jeudi 25 février 2010

Nominations

Ça nomme à tour de bras en ce moment, et on ne parle que de ça, comme si c'était important pour nous. On essaie de décoder la pensée présidentielle, comme s'il en avait d'autres que purement politiciennes.

Migaud à la Cour des Comptes? Un socialiste compétent de moins à l'Assemblée, soumis au devoir de réserve, et dont les rapports seront lus avec autant d'intérêt que les précédents.

Charasse au Conseil Constitutionnel? On le dit bon juriste, n'empêche que c'est un gros dégoûtant à la Reiser, anticalotin comme on n'en fait plus depuis 1905, politicard qui a utilisé ses positions dans l'Etat dans des buts partisans, sans complexe et sans se cacher, et grossier personnage en son privé. Mais, viré par les Socialos, il a voté Sarkozy en 2007. Ça se suffit pas évidemment, je vous en donne la vraie raison : avec un type comme ça, Jean-Louis Debré et les autres membres du Conseil, notamment VGE et Chirac, vont être embêtés en permanence, et devront le supporter... Une douce, vicieuse et délicate vengeance pour ce Conseil qui a un peu trop censuré notre Auguste.

A droite, ça râle : le DRH du parti socialiste en fait trop! Il pourrait penser à ses "amis". Mais les députés UMP ne sont pas ses amis, ce ne sont que des godillots. Ses amis, ce sont Proglio, Richard, etc. A eux les postes "juteux".

Et pour les anciens ministres, leur heure viendra comme pour Albanel à France Télécom : elle a bien le droit de travailler plus pour gagner plus. Quand on a écrit les discours de Chirac, on doit être bon en comm, la preuve : elle a été ministre de la Communication (et soi-disant de la Culture).

Bon appétit, M'sieurs-Dames!

4 commentaires:

Prospectivite a dit…

C'est génial les postes de managers "non executifs" pour recaser les amis.Postes de conseillers, sans risque puisque sans résultats jugeables, bien payés, duplicables à souhait, calqués sur la structure active pour donner l'impression d'en faire pleinement parti, laissant au bénéficiaire l'occasion de "voyages d'études" et surtout de bonnes rémunérations et le temps de faire de la politique, d'écrire des livres ou de se refaire une santée ou de se faire oublier.Tout cela avec chauffeur et voitures de luxe, frais de vie, frais de réception et apparts de fonctions pour assurer le standing et ne pas se perdre dans Paris pour aller chez Fauchon.Idéal je vous dis !
Cela relève d'une vraie "culture d'entreprise" : les heures sup non payées pour les uns et la reflexion payée pour les autres.
La politique française serait bien differente si les politiques savaient qu'ils risquaient de redevenir simples citoyens à terme.
Mais tout celà c'est la faute au quai Voltaire comme dirait Chirac.

Prospectiviste a dit…

Partie ...santé! oups !

Prospectiviste a dit…

Un marseillais aurait dit "peuchère" ....pas moi !

Prospectiviste a dit…

M NN a dans l'idée de se faire réelire en 2012 même au prix d'une cohabitation avec son pote du FMI avec qui il a passé un accord de non agression mutuelle.
Gérer à gauche , c'est se garantir l'avenir plus ou moins proche.Le peuple, cet empècheur de comploter et de diriger en rond, on le circonvient par la manoeuvre au sommet.