samedi 29 novembre 2008

Moutons

Vous comptez les moutons pour vous endormir? Vous n'êtes plus seuls!

En effet, les directeurs de prison vont en faire autant. La Présidence a en effet annoncé son intention de gracier des prisonniers "méritants". Quelques exemples de mérite nous sont donné : "avoir porté secours à un codétenu, protégé un surveillant agressé, empêché un suicide".

Je trouve ça très bien. Autrefois, la tradition était de faire des grâces collectives, généralement au 14 juillet, pour alléger les prisons pour la période chaude en et prévision des vacances des matons. Ce n'était plus admissible, et cela n'est plus admis. Le changement, je vous dis.

Avec cette mesure, quel formidable outil aux mains tant du président que de la pénitentiaire!

Pour la pénitentiaire, c'est évident : Staline y avait déjà recours, comme c'est très bien expliqué dans "le premier cercle" de Soljénitsyne, (sous forme de réduction de peine -10 ans au lieu de 25, par exemple- plus que de libération immédiate).

Nos matons sauront très bien utiliser le truc : si un monsieur hébergé veut bien donner un bon renseignement, alors, on peut faire un "dossier favorable" pour le directeur. L'espoir fait vivre. La carotte est le complément indispensable au bâton. Bravo!

Les petits malins vont aussi vite comprendre le truc : tambouriner à 3 heures du matin pour appeler : son voisin veut se suicider, la preuve : tous ces draps découpés en lanière! Libérez-moi, ou la prochaine fois, je ne dirai rien!

Mais pour Sarkozy, c'est excellent aussi. Imaginez par exemple que M Tapie, ou un banquier, soit en prison. Difficile de gérer un tel cas. Mais si un rapport arrive ainsi rédigé :

"J'ai l'honneur de porter à votre connaissance les faits suivants : alors qu'il accompagnait un groupe de détenus vers la promenade, le surveillant de 1ère Classe Marcel C. a trébuché dans l'escalier et a pu éviter une chute grave grâce à l'intervention du détenu Bernard T., qui lui tendu un bras secourable, au risque de tomber aussi. En application de la circulaire XX du jj/mm/aaaa, j'ai l'honneur de demander pour ce détenu modèle une grâce présidentielle. Signé : Duchemolle, directeur de la prison". 2 jours après, Sarko signe. Et hop!

On nous dit que ce n'est pas cela qui résoudra le problème de la surpopulation, surtout quand on y mettra aussi tous les gamins de 12 ans. Qu'importe, ce n'est pas le problème, ils sont bien là, et ils n'avaient qu'à ne pas être là. Non, le problème, ce sont quelques cas de copains difficiles à traiter en douce : il est réglé.

Ah les braves gens! Je voudrais bien savoir ce qu'en pense Mme Boutin, qui m'avait assuré en 2007 que son soutien à M Sarkozy n'arrêterait pas son beau combat pour la dignité pénitentiaire...

mercredi 26 novembre 2008

Atos Origin : suite

Pour ceux qui ne lisent pas "le Canard enchaîné", une information vous aura manqué.

M Thierry Breton aurait "exigé", pour prendre la PDGture de ce machin, un salaire de 2,2 millions d'euros (annuel), et 700 000 stock options.

Soit 2 fois plus, environ, que ce qu'il "gagnait" comme PDG de France Télécom, et 20 fois plus que comme ministre des Finances.

Grâce au bouclier fiscal, qu'il a inventé et que Sarkozy a perfectionné, en voila toujours un qui est à l'abri du besoin.

Si un démenti me parvient, je ne manquerais pas de vous en faire part.

Enfin Maxwell vint...


C’est très simple, et ça peut s’exprimer en disant U=0 . A condition de définir U….

Ce qu’on peut mesurer, c’est la force qui s’applique à un objet, une particule.
La force est proportionnelle à la charge q, au champ électrique (dans le sens de ), et au champ électromagnétique , perpendiculairement à lui, et à la vitesse v de la charge. Quant à l’accélération, je vous l’ai mise sous la forme relativiste.

Conséquence : un électron lancé dans un champ électrique partira selon une parabole, et dans un champ électromagnétique, il fera des ronds !

Mais comment calculer ces champs, électriques et électromagnétiques ?

Prenez une surface fermée S. Alors :
- , q représentant les charges qui sont à l’intérieur de cette surface.
- le flux de B à travers cette surface est égale à 0 : il n’y a pas de « masses magnétiques », alors qu’il y a des « charges électriques ».

Prenez une courbe fermée C portant une surface S. Alors :
- la circulation de E le long de C = d/dt(Flux de B a travers C)

-

Voila nos 4 lois de Maxwell…

Voyez, on voit apparaître une constante c qui se révélera être la vitesse de la lumière !
Et vous comprenez aussi que les variations de E fabrique du B, et réciproquement !

Et ce qui est complètement magique, c’est que ces formules, découvertes au XIXème siècle, sont compatibles avec la relativité, à la différence de celles de la mécanique, que Einstein a dû bidouiller.

Mathématiquement, ça s’écrit :




Ca suffit pour aujourd’hui ? Je vous expliquerai un jour comment les résoudre, ce qui n’est pas très facile. Mais c’est avec ça qu’on fabrique le grand collisionneur du CERN…

Je suis sûr que vous êtes sensible à la beauté intrinsèque et à l’élégance de ces lois.

mardi 25 novembre 2008

Femmes, femmes, femmes!

Pour ceux qui ne savent pas ça, je vous signale que le titre est une citation de Beaumarchais, dans le Mariage de Figaro (cf Lagarde et Michard).

En faisant une allusion un peu mysogine dans mon blog d'hier, j'étais sûr d'avoir des réactions. Il faut que je précise ma pensée.

Je n'ai rien contre les femmes, surtout quand elles sont soumises à leur mari, ce qui est loin d'être acquis, et assez rare en pratique. C'est comme ça... On a beau les sermonner, le naturel reprend vite le dessus.

Mais en politique, je refuse absolument les analyses, comme quoi c'est beau que de toutes façons, le secrétaire général du PS soit sûrement une secrétaire générale. Car ce ne sont pas des femmes.

Ce sont des individus, certes de chromosomes XX, qui ont des volontés de pouvoir, culottées comme des vieilles pipes, agressives et butées, qui n'ont rien de féminin au meilleur sens du terme. Il y a des individus de même typologie, qui sont XY, et qui sont tout aussi déplaisants. L'ambition les ronge, ils ou elles sont prêtes à tuer pour battre les autres.

Dans la variante XY, la liste des dictateurs à la père Ubu ne manque pas. M Chirac s'est fait même une spécialité de dézinguer tous ses concurrents potentiels, de Chaban à Villepin, en passant par Giscard, sans crainte de faire élire Mitterrand au passage. Il n'a loupé que Sarkozy, pour notre malheur. Il avait perdu la main, sans doute.

Mais côté XX, ce n'est pas mal non plus : Elisabeth Ière d'Angleterre et Catherine II de Russie n'ont pas été des modèles de féminité, sans remonter à Agrippine. (Mais Cléopâtre, ah Cléopâtre...!)

C'est peut-être à cause d'elles qu'on se méfie tant d'elles en politique : quand elles se mettent à déraper, ça peut être pire qu'un homme... Mais voyez nos femmes politiques : elles ont certes du mal à avancer, mais gare si vous êtes sur leur route!

A quand des femmes normales et des hommes honnêtes en politique?

PS : oui, vous avez vu la photo de ce charmant village? Où est-il? Je vous donne une indication : dans cette région, il y a toujours un bistrot en face de l'église...

lundi 24 novembre 2008

Match Point

Vous avez vu le film de Woody Allen? C'est le hasard qui décide, la balle de tennis flotte au dessus du filet, la bague au dessus de la rambarde, et on ne sait de quel côté ça va tomber..

Quand on étudie le jeu du pile ou face, on calcule la probabilité (si ce n'est pas 0,5 : la pièce est truquée), mais aussi l'écart-type. Jamais on ne parle de la pièce qui tombe sur la tranche.

C'est pourtant ce qu'ont réussi à faire nos "Tatas flingueuses" (merci Léon). A force de tripoter à droite ou à gauche (si je puis dire), 20 voix par ci, 12 par là, nos défenseurs de la laïcité ont réussi ce joli coup : égalité à 42 voix près.

Je ne connais qu'un précédent : le vote de la Floride en 2000, où on a compté les trous pendant 3 semaines, et où finalement la Cour Suprême (à majorité républicaine) a tranché pour Bush -ce dont elle doit se mordre les doigts.

On ne sait comment ça va finir : comme en Tchétchénie, quand Poutine s'en occupe? Comme chez Feydeau, en pantalonnade, quand le mari revient? Suspens... Voila ce que c'est que de laisser les femmes faire de la politique!

M Devedjian en profite pour souligner l'Ordre qui règne dans son parti, bien que M Dupont-Aignan ait créé sa propre formation. De même au FN, où M Carl Lang s'est fait remettre à sa place.

Un seul tire les marrons du feu : le petit Sarkozy, qui peut en prendre à son aise en maître du monde par intérim. A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire, et la chute sera plus dure.

mercredi 19 novembre 2008

Save Private Dati!

J'en ai assez de cette campagne anti-Dati!

Elle se défend en disant qu'elle n'a fait que ce que le peuple français lui avait demandé. Certes, si l'on demande aux gens s'ils préfèrent la sécurité à l'insécurité, le calme ou les violences, la punition des méchants ou des récidivistes qui courent les rues, on est sûr de la réponse.

La vraie question, ce n'est pas "pourquoi", mais "comment". Et c'est là qu'elle a tout faux, comme je l'avais dit il y a un an au moment de sa réforme à la hussarde de la carte judiciaire.

J'avais arrêté de la charogner, parce que ça ne servait à rien, et que quand Jupiter a décidé de rendre fous ceux qu'il veut perdre, on n'y peut rien.

Tout ce qui se passe était prévisible. Les prisons, bondées de voleurs de vélos, sont le théâtre de viols, de suicides, d'assassinats, sans compter les cas psychiatriques qu'elles hébergent sans soigner. L'institution judiciaire est paumée devant les lois successives instaurée après chaque fait divers, et les magistrats, assis, debout ou couchés, ne savent plus comment ils s'appellent.

Pour autant, les vrais crimes, assassinats de jeunes filles par des cinglés récidivistes, grand banditisme, trafic de drogue (sans compter la délinquance financière absoute par avance), n'ont pas cessé. Aux filets à prendre les crevettes, les requins s'échappent. L'ombre, pour la proie, est la cible.

Cela, tout le monde commence -enfin- à le comprendre. Il était temps. Mais je l'avais dit aussi : elle va morfler plus qu'elle ne mérite, parce qu'elle n'est plus "en cour". Et je ne suis pas d'accord avec cet effet bouc émissaire, c'est trop facile. Les vrais responsables sont ceux qui ont nommé cette jeune femme inexpérimentée à un poste dépassant largement ses compétences, et avec une feuille de route irresponsable : j'ai nommé MM Fillon et Sarkozy (surtout celui-ci du reste).

Elle est à l'âge de faire des enfants, qu'on la laisse tricoter en paix. Cet acharnement est mauvais pour sa santé, et celle de son enfant.

Qu'elle démissionne rapidement, et qu'on n'en parle plus! Et qu'on change de politique!

Tu fais quoi, toi, là?..................

Tu votes pour qui demain, hein? Pour le jeune Benoît, dans l'espoir d'échapper aux Furies? Mais ça fait macho.

Pour Ségolène la Télévangéliste, qui t'aime pour 2, pour 3 et même pour 4, et sa cohorte de gendres idéals?
Pour Martine, la Mère Emptoire, l'oeil de la tigresse à qui on pique les petits, défenseure des Éléphants en perdition et gardienne du cimetière??

La Guerre des 2 Roses : rose tendre et rose fuschia. Quand je pense que leurs pères à elles étaient si bien, dignes et justes, et tout et tout! Mais comment ont-ils élevés leurs filles?

Tout ça pour savoir si il faudra, en 2012, s'allier avec le Modem ou pas. La dernière fois que Ségolène a voulu monter son escalier, Bayrou "comme un amoureux en panne" ne lui a pas donné le code. Bien la peine... A part ça, tout le monde est à gauche toute, faut bien ça pour les militants. Un combat de boue pour les départager?

Comment vous ne votez pas? C'était pourtant facile, 20€!

Quand je pense que Sarkozy avait subtilement mis le G20 mondial le même 15 novembre pour occulter le congrès du PS, et bien ça a été raté. Non seulement le G20 a produit à peu près autant de résultats que le congrès du PS, mais on en a pratiquement pas entendu parler. Si ce n'est que le lendemain, les Bourses se sont encore effondrées. C'était plus facile au Conseil Général du 92, c'est moi qui vous le dis!

Bref, ça baigne pour lui. Il fonce, laisse les autres sur place, et considère que c'est une victoire. Ne le détrompez pas, il pourrait lui aussi tomber dans la réalité et se faire du mal.

mardi 18 novembre 2008

Stock-options et parachutes dorés

Je voulais faire l'éloge de ces mécanismes.

Quoi de plus vertueux en effet que de donner une prime sous forme de stock options à des dirigeants d'entreprise, lorsque celles-ci ont fait de bonnes affaires, et que donc le cours de bourse a augmenté? D'autant plus que ce n'est pas l'entreprise qui paie les stock-options, c'est l'actionnaire, par dilution. Mais si lever ses stock options est rentable pour le détenteur, cela veut dire que l'actionnaire s'en est mis plein les poches.

Oui, mais voila, il y a eu un os : l'économie virtuelle a remplacé l'économie réelle. Et donc les cours de bourse n'ont plus reflété la valeur économique de l'entreprise, mais sa valeur instantanée dans le casino des spéculations. Le dirigeant ne dirige plus sa boite, il s'en sert pour spéculer aussi. Il est passé du monde des entrepreneurs à celui des financiers, du côté des salariés à celui des spéculateurs. Il a tout intérêt à faire du "windows dressing", de la comptabilité créative, des délocalisations (il prend le bénef, et les ASSEDIC prennent la perte).

Comment faire que cela redevienne vertueux? Sarkozy a trouvé la mauvaise solution : s'il doit y avoir des stock option, alors tout le personnel doit en bénéficier. Par exemple, une entreprise veut distribuer 20 millions d'€. Répartis sur 10 personnes dirigeantes, c'est valable. Éparpilles sur 100 000 personnes, c'est nul : 200€ par personne en moyenne, une misère, une aumône, qui ne produiront pas les effets attendus. Même Mme Lagarde (qui rit) peut comprendre cela.

Les stock options, c'est très bien pour faire monter la bulle. Quand elle a crevé, autant les supprimer. Mais rassurez-vous, ils trouveront bien autre chose. Et puis, comme on va alléger le droit des affaires....

Le problème des parachutes dorés est un peu semblable : il est bon que les dirigeants ne puissent être soumis au chantage par les actionnaires. S'ils le virent, ils paient, et cher! Ça donne aux PDG une indépendance et une liberté d'esprit qui peut être précieuse. Un peu comme, mutatis mutandis, le statut des fonctionnaires : si un préfet est viré -ce qui est son droit-, il devient hors cadre, et il ne va pas pointer à l'ANPE.( Mais il perd ses primes, et ce n'est pas rien)

Sauf que ces messieurs ont abusé. Un belge qui a passé 5 semaines à la tête d'une banque en perdition a touché 3 M€ de parachutes. Ce n'est plus de l'or, c'est du platine! Alors Sarko veut réglementer ça : un problème, une loi!

Sauf qu'en même temps, il en crée pour ses amis : les ministres virés vont retrouver automatiquement leurs sièges de députés (il n'y a plus d'intérêt à être suppléant : vous voyez Frédéric Lefebvre rendre sa place à Santini! Donc Santini va rester ministre, car tel est son bon plaisir). Et il ne supprime pas son parachute à lui : le Conseil Constitutionnel, qui sert de belles rentes viagères.

Les profiteurs du système ont tué la poule aux oeufs d'or, c'est ça la crise. M Greenspan ne pensait pas qu'ils seraient bêtes à ce point, et donc qu'il n'y aurait pas de crise. M Greenspan s'est trompé, car ceux qui ont tué la poule étaient déjà gavés, et après eux le Déluge.

Le salaire du président devrait être indexé sur le niveau de la dette : plus elle augmente, moins il reçoit. Ça le calmerait.

lundi 17 novembre 2008

Thierry Breton à la tête de Atos Origin

Ça, c'est la nouvelle du jour! Ouf, il aurait pu aller ailleurs.

Les journaux le présentent comme le sauveur de Bull, de Thomson, de France Télécom. Il n'y a qu'à voir l'état de ces fleurons après son passage pour s'en convaincre. Quant à son passage au ministère des Finances, on se rappellera la calamiteuse privatisation (bien nommée en l'occurrence) des autoroutes.

Le problème d'ATOS est que l'ancien PDG, viré hier, n'était pas d'accord avec les proprios, 2 fonds d'investissements, Centaurus et Pardus, et PAI Partners. Alors, ils ont fait appel à Breton (Thierry). Les bonnes gens!

A quel prix? Avec un parachute doré? Avec des stock-options? Sûrement, car il se paie sur la bête, même moribonde, avant de l'abandonner à son sort.

Quant aux salariés, qu'il méprise par avance, je les plains!

samedi 15 novembre 2008

panneau publicitaire



On dit "merci" à qui? mais à M Jouyet! M Jouyet? Qui connait M Jouyet?
Mais enfin, M Jouyet! Il fut au cabinet de Jospin, appela à voter Ségolène, fit partie des "Gracques", rallié à sarko, ministre d'ouverture aux affaires européennes, et bientôt président de l'AMF.
Mais pourquoi M Jouyet? parce qu'il a gagné ses galons de sarkozyste engagé en faisant un rapport sur les biens immatériels de l'Etat : tout ce qui est à tout le monde appartient à l'Etat, qui doit en tirer du fric. C'était déjà fait pour les fréquences, louées au prix de l'or aux opérateurs télécom (mais presque gratuites pour les militaires), mais évidemment, il restait des marges de progrès.
L'Etat répare le Grand Palais pour en faire un très beau lieu d'exposition : illico, le voila transformé en panneau publicitaire pour Air France! Par ici la monnaie! Un des plus beaux sites de Paris, ça aurait été dommage de s'en priver .
On est sur le pont Alexandre III à contempler ce désastre. On se retourne, et voila : la Tour Montparnasse est elle aussi transformée en oriflamme, pour le Vendée Globe! Ben voyons! Le vicomte, ravi des retombées commerciales de son idée à lui de faire du fric, en faisant partir des panneaux publicitaires triangulaires des Sables d'Olonne, n'a pas loupé cette occasion.

Il faut s'y habituer : tout est à louer, tout est à vendre. La Tour Eiffel et le Mont-Blanc, le Mont Saint-Michel, tout y passera. Un jour, ce sera l'air qu'on respire (l'eau qu'on boit, Suez et Véolia ont dejà préempté le business), ou les fesses de Carla!

mercredi 12 novembre 2008

12 novembre 2008

90 ans et un jour après l'Armistice qui mit fin à la première mi-temps des guerres mondiales du XXème siècle, notre président, sa femme et le prince Charles sont allés à Douaumont.

Voila une bonne idée : à Douaumont, on ressent le poids des Morts, leur nombre, et la folie de tout ça. Alors qu'aux Champs-Elysées, ça fait convenu, même si on est toujours content de passer devant le Fouquet's.

Les élus du coin étaient aux anges. Gérard Longuet ravi malgré sa tête de croque-morts, mais surtout Nadine Morano, qu'on aurait pu confondre avec Camilla si elle avait aussi mis un chapeau. Visiblement, ils comptent sur le développement du tourisme pour remédier à la désertification militaire de ce beau pays de Lorraine....

Ça avait de la gueule. Il y en a qui savent encore organiser de belles cérémonies, la RGPP n'est pas encore passée par là. Les lettres lues, d'un Poilu et de Georges Duhamel, étaient bien choisies. De beaux uniformes, des têtes couronnées, la Gouverneure d'Australie, Carla, Camilla, un peu de soleil froid, tout était beau. Et les milliers de croix autour de l'Ossuaire (un glaive planté dans le sol, parait-il), dominant les bois qui ne furent qu'enfer, sont saisissantes.

Et M Guaino avait préparé un beau discours, associant tous les morts dans cette commémoration, y compris les victimes des "erreurs de commandement", rappelant leurs souffrances et leurs sacrifices. Et, même, ce qui a dû lui faire mal au coeur, il a ajouté une phrase sur la construction de l'Europe, pour éviter que ça recommence.

Tout ceci était bien, et il n'y aurait semble-t-il rien à ajouter. Quoique...
- on attendait l'annonce du transfert des cendres du général Pétain à Douaumont. Après tout, c'est lui qui sauva la victoire en arrêtant les "erreurs de commandement", c'est-à-dire en disant que les hommes, ce n'est pas que du consommable. Mutatis mutandis, c'est un message que on peut encore faire passer au moment des restructurations sauvages et de la mondialisation. Bon, ce n'est pas grave, on y reviendra à Douaumont.

- Quand on cite Jaurès dans sa campagne électorale, on aurait pu parler de lui en cet endroit, lui qui voulait de toutes ses forces éviter cette guerre, et qu'on a assassiné. S'il y a eu des "erreurs de commandement", ce n'est pas que Nivelle et compagnie, ce sont aussi les dirigeants de tous les pays qui n'ont pas su empêcher cette guerre, ni la suivante, et pas su sortir des impérialismes, totalitarismes, nationalismes qui ont pourri ce XXème siècle et fait tant de victimes.

Alors, ceux qui font tout pour freiner la construction européenne sont collectivement responsables du même péché. La crise financière -elles sont toujours potentiellement dangereuses, parce qu'il y a toujours des gens pour dire qu'une bonne guerre nous en fera sortir- montre bien que nous sommes faibles sur ce point : pas de direction économique de l'euro, pas de vision politique partagée, désaccords politiques pour des raisons électoralistes nationales, valse des présidents de l'UE, etc.

Cette faiblesse, qui va permettre aux US de curiacer l'Europe, vaut bien celle de nos Alliances de juillet 1914.

mardi 11 novembre 2008

11 novembre 1918

Voila le récit, sobre et digne, du 11 novembre 1918, tel que l'a vécu un poilu de 22 ans, blessé aux yeux devant Verdun en 1917 :

Ce matin-là, j’ai quitté d’un bond le fauteuil dans lequel je m’étais installé. Depuis le matin courait le bruit que l’armistice serait signé dans la journée. Or je venais d’entendre les cloches et c’était cela qui me mit d’un saut sur le seuil du 5 de la rue F. de Neufchâteau, au contact de la rue. Il était onze heures, exactement. Toutes les cloches de la capitale battaient et, en prêtant l’oreille, on pouvait surprendre les notes puissantes et graves de la Savoyarde. Mon cœur battait comme devait battre, en ces instants-là, tout le cœur immense et innombrable de la France.
Des camions montés par des Américains quittaient le gymnase Japy en donnant éperdument du klaxon. Des cris et des chants me parvenaient de toutes parts. Des gens dévalaient les escaliers précipitamment, se réunissaient devant les portes et s’en allaient grossir des cortèges qui parcouraient déjà le boulevard Voltaire, en marche vers le centre de la capitale. Le canon, sans doute celui du Mont Valérien, tonnait.
La Madelon répondait à la Marseillaise et la Marseillaise répondait à la Madelon. La Victoire libérait les âmes de l’angoisse et les corps des servitudes quotidiennes. La Victoire devait planer très haut dans le ciel, soulevée par d’immenses ailes d’or.
Et c’était fini, enfin fini, la guerre. On ne pouvait pas encore tout à fait croire la réalité bouleversante. On avait envie de pleurer et de rire à la fois, mais on ne savait pas très bien si l’on souffrait de trop de bonheur ou si l’on frémissait de joie en souffrant. Je ne sais plus de quoi se composait un tel moment, qui ne pouvait se traduire que par un besoin de sortir dehors, de marcher avec n’importe qui, d’aller n’importe où, pourvu qu’il y ait beaucoup de monde et beaucoup de bruit.
Je me suis avancé jusqu’au boulevard Voltaire, où quelqu’un prit le temps de dire qu’une boulangère de la rue de Belfort ne cessait de sangloter à cause d’un mari qu’elle avait perdu depuis peu à la guerre.
Ma vue avait baissé sérieusement depuis quelques semaines et je m’aperçus plus particulièrement, en ce jour inoubliable, qu’elle ne me permettrait plus désormais de me diriger seul dans la rue.
Je rentrai donc non sans peine dans la loge d’où je venais de sortir et cela non sans me heurter à des personnes qui couraient sans prendre garde à ma démarche hésitante.
La Victoire était là tout de même et elle m’exaltait comme une récompense suprême et tellement attendue.
J’avais regagné mon fauteuil et j’écoutais tinter des cloches encore. L’une d’elles, me semblait-il, sonnait comme un glas.


Etienne Dufau

dimanche 9 novembre 2008

Marseillaise à l'usage des footeux

En ces jours de commémoration nationale d'une guerre qui n'a plus de survivant, où on chante la Marseillaise, et en période de matchs de foot amicaux où on la siffle, M Hortefeux, ministre de l'Intégration Nationale et des Expulsions, veut expliquer les paroles de la Marseillaise à l'usage des publics de Stade.
C'est bien naturel, car ses paroles sont très "connotées" levée en masse de 1792, dont plus personne n'a entendu parler, et sa musique est une marche entraînante que les marseillais avaient piqué alors à l'Armée du Rhin pour se donner du courage en marchant vers Paris faire la peau des ci-devants.
Maintenant les marseillais montent au Grand Stade en bus ou en TGV, boivent de la bière et chantent des paillardes.
Il y a donc un décalage culturel que M Boutefeux veut réduire.

1er couplet :
Allons enfants de la Patrie,
Le jour de gloire est arrivé !
--Ca veut dire : les Français, on va gagner, et on va faire la fête. Les Français, ce sont ceux qui sont de la Patrie, ils ont donc des papiers. Ceux qui n'ont pas de papiers ne sont pas de la Patrie, et doivent être explusés (du stade dans un premier temps). Ne pas confondre Patrie et partie de foot. Siffler la Marseillaise veut dire qu'on veut que les autres gagnent, et qu'il n'y aura pas de fête, c'est donc interdit.

Contre nous de la tyrannie,
L'étendard sanglant est levé, (bis)
-- bien comprendre : l'étendard sanglant de la tyrannie est levé contre nous. On le bisse pour justement bien comprendre. Les maillots des français sont en bleu, les autres d'une autre couleur, parfois rouge. Mais avec quelques tatanes aux crampons, ils seront bientôt rouges aussi. C'est pour cela qu'on dit que leur étendard est sanglant. La tyrannie renvoit à celle des sponsors du camp opposé, qui ont mis leurs étendards partout (on dirait maintenant leurs logos, leurs bannières publicitaires, etc)

Entendez-vous dans les campagnes
Mugir ces féroces soldats ?
--dans les campagnes : en effet avant chaque match, il y a des campagnes de publicité faites pour nous démoraliser, lancées justement par les sponsors des visiteurs. On ne se laisse pas prendre à ces intimidations. Vous remarquerez qu'on les traite de soldats, comme si on faisait une petite guerre, alors que ce n'est qu'un match amical, où seul le meilleur gagnera. Et ils mugissent, ce qui veut dire qu'ils émettent le cri du taureau ou des boeufs. Ah les vaches!

Ils viennent jusque dans vos bras
Égorger vos fils, vos compagnes !
--Non seulement, ils viennnent pour marquer des buts, mais en plus ils veulent égorger vos gamins et vos femmes, mais on ne dit pas "femmes", mais "compagnes", parce qu'en République, on a le droit de se pacser, de divorcer ou de concubiner comme on veut. C'est un grand progrès, c'est pourquoi il ne faut pas siffler.

Refrain
Aux armes, citoyens!
--Pour autant, vous n'avez pas le droit de venir avec des carabines, ni même des bouteilles de bière (seulement des canettes). Il s'agit donc de banderoles, de criquets, de sifflets propres à énerver les adversaires pendant leurs attaques. Les citoyens sont tous ceux qui regardent le match, les soldats ceux qui le jouent : ce sont les mots du temps.
Formez vos bataillons
-- Mettez vous bien ensemble, pour faire plus de bruit. Les vrais supporters choisissent bien leur endroit. Faites des holas, et surtout plus de bruit que les autres.
Marchons, marchons !
-- Cest symbolique : il faut rester sur place, comme les réformes de M Fillon.
Qu'un sang impur
Abreuve nos sillons !
-- le sang de nos adversaires est forcément impur, et est destiné à abreuver nos sillons. On se perd en conjectures sur le sens de cette phrase, mais il ne faut pas siffler pour autant.

On ne chante plus hélas ce dernier couplet, dit couplet des enfants, et c'est bien dommage pour instruire nos jeunes cerveaux.

Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n'y seront plus,
--ce n'est qu'à moitié vrai, car seule la moitié des départs en retraite sera remplacée. La variante est donc de pousser dehors tous les gens de plus de 45 ans, ce qui fait de la place pour des jeunes moins bien payés et précaires. C'est une importante avancée pour la productivité, que nous devons soutenir, et le gouvernement s'y engage.

Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus (bis)
-- Oui, de la poussière, il y en a, car on réduit les frais de fonctionnement, donc de nettoyage. Il n'y a là rien que de très normal. La trace de leurs vertus doit se comprendre par les avantages acquis qu'ils nous lèguent, la dette, et les hors bilans qu'il faudra bien que les jeunes paient.

Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil
--à l'époque, on enterrait les gens 2 par 2 pour économiser le sapin

Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre
--fine allusion à Domenech qui promet toujours que la prochaine fois il va gagner. Il est permis de siffler Domenech, qui finira bien par se marier.

Troll

Je ne savais pas ce qu'était un troll, et n'ai donc pas pu éviter une infestation. Allez voir sur le lien du titre pour tout savoir sur cette bestiole.


Pour l'éradiquer, il ne faut pas le nourrir "Don't feed the troll". Il y a un logo pour indiquer ça.
Enfin, il faut couper les commentaires pendant un moment. Ça le calme : il va troller ailleurs.
Un point amusant est la loi de Godwin : « Plus une discussion sur un blog dure longtemps, plus la probabilité d'y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Hitler s'approche de 1». (On peut y associer Haider aussi). Une façon rapide d'y arriver est de faire une remarque sur le conflit israëlo-palestinien.
Sacré Zozo!

jeudi 6 novembre 2008

Quelle Histoire!

Tout ce foin pour l'élection d'Obama!

D'abord, il n'a été élu que par 51% des voix. Et il avait massivement poussé les banlieues à aller voter : c'est dire que les gros Joe SixPacks ont dû se remuer aussi pour avoir 47%...

Mon Mimi, lui, a été élu par 53%, et il a fallu se mobiliser aussi à Neuilly. Face à Ségolène, me direz-vous! Certes, mais Mrs Sarah Palin, ça lui a profité aussi, non? (Sarah, elle va pouvoir rentrer en Alaska, regarder la Russie, et terminer ses études en passant le brevet des écoles).

Bon, il est noir, et son père était kenyan. Et alors? Le père de mon Mimi était bien hongrois. Barack n'a pas été élu parce que noir, mais bien que.... De là à croire que ça va être la fraternitude inter-raciale, c'est comme imaginer (comme Valeurs Actuelles!) que Sarko est devenu gauchiste uniquement parce que les banquiers lui ont fait perdre de l'argent.

Surtout, il a été élu, parce que les américains, à une faible majorité, se sont enfin rendus compte que la doctrine Reagan, améliorée "néocons", avait conduit au désastre. Désastres financier, militaire, diplomatique, et surtout moral. Ce qui est triste, c'est que cette même politique était le fonds de commerce de la "pensée" sarkozienne.

Obama n'a pas tant gagné contre McCain que contre Hillary. Il avait fait le bon diagnostic, alors qu'elle ne voulait que la place. Et il a trouvé les mots pour le dire, gentiment. Hillary contre McCain, il aurait gagné sans doute (Ça lui apprendra à Hillary, à mettre des tailleurs-pantalon avec des tatanes à talon, ce qui lui mettait les fesses en arrière comme à une poule).

Maintenant qu'il est président, il n'a plus qu'à gérer... Quel défi! Son charisme certain n'évitera pas les désillusions. Je ne sais pourquoi, je lui vois un destin tragique. Mais alors, quels rêves il portera, comme JFK, qui doit tout à son assassinat.

Pour Sarkozy, c'est épouvantable! Il s'était reconcilié avec Bush, et ils étaient presque du même niveau intellectuel. Avec Obama, ça va être plus dur de faire croire qu'on est le Président du Monde, et que même les nuages vous obéissent.

Ces américains sont capables de sortir de la crise plus vite que nous, et de recommencer. Ouf!

mercredi 5 novembre 2008

Black is definitively Black

De l’esclavage des Nègres

Si j’avais à soutenir le droit que nous avons eu de rendre les nègres esclaves, voici ce que je dirais :
Les peuples d’Europe ayant exterminé ceux de l’Amérique, ils ont dû mettre en esclavage ceux de l’Afrique, pour s’en servir à défricher tant de terres.
Le sucre serait trop cher, si l’on ne faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves.
Ceux dont il s’agit sont noirs depuis les pieds jusqu’à la tête ; et ils ont le nez si écrasé qu’il est presque impossible de les plaindre.
On ne peut se mettre dans l’idée que Dieu, qui est un être très sage ait mis une âme, surtout une âme bonne, dans un corps tout noir,
Il est si naturel de penser que c’est la couleur qui constitue l’essence de l’humanité, que les peuples d’Asie, qui font des eunuques, privent toujours les noirs du rapport qu’ils ont avec nous d’une façon plus marquée.
On peut juger de la couleur de la peau par celle des cheveux, qui, chez les Égyptiens, les meilleurs philosophes du monde, étaient d’une si grande conséquence, qu’ils faisaient mourir tous les hommes roux qui leur tombaient entre les mains.
Une preuve que les nègres n’ont pas le sens commun, c’est qu’ils font plus de cas d’un collier de verre que de l’or, qui, chez des nations policées, est d’une si grande conséquence.
Il est impossible que nous supposions que ces gens-là soient des hommes ; parce que, si nous les supposions des hommes, on commencerait à croire que nous ne sommes pas nous-mêmes chrétiens.
De petits esprits exagèrent trop l’injustice que l’on fait aux Africains. Car, si elle était telle qu’ils le disent, ne serait-il pas venu dans la tête des princes d’Europe, qui font entre eux tant de conventions inutiles, d’en faire une générale en faveur de la miséricorde et de la pitié ?

Ah ça fait toujours du bien de relire Montesquieu! Ce texte, comme l'avait montré au prof de français un classmate de 1ère, montre bien qu'il était pour l'esclavage...

lundi 3 novembre 2008

Enfin!

On n'en peut plus : on va savoir qui est élu à la Maison Blanche, et quelle motion du PS ne va pas avoir la majorité.

Dans les 2 cas, on aurait joué au casino, on aurait eu à peu près les mêmes résultats. Mais quel bonheur d'avoir appris que Mme Palin existait.

C'est trop dur! toutes les TV sont à New-York, avant d'aller à Reims.

D'abord, M Sarkozy va apprendre qu'il n'est plus Président du Monde. Rendez-vous le 15 novembre avec son G20 à Washing-Town.

Ensuite M Sarkozy va devoir s'occuper lui-même du PS, c'est trop le bin's. Saura-t-il faire?

M Sarkozy a débauché des "gens" de gauche pour leur faire faire sa politique. Il a reçu M de Villiers, peut-être veut-il le débaucher pour faire sa politique de gauche?

Grand bien lui fasse, leur fasse!

PS : il est interdit d'interdire