mercredi 28 novembre 2007

saint Côme

Associé à son jumeau Damien, il est le patron des médecins et apothicaires, par extension patron des Hôpitaux, et leur fête est fixée au 27 septembre (sauf réforme récente de la Curie).
Kosmas et Damianos en grec, Cosmas et Damianus en latin, Cosimo e Damiano en italien, Cosme y Damian en espagnol, Cosmas and Damian en anglais, Kosmas und Damian en allemand, Cosmus en Damianus en hollandais, Martyri Medici, étaient des médecins d'origine arabe dans une ville de Cilicie au IIIème siècle.

Ils étaient surnommés Anargyres (par opposition aux philargyres), ce qui leur vaut un culte récent de la part des Autorités de la Sécurité Sociale Française.
Dénoncés comme chrétiens, les jumeaux refusent de sacrifier aux idoles. Le proconsul Lysias veut les mettre à mort, mais des anges les sauvent à chaque fois : les nerfs de boeuf les laissent intacts, le feu du bûcher se retourne contre les bourreaux, les pierres reviennent frapper les lapideurs, et les flèches les archers. Ils sont jetés, enchaînés, dans la mer, mais ils reviennent sains et saufs sur le rivage.
Ils sont finalement décapités, en 287, sous Dioclétien.

Ils ont réalisé un célèbre miracle posthume : le sacristain de l'église des Saints-Côme-et-Damien à Rome avait une jambe rongée par la gangrène. Les deux saints coupèrent la jambe saine d'un nègre qui venait d'être enterré et la substituèrent à la jambe pourrie du malade, lequel, après cette greffe, retrouva la santé sans autre ennui que d'avoir une jambe noire et l'autre blanche. Un miracle semblable est attribué à saint Eloi (qui n'était pourtant pas son cousin).

Leur culte, né en Orient et patronné par l'empereur Justinien, passa au VIème siècle en Occident. Ils furent adoptés comme patrons par la famille des Medici de Florence qui avant de faire fortune dans la banque, furent médecins, comme leur nom l'indique (mais les Medici furent sûrement philargyres... ). Le prénom Côme est héréditaire dans cette famille.

En France, une collégiale et une église Saint-Côme furent fondées à Luzarches à la fin du XIIème. Une église Saints-Côme-et-Damien existait à Paris, rue de l'Ecole-de-Médecine. De même à Montpellier, Ambert, Vézelise, Loctudy, Brageac (où sont leurs chefs reliquaires, dans le Cantal). A Issoudun, Côme patronnait l'Hotel-Dieu.

Mais toute l'Europe a voulu leur rendre un culte : Léon, Oviedo, Burgos, Valence, en Espagne ; Brême, Bamberg, Munich, Cologne, Essen, Liesborn, Kaufbeuren en Allemagne ; Cracovie en Pologne...

Comme "saints mires", on les invoque contre la peste, la gourme, la teigne, la gravelle et... l'incontinence nocturne des enfants! Ils sont représentés en robe fourrée, coiffés d'un chaperon ou d'un bonnet cylindrique de docteur. Ils tiennent à la main une trousse de chirurgien, un mortier de pharmacie, une boite d'onguents, ou une lancette.

Ah oui! Anargyre? Côme et Damien, pour gagner leurs clients à la foi chrétienne, exerçaient leur art gratuitement. Anargyre : qui n'accepte pas d'argent. Ces patrons des médecins étaient appelés au Moyen-Age "les deux gratuits secoureurs".

6 commentaires:

manus a dit…

le grand pere sera moins c... ce soir.Merci pour toutes ces precisions.

Anonyme a dit…

Quelle erudition!

François a dit…

Facile, suffit d'avoir la doc...
Si vous voulez d'autres saints, demandez...

leon4 a dit…

sur sainte rachida, vous avez qq chose?

François a dit…

Le prénom Rachida signifie "celle qui est sur le bon chemin, la bien guidée".
Si vous en connaissez, je vous laisse apprécier la pertinence de l'étymologie.
L'expression "à la Sainte-Rachida" est synonyme de notre "saint-Glin-Glin". Mais l'habitude se prend de fêter la Sainte-Rachida le jour de la Saint-Nicolas, soit le 6 décembre.
Ca vous va?

Roger a dit…

Côme et Damien d'accord mais quid de Côme et Stible ou de Côme et Don ?