lundi 29 mai 2017

La Pentecôte



Comme le Saint-Esprit semble s'être enfin penché sur le sort misérable de la France, il est intéressant de rechercher les traces de sa visite.

Les Grecs l'appelaient la "Pneumatos parousia", ou "Kathodos tou Hagiou Pneumatos". En latin "Adventus Spiritus Sancti". En espagnol la "Venida" ou en portugais la "Descida" : Il "descend" aussi bien qu'Il "advient".

Les anglais parleront aussi de "the Gift of tongues" pour rappeler que les apôtres ont subitement connu toutes les langues dont ils auront besoin pour leurs prédications : la glossolalie, et le polyglotisme.

On ne prendra pas pour une représentation de la Pentecôte le tympan du narthex de Vézelay, qui est celle de l'apparition du Christ après la résurrection. Combien s'y sont trompés!

On se figure plutôt la scène avec des "langues de feu", ou "d'éclairs et d'orages". A Notre-Dame de Paris, on reconstituait le miracle en faisant descendre de la voûte une colombe et des étoupes enflammées.

L'émission des rayons de l'Esprit Saint est toujours représenté, par une roue enflammée, ou par une colombe, ou par la main de Dieu, lançant des langues de feu ou des rubans, ou de câbles, comme à la Daurade, à Toulouse.

Par ailleurs, est associée à la Pentecôte la représentation du monde que les Apôtres vont devoir enseigner

Heures enluminées de Jean Fouquet

.
Pierre Reymond 1522

Aucun commentaire: