lundi 18 février 2008

Grèves

La semaine dernière, 50% des vols ont été supprimés à Paris parce que les aiguilleurs du ciel et leur CGT étaient en grève. On nous a dit pourquoi : ils ne voulaient pas aller de Orly à Roissy pour y travailler, le temps qu'on construise un bâtiment près d'Orly, où ils iront tous plus tard. Bizarre.

Jeudi, un accord est parait-il trouvé : les vols reprennent vendredi. Cette grève a coûté très cher à l'économie du pays, qui n'a pas besoin de ça.

Mais on ne m'a pas dit si finalement ils iraient à Roissy. Alors je ne comprends pas . S'il y avait une solution, alors pourquoi ne l'a-t-on pas trouvée avant la grève? S'il n'y en avait pas, pourquoi avoir cédé au bout de 4 jours?

Pourquoi le ministre des Transports n'a pas tempêté? Il trouve ça normal? C'est quoi, ce foutoir?
Parce que l'avion du ministre part de Villacoublay, et celui du président du Bourget? Parce que les journalistes doivent ne parler que de ce qu'on leur dit de dire? C'est Fillon qui décide si une grève est une intolérable atteinte aux droits des usagers, ou si on la passe par pertes et profits dans le tumulte médiatique qu'on crée par ailleurs?

Idem pour les internes : liberté d'installation ou pas? Idem les régimes spéciaux : comme il n'y a pas eu de nouvelles grèves, qu'est-ce qui a été négocié en douce entre la CGT et la SNCF? Idem les buralistes. Idem Gondrange. Idem Toul : on séquestre 2 cadres pendant 3 jours (ce qui est un crime), et le Parquet ne poursuit pas?

Les caisses sont vides, mais on achèterait la paix sociale en douce? Avant les Municipales? Parce que les français sont des veaux?
Pas de ça, Lisette!

1 commentaire:

admirateur fou a dit…

c'est que du vrai, ce que vous dites.
Vous devriez publier vos "post" comme billets d'humeur dans des journaux.
mais lesquels?....