jeudi 8 janvier 2009

Contre-pouvoirs

Tocqueville a été clair : ce qui fait la force de l'Amérique (entendre : les US), c'est la force des contre-pouvoirs mis en face de chaque pouvoir.

Ce qui permet aux US de faire d'énormes bêtises (guerre du Viet-Nam, bulles financières, etc...), mais après cela, de trouver la force et l'énergie pour en sortir. Une étonnante façon de récupérer.

M Sarkozy a une autre façon de concevoir la démocratie, et je pense l'avoir percé : il agit, méthodiquement, pour détruire tous les contre-pouvoirs.

Cette clé de lecture éclaire le passé et le présent. Elle augure mal de l'avenir.

Les syndicats ont été curiacés. Après avoir dit qu'il négociait tout avec eux, il leur a foutu profond avec la réforme des retraites, le "démontage" des 35 heures, les pseudo -négociations avec le Medef. C'est simple, il lance une négo, et décide avant qu'elle ait remis son rapport.

Ensuite, les journalistes. La réforme de la TV publique, annoncée il y a un an sans étude autre que l'avis de MM Minc et Bouyghes, s'applique sans avoir été votée. Au passage, la réforme constitutionnelle, urgente il y a 6 mois pour renforcer le Parlement, est bafouée avant même sa mise en application.

Les journaux "libres" sont dépendant de leurs actionnaires-marchands d'arme-amis de toujours de Sarko. Les autres dépendront du PDG de France TV, nommé et révoqué par le Président, maître de son budget.

Le Canard vient de publier la lettre de MAM, alors ministre des Armées, expliquant combien il est dangereux, pour les finances publiques, pour le maintien de l'ordre, et pour le respect des principes de droit, de réunir sous une même autorité la Police et la Gendarmerie. Elle avait bien raison, MAM, mais maintenant, elle le fait pour rester ministre.

Maintenant, au tour de la justice. On peut se passer des juges d'instructions : il y a des pays où il n'y en a pas. Cependant, leur suppression supprime les contre-pouvoirs qui y étaient associés, et il faudra 10 ans pour qu'ils se reconstituent. A quand la "libération sous caution", qui permet aux riches, genre Madoff, d'échapper à la prison?

Les "bavures", comme dit le Figaro, sont précises : le petit Grégory, l'affaire d'Outreau. Mais leurs avancées sont : l'affaire Elf, l'Angolagate. Sous couvert de supprimer les bavures, il s'agit de bloquer ce qui reste de l'investigation dans les affaires politico-financières.

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je trouve cela gros comme une maison. Chaque déclaration jette le trouble, paralyse les acteurs, et plus tard, on jette un nouveau pavé pour que la fumée emporte les effets de la déclaration précédente. Les ministres, ballotés comme des bouchons sur la vague, essaient de sauver la face, mais c'est de plus en plus difficile.

M Sarkozy détruit patiemment tous les contre-pouvoirs de son pouvoir. Il pense, au nom de la "réforme", faire oeuvre utile. Il sape en réalité les fondements, déjà fragiles, de notre pauvre démocratie. Il est mortifère.

Aussi j'invite tous mes lecteurs à relayer ce message : reconstruisons tous les contre-pouvoirs qu'il détruit! Manifestons! Portons plainte! Refusons d'acheter les produits vantés par TF1!

Si cela continue, un programme systématique de désobéissance civile sera nécessaire. Préparons nous!

Les députés de droite ont commencé à traîner les pieds, mais l'approche des élections ("l'investiture") va les calmer. Soutenons les "rebelles".

La Gauche, perdue dans ses querelles, devient un "allié objectif". Les dirigeants flirtent -couchent- avec le pouvoir (Kouchner faisant la bise à l'Elysée devant les TV à la ministre d'Israël!), les autres se flinguent entre eux. Il n'y a rien à en attendre.

Le Centre n'existe pas : il a des électeurs, mais pas d'élus, grâce à la loi électorale. A Pau, Sarkozy est allé faire alliance avec la gauche pour mieux faire battre Bayrou.

L'alternative est simple : soit une vichysation du régime -sans l'idéal, mais avec le fric-, soit la révolte.

Attention, attention!

4 commentaires:

O'Sulivan de zenitude a dit…

Ah François ...pourquoi pas le vichysme puis la révolution ? Histoire d'en finir une bonne fois après avoir expérimenté les erreurs et excès du système ?

Ne vous faites aucunes illusions,il n'y a pas de crise et les français s'ils n'ont pas cette capacité de réforme raisonnée à l'anglosaxonne sont capable d'user de dérivatifs tels que la consommation (surtout ouvrir les boutiques le dimanche hein pour faire oublier la situation !) ou le ski (faire de la bonne pub jusqte avant les vacances pour blinder les reservations des stations: faut bien qu'il y en aient qui profitent non?)!
Dormez dormez François et puis il reste les magnifiques plages du Brésil pour se refaire une petite santé si jamais ça tourne mal : Ah mais je crois que les réservations sur les vols sont bouclées ! reste MIAMI, les plages sont belles là aussi et l'immobilier accéssible !
Vous voyez bien qu'il n'y a aucune raison de s'inquiéter ! Laissez la crise aux pauvres et profitez de la vie.

Bolivar a dit…

Quand les psychopathes sont au pouvoir, ça fait mal. Comment les reconnaitre ?
Par leur cri de guerre : " je vais tous les niquer".

Bolivar a dit…

voir Sarko: psychopathe ?
http://stanislaskazal.canalblog.com/archives/2007/04/21/4693836.html

Ehoud a dit…

C'est gentil, Bolivar, mais on le savait avant de voter... Voyez les dates.
Maintenant, sa maladie s'aggrave, elle est sans frein...
Comme il ne maîtrise plus ce qui se passe en france, il a un nouveau jeu : l'international.

Help!