lundi 16 novembre 2009

Choucroute et semoules...

La choucroute au couscous, c'est ce que l'on fait de mieux. On peut y mettre, au choix, du ketchup (rouge sang...), ou du Nutella.

Je m'explique : il y a bien longtemps que nous n'avons pas vu une situation politique aussi foireuse.

Le contexte est morose, avec les suites de la crise, dite "financière" mais qui est surtout morale, et avec les menaces internationales inquiétantes. C'est ce l'on devine, car notre gouvernement, et donc les médias, sont dans le déni. Faute de pouvoir agir, il nie. Mme Lagarde est même experte dans ce domaine.

La campagne des présidentielles 2012 est lancée, au moins à droite. Règlements de compte dans la Chiraquie, préludes aux manœuvres anti-Sarko : finalement, certains à droite se rendent compte qu'ils n'ont sans doute pas choisi "le meilleur d'entre eux". Ils pourront au moins essayer de le faire perdre...

Ce qui peut le faire gagner, ce ne sera pas son bilan, mais la gauche (merci Ségolène). Comme en 2002, une victoire par forfait?

Face à tout ça, notre président pédale allègrement dans la choucroute et la semoule réunies. Il n'a "plus la main", a-t-on dit après l'échec du fils-à-papa. Il s'agite comme la mouche sur la vitre. Il a tout du mouvement brownien.

Dans ces cas-là, on se raccroche aux fondamentaux. D'abord des rideaux de fumée. Voila du Bachelot, avec sa grippe, son vaccin et son Guillain-Barré. Carla, privée de sorties, qui voudrait bien, mais n'est toujours pas enceinte. Dati, qui remonte en cour, et Rama, qui en descend.

Et puis, les incontournables : l'identité nationale. Voila du Besson, le retour aux valeurs du pétainisme, aux mensonges qui nous ont fait tant de mal et à la terre qui, elle, ne ment pas. On ne définit plus l'identité, on met en lumière la différence avec les "autres". On n'intègre plus, on cherche à exclure. (Pour moi, je ne verrais pas d'inconvénient à ce qu'on retire la nationalité française à ceux qui se font domicilier à l'étranger pour raisons fiscales). Bien, Besson! C'est comme ça qu'on prépare les guerres civiles : après tout, les guerres de religion ont commencé quand on a commencé à dire qu'on ne pouvait être français et protestant.

Voila du Hortefeux, à la tête de bon Aryen, cheveux blonds filasse et idées collabo qu'il a dû attraper à Vichy. La Police devient la Milice du pouvoir. Les flics sont arrogants, sûrs d'eux-mêmes et dominateurs. A Paris, on a l'impression d'être sous une occupation.

Voila du MAM, plus efficace que la bécasse d'avant, pour réduire la Justice, et même l'idée qu'on s'en fait, en auxiliaire dévouée de la Police et du Gouvernement. Quelques magistrats profitent, comme des enfants, de leurs derniers moments de liberté pour prendre des décisions qui déplaisent... Ce sera bientôt fini.

Fillon s'épuise à exister, à gérer les décisions prises ailleurs, les autres ministres sont en profil bas : une baffe est si vite arrivée.

Pendant ce temps-là, le peuple est ailleurs. On lui promet une distribution de billets, il fonce au Champ de Mars (au lieu de fric, il trouve du flic). On lui met du foot à la TV (c'est, tout autant que le Tour de France un "événement culturel"). Il va voir "2012", la fin du monde (enfin, pas pour tout le monde) que les Mayas ont prévu. Il regarde son horoscope, et joue au Loto. Le rêve et l'irrationnel remplacent la réalité. Mais à France Télécom, et ailleurs, on se suicide.

Les jeunes sont au chômage, ou s'expatrient. Mais M Laurent Wauquiez fait un plan Sénior, parce qu'il en a marre de ce gâchis (les vieux n'ont pas de boulot non plus) : qu'il en parle donc aux PDG du CAC40 nommés par Sarkozy.

Sarkozy fait retentir l'hymne allemand sur les Champs-Elysées. Ségolène distribue la pilule aux petites pucelles. Besancenot veut prendre l'argent aux riches (et après, il en prendra à qui?).

On célèbre la chute d'un mur en béton, alors qu'on en crée dans nos cœurs, nos familles, nos entreprises, notre société.

Jusqu'à ce qu'on s'aperçoive qu'on en a assez de la choucroute et du couscous. Alors là : boum!

10 commentaires:

léon a dit…

un peu tristoune, ce bloc-notes, non?
Oui on crée des murs dans nos coeurs, dans nos familles mais il est beau de les détruire...c'est pas ça le vrai challenge?
quant à moi, "je me fous de la société et de sa prétendue moralité".
Vive l'anarchisme (de droite)
François, please, ne pédalez pas...dans la choucroute

François a dit…

Il pleut sur la ville, comme il pleut dans mon coeur? Non, je n'ai pas de chat, il ne cherche donc pas une litière sur le carreau.

Mais non, c'est pas triste! J'attends que ça pète, mais comme toujours, on ne sait jamais quand et comment ça arrive.

Et je me réjouis d'avance...

larépubliquenousappele a dit…

Bon alors, voyons ...le fil vert sur le bouton vert...le fil rouge...
Ben je crois que c'est bon pour moi, je suis prêt !

Mathieu a dit…

Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres.Gardez-vous de vous troubler; car il faut que ces choses arrivent, mais ce ne sera pas encore la fin.

Car on verra se soulever peuple contre peuple, et royaume contre royaume; et il y aura des pestes et des famines, et des tremblements de terre en divers lieux.

Et tout cela ne sera que le commencement des douleurs.

Mathieu 24,7, 8.

François a dit…

Matthieu : on dirait Philippulus le Prophète dans l'Etoile mystérieuse.
On vous le dit : ce sera le 21 décembre 2012 (juste après qu'on a payé nos impôts, pas de bol).

sachonsvaincreou sachonsperir a dit…

Ah Mathieu, moi j'ai aussi envie de donner un petit coup de main à la chance !
Je suis assez pour un flash mob devant le Chateau quand le Nn ne s'y attend pas.Cela bloque aussi le ministère de l'Intérieur et le pays est coincé et Nn ne peut plus s'échapper par le tunnel qui relie les deux ! Un peu comme un lundi matin pour nous pauvres cons qui découvrons une grêve du RER au saut du lit,illégale mais tolérée parce que la paix sociale ça n'a pas de prix .

Apocalypsenow a dit…

Mathieu n'a pas dit quand ça allait péter mais ça va péter ; c'est certain !!

Anonyme a dit…

Non , pas d'accord. Le français qui n'obéit aux lois doit être puni et non pas déchu de sa nationalité. En revanche , un étranger qui ne se plie pas à ces mêmes lois "a vocation" ( en langage "impacté") à rentrer chez lui. Vous vous appelez "François" et nul ne peut décreter de vous appeler désormais "Robert" , de la même façon nul ne peut changer votre idendité nationale.

François a dit…

A Anonyme : les tribunaux, quand par hasard et très rarement,ils punissent un fraudeur fiscal, devraient pour le moins lui retirer ses droits civiques.
Ceci dit, je suis persuadé que les manœuvres de Besson ont pour but de progressivement retirer la nationalité française à certains de ceux qui l'ont déjà.
Il y a un procès en-cours : un ancien de la Légion y avait droit autrefois, et on lui a retiré au titre des nouvelles lois(voir chez Mermet). Parce que tous les 10 ans, il faut re-prouver qu'on est français. Vous croyez l'être maintenant, un jour peut-être, vous ne le serez plus (né à l'étranger, en Allemagne par exemple, d'un père né à l'étranger, en Algérie, par exemple).
Voila ce qu'il fait, M Besson.

larépubliquenousappele a dit…

Bientôt le Grand Matin, Mathieu,et je veux pouvoir savourer toute la journée !