jeudi 28 février 2008

La bougie du Sapeur

Vive le sapeur Camember, né un 29 février! et bien d'autres...

En son honneur parait le numéro, à ne pas manquer, de "La bougie du Sapeur", qui parait tous les 29 février. Parfois, il y a un supplément-dimanche, environ tous les 28 ans.

Car l'année tropique vaut 365 j 5 h 48 mn 45,2606s (ne pas confondre avec l'année sidérale de 365,256363051 jours !). Donc l'année légale vaut 365 jours, sauf tous les 4 ans où elle est bissextile, sauf tous les 100 ans où elle ne l'est pas, sauf tous les 400 ans où elle l'est quand même, comme vous l'avez vu en 2000. On fait ça pour éviter qu'un jour Noël ne tombe en plein été...

Un citoyen a une chance sur 1461 de naître un 29 février, comme le Sapeur Camember, sauf si ses parents ont des visées particulières sur ce jour-là, et qu'ils sont bons en arithmétique.... Ce(tte) citoyen(ne) pouvant se sentir frustré(e) qu'on ne lui fête son anniversaire que tous les 4 ans, la République a disposé que leur anniversaire serait célébré le lendemain du 28 février, et non la veille du 1 mars. Important pour les limites d'âge des concours des PTT!

Pour moi, les femmes nées un 29 février auront toujours 20 ans, même si leur état civil leur en donne 12! Par exemple, parmi d'autres, Michèle Morgan, qui a de si beaux yeux!

Pour les hommes, je veux saluer Khaled, l'idole de mes enfants!

Il me faut quand même signaler, en 1960, le tremblement de terre d'Agadir. Que se serait-il passé si l'année n'avait pas été bissextile?

Bon anniversaire aux 0,068% de personnes nées un 29 février!

mercredi 27 février 2008

Puisque c'est comme ça

Je vous sens déçu de ne pas avoir eu de blog ce matin, après le café avec les collègues.

J'ai fait retraite en moi-même. Comme disait De Gaulle dans ses Mémoires : "je consultais mes ministres, j'en débattais en moi-même, et puis le général De Gaulle en décidait".

Etais-je trop anti-Sarko, participant du lynchage médiatique? N'étais-je pas assez romantique? J'ai bien senti que les merveilles de la gravitation, qui pourtant nous conduisent aux mystères de la Création, ne vous enthousiasmaient pas, et qu'il fallait que je les garde pour moi.

Je n'ai pas fait retraite à Malte, seul endroit digne d'une telle introspection, parce que Saint Paul y fit naufrage, et que Nicolas......... mais je m'égare.

J'ai écouté Mme Morano (Nadine). Elle aura bien mérité d'être ministre, avec ce qu'elle a osé dire, pour défendre le voyou. Mais elle aura contribué à ma réflexion en avouant qu'Internet véhiculait de telles horreurs qu'elle demandait à ses enfants de ne plus taper son nom sur Google. C'est effectivement un problème que chaque citoyen sur son blog puisse dire ce qu'il pense de telle ou tel, même si c'est excessif. De même que n'importe qui puisse filmer n'importe qui sur son portable, le mettre sur Dailymotion ou Youtube, et répercuter au monde entier un petit dérapage verbal d'ordre privé, même si c'est authentique.

Si on interdisait aux gens de dire que Mme Morano dit des sottises, je suis sûr que la société fonctionnerait mieux. Si tout ce que dit le président était filtré par sa cellule de comm, tout irait mieux.

Par exemple, on apprend aujourd'hui que le parrainage d'enfants juifs par des écoliers de CM2 est enterré (par une commission). Si son discours au CRIF n'avait pas été filmé, on n'en aurait rien su, et on aurait gagné du temps.

M Copé est-il maintenant mandaté pour enterrer l'idée géniale de supprimer la pub sur les chaînes publiques, moyennant un impôt "infinitésimal"? Je ne sais plus ce qu'il faut comprendre.

Il parait que le dévissage de "sa" popularité vient de ses frasques, réaction de la bourgeoisie de portefeuille, attachée aux apparences plus qu'au fond. Je ne m'inscris pas dans cette ligne de pensée. Je pense sincèrement que ses dérapages privés ne sont que les conséquences d'un réel problème de fond: ayant épuisé toutes ses ressources, les bonnes et les mauvaises, pour se faire élire, il se retrouve seul, démuni, impuissant, devant les réalités du pouvoir.

Je peux comprendre sa détresse et son désarroi, qui s'expriment de tant de façons. Il peut démissionner, et faire soigner son ego et ses névroses. Son énergie pédale maintenant dans le vide, c'est tragique. Je le plains, mais je le rejette. La France n'a pas mérité ça.

Il n'y a lynchage médiatique que parce que le peuple brûle ce qu'il a adoré. Un politique devrait savoir ça, et anticiper. Il avait tellement d'atouts! Quel gâchis!

Et maintenant, il faut reconstruire!

mardi 26 février 2008

Nouveaux programmes de primaire

Nous avons pu nous procurer les premieres circulaires d'application des nouveaux programmes de primaire.

1 Calcul : en novembre le litre de lait coûtait 1 €. Il coûte maintenant 1,40€. Le lait acheté au producteur est passé dans le même temps de 0,20 à 0,24€, et le carton de 0,1 à 0,12€.
Calculez les % d'augmentation du prix des matières premières et du produit fini. Justifiez celle-ci. Que dénonceriez-vous : l'industriel ou le détaillant? La TVA étant de 5,5%, calculez combien vous avez payé d'impot en plus.

2 Morale : L'argent ne fait pas le bonheur, mais ça aide : commentez. Précisez si cela suffit d'avoir des amis qui en ont.
Préférez-vous les violeurs ou les victimes? Précisez votre pensée dans le cas d'un viol de la Constitution.
Que demandez-vous avant de barbotter un beau stylo?
La polygamie : expliquez vos sentiments au regard de la simultanéité ou de la séquentialité des événements.

3 Français : traduire en français correct : Touche moi pas. Et bien on va vous en débarasser de cette racaille! Casse -toi! Descends un peu de là, et viens me l' dire!

4 Géographie : placer sur une carte Malte, Gondrange, Louxor, Le Guilvinec, Petra, Sharm el Sheikh, Wolfeboro. Où aimeriez-vous aller? Pourquoi?

5 Rédaction : écrivez une lettre de félicitations pour des diacres intégristes catholiques. Idem pour des imams intégristes musulmans. Quelle différence faites-vous?

6 Langues étrangères : traduire en français : Noli me tangere! Then get out of here, you total jerk! ¡Pírate, pobre gilipollas! Rajá, pobre pelotudo! Hau ab, du Dummkopf! Get lost, dumb ass! Vai via,vai via, povero coglione !
Commentez les nuances

lundi 25 février 2008

Chez le Vicomte


Loin des miasmes, la Vallée-aux-Loups est une bulle de verdure et de fraicheur préservée au milieu d'une banlieue bétonnée.
C'est un miracle que la conservation de cette maison et de ce parc, sur cette colline de Chatenay-Malabry. On y entend les ronflements des voitures, et les avions nous survolent, mais on s'y croit encore au XIXème.
Le Vicomte de Chateaubriand l'a achetée en 1807, et a dû la vendre en 1818 à son grand désespoir :
"Mon Dieu, que ne puis-je faire dans la vie ce que je voudrais ! Je ne revois pas cette petite vallée que le cœur ne me palpite de joie. Si j'étais seul, je ne la quitterais jamais" .
Il aménagea la maison, en lui collant un péristyle grec ("Je me souvenais avoir été à Athènes") qui n'est pas très réussi, et en incorporant un délicieux escalier de bateau, récupéré après un naufrage. La restauration de la maison est belle, avec de très beaux objets et quelques grosses fautes de goût qui nous rappellent qu'elle a été faite par le Conseil Général (des Hauts-de Seine).
Mais surtout il planta des arbres magnifiques, souvenirs de ses voyages, qu'il ne vit jamais comme nous dans toutes leurs splendeurs, comme le cèdre du Liban, les catalpas, les cyprès chauves, les tilias, les gyngkos.
Le premier rayon de soleil du printemps a fait sortir les crocus et les jonquilles. Le massif, immense, de rhododendrons se prépare à illuminer tout le parc. Nous y reviendrons.
Cher Vicomte! J'ai des doutes sur votre intelligence, sur vos capacités politiques. Votre orgueil vous aura perdu. Mais que vous écrivez bien!
Malgré tout, je comprends votre réaction au moment de l'exécution du duc d' Enghien : une opposition soudaine, brutale, définitive, sans compromis, contre Napoléon naissant dans le crime, malgré une fascination dont vous ne pouviez vous défaire.

dimanche 24 février 2008

Casse toi, pauvre c...

Un anonyme me pose la question de mon "antisarkozysme primaire" : Que vous a-t-il donc fait ?
La réponse est forcément complexe.

Primaire : c'est une de mes qualités. Je bénéficie d'une capacité intuitive à saisir et à comprendre les choses. On me reconnaissait de "l'intelligence stratégique". Ma première impression est souvent la bonne, surtout quand elle est mauvaise, mais Cassandre n'est jamais crue. Ce n'est qu'ensuite que je peux rationnaliser, et au fil du temps, conforter ou infirmer mes intuitions.

Ici, nous sommes dans un cas singulier : mes pires craintes se sont révélées en-dessous de la réalité, et à chaque nouvelle incartade, quotidienne selon sa méthode de la "carte postale", l'indignation l'emporte en premier. Ensuite, je replace cet élément dans son ensemble.

Que m'a-t-il fait ? Et bien, disons-le, pas grand chose pour moi!

Il m'avait promis des réductions d'impot sur les intérêts de mes emprunts immobiliers : je n'y ai pas droit, bien qu'il ait reconnu que ce système était injuste.

Il m'avait promis le bouclier fiscal : je paie des impots, mais mes revenus et surtout ma fortune ne sont pas suffisants pour que j'en bénéficie: il a ciblé son truc pour les Rothschild et les Dassault, les Arnault, les Bolloré et les Bouygues, et on n'est pas inscrit pas dans le même club.

Moins directement, il m'a promis la sécurité. Des jeunes filles se font encore assassiner dans le RER, bien qu'on ait accepté la video surveillance et autres mesures de flicage, une présence policière oppressante. Il a eu tous les pouvoirs et tous les moyens depuis 2002 sur ce sujet.

Il m'a promis l'augmentation du pouvoir d'achat : personnellement, je n'ai vu que le 1,1% des pensions de retraite au 1.1.2008.


Conclusion : ça m'est égal, car je n'élis pas un président de la République pour mon intérêt personnel, mais en visant l'intérêt général. Je dis cela, car c'était un argument de campagne : il fallait voter Sarko parce que c'était mon intérêt de "classe".

Qu'a-t-il fait à mon pays ?

Je lui reconnais un bon point : par le traité de Lisbonne, il a contribué à sortir l'Europe de sa paralysie. En le faisant ratifier par le Parlement, il nous a sorti une épine du pied. Certes, ce n'est pas glorieux, même un peu honteux après le referendum perdu, mais enfin, il n'y a que le résultat qui compte, hein?

Pour le reste, je suis effaré.

Ma conviction est que quelques problèmes fondamentaux doivent être traités, et que c'est pour cela qu'il a été élu.

Le premier est celui de la dette. Ce n'était pas le moment de faire des "cadeaux fiscaux". Le faire vis-à-vis des contribuables les plus aisés n'a même pas l'excuse de relancer la consommation, sauf pour l'industie du Luxe. L'urgence était la maîtrise des dépenses publiques. On n'en a pas pris le chemin, même pas de façon symbolique ou pédagogique. Quant à la méthode, elle est vouée à l'échec, on l'a vu pour la réforme (coûteuse) des régimes spéciaux, ou par l'intention de "ne pas remplacer un fonctionnaire sur 2 partant à la retraite" (ce point méritera un post spécial, pour vous expliquer cela en détail). Quant aux RGPP, n'en parlons pas (pour le moment) : cette pantalonnade fera des dégâts, alors qu'on aurait pu faire intelligent.

Le second est celui de l'unité nationale. Là où il fallait de la solidarité, on a de la division. Là où il fallait la réduction des inégalités, on les accroit. Là où il fallait de l'ouverture, pour ne pas dire du "salut public", on a eu des débauchages individuels de personnalités falottes de la gauche et du centre. L'opposition entre "racailles-glandeurs"/ "braves gens-bons citoyens" ne me va pas. Moi qui suis sans doute un "pauvre c..", ça me va.

Le troisième est la réorganisation des institutions : restauration de l'Etat régalien, rôle du Parlement, mission des collectivités locales (et leur financement).

Il a d'abord installé une pratique a-constitutionnelle, en prenant la place de son premier ministre (sans respecter ne serait-ce que la forme de l'article 20), en faisant de ses conseillers les contrôleurs des ministres, et en humiliant le Conseil Constitutionnel.

Il a lancé la commission Balladur, dont on ne sait ce qu'il en retiendra, mais dans sa pratique il ne fait rien qui aille dans le sens qu'il avait indiqué. S'il ne respecte pas l'ancienne constitution, à quoi bon en faire une nouvelle qu'il ne respectera pas non plus?


Sur des dossiers lourds, où on l'attendait, on ne voit rien. Par exemple, sur la Justice, on a eu la Commission parlementaire dite "Outreau", qui était arrivée à un quasi consensus sur la nécessaire réforme : on n'a que des lois répressives. Sur nos forces de Défense, on va à l'asphyxie par manque de moyens sans choix stratégiques clairs.

En politique étrangère, en dehors de son comportement, il fait preuve d'un amateurisme dangereux, que ne vient cadrer que son alignement atlantique. Les affaires de Lybie (au nez de l'Europe), de Syrie, du Liban me paraissent dangereuses. Je suis inquiet, et parfois honteux.

Depuis bientot un an (20% de son mandat théorique), on devrait voir au moins la direction de l'effort. Je considère qu'il n'a pas les capacités à conduire la "rupture", et que, s'il en a la volonté, il n'en a ni l'art ni la manière, et se contentera de repeindre sur la crasse, dans une suite d'actions velléitaires. Il a eu sa chance, il a laissé passer l'occasion : l'hypothèque est levée.

Mais encore?
Son comportement porte atteinte à l'image de la France. On ne gouverne pas en ayant une idée l'après midi, pour l'annoncer le soir, et faire une commission le lendemain, au nez des ministres ébahis.

On ne lance pas des réformes inattendues, comme celle de l'audiovisuel, sans en avoir parlé à personne avant, et tout cas pas pendant sa campagne, qui accroit les charges, déstabilise la TV publique et profitera trop ouvertement aux chaînes privées.

Qu'on ne me parle pas de religions, ni de valeurs, ni de "politique de civilisation", pour cacher la pauvreté de ses idées et l'échec de sa politique économique, quand on lui demande de faire marcher les affaires. Je ne lui demande pas de faire une politique de gauche, je ne lui reproche pas de faire une politique de droite, je demande qu'il en fasse bien une bonne.

Je lui reproche de me parler d'une vague religion "opium du peuple", et je le soupçonne de soutenir la $ci en**to$+$lo// gie ( j'écris comme ça pour échapper aux moteurs de recherche). Je lui reproche de dénaturer les vraies valeurs : on les proclame, et on les trahit dans son comportement : famille, travail, honnêteté, et autres.

Sa vie privée m'importe peu, et il sera beaucoup pardonné à Carla, parce qu'elle a beaucoup péché, et je ne suis pas jaloux. Mais l'utilisation qu'il en fait quand ça l'arrange a indisposé. Qu'il ne s'en prenne qu'à lui. Ses ennuis récents, à Neuilly, mais pas seulement, n'ont fait que cristalliser l'impression profonde des gens, comme quoi il y a quelque chose, dans sa pratique du pouvoir, dans son comportement au pouvoir, qui ne colle pas.

Il peut encore nuire, prendre des décisions. Il ne peut plus remonter la pente, et même s'il s'achète une conduite, c'est trop tard.

Il doit donc partir : démission ou destitution, au choix. Le plus tôt sera le mieux.

vendredi 22 février 2008

Du fric!

Il n'a pas été précisé qu'il fallait HONNETEMENT travailler plus pour gagner plus.

Je vous indique quelques moyens, plus ou moins légaux, mais sûrement pas moraux, pour gagner de l'argent.

1 Faire un hold-up dans les Musées : comme à Zürich (110 millions d'euros) ou à Tournai (inestimable), il faut y aller avec cagoules, mitrailleuses et battes de base-ball. Comme pour une banque, mais en plus facile : les musées ne sont pas habitués à la violence, les sacristies encore moins. Plus question d'essayer de camoufler une petite cuiller en argent dans sa manche, tout de suite les grands moyens.
Le résultat le plus clair, comme d'habitude, sera que les musées vont être obligés de dépenser des fortunes pour bunkériser leurs trésors, qu'ils n'auront pas d'argent pour cela, et donc qu'ils en vendront une partie, ce que les marchands attendent avec impatience, comme Sarkozy le leur a promis. Et le citoyen honnête, comme le voyageur honnête, sera soumis à des vexations permanentes pour aller voir ce qui lui appartient (théoriquement).

2 Ramasser tout ce qui traîne : par exemple un stylo (à voir ici). Vous pouvez piquer de la papeterie pour économiser vos frais de gestion, des savonnettes dans les hôtels, du PQ chez Decaux, des petites cuillères dans les restaus, des boules Quies dans les avions, etc. C'est pas ça qui manque, et l'exemple vient de haut. Si vous êtes doué, vous pouvez même les vendre sur e-Bay.

3 Dénoncer vos voisins. Non seulement c'est possible, mais ça rapporte. Plusieurs milliers d'euros en banlieue par exemple. Il suffit d'être dans un coin un peu chaud, ou d'avoir été témoin d'une altercation. Moi, ça ne me gène pas de dénoncer quelqu'un au hasard, pour toucher mille euros (au moins, faut pas exagérer non plus), parce que je fais confiance à la Justice de mon pays : si le gars est vraiment innocent (faudra qu'il le pouve, mais bon...), il finira bien par sortir de taule, hein?

4 S'engager dans une secte. Attention, pas du côté des pigeons, mais du côté des faisans. A ce que j'ai compris, ça paie bien, ça participe du renouveau des religions (donc c'est une bonne action). Un moyen simple de joindre l'utile à l'agréable.
La religion sans la Foi et le catholicisme sans le Christianisme sont les fondements de la nouvelle civilisation.

jeudi 21 février 2008

Nominations

On ne porte pas assez d'attentions aux nominations.


Bien plus que les lois et décrets, elles portent la marque de l'exécutif, et "installent" un régime. Cela a été de tout temps, et c'est de bonne guerre. La promotion est la marque de la faveur plus que de la compétence, et les compétences, s'il y en a, sont occultées par la nécessaire reconnaissance.


La plus amusante de la semaine est la nomination de Douste-Blazy à l'ONU : il va porter un beau titre, il sera bien payé et ce ne sera pas imposable, et surtout ce sera très loin. Il semble surtout que ce soit à la demande de Roselyne Bachelot : il aurait menacé de reprendre son cabinet de cardiologie. Le prochain devrait être Breton (Thierry).

Celle de Mme Ockrent, citoyenne belge, doit tout à sa valeur : la Voix de la France sera bien portée jusqu'aux extrémités de la Terre.

Le vidage de Mme Idrac est également logique : elle aura déplu pendant les grèves. Celui de M Bouton reste d'actualité. Quoique, pour 5 milliards, il n'y a pas de quoi fouetter un chat.

Mme Dati va avoir une promotion : elle le mérite bien, ainsi, parait-il, que M de Villiers et Mme Mignon. Mme Boutin risque d'avoir plus de temps pour dire son chapelet. Sic transit...

Si Sarkozy veut que j'arrête de le critiquer, il n'a qu'à me proposer quelque chose.

mercredi 20 février 2008

Eclipse de Lune

Elle est programmée pour cette nuit, du 20 au 21 février 2008, à 4 h 26, heure légale française. Description de l'AFA :

"Le spectacle commence vers 1h35, et à 4 h 01, la Lune sera entièrement assombrie. La phase de totalité commence… Le bord gauche de l’astre des nuits retrouve la lumière à 4 h 51. Le disque sélène sera entièrement sorti de l’ombre à 6 h 10. Et il aura quitté la pénombre à 7 h 17.

Pourtant, elle ne disparaît pas complètement dans l’obscurité. Elle diffuse un sombre éclat rougeoyant, car l’atmosphère terrestre dévie une partie des rayons du Soleil à l’intérieur du cône d’ombre de la Terre. Cet éclairage rasant lui donne une coloration plus ou moins cuivrée ou rouge en fonction de la qualité de l’atmosphère et de la profondeur de la « plongée » de la Lune dans le cône d’ombre. "


Astre des nuits, disque sélène... on aurait pu aussi dire Phoébé, car la poésie est toujours présente quand il s'agit de la Lune. Les allemands la masculinisent ("der Mond"), Carla montre la sienne sur Internet. Au piano, vous pouvez vous jouer la sonate n°14 de Beethoven, ou le délicat "clair de Lune" de Debussy, jusqu'à ce qu'elle revienne.

L'heure de l'éclipse a été choisie par la commission Copé : il y a peu de ressources publicitaires à attendre à cette heure. Et, s'il pleut, comme disait mon adjudant, l'éclipse aura lieu dans le gymnase. La prochaine n'aura lieu qu'en 2015. Il serait question de les caler sur les années olympiques pour faciliter l'organisation.

Les éclipses de soleil, très différentes, ne sont visibles que sur une partie très limitée du globe. L'éclipse de Lune est visible dans tout l'hémisphère plongé dans la nuit : c'est le cas de l'Europe occidentale et l'Amérique. Les partisans des Forces du Mal en seront donc privés : il semblerait que cette décision vienne du Pentagone.

L'éclipse du Président, qui a commencé un peu avant Noël, devrait durer plus longtemps. Les commentateurs soulignent que personne ne s'est interposé entre lui et la lumière pour que son image se soit autant affaiblie. Il semblerait que ce soit justement son exposition prolongée qui ait créé ce phénomène étonnant. Elle semble durable, jusqu'à l'extinction totale. Autre curiosité : des astres mineurs, à l'éclat terne et froid, comme la Comète Fillon, ont pris +8 points pendant le même temps. Les scientifiques recherchent encore les causes de cette aberration.

mardi 19 février 2008

Réglementations

Le Pape vient de faire une nouvelle circulaire pour instruire les dossiers de canonisation et de béatification : La Croix du 19 février 2008. Plus de rigueur pour les saints, titre le journal! La porte étroite!

Je crains le pire : après l'apocatastase, va-t-on avoir un paradis vide? Un renouveau janséniste?
En fait, il y aurait plutôt du trop plein : 61% de tous les saints de l'Eglise, de tous les temps, ont été nommés par Jean-Paul II!

Alors que dit le Pape? d'abord, il décentralise : aux évêques de monter le dossier, en sauvegardant "le sérieux de l'enquête". Bigre... La "réputation de sainteté" doit être avérée, avant d'ouvrir la cause : les fidèles doivent déjà avoir reconnu l'exemplarité de la vie du Serviteur de Dieu. "La décision de sainteté ne vient pas d'en haut, mais d'en bas, du peuple de Dieu".

Alors là, il me scie ce pape : bravo! Plus question pour les communautés de demander la béatification de leur fondateur sur le seul fait qu'il avait de l'initiative!

Certes, il ne comprend rien au marketing, au contraire de certaines de ses brebis, mais après tout ce n'est pas le boulot d'un pape. Il décentralise, même si la décision finale lui revient. Il parle de "présumés-miracles", et s'interroge "sur les procédures d'examen qui ont fait apparaître des éléments problématiques au cours de vingt dernières années"!

Ouh la la! Bon, il ne va pas jusqu'à dire qu'il remet en question des décisions antérieures. Il faut dire que certaines ont été contestées (pas les martyrs de Corée, de Chine ou d'ailleurs, du reste). Je suis un peu content d'apprendre que peut-être elles étaient contestables. Je ne cite aucun nom pour ne froisser personne, mais j'ai mon idée...

C'est plus ennuyeux pour Sarkozy : l'héroïcité des vertus de Rachida, du "gros" Bertrand, et même d'Arlette Chabot, niant la dégringolade contre toute vraissemblance mais allant vaillament au front médiatique, va difficilement être reconnue.

Et l'Evangélisateur des Hautes-Seines, le Pacificateur des Banlieues, le petit Frère des Riches, l'Ami des Grands, le Saint Chanoine de Latran, le Protecteur des Enfants Juifs Morts pendant la Shoah, le Martyr des Réformes, le Restaurateur de la Vraie Religion, le Père de Famille et l'Epoux Exemplaire, va-t-il être privé de la juste reconnaissance de ses mérites?

Heil Benediktus!

lundi 18 février 2008

Grèves

La semaine dernière, 50% des vols ont été supprimés à Paris parce que les aiguilleurs du ciel et leur CGT étaient en grève. On nous a dit pourquoi : ils ne voulaient pas aller de Orly à Roissy pour y travailler, le temps qu'on construise un bâtiment près d'Orly, où ils iront tous plus tard. Bizarre.

Jeudi, un accord est parait-il trouvé : les vols reprennent vendredi. Cette grève a coûté très cher à l'économie du pays, qui n'a pas besoin de ça.

Mais on ne m'a pas dit si finalement ils iraient à Roissy. Alors je ne comprends pas . S'il y avait une solution, alors pourquoi ne l'a-t-on pas trouvée avant la grève? S'il n'y en avait pas, pourquoi avoir cédé au bout de 4 jours?

Pourquoi le ministre des Transports n'a pas tempêté? Il trouve ça normal? C'est quoi, ce foutoir?
Parce que l'avion du ministre part de Villacoublay, et celui du président du Bourget? Parce que les journalistes doivent ne parler que de ce qu'on leur dit de dire? C'est Fillon qui décide si une grève est une intolérable atteinte aux droits des usagers, ou si on la passe par pertes et profits dans le tumulte médiatique qu'on crée par ailleurs?

Idem pour les internes : liberté d'installation ou pas? Idem les régimes spéciaux : comme il n'y a pas eu de nouvelles grèves, qu'est-ce qui a été négocié en douce entre la CGT et la SNCF? Idem les buralistes. Idem Gondrange. Idem Toul : on séquestre 2 cadres pendant 3 jours (ce qui est un crime), et le Parquet ne poursuit pas?

Les caisses sont vides, mais on achèterait la paix sociale en douce? Avant les Municipales? Parce que les français sont des veaux?
Pas de ça, Lisette!

dimanche 17 février 2008

Orange



Orange, c'est une belle couleur : 2/3 de rouge, 1/3 de vert, pas de bleu.
C'est considéré comme une couleur chaude, symbole de liberté et de purification.
Du coup, il y a eu la "révolution orange" en Ukraine. C'est aussi la couleur du Modem, bien qu'il y ait peu de Rouges ni de Verts (Corinne Lepage?) dans ses troupes. Du reste un Modem, c'est quelqu'un de droite qui n'est pas encore allé à la soupe, donc qui vote à gauche au 2ème tour.
Un traître est un ex-Modem rallié avant le 1er tour contre un maroquin. On ne connait pas encore de Modem ex-rallié déçu : ça arrivera bien un jour.
Tellement de promesses ont été faites aux ex-Modem que logiquement, il ne devrait plus y avoir d'UMP dans le prochain gouvernement. M Devedjian va encore être de mauvais humeur.
Tout ça pour vous dire que, malgré sa bonne réputation, la couleur Orange dissimule des aspects maléfiques. Du reste, sur la route : elle signifie "Danger", ou bouchon : Bison futé est Orange.
La météo lance des "alertes Orange", signe de catastophes annoncées.
Elle est la couleur des Protestants en Irlande, qui ne sont pas bienvenus.
"Orange mécanique" figure la violence.
Et je ne vous parle pas des symboles commerciaux : quand la TV est Orange, elle ne marche plus, surtout quand elle change de logiciels. Quand c'est "Open", c'est fermé.
Il n'y a pas de bleu dans l'Orange, et quand l'Orange repeint le bleu, ce n'est plus du bleu.

samedi 16 février 2008

Et Dieu dans tout ça?

Et bien, je pense qu'il faut le licencier, pour insuffisance de résultats et réorganisation.

Qu'a-t-il fait cette semaine? A mon avis, pas grand chose, à lire les journaux.
D'autres, pendant ce temps là, ont eu le temps de parler de régler les problèmes de Neuilly, de parler de l'Europe, d'aller en Guyane, d' y parler d'or, de nous envoyer en Mission sur Mars (Ah s'envoyer en l'air!), de parler aux Juifs de France et de cultiver leurs névroses, de lancer un pavé dans la mare histoire de troubler l'eau et de détourner l'attention, d'aller dans une classe perturber son bon déroulement pour leur faire chanter La Marseillaise, hymne des Bleus comme chacun sait, etc! Ouf!

Bayrou lui conseillait l'autre jour une diète médiatique: au contraire il va parler plus. Avant, il parlait du long manteau de cathédrales et de Péguy, puis de Jaurès et de Blum. Il élargit maintenant son propos à l'Univers entier, seul capable de recevoir son Génie.

Et Dieu? Assis dans son fauteuil regardant tout ça, et n'en croyant pas ses yeux?
Et Yahwé? Et Mahomet? Et Bouddah? Et Tom Cruise? Oh, pardon, Tom Cruise est en train de calculer les dividendes de ce que ça va lui rapporter.

Dieu a fini son Oeuvre : il a produit Sarkozy : qu'Il retourne maintenant à ses méditations. Pour le reste Sarkozy s'en occupe. De plus, le jeune Louis S. va adopter Jésus, un Juif mort il y a 2000 ans. Ce sera son frère. Déjà, Jean S. a adopté Judas, un autre Juif de la même époque.

Simone Veil est furieuse et scandalisée : qu'elle ne s'en prenne qu'à elle d'avoir rejoint et soutenu notre nouveau Mais-Si. Tout le monde est scandalisé, mais ça remplit les pages de journaux, et on ne parle pas d'autres choses : bravo Guaino! Continue comme ça.

La Religion est bonne pour le peuple, autant que l'Education, pour inspirer la Morale : qu'elles se complètent pour transformer l'Homme en zombie discipliné, métro-boulot-dodo, votant bien et ne râlant pas. Ce n'est qu'ensuite qu'on pourra faire des belles réformes!

Tous les matins, on se lève dans l'angoisse de découvrir ce qu'il aura encore inventé la veille au soir. La déification de la Vierge Marie? La charia à la place du Code pénal? Un nouveau serment pour les fonctionnaires et retraités? Le retour du Pape, non pas à Avignon, mais à Neuilly? La transformation du Sacré-Coeur en temple bouddhiste? La soutane pour les ministres?

Dieu, ne te laisse pas faire! Tu n'es pas ce qu'il veut nous faire croire!

Dieu, au secours! Libére-nous de ce psycho-drame qui fait qu'on ne parle que de lui, de ses pompes et de ses oeuvres. Libére-nous de cette force du mal! Dessille les yeux de Rachida! Eclaire tes évêques!

Pitié pour nous!

vendredi 15 février 2008

Hier, la Saint-Valentin

Encore une date chère à mon coeur, mais pas pour les raisons que vous imaginez.

Depuis que le maréchal Pétain a lancé l'idée de la fête des Mères, le ver était dans le fruit, le marketing s'en est emparé, et l'on a maintenant des fêtes pour tout et n'importe qui.

On n'a plus la fête des moissons, mais même les chômeurs profitent de la fête du Travail.

Seule contrainte : un étalement astucieux toute l'année, géré par le syndicat des fleuristes : pères (enfin...), grands-parents, secrétaires, etc, et maintenant donc, les amoureux...

C'était risqué, car il devait y avoir, c'est normal, encore de la pipolisation sur nos Amoureux Nationaux, just married. Mais Guaino a trouvé la parade : la veille, il nous lance sur la Shoah, demande à nos enfants d'adopter un petit Juif mort. On n'allait évidemment parler que de ça.

Et bien, c'est raté : ça a été sa fête hier soir chez Arlette Chabot! Elle n'a même pas essayé de faire croire qu'elle était l'arbitre du débat, elle en a fait des tonnes pour destabiliser Bayrou, Moscovici et Valls, et soutenir Rachida et le "gros" Bertrand. A ce point là, elle mérite d'être promue.

Mais le jeune Manuel Valls, remonté comme une pendule, a quand même réussi une assez belle tirade qui les a laissés sans voix! J'espère revoir ça sur YouTube...

"- mais, Bolloré..."
La Chabot lui coupe la parole net, la refile à Rachida :
-"Il a bien le droit de prendre des vacances, elles ne coûtent rien au contribuable! Et puis Mitterrand, etc"
Bayrou, par dessus : "Le Président ne doit être l'obligé de personne"

Bref du brouhaha, de la confusion. Les 2 fidèles ont bien donné de leurs personnes, Arlette aussi. Dieu le leur rendra au centuple.

jeudi 14 février 2008

Pi-eux? Pi-teux?

Allons-nous faire de l'allemand? Traduisez!

Wie? O! Dies P
Macht ernstlich so vielen viele Müh!
Lernt immerhin, Jünglinge, leichte Verselein,
Wie so zum Beispiel dies dürfte zu merken sein!
Dir, O Held,o alter Philosoph, du Reisengenie!

De l'espagnol?

Con 1 palo y 5 ladrillos se pueden hacer mil cosas...

De l'anglais?

May I have a large container of coffee.

ou encore

How I want a drink alcoholic of course
After the heavy chapters involving
Quantum Mechanics

Ca y est? Vous avez la traduction?

En français peut-être?

Que j'aime à faire apprendre un nombre utile aux sages
Glorieux Archimède, artiste, ingénieur,
Toi de qui Syracuse aime encore la gloire,
Soit ton nom conservé par de savants grimoires!

La réponse est bien sûr les décimales de
Pi =3, 14159 26535 89793 23846 26433..

Nombre très utile, car:

Si la circonférence est fière
D'être égale à deux pierres
Le cercle est tout heureux
D'être égal à Pierre II!

Le volume de toute Terre
De toute sphère
Qu'elle soit de pierre ou de bois
Est égale à quatre tiers de Pi R trois!

Si vous oubliez la valeur de Pi, vous pouvez la retrouver par quelques simples moyens :

-méthode de Buffon : jetez des aiguilles de longueur a sur un parquet dont les lattes ont une largeur de b, alors la probabilité que les aiguilles coupent le bord d'une latte est (2*a)/(b*Pi). C'est un peu long, mes bizuths s'endormaient avant d'avoir trouvé 2 décimales.

- méthodes des fléchettes :prenez une cible carrée, et tracez le grand cercle inscrit dans ce carré. Lancez des fléchettes, et comptez celles qui tombent dans le cercle, et celles qui sont dans le carré mais pas dans le cercle.

- Prenez 3 points au hasard dans un carré (vous pouvez réutilisez les fléchettes) : la probabilité qu'ils forment un triangle obtus est 97/150 +Pi/40.

SI vous avez des loisirs, je vous recommande le merveilleux livre de Jean-Paul Delahaye : le fascinant nombre PI, ed Belin. Je ne m'en lasse pas.

mercredi 13 février 2008

Perdre son âme : et après?

Je prolonge les réflexions d'hier.

On a vu à quelles extrémités étaient poussés les patrons et leurs entourages pour gagner encore plus d'argent. Non pas tant qu'ils en aient besoin pour vivre, mais parce que c'est la mesure de la réussite : il faut être dans Forbes!

Pour les politiques, c'est un peu différent : toute leur énergie a été focalisée sur le but suprême, pendant des années, des décennies même, au prix d'un réel effort. Et quand ça arrive enfin, il leur prend un sentiment de toute-puissance, une libération totale de toutes les contraintes et barrières -y compris morales-, une imprévisibilité déconcertante...

Le pouvoir rend fou, le pouvoir absolu rend fou absolument! Les opposants voient leurs pires craintes se réaliser, les partisans commencent à paniquer : leurs sorts sont liés, hélas, au sien.

Les exemples ne manquent pas : Caligula nomme Consul un de ses chevaux. Richard II, comme le montre si bien le fin William (Shakespeare), perd toute sa légitimité, et finalement son trône, à force de caprices et d'incohérences. Père Ubu passe tout le monde à la trappe, merdre alors!

Voyez aussi Boris Godounov dans Pouchkine (il meurt de remords), Philippe II dans Don Carlos (il a piqué la fiancée de son fils). Comme il s'agit de personnages puissants, et, par certains côtés fascinants, ils sont les personnages centraux des historiens et des écrivains.

La fin est souvent tragique. Parfois ça se passe bien pour l'heureux élu : il devient dictateur, envoie tout le monde en prison, et meurt dans son lit. Mais quelles souffrances pour le peuple!

Mais souvent, le processus est interrompu : un autre réussit à l'assassiner et à prendre sa place. Ou bien, on arrive à s'en débarrasser à temps. Ou bien, un miracle fait qu'il disparait subitement.

Nous avons tous les symptômes de tels dérèglements. Une sorte de schizophrénie, où le rêve prend la place des réalités, où les faits sont priés de se plier à des injonctions contradictoires. Un mépris puissant contre ceux qui disent que "le Roi est nu", mais aussi, de plus en plus, contre les collaborateurs, les ministres, la presse, et bientôt le monde entier...Est-ce alors de la paranoïa?

La solution a été donnée hier par M de Villepin, un spécialiste : il doit "rentrer en lui-même" pour réfléchir, se transformer, agir enfin dans l'intérêt général. Certes!

Le plus vraissemblable est la fuite en avant : lancer plein de réformes à la fois, les déclarer réussies dès qu'on les a définies, se méfier de tout, virer des gens en forme de boucs émissaires, promouvoir des ânes (il n'y a plus beaucoup de chevaux), poursuivre son rêve dans sa tête et faire partager son délire, profiter de chaque instant (pas de Carpe Diem, mais Bling-Bling). Ensuite, ce sera l'internement, ou le syndrome de l'échec .

Il faut cesser ce processus au plus tôt.

mardi 12 février 2008

Manager sans perdre son âme?

Les Echos en ont fait un gros titre "Peut-on manager sans perdre son âme?". Vous pouvez lire leur article ici, ainsi que l'interview de Louis Schweitzer.

La réponse est "Oui, bien sûr", comme si ça allait de soi. Ce n'est pas si simple : on DOIT manager sans perdre son âme, mais est-ce possible dans notre société?

Evacuez d'abord tout ce qui est "code d'Ethique" et autres engagements du même tonneau : seuls ceux qui n'ont pas de morale ni de valeurs éprouvent le besoin de formaliser (pour les autres) des règles généralement bafouées au premier jour par ceux qui les ont faites. C'est l'hypocrisie reine.

De mon expérience, je vois 2 cas de figures pour lesquelles les "managers" perdent leur âme : la recherche du profit à court terme, et la conquête du pouvoir.

Le profit à court terme : ça a commencé quand des financiers, notamment les Fonds de Pension US et les Hedge Funds, ont demandé aux entreprises de garantir un rendement de l'ordre de 15%, faute de quoi ils abandonneront l'entreprise, qui s'effondrera en Bourse, sera rachetée pour une bouchée de pain, et le management sera viré.
En revanche, si ça marche, la Bourse va s'enflammmer, et grâce aux Stock-Options, le management va gagner beaucoup beaucoup d'argent.

Dans ces conditions, évidemment, on n'est pas regardant sur les conditions qui permettraient de dégager ces taux de rentabilité qui sont bien au delà des capacités économiques.
Comme ça a marché, au moins pendant un moment, et que de plus en plus, il est prouvé qu'on peut gagner beaucoup d'argent sur de la spéculation boursière (voyez les milliardaires à 30 ans de la Silicon Valley au moment de la Bulle Internet), tous les moyens, même légaux, ont été employés pour y arriver.
- Le plus célèbre exemple est Enron : ils trafiquaient carrément la comptabilité. Des millions de retraités US ont perdu leur retraite...
- Le plus facile : la découpe : vous achetez une entreprise, vous virez les gens en les refilant à l'aide sociale du pays concerné, vous vendez le capital (terrains, bâtiments), et vous vous partagez le bénef. En prime, vous vendez les brevets et les machines à des chinois qui produiront la même chose bien moins cher.

Je vois, dans ces méthodes de brutes, le modèle de management actuel : MM Breton, Bouton, pour ne citer qu'eux, rêvent de faire aussi bien. Ils ne demandent pas explicitement de faire des turpitudes, mais ils engueulent ceux qui ne rapportent pas assez, ferment les yeux quand ça marche(et reçoivent des prix du "meilleur manager"), et poussent des cris d'orfraie quand ça se sait. Ce sont des destructeurs d'âme. Je plains la leur.

La recherche du pouvoir : je ne me l'explique pas, mais je constate que la recherche du pouvoir pousse ceux qui en ont l'ambition, à des comportements étonnants, loin de toute morale.

Ca existe dans l'entreprise, mais c'est évidemment en politique qu'on en voit le plus (et c'est médiatisé) : seule la politique permet d'accéder au pouvoir politique suprême, et il n'y a pas besoin de montrer qu'on en est capable, il "suffit" d'être élu. Et quand on est élu, on possède les moyens de se faire élire plus haut, jusqu'au sommet, à condition de tuer les rivaux à chaque étape.
Les coups de pute, les trahisons, le débauchage, le billard à 3 bandes, le taclage, sont les outils ordinaires du politicien ambitieux. L'argent et les honneurs ses moyens.
Tout se paie : gloire au vainqueur, et Vae Victis!

On se demande pourquoi on a les hommes politiques qu'on a : parce que les gens "honnêtes", qui ne veulent pas perdre leur âme, ne s'y lancent pas, ou alors prennent si vite un retour de bâton non prévu qu'ils abandonnent vite.
Les victimes me font pitié. Pauvre M Martinon... Qu'est-il allé faire dans cette galère? Son heure de gloire lui aura coûté cher. Et la liste est longue...

Vous me direz : c'est pas du management! Je réponds : Non, pas du tout.
Ils n'ont pas perdu leur âme : ils l'ont vendu au Diable!

lundi 11 février 2008

11 février

Le 11 février a toujours été une date chère à mon coeur, même si, hélas, on ne la fête plus aujourd'hui en famille.

On célèbre par un jubilé les apparitions de la Vierge de Lourdes à Bernadette, ce qui semble être à la fois un pélerinage d'Eglise et une bonne opération commerciale de la Chambre de Commerce locale, dont l'imagination, en terme de bondieuseries, semble sans limite. Mais, s'ils se lèvent tôt et font des heures supplémentaires, je suppose qu'il n'y a pas à critiquer.

Comme, de plus, ce sont surtout des Espagnols, des Italiens et des Polonais qui viennnent, le commerce extérieur ne peut que s'améliorer. Et il y en a qui sont contre les religions!

Je ne sais pourquoi Lourdes est tant prisé. Car la Vierge est apparue dans bien d'autres endroits, qui ne demandent qu'à devenir des pélerinages internationaux.

Par exemple :
- à 53 220 Pontmain (Mayenne), le 17 janvier 1871, la Vierge apparait à 4 enfants du village.
- à 36 180 Pellevoisin (Indre), en 1876, La Vierge apparait à Estelle Faguette
- à 37 220 L'Ile Bouchard(Indre et Loire), en décembre 1947, elle apparait à 4 enfants. Le pélerinage est autorisé depuis 2001.

Et je ne vous parle pas de la Rue du Bac (1830) ou de La Salette (1846), ni d'autres apparitions non reconnues, beaucoup plus nombreuses, ce qui prouve qu'il faut être très prudent.

Cependant, la Vierge n'apparait pas si souvent que nos politiques sur nos écrans : ils feraient bien de s'en inspirer.

dimanche 10 février 2008

Commissions et Promesses

On se fait élire sur un programme, et puis après on fait des commissions pour savoir ce qu'on va faire.

Deux exemples, sans compter celle d'Attali :
A Je trouve ça sur l'excellent blog "secret défense" de Jean-Dominique Merchet, journaliste à Libération, le 30 1 08 :

Le livre blanc sur la défense et la sécurité nationale risque de décevoir ses lecteurs, lorsqu'il sera rendu public, sans doute vers le mois d'avril. Ce n'est pourtant pas faute de brasser des idées et d'envisager des scénarios. La commission du Livre blanc travaille vraiment d'arrache-pied. Tout doit être remis à plat, tel est le credo de la rupture. Tout ?
1) La dissuasion nucléaire ? On y touchera pas, comme l'a rappelé Nicolas Sarkozy peu après son élection.
2) La professionnalisation des armées ? Même chose. Personne n'imagine revenir au service national.
3) L'armée de projection ? Personne n'imagine non plus que l'armée française va cesser de participer à des opérations extérieures, bien au contraire.
4) Les alliances ? La France continuera à agir principalement dans le cadre de l'Otan et de l'Union européenne, si possible sous mandat de l'Onu.
5) Le niveau des dépenses militaires ? En principe, on restera autour de 2% du PIB, plutôt un peu moins d'ailleurs.


Ca promet!

B L'autre exemple, pour la Culture : quelle bonne idée de vendre des tableaux des Musées pour trouver des sous! On affecterait l'argent à des oeuvres pieuses : les banlieues, Alzeimer, les handicapés... Comment être contre?
Nicolas l'a promis, Christine (Albanel) doit le faire, elle a ça dans sa lettre de mission. Elle fait la commission Rigaud, qui remet un rapport très très très prudent : il faut dire que ça râle de partout. Voyez dans la Tribune de l'art.
A la veille des municipales, la Ministre s'empresse de dire vendredi dernier que ce n'est pas un moyen commode de trouver des sous, donc on ne le fera pas. Vendre du capital (et quel capital!)pour payer du fonctionnement dans un budget présenté en déficit, quelle idée!
Une promesse non tenue de plus, Une! Au moins les promesses de Chirac, on savait à quoi s'en tenir. Tout s'apprend.

Pour moi, j'exige toujours la mise en oeuvre de toutes les promesses, question de morale, afin qu'aux prochaines élections, les candidats réfléchissent avant de promettre.
Tout Attali, y compris taxis et départements. Y compris Grenelle de l'Environnement. Y compris réduction du budget de l'Etat. Y compris...TOUT!

vendredi 8 février 2008

Calendrier Révolutionnaire

Revenons à ce calendrier, ce serait une vraie rupture, que le monde attend.

Il a été en vigueur 2 fois : du dimanche 24 novembre 1793 au mardi 31 décembre 1805, et du 6 au 23 mai 1871, ce qui est peu connu. (Vive la Commune, à bas les Versaillais!)
Son "époque" commence le samedi 22 septembre 1792, à l'équinoxe d'automne.

Il comprend 12 mois de 30 jours, puis 5 (6 les années bissextiles) jours supplémentaires (comme chez les Egyptiens), appelés sans-culottides.

Fabre d'Eglantine a choisi le nom des mois :
Vendémiaire, Brumaire, Frimaire
Nivôse, Pluviôse, Ventôse
Germinal, Floréal, Prairial
Messidor, Thermidor, Fructidor

Des mois constitués de 3 décades (décade veut dire "10 jours", et non pas décennie, comme les ploucs anglophones le disent), de 10 jours, pour lesquels il fallait être latiniste:

Primidi, duodi, tridi, quartidi, quintidi
Sextidi, septidi, octidi, nonidi, décadi.

Les sans-culottides sont :
- Jour de la Vertu
- Jour du Génie
- Jour du Labour
- Jour de la Raison
- Jour de la Récompense
- Jour de la Révolution.

Mais pour reprendre ce calendrier, il faudrait le moderniser.

Je vous propose pour les mois :
Caillante, Gelante, Meulante
Névrose, Ménopause, Glucose
Ceciliante, Suivante, Carlante,
Il-est-l'or, Monsignor, C'est-l'or.


Pour les jours (que les enfants apprendraient facilement) :
-TF1, Ravioli, Carrefour, Thalassa, M6, Canal,
-Foot, Pizza, McDo, Brico, Bulle et Repos.

Les sarkozides seraient :
- Jour de l'Argent
- Jour de Neuilly
- Jour des Heures Supplémentaires
- Jour des Religions Synchrétiques
- Jour des Forces de l'Ordre
- et, tous les 4 ans : Jour de la Rupture Annoncée.

jeudi 7 février 2008

Calendriers

Comment numéroter les jours? Et à partir de quand?

Chacun a sa règle. Le problème est qu'il n'y a pas d'années 0 : avant l'an 1, c'était l'an -1, ou plutot l'an 1 avant JC.

Le départ est fixé dans le calendrier grégorien au lundi 1 janvier de l'an 1 à midi, ce qui correspond au lundi 3 janvier an 1 à midi dans le calendrier julien : en effet, le calendrier grégorien n'a été fixé qu'au XVIème siècle, et ça ne colle pas trop.

Pour les astronomes, ça ne va même pas du tout : il faut compter tous les jours : aujourd'hui, hier, avant-hier, etc, quelque soient les calendriers utilisés.

On fixe alors le départ desJours Juliens au lundi 1 janvier 4713 avant JC, à midi, dans le calendrier julien (lundi 24 novembre -4713 en grégorien).


Pourquoi midi? Parce que les astronomes ne veulent pas, à minuit, être obligé de faire des annotations avant minuit ou après minuit : ça simplifie les calculs!

Le calendrier hébreu commence le 7 septembre -3760 (en grégorien), l'Hindu (Kali Yuga) le 23 janvier -3101, le chinois le 15 février -2636.

Et notre calendrier révolutionnaire (qui n'avait de dimanche que tous les 10 jours!) : 22 septembre 1792.

Pour passer d'un calendrier à l'autre, c'est facile : calculer le jour julien du jour demandé, et faire l'opération inverse dans l'autre calendrier. Il faut trouver l'année, le mois, le jour, le jour de la semaine. Ce n'est pas simple, avec les bissextiles, les 28 jours, les jours en plus, etc. Mais alors, pour ceux qui ont un calendier lunaire, je ne vous raconte pas

Pour passer du grégorien au jour julien :
Soit YY l'année, MM le mois, J le jour, HH l'heure (comptée à partie de minuit)
- si MM > 2, alors y = YY et m=MM
-si MM<2, alors y=YY-1 et m = MM+12

Si la date est postérieure au 15 octobre 1582, il faut calculer
A = Partie entière (y/100) et B = 2-A +Partie entière (A/4)
Sinon : B=0

Le jour Julien est alors :
Partie entière (365,25*y) +Partie entière (30,6001*(m+1))+ J+HH/24+1 720 994,5 +B

Vérifiez : le 27 janvier 333 à 12h : 1 842 713,0 !

Aujourd'hui, à 13h : 2 454 504,0 (Et oui, c'est en heure GMT!)

Bonne chance!

mercredi 6 février 2008

Sale temps pour les réformes

Aujourd'hui 6 février 2008, il n'y a que des mauvaises nouvelles.

Les taxis, après 2 jours de manif, ont gagné contre Fillon en rase campagne. Sarkozy nous avait dit qu'il appliquerait TOUTES les mesures du rapport Attali sauf 3 : on est maintenant à sauf 4, et ce n'est qu'un début. Les notaires et pharmaciens peuvent être tranquilles. Quant aux autres privilégiés visés par les 310 autres mesures, ils savent ce qu'il leur reste à faire.

Ceci n'empêchera pas la déroute des municipales : quand on part en vrille, c'est très difficile d'en sortir. L'état de grâce est fini, les fenêtres de tir sont passées. Le mieux est qu'il s'en aille, le plus tôt sera le mieux. Qu'il nous épargne la fuite en avant, les annonces populistes, la distribution de crédits à M. Mittal, etc.

Comme si ça ne suffisait pas, M Séguin fait son numéro sur son rapport annuel de la Cour des Comptes. On en apprend de belles, bien sûr, on a l'habitude, mais surtout il se vante de servir à quelque chose. J'en doute.

Il faut voir comme on a vendu pour pas un rond les autoroutes, alors que le prix des péages s'envole, perdu au moins 50M€ dans l'immeuble des "Bons-Enfants" (siège des services du ministère de la Culture : autrefois, cet immeuble servait aux Finances ; vexées de devoir partir à Bercy, ils ont bloqué les travaux pedant 10 ans). Il y a 40% de personnes en trop, pour un "service médiocre", dans la gestion des retraites des fonctionnaires de l'Etat par le ministère du Budget: je suppose qu'ils attendent que 40% des gens soient partis à la retraite pour rétablir la situation.

"La réforme de la redevance TV s'est bien passée, mais cela n'a entraîné aucune économie". M Séguin nous rendra chèvre : bravo!

Mais, je trouve que le meilleur est dans l'histoire de l'Imprimerie Nationale. Ils appellent ça "le coût d'une réforme mal pilotée". Allez voir combien de millions d'euros on a perdu. Et l'Etat a par ailleurs racheté au prix fort le bâtiment vendu à prix d'ami à un promoteur deux ans avant. Merci les Domaines.

Tout ceci dépend du Ministère des Finances : ils ne savent pas faire, c'en est désespérant.

Fillon a raison : les réformes nous coûtent trop cher, il vaut mieux arrêter tout de suite.

mardi 5 février 2008

A propos de ce blog

Vous avez vu, je vous ai mis de la pub!
C'est amusant : en fonction de mes vannes et des "mots-clés", Google me choisit des pub sélectionnées.
Tout-à-l'heure, il y en avait une sur Sainte Rita, patronne des causes désespérées. A cause de Sarko?

Attention, il y a parfois des télévangélistes : vous êtes assez grand pour savoir si vous cliquez ou pas.
Mais sachez que, si vous cliquez, je gagne de l'argent. Je vous explique : j'ai appris à me servir de Blogger, de Google Analytics, et maintenant de AdSense... (C'est dur, il faut soit trouver son numero fiscal américain, soit jurer qu'on n'a pas de salariés ou matériels aux US... Heureusement que le Zimbabwé ne s'y met pas aussi...)

Comme j'ai travaillé plus, je trouve normal de gagner plus. Au moins quelques millimes de dollars tous les 6 mois (et au prix où est l'euro...). Et, par contrat, je me suis engagé à ne pas cliquer moi-même sur les annonces, Jack Bauer y veille. Je pourrais le faire d'un café Internet, mais ça ne doit pas être rentable. Faut voir!

Dès que ça marche, je remets en route le diaporama.
Si tout ça vous embête, dites-le moi...

dimanche 3 février 2008

Phèdre

Je ne sais pourquoi, j'ai envie de vous parler de Phèdre.
La plus belle pièce de Racine, la plus grande tragédie classique.

Etudiants, en sortant de la salle de classe, nous nous félicitions :
Le dessein en est pris, je pars, cher Théramène,
Et quitte le séjour de l'aimable Trézène.
Dans le doute mortel où je suis agité,
Je commence à rougir de mon oisiveté.

Une femme arrive, les problèmes commencent :
Cet heureux temps n'est plus. Tout a changé de face
Depuis que sur ces bords les Dieux ont envoyé
La fille de Minos et de Pasiphaé.

Avez-vous rêvé sur :
Ariane, ma soeur ! de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !

Tremblé pour elle :
Quand tu sauras mon crime, et le sort qui m'accable,
Je n'en mourrai pas moins, j'en mourrai plus coupable.

Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue,
Un trouble s’éleva dans mon âme éperdue


Déprimé avec elle : (diagnostic? traitement?)
Tout m'afflige et me nuit, et conspire à me nuire.

Ma blessure trop vive a aussitôt saigné,
Ce n'est plus une ardeur dans mes veines cachée :
C'est Vénus tout entière à sa proie attachée.
J'ai conçu pour mon crime une juste terreur ;
J'ai pris la vie en haine, et ma flamme en horreur.

Elle porte au hasard ses pas irrésolus ;
Son oeil tout égaré ne nous reconnaît plus.

HIPPOLYTE en est la première victime, Théramène nous glace le sang :
Ses superbes coursiers, qu'on voyait autrefois
Pleins d'une ardeur si noble obéir à sa voix,
L'oeil morne maintenant et la tête baissée,
Semblaient se conformer à sa triste pensée.
Un effroyable cri, sorti du fond des flots,
Des airs en ce moment a troublé le repos ;
Et du sein de la terre une voix formidable
Répond en gémissant à ce cri redoutable.
Jusqu'au fond de nos coeurs notre sang s'est glacé ;
Des coursiers attentifs le crin s'est hérissé.
Cependant sur le dos de la plaine liquide
S'élève à gros bouillons une montagne humide ;
L'onde approche, se brise, et vomit à nos yeux,
Parmi des flots d'écume, un monstre furieux.

Et ce cri déchirant?
OEnone, qui l'eût cru ? j'avais une rivale.

M. Charles Morazé nous faisait tout un cours sur ce seul vers, peut-être le plus célèbre :
Le jour n'est pas plus pur que le fond de mon coeur.

Auquel répond la dernière phrase de Phédre :
Et la mort, à mes yeux dérobant la clarté,
Rend au jour, qu'ils souillaient, toute sa pureté.

Jour-Pur/Fond-Coeur = Jour-Pureté/Mort-Yeux...

Ah, je sais pourquoi je voulais vous en parler : Phédre, mariée à Thésée (qui a abandonné sa soeur Ariane), devient amoureuse du fils de Thésée (et d'Antiope, la reine des Amazones)... Une telle situation ne peut créer que des catastrophes.
Thésée avait déjà 2 pensions alimentaires à payer...Pourvu que Carla ne parte pas avec un des fils Sarkozy... 92 200 Trézène/Seine?

samedi 2 février 2008

Saint Charles

Deux saints portent ce nom : Charlemagne (Carolus Magnus), qui inventa l'école, et Charles Borromée de Milan, fêté le 4 novembre. Belles références pour un jeune homme qui porterait ce prénom!


Carolus Borromaeus Mediolanensis (en latin), Carlo Borromeo di Milano (en Italien), Carlos Borromeo de Milan (en espagnol), Karl Borromäus von Mailand (en allemand), Karl Borromeiski (en russe), est né en 1538 à Arona sur le lac Majeur, de la noble famille des Borromée, neveu du pape Pie IV (un Médicis), qui le nomma à 23 ans archevêque de Milan, et le fit cardinal.

Il participa activement au Concile de Trente (1566), et s'attacha à supprimer les abus. Il fit rédiger le catéchisme du Concile de Trente.

Pendant la peste de Milan en 1575, il soigna héroïquement les malades. Nu-pieds, la corde au cou, il suivait les processions pénitentielles du Saint Clou pour implorer la cessation du fléau. Il organisa des lazarets, réquisitionna les prêtres et les moines comme infirmiers.

Il mourut en 1584 à Milan, et fut canonisé en 1612 par le Pape Paul V.

Il est représenté avec un long nez busqué ("son nez ne finit point"), des vêtements liturgiques d'archevêque ou le chapeau de cardinal. Ses attributs sont un crucifix, une tête de mort, parfois une corde de pénitent au cou. Il est souvent représenté dans les chapelles des hopitaux, pour sa charité pour les pestiférés. Il supplanta ainsi saint Sébastien et saint Roch comme "saint antipesteux".
Il mériterait surtout d'être le saint Patron de ceux qui veulent faire des réformes, aller plus loin dans le changement : il faillit être assassiné par un moine qui ne voulait pas renoncer à ses privilèges!
Il fut un des saints les plus populaires de la Contre-Réforme, patron de Milan, adopté par Rome. Son culte s'étendit en Autriche : Salzbourg (l'Université), Vienne (Karlskirche), jusqu'à Anvers.

En France, de nombreux tableaux le représentent :
- de JB Corneille : église Saint-Jean-Saint-François, Paris
- de Charles Lebrun : église Saint-Nicolas-du-Chardonnet, Paris
-de Pierre Mignard : musée de Narbonne
-de Antoine Ranc : Chapelle de l'hôpital de Montpellier
- de Pierre Puget : un bas-relief, au musée du Vieux Marseille
- de Girardon : au musée de Troyes
- de Carle Vanloo : Trésor de Notre-Dame de Paris
- de JB Dupuis : statue, cathédrale d'Amiens


vendredi 1 février 2008

Mai 68

Dans 4 mois, on va fêter les 40 ans de mai 68, et on n'a pas fini d'en (re-)parler.


Guaino va nous refaire le coup de sa politique de civilisation pour contrer "l'esprit détestable de 68". Il m'énerve déjà.


Mai 68 a été aussi une explosion, une rebellion contre le dévoiement de la notion d'autorité. La légitimité contre la simple légalité : les sociétés ne sont harmonieuses que quand elles coïncident.

Le professeur n'est bon que par sa prééminence scientifique, pas par son ancienneté. Le gendarme n'est utile que si son action est mise au service de l'intérêt général.


Le régime corrompu de De Gaulle vieillissant, les vieilles badernes qui le soutenaient, notamment M Peyrefitte qui avait fait pendant des années le journal TV dans son bureau de ministre, n'ont évidemment rien compris.


On peut avoir des avis divergents sur la façon dont ça a évolué ensuite. Pas sur le constat que fin 67-début 68, la société française était bloquée.


A lire pour vous rafrachir la mémoire, ce livre des excellentes Editions de l'Atelier. Extrait de la pub :


Un livre événement : « Mai juin 68 ». Sous la direction de Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, vingt-neuf chercheurs, historiens, politologues, sociologues révèlent l’ampleur du changement cristallisé par le conflit de 68 dont la question de l’héritage a été relancée entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2007. Télérama, Les Inrockuptibles et Politis s’accordent déjà sur l’importance et le sérieux de cette entreprise éditoriale inédite. Dans la myriade des parutions annoncées sur le sujet pour ce quarantième anniversaire, ce livre est déjà une référence ! Pour vous en convaincre, écoutez les auteurs invités de Sylvain Bourmeau dans « La Suite dans les idées » en cliquant ici.

Apocatastase

Si vous n'avez pas lu le courrier des lecteurs de La Croix du 31 janvier 2008, vous avez perdu une occasion d'apprendre des choses, et surtout de rire. Merci à Denis Moreau, de Loire-Atlantique pour ces précisions.

La polémique vient de la dernière encyclique du Pape, qui commence ainsi : "SPE SALVI facti sunt". Le Pape a écrit son encyclique en allemand, sa langue natale, mais ouvre par cette citation en latin de St-Paul : "Dans l'espérance nous avons été sauvés".

L'encyclique a été ensuite traduite dans toutes les langues. Or la traduction française donne : "Dans l'Espérance, nous avons TOUS été sauvés". Et c'est la seule traduction qui ajoute ce "TOUS", l'objet du scandale.

Le lecteur, fin théologien humoriste, précise comment il faut le comprendre :
-non pas : seuls les francophones sont sauvés
-mais : seuls les lecteurs francophones sont tous sauvés.

Or ce TOUS est l'indice d'une hérésie épouvantable : l'apocatastase! Elle viendrait d'Origène (185-232), et a été condamnée au Concile de Constantinople de 543. Mais elle traîne toujours, dans des sectes protestantes. Même le malheureux Hans Urs von Balthasar (XXème siècle) en fut accusé, au seul motif qu'il avait osé espérer que l'enfer fût vide. Inadmissible!

Qu'est-ce donc que l'apocatastase? C'est très compliqué, et je vous renvoie aux livres de référence. En gros, puisque "Jésus doit rester dans les cieux jusqu’à ce que vienne le temps où Dieu restaurera toutes choses", l'enfer finira par se vider, car tous les hommes, même les damnés, seront finalement sauvés. Le Diable aussi, à la fin?

Je n'ai pas besoin de vous dire à quelle point cette hérésie fait courir de risques à la société. Déjà la peur du gendarme ne suffit pas à empêcher les crimes et délits. Alors, si la peur de l'enfer disparait aussi, c'est grave...
Le curé est plus propre que l'instituteur pour apprendre à discerner le bien et le mal, oui, mais pas si l'apocatastase se répand!

Alors qui est l'auteur de cette traduction hérétique de l'encyclique SPE SALVI? Que fait le Saint-Office? Qui cherche à saboter la glorieuse politique de Notre Leader Bien-Aimé?

Mme Dati, gardeuse des scelles, prépare une loi anti-apocatastase, qu'on se le dise!