dimanche 11 novembre 2007

Madame Dati

Elle est charmante, comme on a pu le voir dans la presse spécialisée dans "l'actualité heureuse". Elle a de la classe.
Elle a obtenu de beaux diplômes, et elle est méritante à double titre : elle n'est pas née, comme on dit, avec une cuillère en argent dans la bouche, et elle est, si jeune, ministre de la Justice et Garde des Sceaux.

Au début, elle a été critiquée, mais cela a été mis sur le compte de jaloux (genre Devedjian), de racistes, de misogynes machos. Etc. Ca me la rendait plutôt sympathique, et je me disais : elle va souffrir, il faut l'aider, la coacher. Elle apprendra vite -elle est intelligente-, tous les espoirs lui et nous sont promis...

Hier, je la voyais sur le chemin de son supplice, la nième visite "terrain" qu'elle fait, avec toute la hiérarchie judiciaire du coin, les préfets, les élus, et bien sûr les flics (qui font gaffe après avoir tabassé une avocate à Colmar). Elle vient annoncer la fermeture de tribunaux divers. Elle s'assure ainsi la couverture la plus complète des journaux et TV de province, qui font l'opinion sur place (ça se sait peu à Paris, où on n'a l'oeil que sur ce que fait TF1). Nos compatriotes locaux ont donc droit en détail à toutes les catastrophes annoncées : fermeture du "café du Tribunal", ruine du cabinet d'avocats du coin, fonctionnaires obligés de déménager de 30 km. Et puis, quel gâchis, ils venaient juste de repeindre le bâtiment ; et puis l'hôpital, qui va partir aussi, etc.

Inutile de dire que son message, à elle, est inaudible. Elle a en fait 2 arguments :
- Sarko me soutient à fond, donc je continue,
- Toutes les réformes de la carte judiciaire ont échoué, mais nous, on en a, donc on ce cédera pas.

"Jupiter rend fou ceux qu'ils veut perdre". Tant d'obstination joint à tant de candeur nous en font baisser les bras. La Méthode, Madame, la Méthode!

Vous avez commencé à vous mettre à dos votre cabinet. On a dit que c'était votre autoritarisme. Peut-être, c'est un péché de jeunesse, ça pouvait passer. Puis vos procureurs, en les "convoquant" : vous avez oublié que, selon la loi, ils sont tenus par leurs écrits, mais que leur parole est libre à l'audience. Puis, tous les magistrats, les syndicats, etc. C'est peut-être une vertu d'avoir tout le monde contre soi, mais il faut être doublement sûr d'avoir raison.

Bref, vous avez grillé en interne tous vos alliés potentiels. Maintenant, vous savez quoi? Ils attendent tous que vous vous plantiez. Ce ne sera pas long, avec l'énergie que vous y mettez.

Je ne comprendrais jamais par quelle aberration vous avez décidé de lancer cette réforme de la carte judiciaire de cette façon (sans doute nécessaire, mais je ne suis pas spécialiste). Il fallait noyer tout ça dans une grande réforme de la Justice, sur les idées de la Commission Outreau, poser les principes (du genre un TI par département), puis laisser faire sur place vos directeurs, chefs de cour, préfets, négocier en douce de petits arrangements locaux ("un hôpital contre le tribunal, et vous arrêtez de critiquer, M le Député?"), prévoir d'avance les mesures d'accompagnement, enfin donner du souffle au lieu de n'avoir que des mauvaises nouvelles à annoncer.

Errare hominum est, perseverare diabolicum. Quel dommage d'avoir ainsi gâché toutes vos chances. Je ne peux rien pour vous.

2 commentaires:

markus Wolf a dit…

on peut effectivement s'interroger sur la capacité de survie de ce gouvernement, voire de celle du règne de Sarko.
a moins qu'il (NSS) ne profite des circonstances pour changer d'équipe,virer "Mam", son rêve, en gardant les Rachida, Lagarde, Pécresse et autres ex "non soumises" qui le sont devenu!

François a dit…

Justement, je réfléchissais à Lagarde et Pécresse pour de prochains coups de gueule.
MAM, j'ai pas envie. Elle plaisait aux mili avec ses tenues masculines, mais c'est pas mon genre.
S'il veut la virer, tant mieux, tant pis.
Maintenant, elle va faire dans le "maître chien"?