lundi 25 janvier 2010

L'Hôtel-Dieu, Paris


Vous connaissez l'Hôtel-Dieu de Paris, sur le parvis de Notre-Dame, à côté du marché aux Fleurs, au bord de la Seine? Très proche aussi de la Préfecture de Police, soit-dit en passant.

Fondé en 651 par St-Landry, Evêque de Paris, sur la rive gauche de l'île de la Cité, il était la "Domus Dei" et le "Père des hôpitaux français." Il a été reconstruit au Second Empire à son emplacement actuel, et il garde une symbolique forte auprès des parisiens et de l'AP-HP, comme en témoigne ce texte pris sur leur site :

Face aux vicissitudes, l’Hôtel-Dieu a défié le temps

Dix fois menacé de disparition, l’Hôtel-Dieu a souvent dû mener bataille pour sa survie. En février 2004, une demande de déclassement du site dans le cadre de la révision du Plan Local d’Urbanisme est déposée par le Préfet de Région auprès du Maire de Paris afin d’y installer une annexe du Tribunal de Grande Instance. Une mobilisation sans faille de l’ensemble de la communauté hospitalière, de la Direction Générale de l’AP-HP, des autorités de tutelle, des élus et des parisiens concernés par le projet de disparition de cet hôpital emblématique de la capitale, a permis de proposer, au travers d’un projet innovant, un concept moderne de l’offre de soins au cœur de Paris.


Voila, c'est dit : l'Hôtel-Dieu ne doit pas devenir une annexe du Tribunal de Grande Instance, et on nous a promis une offre de soins "innovante" au cœur de Paris. Permettez-moi d'insister, c'est important.

Parce que dans une interview samedi au Parisien/Aujourd'hui en France, le directeur de l'AP/HP a expliqué comment il allait supprimer 3000 à 4000 emplois d'ici 2012. C'est très innovant pour l'offre de soins, quand on connaît les sur-effectifs des hôpitaux parisiens, mais ce n'est pas le sujet. Voila ce qu'il dit sur l'Hôtel-Dieu :

«la seule mise aux normes de l'Hôtel-Dieu coûterait ainsi 280 millions d'euros, alors que la création de 450 nouveaux lits à Necker ne représente que 180 millions d'euros».

En conséquence, fini le caractère emblématique de l'Hôtel-Dieu. On va construire des lits à Necker, et quitter l'Hôtel-Dieu, en laissant peut-être la clé sur la porte.

Ça vous rappelle, j'espère, la situation de l'Hôpital Richaud à Versailles : vendu au ministère de la Justice, il est resté 12 ans à l'abandon, a été squatté, sa chapelle souillée, jusqu'à ce qu'il prenne feu.

Ce sera peut-être le destin aussi de cet Hôtel-Dieu, car l'AP-HP va vouloir vendre le terrain au prix fort, et seul l'Etat pourra payer, au bout de quelques années pendant lesquelles il continuera à se dégrader, toits crevés. Et l'Etat en fera cadeau à la Préfecture de Police qui sera ravie de s'étaler, compte tenu de sa transformation en institution essentielle de la République, dans la gloire qui fut la sienne du temps où le regretté M Papon en était le patron et jetait les arabes dans la Seine (le 17 octobre 1961).

Personne ne se mobilisera comme en 2004! On l'appellera Hôtel-Sarkozy-Police, et tout le monde applaudira. Merci l'AP-HP.

Aucun commentaire: