mercredi 27 février 2008

Puisque c'est comme ça

Je vous sens déçu de ne pas avoir eu de blog ce matin, après le café avec les collègues.

J'ai fait retraite en moi-même. Comme disait De Gaulle dans ses Mémoires : "je consultais mes ministres, j'en débattais en moi-même, et puis le général De Gaulle en décidait".

Etais-je trop anti-Sarko, participant du lynchage médiatique? N'étais-je pas assez romantique? J'ai bien senti que les merveilles de la gravitation, qui pourtant nous conduisent aux mystères de la Création, ne vous enthousiasmaient pas, et qu'il fallait que je les garde pour moi.

Je n'ai pas fait retraite à Malte, seul endroit digne d'une telle introspection, parce que Saint Paul y fit naufrage, et que Nicolas......... mais je m'égare.

J'ai écouté Mme Morano (Nadine). Elle aura bien mérité d'être ministre, avec ce qu'elle a osé dire, pour défendre le voyou. Mais elle aura contribué à ma réflexion en avouant qu'Internet véhiculait de telles horreurs qu'elle demandait à ses enfants de ne plus taper son nom sur Google. C'est effectivement un problème que chaque citoyen sur son blog puisse dire ce qu'il pense de telle ou tel, même si c'est excessif. De même que n'importe qui puisse filmer n'importe qui sur son portable, le mettre sur Dailymotion ou Youtube, et répercuter au monde entier un petit dérapage verbal d'ordre privé, même si c'est authentique.

Si on interdisait aux gens de dire que Mme Morano dit des sottises, je suis sûr que la société fonctionnerait mieux. Si tout ce que dit le président était filtré par sa cellule de comm, tout irait mieux.

Par exemple, on apprend aujourd'hui que le parrainage d'enfants juifs par des écoliers de CM2 est enterré (par une commission). Si son discours au CRIF n'avait pas été filmé, on n'en aurait rien su, et on aurait gagné du temps.

M Copé est-il maintenant mandaté pour enterrer l'idée géniale de supprimer la pub sur les chaînes publiques, moyennant un impôt "infinitésimal"? Je ne sais plus ce qu'il faut comprendre.

Il parait que le dévissage de "sa" popularité vient de ses frasques, réaction de la bourgeoisie de portefeuille, attachée aux apparences plus qu'au fond. Je ne m'inscris pas dans cette ligne de pensée. Je pense sincèrement que ses dérapages privés ne sont que les conséquences d'un réel problème de fond: ayant épuisé toutes ses ressources, les bonnes et les mauvaises, pour se faire élire, il se retrouve seul, démuni, impuissant, devant les réalités du pouvoir.

Je peux comprendre sa détresse et son désarroi, qui s'expriment de tant de façons. Il peut démissionner, et faire soigner son ego et ses névroses. Son énergie pédale maintenant dans le vide, c'est tragique. Je le plains, mais je le rejette. La France n'a pas mérité ça.

Il n'y a lynchage médiatique que parce que le peuple brûle ce qu'il a adoré. Un politique devrait savoir ça, et anticiper. Il avait tellement d'atouts! Quel gâchis!

Et maintenant, il faut reconstruire!

3 commentaires:

urbanexplorer a dit…

Sarko est il fou? Sa folie explique t'elle ses derapages recents? Pas facile de donner une reponse aussi categorique mais ton analyse me parait pertinente. Marianne avait fait un papier dans ce sens avant l'election... il sera interessant de voir si cette lecture de l'action de Sarko ressort dans les prochains jours...

Albert a dit…

Non, il n'est pas fou; seulement névrosé comme nous, peut-être un peu plus. la différence , c'est que ne nous ne sommes pas président de la RF. La chose décevante, c'est qu'il ne fera pas plus qu'un Chirac même en s'agitant un peu plus. La chose effrayante, c'est son alignement sur la politique israelo-américaine : les militaires français vont-ils trinquer pour rien en Afghanistan, voire au Kosovo sous prétexte qu'un petit excité en a décidé ainsi pour faire plaisir à l'ami Bush ?

François a dit…

Oui, Albert, ce n'est pas la névrose qui est la cause. C'est un excès de stress dû aux échecs premiers.
Ensuite c'est la spirale bien connue.
Ca se soigne, mais c'est long.