dimanche 28 février 2010

28 février

Comment ne pas faire un blog pour un 28 février? Même si demain est un 1er mars!

C'est le jour qui réjouit les salariés et désespère les indépendants : le salarié va toucher ses appointements comme les autres mois, en ayant travaillé moins ; l'indépendant va constater une baisse de son chiffre d'affaire mensuel, sans pouvoir travailler plus pour gagner autant qu'en janvier.

On aurait pu mettre le mois de février à 30 jours et supprimer 1 jour à quelques mois de 31 jours. Mais, comme je vous l'ai déjà expliqué, cela aurait compliqué le calcul de la date de Pâques, calculée dans le calendrier julien, qui lui même tenait compte de particularités païennes. Nous en célébrons les dernières traces!

C'est bien parce que ce mois de février est inégal qu'il a fallu inventer les "données corrigées des variations saisonnières". Le plus simple est de pondérer les données mensuelles par le nombre de jours ouvrables, et de reconstituer un historique qui permet a priori de mieux analyser le présent.

Néanmoins cette correction n'est pas parfaite, car elle ne tient pas compte des jours de congés, des RTT, etc, qui ont leur influence, car nous avons une bête tendance à prendre des RTT quand il fait beau plutôt que quand il pleut. Donc on calcule les coefficients de saisonnalité pour que les données corrigées soient belles à voir, et on s'en sert pour corriger les données suivantes. De là à penser que ces coefficients tiennent compte du calendrier électoral, il y a un pas facile à franchir, ce que je fais sans état d'âme.

L'INSEE (ou ce qui en tient lieu maintenant, depuis qu'il est sous la Tutelle de Bercy) est spécialiste de ce genre de corrections mais, sauf à revenir aux chiffres bruts et à faire soi-même l'analyse, ce procédé est tout-à-fait apte à la constitution de rideaux de fumée dont le Gouvernement raffole.

Aussi, je vous fiche mon billet que les données du chômage en février vont être bonnes : là, on nous mettra en évidence le chiffre brut.

C'est ce que les étudiants de Sciences-Po et des écoles de commerce apprennent à faire en premier : prendre un tableau de chiffres, et les présenter pour démontrer, au choix, que tout s'améliore ou que tout se dégrade. On joue sur les % ou les valeurs brutes, sur l'ordonnée à l'origine, les échelles, les intervalles. Facile. D'autant plus que ça marche!

Il y a des gens qui ont le "sens des chiffres" et ceux qui ne l'ont pas. Mais rien n'empêche le citoyen ordinaire à faire preuve de discernement dans l'analyse des informations qu'il reçoit, et à rester libre, tant qu'il le peut, face aux désinformations qu'il subit en permanence.

7 commentaires:

Slobodan a dit…

Encore un truc où il faut être ingénieur pour comprendre quelque chose...
Je reviendrai demain!

Anonyme a dit…

Slobo : pas besoin d'avoir son certif pour comprendre qu'on nous enfume avec les stat officielles!

prolot a dit…

Enfin avec tout ça cette année c'est l'année des patrons (et des retraités sic)! Aucun jour férié!

François a dit…

A Prolot : il faut savoir cultiver la valeur "travail" (comme dans Travail, Famille, Patrie), et respecter vos anciens (comme pour le Maréchal).

Vous aurez le lundi de Pâques, le jeudi de l'Ascension et peut-être le lundi de Pentecôte... Et le 14 juillet,la Toussaint et le 11 novembre...

Je ne sais pas ce qu'il vous faut de plus. L'Aîd el Kebir et Yom Kippour?

Slobodan a dit…

Pour l'aïd, ça arrive tout doucement, je n'en suis pas fort aise, ne vous déplaise!

François a dit…

Slobo, c'est vous le "Prolot"?

Prospectiviste a dit…

François: les Insee, IFOP SOFRES et autres "agences de notation" nous ont effectivement bien montré depuis longtemps la beauté des chiffres qui contrairement à celle des laids ne se voit pas toujours tout de suite.
Je suis sur que ces instituts devraient se serv avec bonheur des notions pas toujours appréciées à leur juste valeur de la relativité qui devraient nous montrer sous un jour encore meilleur les courbes en usant de l'évolution des referentiels !