dimanche 25 janvier 2015

Bienheureuse Sibylle

On fête la Bienheureuse Sibylle le 9 octobre, en souvenir d'une moniale cistercienne du XIIIème siècle qui mourut à l'abbaye d'Aywiers, en Brabant, où elle est toujours vénérée. Elle n'a pas été canonisée, faute de temps semble-t-il, mais le mériterait autant que bien d'autres que je ne nommerai pas.

Mais pourquoi cette sainte femme s'appelait-elle Sibylle? Parce que les Pères des premiers siècles, pétris de culture latine et grecque, avaient fait le parallèle entre les 12 prophètes juifs de l'Ancien Testament et les 12 Sibylles de l'Antiquité : relisez Lactance.

En témoignent ces vers connus de Virgile, du Ier siècle avant JC, qui rappellent la prophétie de la Sibylle de Cumes : 

Ultima Cumaei venit jam carminis aetas
Magnus ab integro saeclorum nascitur ordo. 
Jam redit et Virgo, redeunt Saturnia regna, 
Jam nova progenies caelo demittitur alto. 
Tu modo nascenti puero, quo ferrea primum 
Desinet ac toto surget gens aurea mundo,


"Voici venir les derniers temps prédits par la Sibylle de Cumes, et de nouveau l’ordre qui fut au commencement des siècles. Voici revenir la Vierge... et voici l’âge d’or. Voici que va descendre du haut des cieux une race nouvelle... Protège cet enfant qui va naître et fermant l’âge de fer ressuscitera sur toute la terre la génération du siècle d’or."

En termes sibyllins, c'est une Annonciation qui vaut bien celle d'Isaïe, et qui permet à Michel-Ange, dans la Chapelle Sixtine de représenter les Sibylles en alternance avec les Prophètes.

On retrouve cette association dans le Dies Irae, écrit entre le XIème et XIIIème siècle, et forcément connu des parents de notre Bienheureuse Sibylle : 
Dies iræ, dies illa,
Solvet sæclum in favílla,

Teste David cum Sibýlla !

"Jour de colère, ce jour où le monde sera détruit, David et la Sibylle l'ont attesté!"

Bienvenue Sibylle!

 La Sibylle de Cumes
La Sibylle de Delphes




jeudi 8 janvier 2015

Amalgames

 Un hommage à mon cher Cabu, à son Duduche, son beauf et sa rombière, son adjudant Kronenbourg....



















On nous dit de ne pas faire d'amalgame. C'est bien, mais c'est déjà fait : terroristes > barbus > talibans > Daech > Musulmans> arabes > pas français de souche. Facile, et Marine s'en réjouit déjà. Quelques mosquées vont être au mieux taguées, au pire mitraillées "en représailles". Justement ce qu'il ne faut pas faire.

Mais moi, je fais un autre amalgame : celui des extrémistes de tous bords, des fondamentalistes au bas fondement. Ceux qui disent "je ne suis pas Charlie", ou qui veulent transformer la minute de silence républicaine en Angélus.

Ceux qui ont mal lu le Coran comme ceux qui ont mal lu l'Evangile. Ceux dont les maîtres à penser sont Zemmour le dévoyé (notre nouveau Doriot?) et Houellebecq le dépravé (qui ne sera jamais un Brasillach).

Ceux qui sèment le vent pour espérer la tempête, ceux qui ne comprennent rien, ne savent rien, ne lâchent rien (et ceux qui les bénissent). Ceux qui excitent les problèmes jusqu'à la violence au lieu de les résoudre par le dialogue..

Les terroristes de Charlie et les nazillons identitaires sont à mettre dans le même panier, un panier de sciure.