vendredi 28 avril 2017

Cruels dilemmes

Après un premier tour conforme aux prévisions des sondages (il faut le dire), on se retrouve avec nos deux candidats au second tour : Marine Le Pen et Emmanuel Macron (par ordre alphabétique).

Les électeurs de droite et de gauche se sentent à juste titre floués : ils avaient choisi dans les primaires le plus extrême des candidats, ce qui a conduit à leur élimination, et laissant un "centre" béant que le jeune Macron s'est opportunément pressé de conquérir.

Mais ils ne doivent s'en prendre qu'à eux-même de leur manque de jugement politique. C'était couru d'avance.

Sans même parler de ses ennuis judiciaires, Fillon était fichu dès lors qu'il se plaçait en  concurrent du FN en essayant de draguer ses électeurs. Plus réac que lui, il n'y avait pas, à l'en croire. Ensuite ses maladresses, son côté borné de chez borné, son appel aux tratras réacs de Sens Commun n'ont fait que précipiter sa chute. Tant pis pour lui.

Coté gauche, le petit Hamon n'espérait quand même pas qu'après avoir sabordé le quinquennat de Hollande, à la plus grande joie des Républicains, en frondant sans se souvenir de qui l'avait fait exister, les socialos "normaux" allaient voter pour lui : ils ont préféré Mélanchon ou Macron. Tant pis pour lui.

Ce qui m'étonne, c'est que certains soient surpris du résultat. Tant pis pour eux, il fallait réfléchir avant : voter Juppé ou Valls par exemple (je précise que ce n'aurait pas été mon choix : Valls est un petit Sarko qui a fait moins bien que lui dans son rôle de protecteur inconditionnel de la maison Poulaga). Il aurait donc fallu  trouver de meilleurs candidats au 1er tour pour espérer être au deuxième.

Qu'on soit pour Macron ou pas, c'est bien entre lui et elle qu'il faut choisir.

 Pour moi, le choix est clair : je suis un vieux monsieur, je connais les dangers mortels du nationalisme, de l'anti-sémitisme (devenu anti-musulman, mais ils n'oublient pas le premier), de la division, de la haine, de rejet de l'autre. Ce sera #TousSaufMarine, donc Macron.

Mais je suis effaré de constater que ce simple raisonnement n'est pas partagé.

La droite de la droite préfère voter FN que Macron, tellement leur propagande anti-Macron a été violente au 1er tour. Mme Boutin en tête, les évêques derrière elle, avec des arguments tellement ineptes que j'en reste bouche bée :
- Il veut inscrire les enfants issus de GPA à l'étranger  : c'est la loi, ou plutôt un traité international, qui vise à protéger les intérêts de l'enfant. Qu'on le veuille ou non, cet enfant existe, ou faut-il l'euthanasier à son arrivée en France? (Mais comme il s'agit d'une pratique interdite en France, je propose qu'on taxe cette inscription très cher). Ah vraiment, ça justifie de sortir de l'Europe!
- la PMA sans père : Macron a dit que ce n'était pas dans son programme, mais la calomnie perdure.
-le "genre" ! Qui ne voit qu'il y a une discrimination contre les femmes dans la société? Que veut-on exactement? Réduire les femmes aux 3K : Kinder, Küche, Kirsche? L'égalité hommes-femmes est une atteint au machisme, c'est cela...

Et le mieux, c'est que notre avenir "civilisationnel" qui est en jeu... Je vous le dis : une telle civilisation, qui se réfère à un passé qui n'a jamais existé, ne mérite plus de durer. Mme Boutin s'est vouée aux Gémonies, qu'elle y reste.

Du côté Mélanchouilletonesque, ils se tâtent aussi : voter pour un ex-banquier leur fait tellement mal où je pense que ça ne les gène pas de laisser gagner Marine. Quelle perversion. Un banquier qui va rapidement augmenter le pouvoir d'achat des plus faibles (en faisant payer les riches, et notamment les retraités, avec la CSG, je le dis en passant).

 Bref nos "élites" sont en train de perdre la tête avec leur "ni-ni". Si Marine passe, je les en tiendrais pour responsables.

Il faut voter Macron. Marina delenda est.



4 commentaires:

Anonyme a dit…

Monsieur,

Vos arguments ne m'ont pas convaincu, or, j'avais toujours voté pour le Parti socialiste. Cette fois-ci mon vote sera pour le Front National de Marine Le Pen.

Cordialement

François a dit…

Monsieur,
Merci d’avoir lu ces quelques lignes. Vous avez le droit de voter pour qui vous voulez, mais je prie pour que nous conservions ce droit dans l'avenir.

Brigitte a dit…

Une seule chose me vient à l'idée en lisant ce genre de poste: voter Marine! Tous les clichés sont présents! Ne vous inquiétez pas votre poulain va passer, tout est déjà planifié. Vous pourrez toujours continuer à jouir de votre retraite et de vos biens et placements divers pendant que les plus pauvres seront davantage pris à la gorge.
Pourquoi modérer les commentaires ? N'est-ce pas une méthode fascisante consistant à ne pas laisser les avis trop défavorables s'exprimer ?
Bonne soirée et rdv le 8 mai!

François a dit…

Chère Brigitte,
Votez Marine si vous voulez. C'est ce qu'a dû vous dire votre directeur de conscience. Surtout ne culpabilisez pas.

Si elle passe, c'est dès le 7 mai au soir que vous pourrez commencer les ratonnades. Pas besoin d'attendre le 8, le bol! Il doit y en avoir près de chez vous (des auvergnats, veux-je dire!). Vous pourrez les jeter à l'eau comme M Papon, ou les défenestrer comme à Prague. Je vous déconseille le zyklon, un de vos amis a dit que ce n'était pas commode.

Oui, je reconnais que tout a été planifié. Du reste, c'était simple, puisque ça a marché. Bien d'autres auraient voulu la méthode (11 à ma connaissance), mais un seul l'a fait. Vous pourriez au moins admirer l'artiste. En un an, alors que d'autres y ont passé leur vie...

Je vais continuer à jouir de ma retraite, en espérant qu'elle ne me sera pas payée en billets de Monopoly. Les pauvres, que voulez-vous, il vaut mieux faire envie que pitié.

Pourquoi je modère les commentaires? Parce que vos petits amis y déposent des immondices. Ce n'est pas fascisant comme méthode, c'est de la propreté. Mais vous devez en savoir plus que moi (je parle des méthodes fascisantes).

Je ne cherche pas à vous convaincre, Satan s'est déjà emparé de votre cerveau reptilien. Mais moi, et c'est mon honneur, je ne me laisse pas impressionner par les petits nazillons ou leur mère.

Bises
F