mercredi 29 mars 2017

Terrible cas de conscience

Il faut bien examiner les programmes des candidats.

M Fillon a l'intention de supprimer l'ISF, qu'on appelle improprement impôt sur la fortune. C'est une mesure que des millions de français attendent avec impatience.

Or, une enquête IPSOS et Apprentis d'Auteuil nous apprend que un donateur sur deux ne le fait que parce qu'il y a une déductibilité de 75% du don au titre de l'ISF (dans la limite de 50 000€), ce qui est plus que pour l'impôt sur le revenu (66% dans la limite de 20% du revenu imposable). Les Apprentis d'Auteuil avaient du reste constaté une hausse de 20% des dons lorsque cette mesure avait été introduite. Inutile de dire combien ses responsables sont inquiets à la perspective de la suppression de l'ISF, tandis que les donateurs n'attendent que ça.

Or les Apprentis d'Auteuil sont une organisation catholique, et fière de l'être. Il en est de même du Collège des Bernardins qui fait un large usage de cette possibilité en envoyant chaque année une belle plaquette en quadrichromie destinée aux malheureux assujettis à l'ISF.

Or M Fillon est le seul candidat catholique et fier de l'être. D'où ce terrible cas de conscience : Voter Fillon, ne pas payer l'ISF mais couler l'OAA et les Bernardins, ou ne pas voter Fillon, payer l'ISF et continuer à aider ces associations.

Mme LePen et M Macron proposent de le maintenir en, le modifiant : sortie de la résidence principale dans l'assiette pour le FN, et assiette réduite à l'immobilier pour EM!

Mon Dieu, que c'est difficile de trancher, surtout quand on est proche du plafond, soit 50 000€ d'ISF.

samedi 18 mars 2017

Pour qui voter?

On ne pouvait pas se poser la question sans en connaître la liste : voila. Normalement, mais qu'est-ce qui est normal en ce moment?, l'un d'entre eux sera le futur président. 
Le 18 mars 2017, LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL A DÉCIDÉ : 

Article 1er. - La liste des candidats à l'élection du Président de la République, dont l'ordre a été établi par voie de tirage au sort, est arrêtée comme suit : 
- M. Nicolas DUPONT-AIGNAN, 
- Mme Marine LE PEN, 

- M. Emmanuel MACRON, 
- M. Benoît HAMON, 
- Mme Nathalie ARTHAUD, 
- M. Philippe POUTOU, 
- M. Jacques CHEMINADE, 
- M. Jean LASSALLE, 
- M. Jean-Luc MÉLENCHON, 
- M. François ASSELINEAU, 
- M. François FILLON. 

(Le dernier est M Fillon, pas de chance au tirage au sort, il retrouve sa place au collège.)

Alors, il faut éliminer, puis choisir entre ceux qui restent.

J'élimine les voleurs, mis en examen ou pas : - Mme Marine LE PEN, ,- M. François FILLON. Et ça m'arrange, parce que leurs discours haineux, revanchards et réactionnaires, je ne les supporte plus, eux, leurs fachos, leurs identitaires et leur sens commun.

J'élimine ceux qui veulent couler l'Europe, quitte à déclencher une guerre : - M. Nicolas DUPONT-AIGNAN, - Mme Marine LE PEN, - M. François ASSELINEAU, (néanmoins, c'est une bonne idée qu'il soit là, il va faire baisser le score du Front).

J'élimine les tordus qui n'ont rien à faire ici, qui polluent le débat  : - M. Nicolas DUPONT-AIGNAN, - M. Jacques CHEMINADE, - M. François ASSELINEAU. 


J'élimine les fous furieux, ou irréalistes - M. Jean-Luc MÉLENCHON,  - Mme Nathalie ARTHAUD, - M. Philippe POUTOU.

Et bien il ne reste plus grand monde : - M. Emmanuel MACRON, - M. Benoît HAMON, - M. Jean LASSALLE,  

Nous voila bien. Bon, je vais rajouter  M. François FILLON. à la liste, histoire de ne pas être accusé de sectarisme. Je voterai donc "normalement" pour l'un de ces quatre-là. Je vais écouter ce qu'ils ont à dire et voir celui qui présente le meilleur projet pour l'avenir. Les autres perdront leur temps à essayer de me convaincre, qu'ils se le disent! 

 Je serai particulièrement attentif à ce qu'ils diront si ils sont au 2ème tour face à Mme Marine LE PEN. En particulier, un duel Fillon-Le Pen, ça fait un peu bonnet blanc-blanc bonnet qui risque de se terminer par un bon week-end à la campagne. Le Pen-Hamon : ce serait un peu la chance de Le Pen car la droite, toujours cohérente, ira voter avec joie contre le socialo. Macron devrait gagner contre elle, enfin peut-être. Le risque est réel qu'on devienne aussi ridicule que les US trumpisés.

Les autres perdront leur temps à essayer de me convaincre, qu'ils se le disent!

mardi 14 mars 2017

Alors, filloniste ou fillonâtre?

Je vous remercie vraiment beaucoup : je suis parti quelques jours, et j'avais laissé ce pauvre Monsieur Fillon en de cruels embarras.

Vous partîtes cinq cents; mais par un prompt renfort vous vous vîtes deux cent mille en arrivant au Trocadéro. Merci à vous, car s'il était indispensable de virer M Sarkozy à la primaire de la droite, comme M Valls à celle de la gauche, il est tout à fait nécessaire que M Fillon soit candidat pour qu'il ait l'honneur et l'avantage d'être battu aux prochaines élections.

Vous pouvez être filloniste si vous pensez qu'il est le seul capable de redresser la France en lui administrant une purge dont elle ne se remettra pas, ou plus probablement qu'il ne fera pas. Vous êtes filloniste si vous pensez que les bricoles dont on l'accable sont peu de choses face au défi du redressement, et qu'on ne fait pas d'omelette sans casser quelques oeufs. Payer sa femme et ses enfants, (et récupérer l'argent), se faire offrir des costumes et des pulls en cachemire à quelques milliers d'euros pièce, sont des usages courants auxquels il ne convient pas de s'arrêter.

Pour une fois qu'on a un VRAI chrétien, (celui qui ne pardonnera jamais à ceux qui ont salopé la vie de Pénélope...), on ne va pas le lâcher. On n'en a pas d'autres en stocks, donc on le garde, et jusqu'au bout. Il n'est pas buté, il est solide. Il n'est pas psychorigide, il a des convictions. Il fait face au Canard, il saura faire face aux protestataires.

Mais il y a aussi des fillonâtres : ceux-ci s'en distinguent par le fait qu'ils refusent les faits eux-mêmes, ou les justifient avec un bonne foi qui sent bon le bénitier jésuite. Voyez ce qu'en dit un très éminent théologien Bertrand Binnendijk, par ailleurs et ce n'est pas un hasard, général à la retraite (on dit 2s) : 
En droit comme en morale, il ne faut jamais perdre de vue la notion d'imputabilité. Je m'explique : une faute est d'autant plus grave (imputable) que son auteur a conscience de sa faute. C'est ce qu'un juge digne de ce nom cherchera à déterminer dans un procès équitable. Le Pape François ne dit pas autre chose dans Amoris laetitia. Il n'existe pas de péché en soi. Il faut toujours le replacer dans son contexte.

Merci donc à notre cher Pape, dont la bien-pensance veut que l'on critique les positions sur les migrants et sur la communion des divorcés, d'avoir par avance absous notre Fillon : il n'y a rien à lui pardonner, car il n'a pas péché. Comme quoi, qui veut faire l'ange fait la bête.

Il poursuit :
Il n'est pas juste de faire au seul FF le procès de pratiques certes immorales (c'est moi qui souligne) mais néanmoins légales qui sont le fait de l'immense majorité des élus. C'est le cadre réglementaire de ces pratiques qu'il convient de condamner et de réformer. Je souligne d'ailleurs qu'à part le distingué M. Bayrou, les élus de tous bords rasent plutôt les murs et se gardent curieusement de hurler avec les loups!

On rejoint le point des vue des fillonistes. Mais :
En fait, la question est de savoir si une élection sert à élire un saint ou un dirigeant politique. l'Histoire nous enseigne que malheureusement, les deux sont très rarement compatibles. La dernière fois que la France a été dirigée par un saint, elle l'a payé très cher! Je fais allusion au fait qu'en restituant ces domaines français au roi d'Angleterre, le bon roi  Saint (sic) Louis, a semé les germes de l’effroyable guerre de cent ans dont on sait le lot de malheurs qu'elle attira sur notre malheureux pays!!

Notre bon roi saint Louis (pas de majuscule à saint, ici c'est un adjectif ; on met une majuscule quand il s'agit d'une église : la basilique Saint-Louis. Mais qu'est-ce qu'on apprend à la Catho????) aurait donc été la cause de la guerre de cent ans! Moi qui croyais que le bon roi saint Louis avait mis fin à la "première guerre de cent ans" par le traité de Paris (1259), complété par celui d'Amiens (1279 par Philippe le Hardi) et de Montreuil-sur-Mer (1299 par Philippe le Bel). Notre général n'a pas dû être assidu aux cours d'histoire de l'école de Guerre où on lui a sans doute parlé de la revendication de l'héritage de Isabelle de France, reine d'Angleterre, héritage confisqué par les Valois.

Le constat est limpide : mieux vaut voter pour un voleur que pour quelqu'un d’intègre. Voila un bon fillonâtre.





lundi 13 mars 2017

Ce cher vicomte


Je vais vous ennuyer avec ce cher vicomte François René de Chateaubriand. J'en commence une troisième lecture. Je vous en laisse ici quelques miettes.

Mais ce qu’il faut admirer en Bretagne, c’est la lune se levant sur la terre et se couchant sur la mer.
Établie par Dieu gouvernante de l’abîme, la lune a ses nuages, ses vapeurs, ses rayons, ses ombres portées comme le soleil ; mais comme lui elle ne se retire pas solitaire : un cortège d’étoiles l’accompagne. À mesure que sur mon rivage natal elle descend au bout du ciel, elle accroît son silence qu’elle communique à la mer ; bientôt elle tombe à l’horizon, l’intersecte, ne montre plus que la moitié de son front qui s’assoupit, s’incline et disparaît dans la molle intumescence des vagues. Les astres voisins de leur reine, avant de plonger à sa suite, semblent s’arrêter, suspendus à la cime des flots. La lune n’est pas plutôt couchée, qu’un souffle venant du large brise l’image des constellations, comme on éteint les flambeaux après une solennité.
Je précise qu'il n'est nul besoin d'aller en Bretagne pour cela.
Enfin, un souvenir du bon vieux temps, genre "c'était mieux avant" :

Quand le maréchal d'Aubeterre tint en 17.. les Etats de Bretagne, il passa chez M. de La Baronnais le père, pauvre gentilhomme, demeurant à Dinard, près de Saint-Malo ; le maréchal, qui l'avait supplié de n'inviter personne, aperçut en entrant une table de vingt-cinq couverts, et gronda amicalement son hôte. " Monseigneur, lui dit M. de La Baronnais, je n'ai à dîner que mes enfants. " M. de La Baronnais avait vingt-deux garçons et une fille, tous de la même mère. La Révolution a fauché, avant la maturité, cette riche moisson du père de famille.

dimanche 12 mars 2017

MenKhéperrê


On tombe comme ça, par hasard, sur une inscription en hiéroglyphes, la langue sacrée des égyptiens. Mais évidemment pas de cartel pour savoir de quoi il retourne.

D'abord, le regard de la caille nous indique qu'il faut lire de droite à gauche : c'est un cartouche, donc un nom royal : on lit Rc-mn-ḫpr, qu'on prononce MenKhéperrê. En effet le signe du soleil se place toujours en tête, même si'il n'est prononcé qu'à la fin. C'est tout simplement le "prénom" de Thoutmosis III. Et bien voila, il fallait nous le dire. Il a régné de -1479 à -1425. Il est de la XVIIIème dynastie, comme Aménophis IV et Toutkankhâmon.

Plus loin, il y a le rond avec une croix dans un rond, dit le "plan de ville", et qui annonce une ville Mn-n-tw : la ville de Montou, c'est-à-dire  Thèbes dont Montou est le dieu protecteur.

Le caractère "Sceptre avec diadème et plume" (code R19) est le nom de la ville de Thèbes : w3s.t. La répétition est volontaire, pour bien qu'on comprenne. Comme on dit que Montargis est la Venise du Gâtinais. 

La tête d'homme de face (D2)  ḥr renvoie à Horus.

Un autre caractère de ville, vers la fin, suivi de m-r-y, qui se rapporte à la ville de Mérou, Seper-Mérou, ou Ouab, dans la basse vallée du Nil. 

Je n'en sais pas plus, mais vous pouvez m'aider pour la suite, et relever les erreurs.