lundi 14 janvier 2008

Save Private Albanel!



Le gouvernement a demandé à un cabinet "privé" d'établir des indicateurs pour "noter les ministres". C'est bête, faux et bizarre.

1 Bête : pourquoi sous-traiter ce qui est de la compétence d'un jeune cadre sorti des écoles? Ou alors, c'est qu'il n'y a personne, parmi les 5 millions de fonctionnaires, et je ne sais combien d'énarques, capable de monter un tableau de bord. Etonnant... Pourtant, on n'aurait pas fait une dépense qu'on aurait pu économiser. Evidemment, s'il avait fallu faire une "Balanced Scorecard", j'aurais compris que ça les dépassait...

2 Faux : Pas un responsable, pas un porte-parole tête-à-claques, pas un journaliste pour expliquer qu'il y a une différence entre "mesurer" et "évaluer". Mesurer est technique, évaluer est de la responsabilité hiérarchique ou politique. Ils ne comprennent rien à rien.

3 Bizarre : Il ne semble pas qu'il soit question de moyens mis en face des objectifs. Pas que de l'argent, bien sûr, il n'y en a pas. Mais il n'y a pas que l'argent dans la vie. Par exemple, Mme Albanel aurait pu conditionner la réussite de ses objectifs à l'absence d'interventions de M Guaino dans ses dossiers.

Je n'ai pas vu non plus, dans les exemples cités, d'objectifs partagés, ni de processus, ni même d'objectifs de fond. Par exemple, qui est responsable du taux de croissance, du taux de "demandeurs d'emploi' (à ne pas confondre avec taux de chômage), du pouvoir d'achat? Ce ne peut être le Président de la république qui est, selon la Constitution, irresponsable.

Bref, ils ont mouliné des promesses de campagne, ont cherché comment les mesurer (soit on prend un indicateur existant, qui est différent de ce que l'on cherche, soit on le crée, et il faut 3 ans pour fiabiliser les données), et ça donne un truc bizarre où on peut être sûr qu'il y en aura forcément des "non-tenus", ce qui permet toutes les décisions ensuite.

Alors, je vous raconte le musée Guimet : Mme Albanel doit augmenter la fréquentation des musées, mais sans trop perdre de recettes. Alors ils ont mis une dizaine de musées gratuits : le Musée de la Marine à Toulon, le Musée de l'Air et de l'Espace au Bourget, le Musée de St-Germain-en-Laye, et, à Paris, le Musée Guimet, le Musée de Cluny et le Musée des Arts-et-Métiers. Très bien.

Justement, dimanche, on allait au Musée Guimet. Gratos! Belle aubaine. Il n'y a plus de ticket à l'entrée : je ne sais comment ils mesurent la fréquentation, à part via la machine Vigipirate à l'entrée. Le personnel n'a pas l'air content : "y'a des gens qu'on voit jamais : ils touchent à tout"!

Pourtant, il est beau ce Musée, tout neuf, et rempli de merveilles. Pourquoi alors? La réponse est dans les salles : il y a des statues de "Bouddha aux mille bras", car le Dieu peut intervenir partout et sur tout. Quel plus bel hommage rendu à notre Président...

Ah oui, Mme Albanel doit aussi augmenter les "recettes accessoires" des Musées, autres que la billetterie. Belle ambition!

Pour sauver Mme Albanel, allez dans les musées gratuits et achetez des cartes postales. Et si vous voulez en plus lui faire plaisir, regardez TF1, C+ ou M6.

2 commentaires:

Albert a dit…

Je pense au British muséum : vous entrez sans payer bien sûr, vous ne faites pas la queue; c'est encore meiux et vous pouvez passer votre journée à contempler des pures merveilles. Ca , c'est de la vraie politique culturelle !! Evidemment, cela a un coût. On pourrait faire des économies sur certaines subventions ou sur certaines avances sur recette...

François a dit…

Plusieurs aspects :
1 Ca ennuie vraiment les gardiens de Musée qu'il y ait du monde : ils ont enfin un peu de travail. Ca c'est bien.
2 Pour beaucoup, ce qui est gratuit ne vaut rien, et je ne suis pas sûr que la gratuité, au delà de l'effet d'aubaine, et de l'innovation, change vraiment "la culture".
3 Mais les musées sont trop chers: 9€ pour le Louvre, 9€ pour visiter le "parc Marie-Antoinette" à Versailles, c'est se ficher du monde.
4 2€, en général, 1€ pour les retraités, militaires, familles nombreuses, ce serait bien.
Quant à faire des économies, ce ne sont pas les idées qui manquent...