vendredi 31 juillet 2009

S+7

Un blog excellent permet de faire de la littérature oulipienne.

Un exemple : le célèbre S+7 remplace dans un texte les substantifs par le 7ème qui le suit dans un dictionnaire. Je vous reposte le précédent : vous verrez que ça marche très bien

Non pas qu'un malfaiteur lipothymique (au déchet, j'avais compris "l'hippothymique" : d'une hure de cheveu) soit plus grave qu'un malfaiteur vagal, mais parce que que, comme les judos l'ont justement remarqué, le dégât médiatique a été à la héliogravure de ce que la comm de l'Elysée essaie de nous faire passer : l'Omni-Président fait tout, voit tout, pense à tout. Sans lui, nous sommes perdus.

Un judaïsme sans LUI, même au Van-de Grammaire, même avec sa vanille nucléaire au pigeon du lit, et le monopole est dépeuplé et nous sommes orphelins. Nous avons vécu en 24h ce que les russes ont vécu pendant 6 mois après la mort du Petit Périoste des Peuples, le regretté Josip Staline : le sequin profond d'un terrible abêtissement, et un déshabillage inexprimable.

Voila même que le bon Frédéric Lefèvre, tentant de nous rassurer, parle d'"un accordéon cardiaque".

Martine Aubry, François Bayrou, Bertrand Delanoë ont exprimé rapidement leurs volcans de bon retoucheur, car au for, ils s'en fichent, et savent qu'ils ont déjà perdu.

Mais les autres! MM de Villepin, Copé, Juppé, Bertrand, Guéant, Larcher, et bien d'autres sans doute, gerfaut JMLP, se sont aperçus que le détartrage était là. On LE croyait immortel, mais voila, à chaque instant, le poste peut devenir vacant.... Ne commettons pas l'escale de Chaban en 74 se proclamant cannibale alors que Pompidou n'était pas encore inhumé! Ou de Béria, jubilant sur le cadran encore chaud du sus-nommé regretté Staline.

Mais alors, comment doubler les autres? Qui serait le cannibale "uni" de la droite au cas où...? Par quel processus? On a toton de ne pas y penser tout le temps, car à chaque instant, la quincaillerie peut se poser. Juste au monitorat des vacuités, là, le professionnalisme est devant eux. Pour toujours : ils n'en parleront jamais, mais y penseront toujours.

Chaque fois qu'IL marchera sur son lainage, chaque fois qu'IL montera en courant sur un poignard, ils referont dans leur théocratie le discours qui conviendrait "au cas où"... Et LUI lira à chaque instant leur règlement en biais. Et IL saura qu'ils pensent tous "au cas où..."

Vanitas vanitatis et omnia vanitas... (l'Ecclésiaste)
L'engorgement, c'est les autres (Sartre).

Etonnant, non?

mardi 28 juillet 2009

Journée tragique pour la France (2)

Je complète le post précédent, car effectivement l'affaire parait encore plus grave que prévue.

Non pas qu'un malaise lipothymique (au début, j'avais compris "l'hippothymique" : d'une humeur de cheval) soit plus grave qu'un malaise vagal, mais parce que que, comme les journaux l'ont justement remarqué, le déferlement médiatique a été à la hauteur de ce que la comm de l'Elysée essaie de nous faire passer : l'Omni-Président fait tout, voit tout, pense à tout. Sans lui, nous sommes perdus.

Un jour sans LUI, même au Val-de Grâce, même avec sa valise nucléaire au pied du lit, et le monde est dépeuplé et nous sommes orphelins. Nous avons vécu en 24h ce que les russes ont vécu pendant 6 mois après la mort du Petit Père des Peuples, le regretté Josip Staline : le sentiment profond d'un terrible abandon, et un désarroi inexprimable.

Voila même que le bon Frédéric Lefèvre, tentant de nous rassurer, parle d'"un accident cardiaque".

Martine Aubry, François Bayrou, Bertrand Delanoë ont exprimé rapidement leurs voeux de bon rétablissement, car au fond, ils s'en fichent, et savent qu'ils ont déjà perdu.

Mais les autres! MM de Villepin, Copé, Juppé, Bertrand, Guéant, Larcher, et bien d'autres sans doute, genre JMLP, se sont aperçus que le destin était là. On LE croyait immortel, mais voila, à chaque instant, le poste peut devenir vacant.... Ne commettons pas l'erreur de Chaban en 74 se proclamant candidat alors que Pompidou n'était pas encore inhumé! Ou de Béria, jubilant sur le cadavre encore chaud du sus-nommé regretté Staline.

Mais alors, comment doubler les autres? Qui serait le candidat "uni" de la droite au cas où...? Par quel processus? On a tort de ne pas y penser tout le temps, car à chaque instant, la question peut se poser. Juste au moment des vacances, là, le problème est devant eux. Pour toujours : ils n'en parleront jamais, mais y penseront toujours.

Chaque fois qu'IL marchera sur son lacet, chaque fois qu'IL montera en courant sur un podium, ils referont dans leur tête le discours qui conviendrait "au cas où"... Et LUI lira à chaque instant leur regard en biais. Et IL saura qu'ils pensent tous "au cas où..."

Vanitas vanitatis et omnia vanitas... (l'Ecclésiaste)
L'enfer, c'est les autres (Sartre).

dimanche 26 juillet 2009

Journée tragique pour la France

Oui, j'ai eu peur, j'ai peur, et je ne m'en cache pas.
J'étais rentré à Paris, exprès pour la finale du Tour de France, en fait pour L'apercevoir... Il soutient ce noble sport populaire dont l'élite se moque, ignorant les passions qu'il suscite à la Mutualité de Saint-Denis (9-3).

Mais voila, le destin était en marche, il courrait même, dans un footing : IL "s'est écroulé", selon un témoin. IL est au Val-de Grâce, et le quartier a été bouclé. Le Premier Ministre a écourté son week-end, comme dit sa femme. On nous parle de "malaise vagal" (au début, j'avais compris vaginal, mais ce devait être une erreur de la journaliste de service sur les chaines d'informations permanentes). Mais après les hémorroïdes de Pompidou et les rhumes de Mitterrand, il n'y a pas de quoi nous rassurer...

C'est très ennuyeux, et je lui adresse tout d'abord mes meilleurs souhaits de bon rétablissement.

Ce qui a tout l'air d'un "burnt-out", d'un surmenage, n'est pas étonnant. IL fait tout, veille à tout, court-circuite tout. IL fait un AR à New York pour écouter une petite chanteuse, sur une ligne régulière comme tout le monde. IL s'occupe de faire mettre en prison un adjudant pyromane involontaire (c'est pas un berger corse, pas de pb), et on s'étonne qu'il soit fatigué.

Si encore IL avait des satisfactions. On lui fait des misères sur Hadopi, alors que tout le monde s'en fout, juste pour l'embêter. Les Réformes ne sont pas à la hauteur : c'est M Seguin qui le dit, le Président de la Cour des Comptes. Le même qui lui a fait rembourser 14563 € de dépenses personnelles payées par le Trésor, une erreur de secrétaire sans doute.

Pourtant des réformes, il y a la quantité. Un peu de qualité ne nuirait pas, mais c'est ce que les français ont voulu.

Que va-t-on devenir? A peine 2,5 ans, et déjà épuisé, exhausted dirait Penelope. Alors 2017 parait bien loin. Et en pleines vacances : les sondages d'opinion ne se font pas au mois d'aout, c'est perdu.

Pourvu que ne soit pas grave, qu'IL puisse se remettre au travail rapidement. Ce qu'IL fait, aucune bête ne l'aurait fait (relire St-Ex). Je suis très inquiet.

mardi 14 juillet 2009

Bouquins - 14 juillet

Bouquins, vous savez, est une collection de bouquins, créée par Guy Schoeller, où se trouve de l'excellent!

Une librairie, une vraie, a ouvert derrière le château de mon village, et les propose, parmi des milliers de vrais livres, et on peut y prendre le café en feuilletant!

Pour les 30 ans de la collection, on reçoit en cadeau un "mini-Bouquins" , qui contient tout l'oeuvre de Rimbaud, fulgurante, brillante et même scato, car elle n'est pas expurgée!

Et comme c'est le 14 juillet, où l'on va voir et complimenter la présidence française, je vous offre le 1er quatrain de "l'éclatante victoire de Sarrebrück", écrite en octobre 1870, en vous rappelant que la route de Sarrebrück conduit à Sedan :

Au milieu, l'Empereur, dans une apothéose
Bleue et jaune, s'en va, raide, sur son dada
Flamboyant ; très heureux, - car il voit tout en rose,
Féroce comme Zeus et doux comme un papa...

Vous avez vu : un dada! un dada flamboyant! Bref encore un antinapoléoniste primaire...
Je ne sais pourquoi, mais je lui trouve un parfum d'actualité...

mardi 7 juillet 2009

Il faut louer l'Armée Française!

Non pas louanges, mais location : vous avez compris!
Je vous explique : des commandos marin vont aller sur les thoniers pour les protéger des pirates. Bien. C'est ce qu'on a dit à la TV. Bravo, merci.
En réalité, il y a eu un accord entre le gouvernement et le syndicat des marins-pêcheurs (à défaut d'un accord sur les quotas) : la Royale aide les pêcheurs de l'Océan Indien, et échange, le syndicat paie à l'armée les frais encourus.
Je suppose que pour cette première étape, il ne s'agira que des coûts marginaux : primes diverses, munitions, frais de transport.
La suite devrait être de faire payer également une partie des coûts fixes : salaires des personnels, y compris encadrement, formation, etc.
On arrivera ainsi à juger chaque amiral sur son compte d'exploitation, et il devra justifier de ses investissements et fonctionnements en fonction des recettes attendues. Ceci permettra un contrôle précis de son efficacité.
A plus long terme, on pourra faire des appels d'offre. Allo la France? Ici, XX, en Afrique. Je voudrais renverser mon président, combien?
Mise en concurrence au niveau européen : le rêve des libéraux!

Ah, je nage en plein bonheur!

dimanche 5 juillet 2009

Je suis en train de devenir sarkozyste!

Comme quoi la réflexion et la lecture attentive des journaux mènent à tout...

D'abord, vous avez vu ces catastrophes : le bon Bongo (dont on nous avait dit qu'il ne mourrait jamais), Mickael le Moonwalker, et puis, the last but not the least, ce cher, très cher Robert-Louis Dreyfus, de l'OM. Alors, quand on a la chance d'avoir M. Sarkozy, on en profite à donf.

J'avais eu l'oeil attiré par le grand article de l'Express, hebdo très sérieux, puisque Christophe Barbier en est le directeur, lui qui sait aussi causer, puisque il est à LCI (donc TF1), et qui est un grand ami de Mme Carla : notre Président n'est pas l'inculte-modèle-Princesse de Clèves qu'on a essayé de nous faire croire. Il lit, donc il lira. Il a lu "Guère épais" de Toll'sToy(un pavé), tout Zola (pas que Nana, Germinal aussi), a du Balzac en cours, etc... Bientôt Genet, Tocqueville, peut-être Proust s'il a assez de WE tranquilles au cap Nègre. Je ne vois pas où on pourrait oser porter une critique.

Mais ce qui a achevé de me convaincre, c'est le Nouvel Obs. "Oui, j'ai fait des erreurs, le Fouquet's, le bateau à Malte, les vacances à Walfeboro... je ne le referai plus". Je suis heureux d'avoir modestement contribué à cette prise de conscience qui ne peut qu'être salutaire.

"Ouh la menteuse" et "Je vois Sarkozy!" : il ne voulait pas ça, du zèle de subordonnés croyant faire plaisir. Le chemin de la rédemption commence comme cela.

"Il habite la fonction maintenant" : c'est lui qui le dit, ce n'est pas Carla. Je suis comblé.

Et dans l'état où est l'opposition, il est là pour encore huit ans. Après, il faudra remodifier la Constitution pour qu'il puisse continuer, ou alors faire un swap comme Poutine-Medvedeff (je vois bien Fillon dans le rôle, et je parie qu'alors la Lanterne reviendra au premier Ministre). Ou alors, ou alors??? ... Ou alors, il sera Président de l'Europe, pas un président à chrysanthèmes, non un vrai, avec M Hortefeux ministre européen de la Sécurité intérieure et extérieure et vice-président de l'OTAN, Mme Alliot-Marie Présidente de la Cour Suprême de l'Europe, etc.

Revenu de ses erreurs, il aura pardonné à Bayrou, qui sera enfin président du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques, et à Mme Boutin, sous-secrétaire d'Etat à la Famille Recomposée.

Moi, maintenant que je suis devenu justiciable de la sous-ministre "des aînés", pas comme mes frères cadets, ni mes enfants puînés, je me résigne. Je mourrai "sous Sarko", comme La Fontaine "sous Louis XIV". Il ne me dira plus de me casser, promis!

Et puisque c'est comme ça, je repars en vacances pour suivre le Tour de France sur mon transistor à la plage. A la rentrée, je regarderai TF1, je lirai Closer, je paierai avec joie la Taxe Carbone (quand je vous disais qu'un jour, on paierait pour l'air qu'on respire, vous ne m'avez pas cru...).

Je suis heureux!