mardi 15 avril 2008

Bonheur simple

Ce matin, c'est confirmé : M Berlusconi, 71 ans, remporte les élections en Italie.

Je m'en réjouis pour de multiples raisons, et je savoure l'instant.

Encore jeune homme, il y a plus de 20 ans, il faisait la conquête de Mitterrand, et lui vendait l'idée de La Cinq, nouvelle chaîne de TV, cul-turelle en diable : d'un seul coup on se rendit compte de la m... que ça pouvait être. Le concept s'est généralisé.

Il fit fortune dans les affaires, fut mis en cause dans l'affaire de la loge P2 : alors, il se lança dans la politique. C'est sa seule différence avec Sarkozy, qui a commencé par faire de la politique, espérant être milliardaire après.

Il s'est fait élire, et a gouverné ses affaires de la place de 1er ministre. Ca aide. Il a survécu à près de 500 perquisitions! Un modèle pour Chirac.

Il dirige tout, la TV, les journaux, les banques, le foot, et n'hésite pas à changer les lois qui le gènent.

Battu, il en profite pour se re-faire : les dents, les cheveux, un lifting, le coeur, etc. Maintenant il est révisé à neuf, et peut durer encore 15 ans : 5 ans de 1er ministre, 10 ans de président de l'Italie.

Voila où je voulais en venir : Sarkozy, à son contact, va pouvoir apprendre! La Droite française n'a rien à envier à la Droite italienne, sinon une certaine retenue dans le culot. Le petit essaie, mais ça rate, car dès que ça râle, il recule. Mais ce n'est pas l'envie qui lui manque.
Ne disait-on pas : Berlusconneries? Berluscozy? En fait c'est Sarconi!

Bientôt, ils vont devenir les meilleurs amis du monde (Gordon Brown n'a qu'à bien se tenir). Il sera invité avec madame sur son yatch en Sardaigne, et il pourra réviser ses leçons.

Un mentor un peu menteur, un Mussolini d'opérette (Silvio chante bien, à l'italienne), un tycoon à cent coudées au dessus des Lagardère, Bouygues et autres Dassault : c'est ce qu'il lui fallait. Pour son bien. Pour le notre?...

1 commentaire:

Simone a dit…

c'est vrai qu'ils se ressemblent ! et mme Berlu ; elle est comment ?