lundi 30 novembre 2009

Cassandre

Je ne sais pourquoi, je suis attaché à la figure mythologique de Cassandre.

Fille de Priam et d'Hécube, soeur de Pâris "l'homme à la pomme", elle reçut de son petit ami Appollon le don de prophétie. Mais ils se fâchèrent, et Appollon la condamna à ne jamais être crue. Dommage, parce qu'elle avait prévu la chute de Troie, le piège du Cheval, et passa pour folle.

Jouer les Cassandre, c'est prédire des malheurs auxquels on ne croit pas, alors que justement notre attention devrait être portée sur la vérité du message. Mais, si on y croit, ce n'est pas une Cassandre.

Quand je vous disais, il y a deux ans, que la réforme de la Justice était faite en dépit du bon sens, vous ne m'avez pas cru, parce que la propagande officielle fonctionnait à l'époque encore bien : s'ils résistent, c'est que ce sont des bêtes conservateurs, attachés à leur rocher comme des moules.

C'est pourtant le Président himself qui a avoué récemment que cette réforme n'avait pas été réalisée comme il le fallait. Mme Dati a eu plus de mal à l'avouer devant Denisot, confondant du reste l'énergie mise à la déployer (que je ne nie pas) à l'intelligence de ladite réforme.

Il y a certainement un syndrome de Sarkozy : il a une certaine capacité à avouer et reconnaître ses erreurs (notamment le bling-bling), au bout d'un certain temps il est vrai, mais ensuite de continuer comme avant "comme si de rien n'était".

Sarkozy, comme Cassandre, a tout d'un héros tragique grec : Il veut faire des réformes "jusqu'au bout", et dès qu'il en a annoncé une, il se précipite pour en annoncer une autre. Il fait des lois, et oublie les décrets d'application. Heureusement du reste, car dans l'intervalle, il a déjà fait changer la loi. Il n'a peur de rien, s'est mesuré avec Poutine en Géorgie, a sauvé le monde des banquiers, et va terrasser Obama à Copenhague. La souris qui en sortira sera baptisée montagne, ce qui lui permettra de passer au sommet suivant.

Ce sera son destin, son fatum. Il embrasse trop pour pouvoir étreindre, ne serait-ce qu'un peu.
La fuite en avant est sa seule ressource, son hyperactivité, à croire il a aussi le don d'ubiquité, est sa méthode.

On ne peut savoir quand et comment ça finira, mais ça finira. Par une crise cardiaque, peut-être. Par une crise politique, je l'espère. Il tient ses troupes d'une main de fer, mais il se peut qu'une prise de conscience des barons le fasse trébucher, comme Mme Thatcher à son congrès de Brighton. Dira-t-il "Tu quoque!" à Frédéric Lefèvre? Non, car il ne connait le latin.

Je reconnais qu'il est facile de dire "Je vous l'avais bien dit". Mais peut-être faut-il aussi de temps en temps reconnaitre "il l'avait bien dit", comme on peut dire "Cassandre l'avait bien dit".

Pour vous changer les idées, je vous invite à regarder cette chute de météore sur Joburg : Météore!

vendredi 27 novembre 2009

La Guerre des -thons aura bien lieu.

C'est l'époque qui veut ça, tous les ans ça recommence, la guerre des -thons.

Celui qui a commencé, il faut bien le reconnaitre, c'est le Téléthon. Puisque l'Etat impécunieux ne finance pas la recherche comme il le faudrait, ce qui n'est pas faux, l'idée est de demander aux français de payer directement, sans passer par Bercy. Ca fait de l'argent pour la recherche sur la myopathie, ça fait 3 jours d'antenne à la TV qui ne coûtent pas très chères, et en plus, c'est largement déductibles des impôts.

A priori, je suis plutôt pour, parce que cette méthode fait payer des gens qui sinon ne donneraient rien. Mais ce n'est pas le problème. Le problème, c'est que le Téléthon a rapporté beaucoup, beaucoup d'argent....Et ça fait des envieux.

Les premières attaques sont venues de la Fondation Jérôme-Lejeune, non pas directement, mais insidieusement par le biais de l'évêché de Toulon, qui a sorti une étude éthique comme quoi le Téléthon jouait trop avec nos chromosomes et les embryons surnuméraires pour être honnête. Pas touche à mes trisomiques, pas touche au dépistage sur le foetus, mais surtout pas touche à mon fric. Il n'y a pas pire qu'un picsou pour vous faire la morale.

Cette année, paf, l'attaque, frontale celle-là, est venue de Pierre Bergé. Le Téléthon tue le Sidaction. Sidaction n'a que 18 millions, alors que le Téléthon a trop d'argent. Et de s'en prendre aux donateurs! Parce que vous croyez que quelqu'un qui ne veut pas donner au Téléthon donnera au Sidaction à la place? Je demande à voir.

Il faut savoir ce que l'on veut, reprenons au début : l'Etat ne veut pas, ou ne peut pas, orienter la recherche faute de moyens. Alors la recherche se fait là où on donne de l'argent, pas forcément là où on en aurait besoin. Comme aux US : si un milliardaire a un gamin qui a une maladie orpheline, il financera une université pour trouver le traitement. Si le gamin n'a pas de père milliardaire, et bien... c'est comme ça, nous sommes dans les mains du Seigneur, Alléluia!

Donc, on va voir qui va gagner la guerre, mais évidemment, il y a peu de chance que ce soit l'intérêt général.

Ceci dit, la guerre des -thons ne se réduit pas à ça, car les objectifs sont mesurés au 31 décembre, et la religion des chiffres est celle que Malraux annonçait pour le XXIème siècle. Si le CA-thon est de tradition (faire rentrer le maximum de factures avant le 32/12), on en voit apparaitre de nouvelles formes :

  • le Délic-thon : dépasser son objectif de contraventions sur les 3 critères : port de la ceinture, vitesse "excessive", téléphone en conduisant, pour avoir une plus belle prime.
  • la garde-à-vue-thon : en augmentation de 50% par rapport à l'an dernier, il offre de belles perspectives de carrière, mais est plus subtil à mettre en oeuvre. Un individu étant amené au poste pour une raison quelconque, il faut réussir à l'énerver suffisamment pour qu'on puisse l'envoyer en flag pour "injures à personnes d'autorité en uniforme". C'est parfois le Bingo-thon.
  • la gâchis-thon, aussi vieux que l'administration, reprend des couleurs avec la RGPP : il consiste à dépenser tous ses crédits de fonctionnement avant le 31-12, moins un centime (pour faire sérieux). On peut faire tourner des camions dans la cour (ancienne méthode), mais aussi remplir les cuves de fuel même si elles sont pleines aux 3/4, faire des commandes papeterie à tenir un siège, etc. Là, l'imagination est vraiment au pouvoir dans l'administration.
  • Le trou-thon : le jeu inverse du gâchis-thon consiste à camoufler les déficits. Le gagnant du record est Thierry Breton qui avait réussi par un jeu d'écriture à planquer 7 milliards d'€ sous le tapis, quitte à devoir les ressortir le 2 janvier (Source : cour des Comptes). Plus classiquement, il faut trouver suffisamment de fournisseurs qui acceptent de n'envoyer leurs factures que début janvier. Les pratiques qui consistent pour l'Etat à ne pas payer ses cotisations à la Sécu, puis à nous demander de boucher le trou ainsi créé, n'est pas exactement un trou-thon, car il est permanent.
  • Très à la mode aussi, le bonus-thon : il concerne essentiellement les traders. Il faut spéculer suffisamment bien pour que le bonus soit maximum au 31/12. Cette année, c'est plus facile avec tout le liquide que l'Etat a mis à leur disposition, sous prétexte de crise... Il y a 2 ans, c'est J Kerviel qui avait gagné le bonus-thon, mais malheureusement, ça a foiré le 15 janvier. En tout cas, le jeu continue. Pas grave, on fera un super grand-emprunt.
  • Inutile de cotiser aux conneries-thon : le compteur a explosé avec le couple Dominique Paillé-Frédéric Lefèvre, sans parler de Ségo...
On nous prend pour des thons, je vous le dis....

mardi 24 novembre 2009

Nombre d'Or et Fin du Monde

Il faut revenir aux choses sérieuses.

C'est Denys le Petit, Dyonisius Exiguus en latin, qui a été chargé de calculer les dates de Pâques selon la définition précise du Concile de Nicée, que je vous rappelle : Pâques est le dimanche qui suit le quatorzième jour de la lune qui atteint cet âge au 21 mars ou immédiatement après.

Vers 525, il définit notre ère en fixant la date de la naissance du Christ en l'an 753 de la Fondation de Rome, et en proclamant que ce serait désormais le 25 décembre -1. D'abord, il s'est gouré dans le calcul : Jésus est né entre 4 et 6 ans avant sa naissance -à Dieu, rien d'impossible-, et en plus, il n'a pas pensé qu'il devait y avoir une année 0 : le lendemain de la St-Sylvestre -1 est le 1 janvier 1. Ça complique les calculs depuis ce temps-là.

Il utilisait 3 données :

  • le Nombre d'Or, le numéro de l'année dans le cycle de Méton de 19 ans,
  • la Lettre Dominicale, qui indique quel jour de la semaine est le 1 janvier, ce qui donne, avec les années bissextiles, un cycle de 28 ans.
  • l'Indiction Romaine, qui ne sert qu'à calculer les impôts, impériaux puis ecclésiastiques quand le pape fut déclaré successeur des empereurs romains, sur un cycle de 15 ans.
Le résultat est un cycle de 7980 ans, car 7 980 = 19*28*15.

Rappelons qu'il ne raisonnait que sur le calendrier julien, non grégorien, et que je n'ai toujours pas compris à quoi sert l'indiction pour le calcul de la date de Pâques.

Cependant, au XVIème siècle, le chronologiste Joseph-Jules Scaliger, fils de Jules-César della Scala, se dit "Bon sang, mais c'est bien sûr! Dieu a forcément créé le monde en commençant à numéroter les années par 1".

Il a donc suggéré que le monde avait été créé en - 4143, puisque, cette année-la, on avait :
  • Nombre d'Or =1
  • Lettre Dominicale =1
  • Indiction =1
Selon le même système, la fin du monde est pour l'an 3 838. Espérons que la Dynastie Sarkozy sera toujours à la tête du Monde à ce moment là, pour bien gérer ça.

Pour les amateurs de computs, je signale que c'est le vénérable Bède le Vénérable qui au début du VIIIème siècle donna les bonnes règles pour le calcul de la date de Pâques. Bien entendu, au moment du passage au calendrier grégorien, il fallut tenir compte de la suppression de 3 années bissextiles tous les 400 ans.

Mais pourquoi Dieu a-t-il fabriqué un monde si compliqué!

vendredi 20 novembre 2009

Camus au Panthéon

Aux grands hommes, la Patrie reconnaissante...

Depuis que Carla le fait lire, notre Président s'y connait en littérature. Il demande la semaine dernière à son énarque de service :
- Qu'est-ce qu'il a écrit Camus?
- L'étranger, et la Peste, Monsieur le Président..

Aussitôt, il appelle Brice :
- Allo, Brice, comment tu vas? Moi ça va. T'as vu comme je les ai b..., ces cons de maires? A propos, tu sais ce qu'il a écrit, Camus?
- Euh... non
- "L'étranger est la peste"! Un type qui tue un arabe, que ça cause. Qu'est-ce t'en penses, je vais le mettre au Panthéon!

C'est comme ça que ça s'est fait, promis!

Il faut imaginer Sarkozy heureux....

jeudi 19 novembre 2009

On a gagné, haut la main!

C'est parait-il ce que beaucoup de français ont vu hier. "On" ira en Coupe du Monde 2010, parce que l'arbitre n'a pas vu la faute, a donné le but sans demander au joueur s'il y avait eu faute : "parce que sinon, je lui aurais dit" a avoué le fautif.

Mme Bachelot, ministre de la Grippe et des Sports, a fait part de son "lâche soulagement". Je suis soulagé qu'elle ait avoué sa lâcheté, mais je reste néanmoins sur ma faim.

Quand même! La triche est publique, tout le monde le sait, et pourtant notre équipe tricolore, celle qui doit chanter et faire chanter la Marseillaise, celle qui gagne des fortunes pour faire rêver les banlieues, va aller porter nos couleurs en Afrique du Sud, très légalement mais de façon complètement illégitime.

Que pourront dire les pauvres profs qui sanctionneront un peu de copiage dans un devoir? Les pauvres flics qui verbalisent les gens qui ne traversent pas dans les clous?

Et tout ceci en plein milieu du débat sur l'identité nationale. Pas la peine de tourner autour : le français, c'est celui qui triche et ne se fait pas prendre. Notre modèle, c'est le voisin qui a réussi à ne pas déclarer tous ses impôts, et n'a pas eu de contrôle. C'est celui qui a eu son permis parce que le beau-frère de son oncle est inspecteur. C'est celui qui s'est fait élire grâce à de faux électeurs et des emplois fictifs, et qui joue de son immunité passée pour faire valoir la prescription. C'est celui qui passe à l'ennemi, avec tous les secrets de campagne de son ex-candidate.

Finalement, c'est très sarkozyste, cette façon de gagner. Il a été élu par 53% des français, il peut donc faire ce qu'il veut, comme les footballeurs ont gagné le match et sont donc sélectionnés. Haut la main, peut-on dire.

Tricher plus pour gagner plus, le slogan pour 2012?

Je ne suis pas chagriné par le malheur des Irlandais : ils nous ont assez ennuyés avec le référendum européen, et avec les milliards qu'ils reçoivent de l'Europe pour leur éviter la faillite, ça devrait les consoler.

Non, il faut donner notre place aux Egyptiens, ils l'ont bien méritée...

Et souvenez-vous de l'attitude indigne de nos dirigeants dans cette affaire...

mardi 17 novembre 2009

Impacté dans ma vraie vie : éléments de langage

Est-ce que vous impactez? Etes-vous impacté?

Un impact, c'est le point d'arrivée d'un projectile. Puis, c'est devenu synonyme de conséquences ou des répercussions d'une décision. Exemple : l'impact économico-écologique de la construction d'une centrale nucléaire sur le Batrisus formicarius.

Mais maintenant, c'est un verbe. Exemple : les personnes impactées par la réorganisation retrouveront un emploi (RGPP du Ministère de la Culture), les personnes impactées par les modernisations n'ont qu'à se démerder toutes seules (France Télécon).

Dans la Nov'langue des technocrates, il faut l'utiliser tout le temps, au moins une fois par paragraphe.

De même, il faut dire "dans la vraie vie" plutôt que le dépassé "au niveau du vécu". Exemple : vous serez impacté par la réforme, mais dans la vraie vie, ça ne changera rien. Ouf, je respire.
On connaissait la Mauvaise Vie, voici la Fausse Vie qui s'oppose à la Vraie Vie. C'est bien du Sarkozy, ça.

Mais le plus "incontournable" -mot qui a également ses adeptes-, ce sont les éléments de langage, qui ont plusieurs sens.

Par exemple, il faut dire à son assistante : Brigitte (on ne dit plus "mon Petit"), je remets demain une Légion d'Honneur à ce con de X..., préparez-moi des éléments de langage, et un café, merci. Ca veut dire préparez-moi le discours, bio et anecdotes, mais faites moi d'abord un café et ensuite laissez moi tranquille.

Mais ça s'emploie dans un autre sens : pour la mise en place de la Réforme, on vous fournira les éléments de langage. C'est à dire qu'on vous donnera l'argumentaire, voire les Q&A (Comment, vous ne savez pas ce que sont les Q&A? Les questions-réponses type évidemment, par exemple
Q- quelles personnes seront impactées?
R- dans la vraie vie, personne.
Q - mais alors, pourquoi faire la Réforme?
R- la Réforme a pour objectif d'augmenter notre productivité, tout en gardant nos valeurs fondamentales.
Il en faut 3 ou 4 pages comme ça)

L'exemple le plus récent d'éléments de langage est l'argumentaire fourni par l'Elysée pour justifier la promotion du Sarkozillon, vous vous souvenez : il n'est pas nommé, mais élu ; il a les capacités parce qu'il a un projet ; son père n'est pas intervenu, c'est sa décision ; il apprend vite, etc. Le plus drôle est que tous les ministres , et Lefèvre, et Paillé, ont repris ces éléments de langage comme des perroquets, ce qui a bien fait rigoler le Petit Journal.

Les éléments de langage en Sarkozie, ce sont les briques du prêt-à-penser. Il décide d'impacter nos vraies vies, et nous donne des éléments de langage.

lundi 16 novembre 2009

Choucroute et semoules...

La choucroute au couscous, c'est ce que l'on fait de mieux. On peut y mettre, au choix, du ketchup (rouge sang...), ou du Nutella.

Je m'explique : il y a bien longtemps que nous n'avons pas vu une situation politique aussi foireuse.

Le contexte est morose, avec les suites de la crise, dite "financière" mais qui est surtout morale, et avec les menaces internationales inquiétantes. C'est ce l'on devine, car notre gouvernement, et donc les médias, sont dans le déni. Faute de pouvoir agir, il nie. Mme Lagarde est même experte dans ce domaine.

La campagne des présidentielles 2012 est lancée, au moins à droite. Règlements de compte dans la Chiraquie, préludes aux manœuvres anti-Sarko : finalement, certains à droite se rendent compte qu'ils n'ont sans doute pas choisi "le meilleur d'entre eux". Ils pourront au moins essayer de le faire perdre...

Ce qui peut le faire gagner, ce ne sera pas son bilan, mais la gauche (merci Ségolène). Comme en 2002, une victoire par forfait?

Face à tout ça, notre président pédale allègrement dans la choucroute et la semoule réunies. Il n'a "plus la main", a-t-on dit après l'échec du fils-à-papa. Il s'agite comme la mouche sur la vitre. Il a tout du mouvement brownien.

Dans ces cas-là, on se raccroche aux fondamentaux. D'abord des rideaux de fumée. Voila du Bachelot, avec sa grippe, son vaccin et son Guillain-Barré. Carla, privée de sorties, qui voudrait bien, mais n'est toujours pas enceinte. Dati, qui remonte en cour, et Rama, qui en descend.

Et puis, les incontournables : l'identité nationale. Voila du Besson, le retour aux valeurs du pétainisme, aux mensonges qui nous ont fait tant de mal et à la terre qui, elle, ne ment pas. On ne définit plus l'identité, on met en lumière la différence avec les "autres". On n'intègre plus, on cherche à exclure. (Pour moi, je ne verrais pas d'inconvénient à ce qu'on retire la nationalité française à ceux qui se font domicilier à l'étranger pour raisons fiscales). Bien, Besson! C'est comme ça qu'on prépare les guerres civiles : après tout, les guerres de religion ont commencé quand on a commencé à dire qu'on ne pouvait être français et protestant.

Voila du Hortefeux, à la tête de bon Aryen, cheveux blonds filasse et idées collabo qu'il a dû attraper à Vichy. La Police devient la Milice du pouvoir. Les flics sont arrogants, sûrs d'eux-mêmes et dominateurs. A Paris, on a l'impression d'être sous une occupation.

Voila du MAM, plus efficace que la bécasse d'avant, pour réduire la Justice, et même l'idée qu'on s'en fait, en auxiliaire dévouée de la Police et du Gouvernement. Quelques magistrats profitent, comme des enfants, de leurs derniers moments de liberté pour prendre des décisions qui déplaisent... Ce sera bientôt fini.

Fillon s'épuise à exister, à gérer les décisions prises ailleurs, les autres ministres sont en profil bas : une baffe est si vite arrivée.

Pendant ce temps-là, le peuple est ailleurs. On lui promet une distribution de billets, il fonce au Champ de Mars (au lieu de fric, il trouve du flic). On lui met du foot à la TV (c'est, tout autant que le Tour de France un "événement culturel"). Il va voir "2012", la fin du monde (enfin, pas pour tout le monde) que les Mayas ont prévu. Il regarde son horoscope, et joue au Loto. Le rêve et l'irrationnel remplacent la réalité. Mais à France Télécom, et ailleurs, on se suicide.

Les jeunes sont au chômage, ou s'expatrient. Mais M Laurent Wauquiez fait un plan Sénior, parce qu'il en a marre de ce gâchis (les vieux n'ont pas de boulot non plus) : qu'il en parle donc aux PDG du CAC40 nommés par Sarkozy.

Sarkozy fait retentir l'hymne allemand sur les Champs-Elysées. Ségolène distribue la pilule aux petites pucelles. Besancenot veut prendre l'argent aux riches (et après, il en prendra à qui?).

On célèbre la chute d'un mur en béton, alors qu'on en crée dans nos cœurs, nos familles, nos entreprises, notre société.

Jusqu'à ce qu'on s'aperçoive qu'on en a assez de la choucroute et du couscous. Alors là : boum!

jeudi 12 novembre 2009

Barbarella , Diafoirus et le technocrate, code H1N1

Misère de misère! Ah le beau temps que ce siècle de fer (Voltaire).

Voila, il y a une épidémie/pandémie de grippe ex-porcine, ex-mexicaine, et l'OMS s'est affolé : ses ratés au moment du SIDA lui ont foutu la trouille. Les frères égyptiens en ont profité aussitôt pour éradiquer les cochons des coptes, qui étaient leur seule subsistance.

Le gouvernement français, notamment Mme Bachelot, s'affole aussi : elle se souvient du sang contaminé et de la canicule. Elle veut vacciner toute la population, et achète de quoi faire 2 injections à chaque français, selon les rapports scientifiques disponibles à l'été. Elle n'aurait pas fait ça, on la traitait de tous les noms d'oiseaux, et elle finissait en cour de Justice de la République.

C'était simple. Mais brusquement, tout part en vrille, plonge dans l'irrationnel, le psychédélique, le cauchemar.

D'abord Mme Barbarella Bachelot fait une communication à tort et à travers : c'est grave une épidémie, mais c'est pas grave cette forme de grippe, il n'y a pas de danger, mais l'alerte est maximum. Tous seront touchés, mais peu seront atteints, etc...

Ensuite, Internet nous apprend que c'est Bush et ses complices qui ont fait fuiter le virus au Mexique, pour réduire la population mondiale, tuer Obama qui faisait une visite au Mexique, etc. Que finalement, c'était un complot des multinationales des médicaments pour vendre du Tamiflu et des vaccins. Et que ces Maîtres du Monde en ont profité pour mettre des adjuvants (de l'aluminium, beurk!) et, pourquoi pas, une puce destinée à nous pister toute notre vie.

Le brave citoyen en conclut que "c'est pas clair, tout ça".

C'est alors qu'intervient le technocrate. Vacciner toute la population, facile! le Ministère de la Santé a le plan ZBX083, confidentiel défense, rédigé en 1934, révisé en 1953 et en 1988, en cas de menaces bactériologiques globales : on réquisitionne les gymnases et les salles polyvalentes, les gens se mettent à la queue, le bras droit dégagé, la police assure l'ordre et évite le resquillage. Ordre est donné aux préfets de mettre en oeuvre le plan ZBX083.

Evidemment, ça ne se passe pas comme ça : comme les doses n'arrivent que progressivement, il faut définir les priorités : d'abord les personnels de santé (normal...), puis les femmes enceintes, puis, etc.

Arrive Diafoirus : comment, le gouvernement n'a pas prévu que les médecins de ville puissent vacciner. Scandale! Evidemment, Barbarella voulait éviter de payer 22€ 40 millions de fois, ce qui triplait le coût de l'opération! Diafoirus fait savoir que puisque c'est comme ça, il ne se fera pas vacciner, et recommande à ses clients de ne pas le faire.

Bachelot fait donner les pontes médicales à la TV : "oui, il faut se faire vacciner!" Il parait que le ponte est aussi consultant chez les fabricants... La TV interroge un médecin de banlieue : "Non, il ne faut pas se faire vacciner". Le médecin râle de ne pas avoir ses 22€, et ne veut pas être réquisitionné pour aller vacciner dans les gymnases... On fait des sondages trottoirs "Allez-vous vous faire vacciner?".
10% seulement des personnels de santé s'est fait vacciner, qu'à cela ne tienne, Barbarella ira se faire vacciner devant les caméras "pour donner l'exemple".

Je ne sais pas si vous comprenez la situation : les autorités scientifiques sont contredites par le pékin moyen, et les avis des épidémiologistes va être remplacé par une votation citoyenne. Plus personne ne croit les "savants" (les "sachants", dirait Sarkozy). Le technocrate se fait écharper pour avoir privé les gosses de sport depuis 1 mois, pour rien. On n'a plus confiance dans son médecin traitant.

Irruption de l'irrationnel, ministre dépassée, communication à contre-temps,conflit d'intérêts sous-jacents, diffusion de vraies et fausses nouvelles par Internet, voila un beau gâchis à faire méditer sociologues et politiques pendant des années.

Pour moi, c'est simple : je ne suis pas dans une catégorie prioritaire, c'est-à-dire que je peux crever, tout le monde s'en fout (c'est ce que j'ai compris). Aller faire la queue des heures, dans un gymnase, encadré par des mecs de la Préfecture de Police et leurs matraques et leurs chiens, j'en ai des cauchemars d'avance (j'ai déjà eu le TABDT par des infirmiers militaires, ça m'a suffit...)

Je me venge par avance en toussant très fort dans le métro : j'ai très vite une place assise, seul dans mon carré.

Est-ce que je me ferai vacciner? : j'attends les derniers sondages!

dimanche 8 novembre 2009

Le casseur

On a appris aujourd'hui qu'un monsieur, se disant Président de la République, se vantait d'avoir en 1989, avec 2 futurs premiers ministres de la France, Juppé et Fillon, donné quelques coups de pioche dans le mur de Berlin.

Je suis scandalisé. Si un allemand venait casser la grille du Coq, ou seulement quelques parpaings de banlieues, il finirait au poste. C'était un mur coco? Ah bon, si je comprends bien, on peut avoir des motivations : allez expliquer ça à un CRS.

Bel exemple donné à notre jeunesse : le président cassait! Et s'en réjouit publiquement...

Je pense que je me serais abstenu, si j'avais été là. Ce mur ne m'avait rien fait, à moi, mais il avait beaucoup fait aux allemands : à eux de casser leur mur. Pas une miette ne devait leur échapper. Casser pour eux, c'est comme ouvrir des cadeaux d'anniversaire avant le récipiendaire. Jouer du violoncelle, ça ne manque pas de gueule. Il aurait pu jouer du pipeau, mais casser un bout de béton à la place des gens concernés, ça fait con (J'm'excuse, mais c'est comme ça qu'on dit).

Aujourd'hui, vous ne le saurez jamais en regardant la TV, Paris était en état de siège. Toutes les avenues autour de la place d'Italie étaient bloquées, les convois de CRS guidés par des motards à sifflets à roulette, les pimpoms stridents. Les bus détournés, les bouchons impressionnants aux carrefours bloqués devant ...rien, sinon les flics de la circulation.

Plus d'une centaine de camionnettes (je les ai vues passer), des CRS, des gendarmes en renfort, des casques lourds avec visières, masques anti-gaz, tenues de combat (tenue de "homard"). Est-on en juillet 1830, février 1832, en février ou en juin 1848, ou plus simplement en août 45 ou en mai 68?

Internet me rassure : une manif de familles d'incarcérés manifestant contre les conditions de détention (la France ayant la dernière place en Europe à ce titre), 200 personnes selon la Police, 1000 selon les organisateurs. Le préfet de police a donc fait appel à au moins autant de flics que de manifestants. Il doit avoir eu la colique toute la journée. Même Milosevic aurait eu plus de courage...

Voila pourquoi, on vous bloque toute une ville. Voila à quoi servent vos impôts (je vous rappelle que les CRS sont civils, donc ils sont payés double le WE, et en heures supp au delà de 35 heures, y compris les heures à attendre dans les camionnettes, à jouer aux cartes ou à regarder des films de Q). Les gendarmes, militaires, n'ont pas ce statut, dommage...

J'ai été surpris qu'on ne fasse pas appel aux renforts d'outre-mer... On ne peut être partout...

Alors, le casseur, aux millions d'euros de sondage, il ferait mieux, demain, d'éviter de "tapoter" les fesses d'Angela, à son habitude. Elle pourrait le mettre en taule...

Sainte Madeleine



Conrad Witz (vers 1400-1447)

Sainte-Madeleine et Sainte-Catherine

Bâle, Vers 1440
Huile sur panneau de sapin
161 x 130 cm
Musée de l'Oeuvre Notre-Dame, Strasbourg
Magdalena, Magdeleine, Madeleine, Madelon, Maddalena, Magdalen, Maud, Magda, sont les prénoms issus de Marie de Magdala, la Magdaléenne. Cependant on ne sait toujours pas s'il s'agit de la pécheresse anonyme dont parle Luc (7, 37), de la soeur de Marthe et Lazare, ou d'une autre.

Qu'importe, notre sainte Madeleine est un peu des trois, avec beaucoup de légendes, mais pourquoi pas? Mais c'est elle qui oint de parfums précieux les pieds du Christ et les essuie avec ses cheveux : comme dans le tableau ci-dessus, elle est représentée "myrophore" ("qui porte du parfum", vous avez appris quelque chose, avouez!)

Elle bénéficie de la première apparition du Ressuscité mais ne peut le toucher : "Noli me tangere!" lui dit-il (en latin), ce qui sera le sujet de multiples tableaux.

Voyez, ce que l'on en sait est peu de choses, mais rien qui justifie les délires complotistes des Dan Brown ou les inventions hérétiques de Martin Scorsese. Des légendes vont se répandre, mais elle font partie de l'Histoire, elles.

En Orient, elle se serait retirée à Ephèse avec la Vierge, où elle mourut et ses reliques furent transportées à Constantinople.

Selon les moines bourguignons de Vézelay, Madeleine se serait embarquée avec Marthe et Lazare, en compagnie de l'évêque Maximin et des saintes Maries, dans une barque sans voile ni gouvernail qui aborda près de Marseille. Après avoir converti le prince païen, elle se retira pour faire pénitence à la Sainte-Baume, où elle vécut encore 30 ans. Une source, alimentée par ses larmes est encore vénérée (mais il faut y monter à cette grotte, et c'est haut...). Tous les jours, des anges la ravissaient au Paradis pour lui faire entendre un concert céleste. Elle mourut à Aix-en-Provence.

Cette légende est calquée sur celle de sainte Marie l'Egyptienne (les 4 Maries!), et les moines de Vézelay y tenaient parce qu'ils prétendaient avoir ses reliques. Cette bataille de reliques nous a donné les admirables églises de Vézelay*** et de Saint-Maximin***.

C'est ainsi comme modèle de pénitence que son culte et sa popularité se sont répandus : en Provence et en Bourgogne bien sûr, mais aussi à Vernon et Verneuil en Normandie, à Paris (église Sainte-Madeleine dans l'Ile de la Cité), en Italie et en Angleterre.

Louis XVIII, à la Restauration, rendit au culte l'église de la Madeleine, à Paris, symbole de "la France repentante du martyre de son roi".

Elle est la patronne des parfumeurs (bien que Coco Chanel ne se soit à ma connaissance pas repentie), des gantiers, des coiffeurs (à cause de ses cheveux), des jardiniers (le Christ lui est apparu sous la forme d'un jardinier), des filles repenties (qu'on appelait les Madelonnettes).

Ses attributs sont essentiellement ses longs cheveux dénoués (souvent comme seul vêtement...) et son vase en parfum.

Vénénez sainte Madeleine, mais ne l'imitez pas en tout!

samedi 7 novembre 2009

A propos de murs...

Les 20 ans de l'effondrement, physique et politique, du Mur de Berlin, il n'y a que ça dans toutes les radios et dans tous les journaux.

Je fais partie, je l'avoue, de ceux qui à l'époque n'avaient pas tout compris de l'ampleur de l'événement. Je me souviens surtout que je travaillais trop à l'époque, que je ne rentrais à la maison qu'après les journaux TV, et que je n'avais le temps que de lire les gros titres des journaux quand je passais devant un kiosque.

Le Mur, pour moi, c'est le Waterloo de Fabrice del Dongo... Ce n'est que bien plus tard que j'ai vu les images de Rostropovitch jouant les Suites pour violoncelle de Bach. Sûrement un grand moment.

On nous fait pleurer aussi avec le soi-disant "dernier" mur : celui qui enferme la Corée du Nord.

Alors, assez d'hypocrisie! Pendant que le monde "libre" célèbre la fin de cette tyrannie que fut le communisme, il serait peut-être temps de penser à cet autre mur de la Honte que le monde dit "libre" accepte sans problème.



Ce mur-là, quand le démolira-t-on? Quel Gorbatchev viendra dire que les conneries, ça suffit? Quel Rostro viendra jouer sur ses ruines?

Ich bin ein Palestiner!


vendredi 6 novembre 2009

M Chirac : rendez l'argent et le reste!

C'est un peu difficile de suivre l'actualité judiciaire en ce moment.

Je vous recommande la lecture des "attendus" du procès de l'Angolagate : ils sont bien plus terribles que les résumés qu'en a donné la presse... toujours courageuse, mais pas téméraire.

Le résultat de ce procès, vous le savez, est que M Pasqua a décidé de ch... dans le ventilateur, au risque d'arroser un peu n'importe qui et n'importe quoi. Je me réjouis déjà de ces importantes contributions à l'histoire de la Vème République.

L'audace des juges est sans limite : n'ayant plus rien à perdre face aux réformes qui vont définitivement les soumettre, ils refusent d'entériner les petits arrangements de l'Exécutif.

CYRANO:

Les feuilles! ...Comme elles tombent bien!
Dans ce trajet si court de la branche à la terre,
Comme elles savent mettre une beauté dernière,
Et malgré leur terreur de pourrir sur le sol,
Veulent que cette chute ait la grâce d'un vol!


C'est maintenant le tour de Chirac, avant peut-être une relaxe pour Villepin dans l'affaire Clearstream. Le désordre serait alors à son comble.

Mais Chirac, quand même! C'est de notoriété publique qu'il s'est toujours "goinfré", selon le mot de Mme Bachelot. Il est entré en politique pour lui, et avec son culot reconnu, a toujours utilisé l'Etat et la République pour ses petites affaires.

Son premier poste ministériel a été à l'Agriculture, il y a plus de 40 ans. Il a joué à fond la FNSEA, et lancé la PAC qui a permis d'arroser tous les paysans, d'autant plus qu'ils étaient déjà riches. La paysannerie française, et leur banque, le Crédit Agricole, ont eu leurs 40 "glorieuses", avec les sous de l'Europe dont on oublie qu'ils sont aussi les nôtres. Ensuite il ne lui a fallu qu'entretenir la flamme, en tapant le cul des vaches aux comices et au Salon de l'Agriculture, et en mangeant de la tête de veau en toutes occasions. Les voix de "la terre", celle qui sait mentir, surtout sur les feuilles d'impôt, lui ont été promises pour l'éternité.

C'est ça la méthode Chirac : acheter des voix avec du fric qui ne lui appartient pas, tout en en gardant un peu pour lui : les voix des parisiens, y compris ses faux électeurs, en renvoyant les pauvres en banlieue ; les voix des corréziens par les subventions, et en y délocalisant l'usine à fabriquer les cercueils de la mairie de Paris ; les voix de ses proches en donnant des prébendes (loyer de faveur pour de beaux appartements, voitures avec chauffeurs, tout ça comme s'il en pleuvait) ; les voix de droite en parlant "d'odeur" et les voix de gauche en causant sur la fracture sociale.

Le fric, il en trouvait : celui de l'Etat ou de la mairie de Paris, le notre donc, mais aussi celui des entreprises, d'HLM ou autres (qu'on retrouvait dans nos impôts), mais aussi celui de son ami "Trafiq" Hariri qui continue post mortem à lui offrir un bel appartement, de son ami le roi du Maroc, de ses amis les rois nègres ... J'en oublie?

Et puis les trahisons et autres coups de poignard dans le dos : Chaban en 74, VGE en 81 sont les plus célèbres. la liste serait longue. Et sans compter les ignominies : la grotte d'Ouvéa et l'affaire des otages au Liban, en 88, simples exemples bien connus.

Considéré comme "sympa", Chirac a surtout été maître dans l'art de se faire élire. Oh, pour ça, il a bien joué... mais ensuite, il restera surtout celui qui a beaucoup causé mais peu fait. Jusqu'à avoir l'idée de dissoudre en 97 : à la gauche de gouverner péniblement pendant 5 ans, de façon à arriver usée en 2002, à lui le beau rôle de roi-fainéant . Le pire est que cette stratégie de long terme a fonctionné, et que j'ai mis du temps à comprendre pourquoi il avait fait ça: pour son confort personnel.

Alors, les affaires des frais de bouche, les billets d'avion, les belles vacances à Maurice, le compte japonais, le château de Bity, le Fondation de France, les emplois fictifs, etc, ne sont que l'écume des choses. Avec "son" statut pénal et les prescriptions, et l'aide de magistrats complaisants, il a toujours réussi à sortir son épingle du jeu. Et ça durera bien encore assez longtemps pour ne pas être ennuyé avant son Alzheimer ou son prochain AVC.

Alors, qui nous rendra nos décennies de démocratie volées? Nos milliards dilapidés?

lundi 2 novembre 2009

Identité nationale

Passionnant, ce débat sur l'Identité Nationale!

M Judas Besson a fait un site : http://www.debatidentitenationale.fr/actualites/ que je vous recommande : sa gueule de travers est en première page. (pour dénoncer, c'est sur un autre site, je vous le rappelle)

Vous pouvez y laisser vos contributions, mais je vous préviens : c'est modéré. Je sais, la mienne n'a pas paru : j'ai dû trop lui faire honte.

A côté des contributions en masse de tous les ploucs, il y a celles de ceux qui "pensent" : les huiles, quoi. Du beau monde : de Ségolène à Villepin (en dernière page), en passant par Frédéric Lefèvre.

Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer celle de Christine Boutin :

Christine BOUTIN, Ancien ministre

« L’identité nationale concerne les personnes qui sont en voie d’intégration mais également tous les autres, ceux qui sont Français depuis trois cent ans comme ceux qui le sont depuis cinquante, comme ceux qui veulent devenir Français. [...] On ne va pas changer le drapeau ni la langue. Par contre on peut tout à fait modifier les paroles de la Marseillaise car certaines comme " le sang impur " peuvent être perçues comme choquantes. Même Jaurès s’était pausé la question, tout comme Victor Hugo et Lamartine » (Source : AFP, 28/10/09)

Je suis d'accord avec elle sur les paroles de la Marseillaise, mais si c'est Jaurès qui se PAUSE la question...

Allez, courage, Besson, c'est pour la bonne cause : faut gagner les élections régionales, et c'est pas fait d'avance!

dimanche 1 novembre 2009

Calendrier ecclésiastique : lettre dominicale et épacte

Dans votre vieux missel, vous n'aurez pas de mal à trouver la lettre dominicale et l'épacte de l'année, mais à moins d'avoir fait 5 ans de théologie, vous ne trouverez pas d'explication. Il ne convient pas que ces choses soient dites aux âmes simples.

La lettre dominicale LD permet de raccorder le calendrier annuel aux jours de la semaine. Le 1 janvier porte la lettre A, le 2 janvier la lettre B, etc, et la lettre dominicale est celle qui correspond au premier dimanche rencontré. Pour 2010, ce sera C : l'année commencera donc un vendredi. Et parce que 365= 7*52+1, l'année suivante sera B, et ainsi de suite, en ordre alphabétique inverse. L'année après A est G. On calcule avec L= 1 si LD=A, etc.

Mais lorsqu'il y a une année bissextile, le 29 février redécale d'un jour. Si l'année est A est bissextile, on la notera AG : A pour les 2 premiers mois, G pour le reste de l'année.

Dans le calendrier julien, le cycle est de 28 (=4*7), mais dans le calendrier grégorien, on supprime trois années bissextiles tous les 400 ans, ça complique le calcul, mais le Vatican s'en occupe : notez la LD et ne réfléchissez pas plus.

L'épacte E donne la correspondance entre la lune et le calendrier : l'épacte est l'âge de la lune au 31 décembre précédent! C'est tout bête, mais que ne le dit-on! Si la nouvelle lune est le 1er janvier, l'épacte est de 30. Si l'épacte est E, la nouvelle lune de janvier aura lieu le n janvier, tel que n=31-E. Et ce sera aussi la date de la nouvelle lune de mars, puisqu'il y a 59 jours (2 lunaisons) entre les dates correspondantes de mars et janvier.

Ce n'est pas très exact tout ça, mais ça suffit pour calculer la date de Pâques. Les "lunes ecclésiastiques" ne sont pas les lunes astronomiques! Le Vatican nous ment, mais c'est pour la bonne cause.... Quand je pense que SS Benoit XVI avait fait un discours que j'avais apprécié, pour une fois, sur la réconciliation entre la science et la religion. Mais le pape, c'est comme le métro, des fois j'attends le suivant.

Alors voila la formule secrète : la date de Pâques est donné par la formule p = 45-E+[E+L+1] mod(7), compté à partir du 1 mars. Si p < 32 c'est en mars, sinon en avril, le p-31.

Ceci dit, il y a d'autres règles : remplacez E par E' si :

  • E'=E-30 si E>23
  • E'=-5 si E = 24 et L=4
  • E'=-4 si E=XXV et L=3
E=XXV? Ben oui, il y a encore des secrets que le Vatican garde précieusement...

Alors, heureux?