mardi 17 février 2009

Saint Antoine

Mais lequel?

Celui, fêté le 17 janvier, dit Antoine Abbé, ou l'Ermite, né en 251 en Haute Egypte? Qui fut tenté au désert, partagea avec saint Paul Ermite le pain que le corbeau lui apportait, et qui fut peint par Mathis Grünewald sur le Rétable d'Issenhein. Vienne, en Dauphiné, et Arles se disputent l'honneur de ses reliques. Il est représenté sous l'aspect d'un vieillard barbu, avec pour attributs : le tau, la clochette, le cochon, et les flammes du "feu Saint-Antoine", qui n'était autre que le mal des ardents, causé par l'ergot du seigle.

Ou celui de Padoue, honoré le 14 juin? Plus exactement, de Lisbonne! Lisbonne où il est né en 1195, où il a fait ses études à l'Université de Coïmbra. Il est le saint national des portugais, et son nom latin est Antonius Lusitanus.

C'est un des saints les plus précieux, car il permet de retrouver les objets égarés. Pas perdus, juste égarés.

Il est mort à Padoue, en 1231, Frère Mineur, disciple de saint François, à Assise. Son hagiographie s'est répandue après le XVème siècle, calquée en partie sur celle de saint François. Par exemple, saint Antoine a prêché aux poissons, venues en masse, la tête hors de l'eau, pour écouter son sermon. Il y aurait même un tableau de Böcklin, au musée de Bâle, représentant la scène.

En Allemagne, on l'appelle Kindltoni, parce qu'il a vu l'Enfant Jésus apparaître dans sa cellule. On le reconnaît aux flammes, à la branche de lys, à l'Enfant Jésus, au crucifix fleuri, aux poissons attentifs ou à la mule agenouillée, qui l'accompagnent en souvenir de ses miracles.

L'un de ceux-ci peut vous faire trembler : un homme accusait sa femme d'infidélité, et ne voulait pas reconnaître l'enfant qu'elle venait d'avoir. Saint Antoine fut appelé à la rescousse, bénit le nouveau-né, qui s'écria aussitôt en montrant le mari de sa mère : celui-ci est mon père! Ouf!

Deux très grands saints.

1 commentaire:

Sloboncle a dit…

Bravo François!