien commencé avec son bouclier fiscal et la suppression des droits de succession. Quel dommage que nos jeunes se soient abstenus au 2ème tour en 2012, ils en sont les premières victimes, ils s'en rendent compte maintenant : prendre un air apitoyé, pour laisser entendre "ces jeunes ça sait pas, mais nous, on sait bien où est notre intérêt..." Le vrai problème qui nous inquiète est de savoir si sa première décision en 2017 sera de supprimer la loi Taubira (voir plus haut).
  • Dreyfus était coupable, c'est évident puisqu'il était à la fois juif et allemand (en fait alsacien, mais avec les juifs, on ne se méfie jamais assez). Une seule des deux raisons est suffisante en elle-même, mais comme il y a encore des benêts qui croient en son innocence, il faut appuyer.
  • Vous avez vu que les américains continuent à nous bluffer avec leurs photos prétendument prises sur la lune, alors qu'ils n'y sont jamais allés? Et bien, c'est simple, ils les publient maintenant, grâce à Photoshop! Un jour on saura aussi la vraie vérité sur 9/11.

Si vous n'adhérez pas avec enthousiasme à ces quelques pensées "uniques", attendez-vous à une batterie de questions, telles qu'on les enseigne aux Universités du FN : "Et toi, qu'en penses-tu, que penses-tu de tout cela? Quel est le fond de ta pensée? " Parce qu'évidemment, n'ayant pas vu moi-même les fours crématoires d'Auschwitz, je ne fais que répéter ce qu'on m'a dit, et bien sûr je me suis laissé enfumer par le "politiquement correct" : un détail de l'histoire, cette affaire de chaufferie pour le confort des internés, bien sûr.

Car vous ne pouvez être que c... ou bête : à vous de choisir.

dimanche 4 octobre 2015

1912

Qu'auriez-vous fait en 1912? Vous liriez sans doute le Coin de Rue de l'Epoque, et on vous parlerait  :

  • de François-Joseph Ier, empereur d'Autriche, roi apostolique de Hongrie, roi de Bohême, de Dalmatie, de Croatie, d'Esclavonie, de Galicie, de Lodoménie et d'Illyrie, roi de Jérusalem, etc. (Maison de Habsbourg-Lorraine, catholique)
  • de l'Archiduc Joseph Ferdinand de Toscane (branche non régnante de la Maison de Habsbourg-Lorraine, catholique)
  • de Ernest-Auguste prince royal de Grande Bretagne et d'Irlande, duc de Cumberland et Teviotdale, comte d'Armagh, duc de Brunswick et de Lunebourg (Maison de Brunswick-Lunebourg, Maison des Guelfes, évangéliste)
  • de George V, roi du Royaume Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande, et des territoires britanniques au delà des mers, défenseur de la foi, empereur des Indes (Maison de  Saxe-Cobourg-et-Gotha, anglicane)
  • de Albert-Léopold, roi des Belges, duc de Saxe, prince de Saxe-Cobourg-et-Gotha (Maison de  Saxe-Cobourg-et-Gotha, catholique)
  • de Ferdinand Ier, roi des Bulgares, Majesté, duc de Saxe (Maison de  Saxe-Cobourg-et-Gotha, catholique, orthodoxe et luthérienne)
  • de Pierre Ier, roi de Serbie, etc, Majesté (Maison régnante Kara-Georgevitch, orthodoxe)
  • de Frédéric-Guillaume II, empereur d'Allemagne, roi de Prusse, margrave de Brandebourg, burgrave de Nüremberg, comte de Hohenzollern, etc (Maison de Hohenzollern, évangélique)
  • de Charles (Carol) Ier, roi de Roumanie, prince de Hohenzollern, (Maison de Hohenzollern, catholique, orthodoxe-grecque et luthérienne)
  • de Henri XXIV, prince Reuss, comte et seigneur de Plauen, seigneur de Greiz, etc (Maison Reuss, luthérienne)
  • de Othon, roi de Bavière, compte palatin du Rhin, duc de Bavière, de Franconie, de Souabe, etc, et du Prince-Régent du Royaume, son frère Luitpold de Bavière (Maison de Wittelsbach, catholique)
  • de Louis-Guillaume, duc en Bavière, (Maison de Wittelsbach, catholique)
  • de Christian-Frédéric (VIII), roi de Danemark, des Wendes et des Goths, duc de Slesvig, Holstein, Stormarn, des Dithmarses, de Lauenbourg, et d'Oldenboug (Maison de Slesvig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg, luthérienne)
  • de Georges Ier, roi des Hellènes, prince de Danemark, Majesté (Maison de Slesvig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg, grec-orthodoxe)
  • de Haquin (Haakon) VII, roi de Norvège, Majesté (Maison de Slesvig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg, luthérienne)
  • de Frédéric-Auguste, grand-duc d'Oldenbourg, héritier en Norvège (Maison d'Oldenbourg, luthérienne)
  • de Ernest-Gonthier, duc de Slesvig-Holstein, héritier en Norvège (Maison de Slesvig-Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg, luthérienne)
  • de Frédéric, duc de Slesvig-Holstein, de Stormarn et des Dithmares, d'Oldenbourg, héritier en Norvège (Maison de Slesvig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg, luthérienne)
  • de Ernest-Louis, grand-duc de Hesse et du Rhin (bei Rhein), etc (Maison de Hesse et du Rhin)
  • de Frédéric II, Grand-Duc de Bade (Maison de Zähringen, évangélique)
  • Frédéric IV, grand-duc de Mecklembourg, prince de Wenden, Schwérin et Ratzebourg (maison de Macklembourg-Schwérin, luthérienne et catholique)
  • de Frédéric-Auguste III, roi de Saxe (Maison royale de Saxe, ligne Albertine, catholique)
  • de Guillaume-Ernest, grand-duc de Saxe, landgrave en Thuringe, etc (Maison de Saxe, ligne Ernestine, branche de Weimar-Eisenach, luthérienne et catholique)
  • de Georges II, duc de Saxe-Meiningen-et-Hildbourghausen (Maison de Saxe-Meiningen-et-Hildbourghausen,  luthérienne et catholique)
  • de Ernest II, duc de Saxe Altenbourg (Maison de Saxe-Altenbourg)
  • de Charles-Edouard, duc de Saxe-Cobourg-et-Gotha, prince de Grande-Bretagne et d'Irlande, duc de Juliers, Clèves et Berg, etc (Maison de Saxe-Cobourg-et-Gotha)
  • de Gonthier (Günther) Victor, prince de Schwarzbourg (Maison de Schwarzbourg-Rudolfstadt, luthérienne)
  • de Frédéric, prince de Waldeck et Pyrmont, comte de Tappolstein (Maison de Waldeck, ligne princière, évangélique)
  • de Guillaume II, roi de Würtemberg (Maison de Würtemberg, ligne royale, luthérienne)

  • de Léopold IV, 6ème prince de Lippe (Maison de Lippe, reformée)
  • de Georges, comte et noble seigneur de Lippe-Weissenfeld (Maison de Lippe-Weissenfeld)
  • de Adolphe, prince de Schaumbourg-Lippe (Maison de Schaumbourg-Lippe, réformée)
  • de Victor-Emmanuel III, roi d'Italie (Maison de Savoie, catholique)
  • de Albert, prince de Monaco, duc de Valentinois, marquis des Baux, comte de Carladès, etc (Maison Goyon-de-Matignon-Grimaldi, catholique)
  • de Nicolas Ier Petrovitch Niégoch, roi de Montenegro, Majesté (Maison Pétrovitch Niégoch, orthodoxe)
  • de Nicolas II, empereur et autocrate de toutes les Russies, tsar de Moscou, de Kiev, de Vladimir, de Pologne, de Sibérie, etc. (Maison Romanow-Holstein-Gottorp, orthodoxe)

  • de Jean II, prince de Liechtenstein (maison de Liechtenstein, catholique)
  • de Guillaume, grand-duc de Luxembourg, duc de Nassau, comte palatin du Rhin (Maison de Nassau, ligne de Walram, évangélique)
  • du Prince Napoléon-Victor, prince français, Altesse Impériale (Maison Bonaparte, catholique)
  • de OscarV Gustave, roi ce Suède, des Goths et des Vendes, Majesté (Maison Bernadotte, luthérienne)
  • de Jaime-Jean, Prince de Bourbon, duc de Madrid (Maison de Bourbon, Maison d'Espagne Bourbon-Anjou, rameau de Don Carlos, catholique)
  • d'Alphonse XIII, roi d'Espagne, de Castille, de Léon, d'Aragon, des Deux-Siciles, de Jérusalem, de Navarre, etc (Maison de Bourbon-Anjou-Deux-Siciles, catholique)
  • de Alphonse, comte de Caserta (Maison de Bourbon, Maison d'Espagne Bourbon-Anjou, Branche Deux-Siciles, catholique)
  • et de son frère François II, roi des Deux-Siciles et de Jérusalem, duc de Parme, Plaisance, etc (Maison de Bourbon, Maison d'Espagne Bourbon-Anjou, Branche Deux-Siciles, catholique)
  • de Henri, duc de Parme (Maison de Bourbon, Maison d'Espagne Bourbon-Anjou, ligne ducale de Parme, catholique)
  • de Philippe, duc d'Orléans, comte de Paris, né le 6 février 1869 (Maison de France Bourbon-Orléans, catholique)
  • de Léopold IV, 6ème prince de Lippe (Maison de Lippe, reformée)
  • de Georges, comte et noble seigneur de Lippe-Weissenfeld (Maison de Lippe-Weissenfeld, réformée)
  • de Wilhelmina, reine des Pays-Bas, princesse d'Orange-Nassau, duchesse de Meklembourg (Maison de Nassau, réformée)
  • du Sultan Mehmed Réchad Khan V, empereur des ottomans, khalife des Musulmans (Maison d'Osman, mahométane)
  • de Isabelle, princesse impériale du Brésil non régnante, née le 29 juillet 1846, (Maison de Bragance, ligne impériale ci-devant régnante, du Brésil, catholique)
  • de Miguel, duc de Bragance (Maison de Bragance, ligne royale ci-devant régnante, du Portugal, catholique)
  • de Pie X, pape (catholique)
Je n'ai pas mis tout le monde : que les Salm, les Hohenlohe-Waldenbourg-Schillindsfürst, les Croy, les Pappenheim, les Fürstenberg, les Leiningen, les Neipperg, les Quadt-Wykradt-Isny,  les Sayn-Wittgenstein, les Turn-et-Taxis, et bien d'autres encore, veuillent bien trouver ici la sincère expression de mes excuses.

    samedi 26 septembre 2015

    We have totally screwed up

    Une bonne occasion de faire de l'anglais, avec ce mot maintenant célèbre du PDG de VolksWagen-US, Michael Horn, qui aux dernières nouvelles est confirmé dans ses fonctions.

    Rude tâche pour ce Monsieur qui a breaké la loi aux US, ce qui est plus qu'un crime, une faute, et cela va leur coûter quelques(dizaines de ?)  milliards de dollars.

    On est bien bon, parce qu'on n'en fait pas autant. Quand les US nous doivent une grosse somme d'argent, ils font baisser le dollar, et nous paient en clopinettes. C'est pour cela sans doute qu'on a renoncé à poursuivre Google, Apple et Microsoft et leurs systèmes d'évasion fiscale.

    D'autre part, on savait bien que les mesures de pollution et de consommation annoncées par la pub des constructeurs étaient sous évaluées. Donc le logiciel de Volkswagen est juste un petit plus, une différence de niveau, mais pas de nature. Tous nos constructeurs truandent.

    C'est vrai pour le téléphone, le béton, la grande distribution, et j'en passe. Quand on met du cheval dans des lasagnes au boeuf, on ne met pas une amende en milliards d'euros aux dirigeants, on paie le chômage des pauvres ouvriers mis sur la paille.

    Je ne vous parle pas de politique, mais on pourrait trouver des analogies.

    Rien de grave, je vous le dis, business as usual.

    jeudi 17 septembre 2015

    Facho-catho-sphères de Schwarzschild-Hawking

    Soit deux ensembles  sur Internet se composant de fachos d'une part, et de cathos militants d'autre part. Les premiers nous parlent d'invasions barbares, les autres d'accueil de l'étranger.

    Mais il se trouve que l'intersection de ces 2 ensembles n'est pas nulle, et même fort bruyante. Ils se retrouvent essentiellement sur l'homophobie et l'islamophobie, et sont, face au problème des migrants, à la veille d'une grande fracture musculaire, ce dont je les plains par avance. Je pense tout particulièrement à la brave Marion, dite MMLP, qui a fait sa première communion, a étudié dans le privé à Neuilly, tout ça, comme on nous l'a dit dans Familles Chrétiennes. 

    Je voudrais vous montrer une jolie formule, donnant la température d'un "trou noir", objet céleste bizarre qui est tellement massif, mais pas forcément dense, que même la lumière ne peut s'en échapper.

    Enfin presque, parce que Stephen Hawking a montré qu'un trou noir était aussi un corps noir qui émet un tout petit peu de lumière, selon la formule dans le référentiel de Schwarzschild :

    T = \frac{1}{k_{\mathrm{B}}} \frac{\hbar c^3}{8 \pi G M},

    Elle est inversement proportionnelle à la masse : les plus gros sont les plus froids, et elle fait intervenir 4 constantes de la physique issues de domaines bien différents :

    • h-barre, ou h/2p, est la constante de Planck, et elle vient de la mécanique quantique. Elle vaut \hbar =1{,}054\ 571\ 726\times10^{-34}\  \rm J \cdot s
    • c est la vitesse de la lumière, constante dans tous les référentiels, selon la relativité restreinte. On l'a fixé, par définition du mètre à 299 792 458 m/s
    • kest la constante de Boltzmann, et elle mesure d'une certaine façon l'entropie d'un système. Aux dernières nouvelles, k_B = 1{,}380\,648\,8 \times 10^{-23} \; \mathrm{J \cdot K^{-1}}
    • G est la constante de gravitation, et on la doit à Sir Isaac Newton. Sa valeur est de G = 6{,}673\,84(80) \times 10^{-11} \; \rm m^3 \cdot kg^{-1}\cdot s^{-2}

    On vérifie facilement l'homogénéité de la formule :  J * T * L3   * T-3  / (J * K-1  *  L M-1  *  T-2 ), 
    soit K / M

    En pratique, la température de Hawking est très basse, de l'ordre du micro-Kelvin, alors que le trou noir baigne dans un univers à environ 3°K. Dans quelques milliards d'années, l'univers sera plus froid, et les trous noirs commenceront à s'évaporer pour de vrai. 

    D'ici là, le problème des migrants sera réglé, promis.


    dimanche 6 septembre 2015

    Aujourd’hui 6 septembre

    Aujourd’hui 6 septembre, il ne s'est rien passé. Du moins rien de nouveau : le Pape appelle à accueillir les réfugiés, et le FN à virer les migrants.

    MMLP, la petiote, risque de s'en faire une déchirure par grand-écart, elle qui essaie de renouer le dialogue entre Pépé et Tata, par l'entremise de l'évêque de Toulon-Fréjus.

    Mais il y a d'autres 6 septembre plus intéressants : en 1901 le président McKinley a été assassiné. Banal. Le 6 septembre 1914 commence la 1ère bataille de la Marne. Bientôt Galliéni va réquisitionner les taxis, ce qu'on ne saurait plus faire maintenant.

    En 1787 naît Anton Diabelli, en 1888 le chef de la mafia Joseph Patrick Kennedy, dit Joe. En 1900, Julien Green.

    En 1907 meurt Sully-Prudhomme : ne me demandez pas qui c'est : 

    Le vase où meurt cette verveine
    D'un coup d'éventail fut fêlé ;
    Le coup dut l'effleurer à peine :
    Aucun bruit ne l'a révélé.

    En 2007, Luciano Pavarotti, et en 2009 Sim! Ah Sim, jamais égalé...

    Aux Etats-Unis, on fête le Stillbirth Remembrance Day, journée du souvenir des enfants morts-nés, voués aux Limbes avant que Benoit XVI ne les supprime enfin. C'est une bonne idée de célébrer ces pauvres gosses qui n'ont pas vécu, hélas.

    On fête saint Donatien et saint Rogatien à Nantes, où ils n'ont pas fini de pleurer sur leur belle église partie en fumée, après leur cathédrale... Ils n'ont pas de chance ces gens-là, du moins avec leurs ouvriers couvreurs. En plus on est toujours sans nouvelles de Dupont de Ligonnès... Peut-être est-il mort, ou mourra-t-il un 6 septembre. Va savoir...

    On fête aussi saint Bertrand de Garrigues, sainte Eva, et saint Onésiphore (à la Saint-Onésiphore, la sève s'endort).

    Voyez, il ne s'est rien passé aujourd'hui.

    mardi 1 septembre 2015

    Le Chant Grégorien

    M l'Abbé Th. Laroche, curé de Souain, a écrit un livre "Principes traditionnels d'exécution du chant grégorien, d'après l'Ecole de Solesmes", édité par la Société S. Jean l’Évangéliste chez Desclées & Cie, imprimeurs du Saint Siège et de la Sacrée Congrégation des Rites, qui a reçu l'Imprimatur de l'Evêque de Tournai en 1929.

    En ces temps où il convient d'abolir l'héritage de 68 (comprenez Vatican II), il me paraît utile de rappeler quelques principes issus de ce livre rédigé pour obéir "scrupuleusement" aux ordres du Saint-Père (Pie X).

    Le texte est présenté comme dans les anciens (les seuls valables) catéchismes, sous forme de Questions-Réponses :
    1 Qu'est-ce que la Musique?
    La Musique est l'art de combiner les sons et d'en régler la durée.

    2 Qu'est-ce que le Chant Grégorien?
    Le Chant Grégorien est la musique adoptée par l'Eglise pour la louange divine et à laquelle le Pape saint Grégoire a donné sa forme, sa perfection et son nom.

    3 Quel est le caractère du Chant Grégorien?
    Le caractère du Chant Grégorien est la simplicité, la douceur, la suavité et l'onction. En lui, rien de recherché, de heurté, de passionné. En lui, tout est paix, sérénité, force, pureté et charité.

     4 Quel est le but du Chant Grégorien?
    Le but du chant Grégorien est :
     1° de nous faire participer aux mystères célébrés par l'Eglise ;
     2° de nous aider à prier Dieu et à nous sanctifier ;
     3° de produire l'union des chrétiens comme il exige l'union des voix, selon cette parole de saint Benoît : Mettons nos âmes à l'unisson des voix (règle de saint Benoît, chapitre 9).

    5 Comment faut-il exécuter le Chant Grégorien?
    Le Chant Grégorien étant la prière chantée, il faut l'exécuter avec toute la perfection possible, et ne jamais se contenter d'à peu près

    Déjà, je pressens que vous avez appris quelque chose aujourd'hui, et apprécié la suavité et l'onction, notions toutes ecclésiastiques s'il en est.

    Mais déjà vous savez qu'il ne peut être question d'harmonie (unisson seul!), encore moins de contrepoint. Tous ceux qui ont écrit des messes, des Requiem, des Te Deum, des Ave Verum, sont donc excommuniés, sauf JS Bach qui l'est déjà comme protestant.

    On commence par la prononciation Romaine du latin. 
    D'abord les voyelles. Par exemple Deus se prononce Dè-ouce. Les diphtongues AE ou OE ont le son de l'e simple : taedium = tédium, poena = péna. AI et OU ont deux sons distincts : prout = pro-out. Pour AU, EU et AY, il faut faire 2 sons d'une seule émission de voix. Lauda = Laouda.

    Puis les consonnes : toutes les consonnes s'articulent séparément. C devant e et i se prononce tch. Coelum = Tchéloume. CC devant e et i : ttch. Ecce = ettché. H se prononce k dans mihi ou nihil. XC devant e et i se dit kch. Excelsis = Ekchelsis. Ti, après une voyelle ou précédées de toute autre lettre que S, X, T se prononce tsi. Patienta = Patsientsia.

    Les syllabes : les syllabes accentuées se reconnaissent à l'accent dont elle est surmontée, et se mettent en relief par une impulsion vive, élastique, brève de la voix, mais sans raideur (sic). Mais l'accentuation s'étend à toutes les syllabes d'un mot : c'est l'âme du mot. On se gardera de le confondre avec l'accent oratoire, qui varie la modulation d'après les pensées et les sentiments exprimés. La syllabe finale n'est jamais accentuée, ni muette.

    L'allongement des accents éparpille les syllabes au lieu de les réunir, et produit des mots inintelligibles. Ainsi, au lieu de "factórem cóeli et térrae", on entend "factó remcóe liettér  rae".

    Il serait temps de parler musique. Il y a 8 notes : Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si, Do (appelé Ut jusqu'au XVIIème siècle). La note la plus utilisée est le punctum carré qui vaut un temps. Pointé il vaut 2 temps ( et non pas un temps et demi). Mais on trouve aussi le punctum losangé, la virga et le quilisma.

    La gamme est l'émission des 8 notes. Elle est donc diatonique en DoM, l'un des 8 modes du Chant Grégorien. Les notes se placent sur une portée de 4 lignes et de 3 espaces blancs ou interlignes, qui se comptent de bas en haut.

    On peut utiliser aussi la clé de Fa, souvent sur la 3ème ligne.

    Ici, on  a la clé de Do sur la 4ème ligne, mais elle pourrait être sur la 2ème ou la 3ème. La première note de cet Agnus Dei est donc un Ré.

    Les groupes de notes s'appellent des neumes. 
    - le Podatus (sous Dé de Déi) : 2 notes ascendantes la plus basse s'exécute la première (Do-Ré).
    - la Clivis (sous le ta de peccàta) : 2 notes descendantes la plus haute s'exécute la première.(Ré-Do)
    - la Virga : 2 notes à l'unisson ■ (Do-Do)
    - le Scandicus  (sous le pe de peccàta) : 3, ou plus, notes ascendantes (Mi-Fa-Sol). Mais le A de Agnus, est un Scandicus flexus : Ré-Mi-Fa-Ré. 
    - le Salicus : 3, ou plus, notes ascendantes, avec épisème de subdivision sur la 2ème. 
    - le Climacus (sous le cà de peccàta, ou le lis de tóllis) : 3, ou plus notes descendantes (Sol-Fa-Mi). Si la 4ème note est vers le haut, il sera Climacus Resupinus.
    - le Torculus : 3 notes, celle du milieu est plus haute que les 2 autres : (Sol-La-Sol, La-Do-Sol). il peut être aussi Resupinus
    - le Porrectus : la note du milieu est plus basse que les 2 autres (Do-La-Si)
    - la Triverga : 3 notes à l'unisson.
    Le Porrectus sur tól
    Nous parlerons une autre fois des neumes liquescents, du Cephalicus, de l'Ancus, de la Strophicus, de l'Oriscus, du Pressus, du Quilisma, 
    Peut-être.

    dimanche 30 août 2015

    Di Di Di Di Di Di Di

    Oui, c'est après-demain le tricentenaire de la mort de Louis XIV, l'enfant du miracle, le Roi-Soleil, le danseur de talent, l'heureux père de ses nombreux enfants, qui aima trop la gloire et la guerre, mais qui finit dans la bigoterie et la gangrène.

    On oubliera sûrement de rappeler qu'il eut le mérite de reconnaître que ses messieurs de l'Académie des Sciences lui avaient fait gagner plus de terres que ses maréchaux : en calculant mieux la longitude de Brest, ils avaient notablement augmenté la surface du Royaume.

    Mais que reste-t-il de lui? Une ville bien réactionnaire, peuplée de bourgeois repus, et un château trop redoré et mal mécéné, qui draine des millions de chinois, japonais ou coréens chaque jour que Dieu fait (sauf le lundi), à 25€ le billet.

    Surtout, on n'oubliera pas cette pauvre petite fille riche, à qui des milliers de gens offrirent des fleurs devant sa maison de banlieue de Kensington, il y a déjà 18 ans :



    Pour honorer sa mémoire, vous pouvez aller  :
    • à Kensington bien sûr devant cette grille ; 
    • au Diana Memorial Play Ground (interdit aux adultes non accompagnés d'enfants), juste à côté ; 
    • à la Princess Diana Memorial Fountain, le long de la Serpentine dans Hyde Park ; 
    • chez Harrods, 87-135 Brompton Rd, London SW1, au sous-sol ;
    • à Althorp House (tNorthamptonshire), le château familial des Spencer (18.5£) ; 
    • au pont de l'Alma, côté nord, à Paris, auprès de la réplique de la flamme de la Statue de la Liberté, pris pour un tribute. Il est à noter que le Ritz place Vendôme est fermé pour travaux. Mais vous pouvez venir là, avec une bougie et rester là, et veiller pendant des heures.

    jeudi 13 août 2015

    1905, 1915 et 2015

    1905 est appelée "l'année prodigieuse", "annus mirabilis", car Einstein a publié 4 articles : l'un lui a valu le prix Nobel (explication de l'effet photoélectrique par les quanta), un autre décrit la relativité restreinte , un troisième sur le mouvement brownien. Le 4ème donne l'équivalence masse-énergie, E=mc², qui est bien la formule la plus célèbre du siècle.

    En 1915, après avoir beaucoup transpiré parce qu'il n'était pas vraiment un matheux, il publie enfin sa théorie de la relativité générale. Il y a cent ans...

    Vous saurez tout en regardant l'excellent prof Richard Taillet : http://podcast.grenet.fr/podcast/cours-dintroduction-a-la-relativite-generale/ : ça s'écoute très bien, et ce n'est pas si difficile.

    Je voulais juste attirer votre attention sur le fait que la relativité restreinte a une portée générale, tandis que la relativité générale n'a qu'une portée locale, donc restreinte.

    En effet, synchroniser des horloges et déclarer que la vitesse de la lumière est la même dans tous les référentiels, est une évidence qui a lieu dans tout l'univers.

    En revanche, la relativité générale, qui dit simplement que l'espace est courbé par la matière et l'énergie, et qu'un corps "tombe" selon une géodésique de cet univers courbe, n'est qu'une propriété locale. En effet, d'une part on ne détermine que des dérivées secondes, et d'autre part le mouvement du corps "tombant", déforme à son tour l'espace -temps, en change la courbure, et il faut recommencer.

    Si vous n'avez retenu que ça, ce n'est déjà pas mal.

    jeudi 23 juillet 2015

    Cassez, brûlez!

    Oui, braves gens, cassez, brûlez! Ca paie.

    Vous êtes taxis, et vous rackettez le monde? Brûlez des voitures porte Maillot, et Uber sera déclaré hors-la-loi.

    Vous êtes cultivateurs, et vous voulez des subventions? Barrez les routes de Caen, les ponts de Rouen, les accès de Lyon : l'argent va venir à flot.

    Vous êtes retraités, vos retraites n'ont pas augmenté depuis 2 ans, pas comme l'électricité ou la RATP? Rien, restez chez vous.

    Parce que ces grèves dures sont soutenues par la droite décomplexée, d'abord parce que c'est leur électorat, ensuite parce que ça emm... Hollande, leur bête noire absolue. Tout est bon à prendre pour le faire perdre, c'est de bonne guerre.

    Ne m'appelez pas aujourd'hui : je pars brûler des poubelles pour obtenir un ramassage quotidien des ordures, qui débordent partout en puant.


    samedi 11 juillet 2015

    Ecolos, écologisons, il en restera toujours quelque chose

    Nous sommes invité à vivre de façon plus frugale pour assurer l'avenir de nos petits-enfants, et à la fin de l'année, il y aura un grand raout (combien de tonnes de CO² ?) à Paris pour définir tout ça.

    Mais on en est loin, tant les réalités sont cruelles. En pratique, c'est organisé par les Communautés de Communes, qui sont des fromages pour élus locaux dispendieux.

    Dans mon coin, où la taxe poubelle est plus chère qu'à Paris, ils ont construit une plateforme de type nucléaire : on monte sur une rampe, et il y a des conteneurs partout, sans compter les points de dépôt spécialisé : électronique, peinture acrylique, peinture non-acrylique, batteries de voiture, etc. C'est tellement compliqué que tout le monde s'y perd.

    Dans les bacs "plastique", on peut y mettre les meubles de jardin, mais pas les pots de fleur. Dans le bois, on peut y mettre des palettes, mais pas du contreplaqué. Evidemment, les branches d'arbre ne sont pas du bois, mais du "vert". Un dragon, parfois une dragonne, vous crie dessus à la moindre erreur. Le jeu consiste donc à attendre qu'il soit appelé au loin pour vider son coffre. Et comme j'ai passé l'âge de me faire  crier dessus, je pense que je finirai par aller jeter le tout dans le marais.

    Je précise que ces gens si occupés ne relèvent les ordures ménagères qu'une fois par semaine, même si il y a canicule : je renonce à vous expliquer les odeurs dans tout le patelin.

    Je connais une autre déchetterie, où ils ne prennent la cargaison que si la voiture a le numéro du département, ou alors il faut aller se faire établir une carte spéciale en mairie. Mais quand on a réussi à entrer, c'est finalement commode : une bande de Roms se précipite pour récupérer tout ce qu'ils veulent, et met le reste dans un bac, au hasard. Je demande ingénument où lettre un vieux pot de peinture, et le gars me dit de revenir le jour de la prochaine collecte : c'est dans un mois et demi.

    Le pire, c'est à Paris. On doit téléphoner à un numéro spécial pour les encombrants, et ils vous donnent une adresse près de chez vous pour déposer vos trucs. On le fait une fois, et on s'aperçoit qu'on est bien bête : il y a là un tas permanent où on peut aussi bien déposer que se servir. Des gars passent d'ailleurs tous les soirs en camionnette, juste devant les camions de la Mairie, trient pour revendre aux Puces. Il n'y a pas de déchetteries connues, sauf une qui est sous le périph, dont je n'ai jamais trouvé l'entrée.

    Pour les piles, les cartouches d'encre et les ampoules, il y a des bacs dans le supermarché. Mais ils sont tellement désagréables, que j'en mets des neuves, prises dans les rayonnages. Ça défoule.

    Une fois, ils m'ont écrit : dans mes ordures ménagères qu'ils avaient fouillées, ils avaient trouvé une vieille enveloppe, donc mes nom et adresse. Suivaient 3 pages de morale sur le tri du papier, et qu'on ne vous y reprenne pas...

    Normalement, je mets mes vieux papiers dans une corbeille, que je vide avec les autres dans un sac de Carrouf, que je descends à la cave dans le bac à couvercle vert. mais là, je me suis fait avoir : je n'avais pas fait le ménage avant le passage de Conchita! Ah les Conchita! les anti-écolos par devoir, par fonction, par atavisme.

    L'éducation, la formation permanente, pratique ou théorique, les remarques gentilles (ou pas), ça ne marche pas. Toutes les "saletés" vont dans le vide-ordures, y compris vieux papiers et bouteilles vides. Ne prenez pas de lessive ultra-concentrée : elle en met toujours un verre plein. Rationnez l'eau de Javel : moi, Monsieur François, j'aime bien quand ça sent le propre! Et quand ça sent le propre, je suis obligé d'aérer pendant 3 heures, même en plein hiver, pour pouvoir respirer. Supprimez la cire, elle en mettrait plein sur le parquet vitrifié, comme sur la vielle commode. Mais quand vous aurez tout tenté, sachez renoncer. Le combat est vain.

    Entre les Conchitas et les bureaucrates intercommunaux, l'écologie ne s'en sortira pas.








    lundi 6 juillet 2015

    OXI et mat!

    On a demandé aux Grecs à quelle sauce ils souhaitaient être mangés, ils ont répondu qu'ils ne voulaient pas être mangés du tout. On peut les comprendre, et c'est plutôt le contraire qui aurait étonné.


    Il y a maintenant 2 solutions : on abandonne nos créances, ou on se paie sur la bête. 

    Abandonner nos créances est possible : après tout, ce ne sont plus les banques qui en souffriraient, ce seront les contribuables, qui ont l'habitude. On a déjà payé pour le Concorde et le Rafale, le Crédit Lyonnais, la Société Générale ou Dexia, et j'en passe.

    Une autre solution, à mon avis meilleure, serait de saisir les avoirs grecs. Ou plus exactement les avoirs des grecs. On nous montre les petits vieux pleurant à la porte des banques : on peut certes envoyer des huissiers chez lui, mais ce sera long pour pas grand chose.

    Non, il faut aller chercher leur argent là où il est : dans les banques suisses. Puisque les grecs ne savent pas faire payer leurs riches, faisons-le pour eux. Émettons des factures pour 160 G€ aux banques suisses, en leur disant de payer à partir des comptes de leurs clients grecs.

    Si ça ne marche pas, il faudra déclarer la guerre à la Grèce. C'est commode : 2 ou 3 bateaux militaires au Pirée pour bloquer le trafic, et les armateurs paieront. Quelques paras sur le Parthénon, et on encaisse le prix des billets à leur place. 

    Voyez que je suis toujours pour les solutions simples. Je parie qu'on va prendre la solution compliquée : on va "négocier" l'abandon des créances contre un rideau de fumée destiné aux opinions publiques occidentales. 

    Ce "non" réjouit M Mélenchon et Mme Le Pen. C'est dire à quel point la situation est dangereuse. 

    mardi 30 juin 2015

    Mort d'un pourri

    Ce n'est pas bien de dire du mal de quelqu'un qui vient de mourir. C'est pour cela que toute la classe politique, sans doute, s'est cru obligée de pleurer à chaudes larmes sur la disparition de l'ancien directeur général de Pernod.

    Surtout à droite. Notamment, un certain Nicolas Sarkozy, qui avait profité du fait qu'il était hospitalisé, pour lui piquer la place de maire de Neuilly. La crainte que cet ami de Patrick Buisson n'ait laissé des "Mémoires" (qui devraient être passionnants), sans doute.

    Mais c'était un taiseux, lui qui savait tout sur tout. Co-fondateur du SAC d'illustre mémoire, intégré dans la mafia corse, spécialiste de réseaux obscurs, en Afrique et au Moyen-Orient, il fut aussi un ministre de l'Intérieur qui faisait des vrais-faux passeports, qui déclarait partager des valeurs avec le Front National, qui lâchait ses flics comme des chiens, couvrant par avance toutes les bavures, comme celle de Malik Oussekine.

    Il a été le "patron", au sens parrain du terme, du 92, les Hauts de Seine, ses trafics, ses Balkany, ses Ceccaldi-Reynaud, ses Sarkozy, et bien d'autres à la clientèle bien nourrie. Et n'oublions pas "la fac Pasqua", ses costumes rayés et ses chaussures bicolores.

    Pour moi, c'est un contre-exemple absolu de ce que devrait être la politique. mais il parait qu'il était bon père bon époux. Alors enterrons-le vite : il faut qu'il commence vite son début d'éternité pour se faire pardonner.