mardi 9 décembre 2008

Grèce à pile ou face

Pile :
Malgré son sang-froid, la Police a eu le plus grand mal à repousser les attaques des anarchistes venus de banlieue pour tout casser dans le centre des villes. Prétextant la mort d'un des leurs -à l'heure où il aurait dû être chez lui et faire ses devoirs- , la horde de casseurs semble prête à tout pour faire échouer les réformes du Gouvernement, élu par la majorité du peuple hellène. Le directeur de la Police, M Xannis Kalakecomunos, nous a affirmé tenir la situation, et que force resterait à la loi. L'armée de son côté, fière de ses nouveaux équipements, pourrait lui porter main forte.

Face :
Après l'assassinat par balle et par un policier d'un jeune étudiant, le peuple s'est révolté contre le gouvernement grec corrompu. A la violence policière répond l'ardeur des manifestants chaque jour plus nombreux. "Sarcopoulos, démission!" hurle la foule déterminée. Il n'y a pas d'issue pour l'instant à cette crise, née de la misère de beaucoup et de l'opulence de quelques uns. Que va faire l'armée? C'est la grande question : après avoir vu ses crédits laminer, elle pourrait être tentée de sacrifier ce gouvernement incapable.

Au choix.

6 commentaires:

Martel du Péloponnèse, soldat de Zeus a dit…

Pile

Slobodan a dit…

Pile aussi.
Il faut valider les nouveaux équipements de l'armée, et ce n'est pas un kommissaire qui me contredirait sur ce point.

Roland a dit…

Face.
Vous n'avez pas de conscience sociale!

leon4 a dit…

Pile ou face? je rappelle que la pièce peut tomber sur la tranche, si on se souvient bien des posts de François.

Simon a dit…

C'est intéressant ce qui se passe en Grèce. Le petit gars qui s'est fait buté n'est même pas un gars des banlieux ni même "une chance pour la Grèce". le bordel qui a suivi a été certainement récupéré par l'extrême gauche mais traduit aussi un gros gros malaise de citoyens qui en ont assez de ce régime pourri. Une préfiguration de ce qui va se passer en France : une révolte de gaulois face à un systeme bling bling dans l'impasse ?

Marcel a dit…

Peu de chance, Simon, que ça arrive en France : il n'y a pas de vraie révolte populaire quand il y a une bavure de la police : juste une petite émeute de banlieue vite réprimée.
On dit que c'est la faute du jeune, (il s'est électrocuté, roulait trop vite, etc), et on ne connait la vérité qu'un an après, quand ça na plus d'importance.