mercredi 16 janvier 2008

Taser et eau bénite

C'est la version moderne du "sabre et goupillon" qu'on nous prépare.

Côté "sabre", la "milicisation" de la société, avec flicage, videosurveillance, lois uniquement répressives, etc, est bien partie.
On complète le dispositif...

Quand Napoléon a fait le Concordat, il ne visait que la tranquillité publique. Il constatait que la religion catholique était "celle de la majorité des français". Dans les "articles organiques" (décrets d'application du Concordat, que Pie VII n'avait pas vraiment appréciés), il eût soin d'obliger les curés, à chaque messe, à prier pour les consuls (plus tard, pour l'Empereur).

Il suivait les recommandations de Voltaire, qui disait crûment : "Pour moi, ça m'est égal, mais la religion empêche ma femme de me tromper, et mes domestiques de me voler, et ça me va".

Tout ceci a été assimilé par M. Guaino, qui a écrit les belles paroles du Nain National sur l'objectif de "civilisation", et sur la "laïcité active".

A Rome, aux Emirats Arabes Unis, nous avons droit à des discours sur le rôle positif de la religion dans la société. Les calottins et les émirs applaudissent, comment ne seraient-ils pas d'accord? Ce qu'ils ne voient pas, c'est qu'il y a tromperie. Là où ils pensent "développement religieux", il n'y a, pour Sarkozy, qu'un nouvel opium du peuple à distribuer.

Si la peur de l'enfer peut contribuer à renforcer l'ordre, à contenir les revendications, à accepter son destin sans manifester, à se contenter de peu sans jalouser les riches( Dieu leur a donné tant de grâces!), alors vive la religion!

Cette démarche très cléricale, que l'on a connue au XIXème avec les régimes impériaux et monarchistes, est maintenant adaptée pour l'Islam, il faut bien vivre avec son temps. Elle est purement politique.

Nous aurons bientôt des "Te Deum" en remerciement pour la baisse du taux de délinquance ou le résultat des élections, des processions pour le taux de croissance, des messes solennelles au 14 juillet avec les corps constitués. Et il y en aura pour se prêter à ces extravagances : les préfets seront bien obligés, mais les évêques?

Si encore il faisait à la vertu l'hommage de son hypocrisie! Mais on ne peut en même temps changer de femme comme de chemise, exploiter la "Sainte Famille Recomposée", vivre en satrape, faire de la ploutocratie triomphante, et tenir ses discours sur les "valeurs" de "civilisation" pour faire passer une politique de classe.

J'en appelle à Jean XXIII, à Robert Schumann, à Edmond Michelet : eux n'auraient pas permis cette instrumentalisation du sentiment le plus religieux et le plus élevé, au profit de la politique la plus basse. Elle semble convenir à Mesdames Alliot-Marie et Boutin...

4 commentaires:

Albert a dit…

La religion, tout comme le communisme, est un atout pour avancer vers la mondialisation ... alors les grands de ce monde sont pour, bien sûr !!

François a dit…

Albert, je vous vois venir : Franco a eu raison de lutter contre les cocos, donc...
La politique, c'est la politique. Utiliser Dieu (Got mit uns) est une arnaque.
Il faut lutter contre "l'iman de Latran".

leon4 a dit…

Sarko est un abruti; or il parle "d'autres choses" que de politique politicienne, donc cet "autre chose" est absurde?
Je ne sais pas ce qu'est la politique de civilisation; oui la vie perso de Sarko n'est pas une référence.
Mais parler de l'homme dans sa dimension spirituelle, au dela des contingences terrestres, n'est ce pas du devoir aussi de l'homme politique? La france n'a-t-elle besoin de croire à des idées au lieu de ne réver que de son pouvoir d'achat?

François a dit…

Ma position est "pas lui, pas ça".
Nous sommes d'accord sur le "pas lui".
Pas ça : je n'ai pas la position des laïcards, qui sont des intégristes de l'athéisme aussi dangereux que ceux de l'Islam, de la Catholicité ou du protestantisme fondamentaliste.
J'ai été voter pour qu'une personne préside la République, et veille sur ses intérêts à court, moyen et long terme. Pas pour qu'il confisque les pouvoirs énormes qu'on lui confie au titre de sa mission, pas non plus pour qu'il s'occupe de sujets pour lesquels il n'a pas été élu, notamment la spiritualité de ses concitoyens.
Il fait des discours sur l'Islam devant des Sheicks bien provisionnés, pour leur vendre des centrales nucléaires. Devant le Pape, pour rassurer sa bourgeoisie inquiète.
Il instrumentalise la religion à son profit profane.
Honte à lui!