mardi 18 décembre 2007

Le cimetière marin

L'hypocrisie de Christine Boute-en-Train et le dévergondage opportun de Nicarla Sarbruny
M'énervent.
Il faut tenter de vivre...
Le mieux est de partir, en été, au soleil, avec Paul Valéry. Vous en trouverez le texte complet dans votre bibliothèque ou sur Internet.

Le cimetière marin

Ce toit tranquille, où marchent des colombes,
Entre les pins palpite, entre les tombes;
Midi le juste y compose de feux
La mer, la mer, toujours recommencée
O récompense après une pensée
Qu'un long regard sur le calme des dieux!
...

Zénon! Cruel Zénon! Zénon d'Elée!
M'as-tu percé de cette flèche ailée
Qui vibre, vole, et qui ne vole pas!
Le son m'enfante et la flèche me tue!
Ah! le soleil . . . Quelle ombre de tortue
Pour l'âme, Achille immobile à grands pas!
...


Le vent se lève! . . . il faut tenter de vivre!
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs!
Envolez-vous, pages tout éblouies!
Rompez, vagues! Rompez d'eaux réjouies
Ce toit tranquille où picoraient des focs!


Paul Valery Charmes

Aucun commentaire: