samedi 14 novembre 2015

Paris, 13 novembre 2015

L'émotion, l'impossibilité de s'endormir en attendant les nouvelles qui viennent de pires en pires, vous avez connu ça, et cette émotion est bien légitime. Qui pourrait être insensible à de tels drames?

Il convient néanmoins de prendre un peu de recul, en adoptant la birds' view non pas la frogs' view, comme disent les ricains. En particulier, recherchons plutôt les causes des causes.

1 - la France est une fois encore attaquée, et l'on ne peut que regretter une fois de plus l'incapacité de nos services de renseignements à prévenir de tels attentats. Je ne dis pas qu'ils ne le font pas parce qu'ils ne veulent pas, mais parce qu'ils ne le peuvent pas. Le flic de base n'est pas en cause, mais je mets en cause frontalement les hauts responsables de la Police, de la DGSI et autres barbouzeries. Ils ont toujours lutté contre "l'ennemi intérieur", le soixante-huitard, le babacool, que finalement, les sujets liés au terrorisme ne les intéressent pas. Ils ont toujours préféré les garnis et les indics.
Voyez ce bel exemple qu'est M Guéant , énarque, ancien préfet de région, ancien DGPN, ancien directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur, ancien secrétaire général de la Présidence de la République, ancien ministre de l'Intérieur, un pur produit de ce système. Et bien ce M Guéant donnait des primes aux flics indexées sur le nombre de PV, et se servait lui-même dans la caisse. Il a dirigé lui-même, à la place du procureur dont c'est la responsabilité, les opérations d'élimination de Mohammed Mérah, en mars 2012, avec un amateurisme "désarmant", pour s'apercevoir ensuite que ce monsieur était déjà défavorablement connu de ses services.
Ces mêmes gens qui nous expliquaient qu'on pouvait tailler dans les effectifs grâce à la vidéosurveillance qui réglerait tout, qui ont commencé de façon illégale à lire dans nos ordinateurs pour savoir pour qui on voterait, s'essuient les pieds sans vergogne. Dehors, pourris pétainistes qui avez souillé la France!

2 - Hier soir, les charognards se sont déchaînés : j'ai noté Lionnel Luca, Philippe de Villiers, Sarko_Junior, sans doute d'autres du même niveau. (Je me dois de remercier d'autant plus Benoist Apparu et Christine Boutin qui ont été à la hauteur de l'événement, et je m'en souviendrai). Mais parler de "mosquéitisation" voulue de la France, pour la dénoncer, est le début de l'amalgame fous=> musulmans => arabes => immigrés => communautarisme => pas de souche qui plait tant aux thuriféraires lepéniens.
La clé de l'analyse est ailleurs, et elle est double :
- une méconnaissance grave des réalités historiques en ce qui concerne l'islam, notamment la séparation entre chiisme et sunnisme. On nous a habitués à l'équation chiisme = méchant qu'on ne sait plus que Daech est sunnite, soutenu par l'Arabie saoudite et les émirats, à qui on vend des Rafales. On confond aussi musulman et arabe, c'est oublier que les Iraniens sont perses, et que les syriens, libanais, etc, sont d'abord des palestiniens. Documentez-vous, je ne peux tout expliquer ici. Je pense qu'il est dangereux de parler de l'Orient compliqué avec des idées simples.
-le sionisme en oeuvre en Palestine depuis près de 70 ans, soit près de 3 générations, produits ses poisons. 3 générations sans espérance, sans terre, ne pouvaient que susciter des réactions violentes qui nous atteignent maintenant. Evidemment, cela nourrit un antisémitisme dégradant, mais les réalités géopolitiques sont là. Le processus de paix a disparu avec Rabin, il n'y a même pas l'espoir d'un début de commencement d'une réflexion sur ce sujet. Et pourtant, c'est la seule réponse à l'éradication du terrorisme "fou". Ce n'est pas à dire en public, ça fait anti-pensée unique.

3 - Sans remonter si loin ni si profondément, nos jeux dangereux avec la Libye et avec la Syrie, (Bachar al-Assad invité le 14 juillet 2008 à Paris...), et les printemps arabes qu'on a bien ratés, et la réintégration dans l'OTAN, funeste erreur, trouvent peut-être là leurs aboutissements. Les voyous de la république feraient mieux de se cacher.






1 commentaire:

Anonyme a dit…

Pauvre type !